in

Les deux états d’esprit de base selon Carol Dweck: l’état d’esprit fixe vs l’état d’esprit de développement

Partagez cet article
Annonce
esprit fixe
Image crédit : Pixabay

Depuis les années 1970, Carol Dweck, professeur de psychologie à l’Université de Stanford, étudie l’influence des différents états d’esprit sur la vie des gens. Dans son livre « Changer d’état d’esprit: une nouvelle psychologie de la réussite » (titre original: « Mindset: the new psychology of success ») elle enquête sur le pouvoir de nos croyances, conscientes et inconscientes, et comment changer la plus simple d’entre elles peut avoir un impact profond sur presque tous les aspects de nos vies.

Lien affilié :

Dweck explique le succès dépend en grande partie de nos croyances, et qu’il existe deux types d’individus.

Certains sont convaincus que nos qualités, nos capacités et notre personnalité sont déterminées lors de notre naissance, et que l’on ne peut pas les changer, tandis que d’autres pensent que nous développons nos qualités avant tout en travaillant, et que nous pouvons tous nous améliorer avec du travail et de la persévérance. Dans le premier cas, on dit que ces personnes ont un état d’esprit fixe , alors que les autres ont un état d’esprit de développement .

deux états d'esprit de base selon Carol Dweck

Carol Dweck a découvert pendant ses deux décennies de recherche auprès d’enfants et d’adultes que l’intelligence et la personnalité pouvaient être développées plutôt que des traits profondément enracinés. Elle écrit :

Annonce

« Pendant vingt ans, ma recherche a montré que le point de vue que vous adoptez sur vous-même affecte profondément la manière dont vous conduisez votre vie. Elle peut déterminer si vous devenez la personne que vous voulez être et si vous accomplissez les choses qui comptent pour vous. Comment cela se produit-il ? Comment une simple croyance peut-elle avoir la puissance de transformer votre psychologie et, par conséquent, votre vie?

La croyance dans le fait que vos qualités sont gravées dans la pierre – l‘état d’esprit fixe – crée un besoin impérieux de faire ses preuves, encore et toujours. Si vous avez seulement une certaine quantité d’intelligence, une certaine personnalité et un certain sens moral, vous feriez mieux de montrer que vous en avez une quantité adéquate. Cela ne conviendrait tout simplement pas d’avoir l’air ou de se sentir déficient par rapport à des caractéristiques aussi fondamentales.

[…]

J’ai vu tant de personnes animées par ce but insatiable de faire leurs preuves – en classe, dans leur carrière, et dans leurs relations. Chaque situation réclame une confirmation de leur intelligence, de leur personnalité, ou de leur caractère. Chaque situation est évaluée : est-ce que je réussirai ou est-ce que j’échouerai ? Est-ce que j’aurai l’intelligent ou idiot ? Est-ce que je serai accepté ou rejeté ? Est-ce que je me sentirai gagnant ou perdant ?

Il y a un autre état d’esprit dans lequel ces traits ne sont pas simplement une main de poker que vous devez accepter et avec laquelle vous devez jouer, en essayant sans cesse de vous convaincre, vous et les autres, que vous avez une quinte flush alors que vous êtes secrètement embarrassé parce que vous avez une paire de dix. Dans cet autre état d’esprit, le jeu avec lequel vous jouez est seulement le point de départ pour un développement ultérieur. Cet état d’esprit de développement est basé sur la croyance que vos qualités fondamentales sont des choses que vous pouvez cultiver par vos efforts. Bien que les gens puissent être différents de beaucoup de façons, par leurs talents et aptitudes initiales, leurs intérêts, ou leur tempérament, chacun peut changer et se développer par le travail et l’expérience.

Annonce

Les gens avec cet état d’esprit croient-ils que n’importe qui peut être n’importe quoi, que n’importe qui ayant la motivation ou la formation appropriée peut devenir Einstein ou Beethoven ? Non, mais ils croient que le vrai potentiel d’une personne est inconnu (et qu’il est impossible de le connaître) ; qu’il est impossible de prévoir ce qui peut être accompli avec des années de passion, de dur labeur et de formation. »

Carol Dweck : image crédit wikipédia

Dweck a découvert que ce que les gens qui adoptent un état d’esprit de développement ne sont pas découragés par les échecs.

Ils les voient comme des opportunités d’apprentissage. Ils acceptent de faire plus d’erreurs au début de leur carrière , ensuite ils sont mieux préparés pour surmonter les difficultés lorsqu’il y a plus d’enjeux et de responsabilités. Elle écrit :

Pourquoi perdre votre temps à toujours prouver quel point vous êtes génial, alors que vous pourriez vous améliorer? Pourquoi cacher vos faiblesses au lieu de les surmonter? Pourquoi chercher des amis ou des partenaires qui consolideront votre estime de soi plutôt que des amis qui vous mettront également au défi de grandir? Et pourquoi chercher ce qui est éprouvé et vrai, au lieu d’expériences pour vous dépasser? L’envie de se dépasser, même (ou surtout) quand ça ne va pas, est la marque de l’état d’esprit de développement. C’est cet état d’esprit qui permet aux gens de s’épanouir pendant les moments les plus difficiles de leur vie.

Bien sûr cette idée n’est pas nouvelle,mais ce qui distingue Dweck, c’est qu’il y a une recherche rigoureuse sur le fonctionnement de l’esprit, en particulier l’état d’esprit de développement, en identifiant non seulement les moteurs fondamentaux de ces états d’esprit, mais également les moyens de les reprogrammer.

Dweck et son équipe ont découvert que les personnes ayant un état d’esprit fixe considèrent les risques et les efforts comme des sources potentielles de leurs faiblesses.

esprit fixe
Image crédit : Pixabay

Néanmoins, la relation entre l’état d’esprit et les efforts va dans les deux sens :

« Certaines personnes ne reconnaissent pas seulement la valeur de se remettre en question et l’importance de l’effort. Notre recherche a montré que cela venait directement de l’état d’esprit de développement. Lorsque nous apprenons l’état d’esprit de développement aux gens, le focus sur le développement, ces idées sur les défis et les efforts suivent…

Lorsque vous commencez à comprendre les états d’esprit fixes et de développement, vous voyez exactement comment une chose en entraîne une autre: comment la conviction que vos qualités sont gravées dans la pierre mène à une foule de pensées et d’actions, et comment une conviction selon laquelle vos qualités peuvent être cultivées mène à une foule de pensées et d’actions différentes, vous entraînant dans une voie totalement différente. »

Annonce

Dweck cite un sondage mené auprès de 143 chercheurs en créativité, qui ont convenu que le principal trait fondamental à la base de la réussite créative est précisément le type de résilience et de persévérance sans faille que l’on attribue à l’état d’esprit de développement. Elle écrit:

« Quand vous adoptez un état d’esprit, vous entrez dans un nouveau monde. Dans un monde – celui des traits fixes – la réussite consiste à prouver que vous êtes intelligent (e) ou doué (e). À valider ce que vous êtes. Dans l’autre – le monde des qualités changeantes – , il est question de se déployer pour apprendre quelque chose de nouveau. De se développer.

Dans un monde, l’échec consiste à essuyer un revers.

À obtenir une mauvaise note. À perdre une compétition. À se faire virer. À être rejeté. Il signifie que vous n’êtes pas intelligent(e) ou pas doué(e).

Dans l’autre monde, l’échec consiste à ne pas se développer.

À ne pas atteindre les choses qui comptent pour vous. Il signifie que vous n’accomplissez pas votre potentiel.

Dans un monde, l’effort est une mauvaise chose. Comme l’échec, il signifie que vous n’êtes pas intelligent(e) ou pas doué(e). Si vous l’étiez, vous n’auriez pas besoin d’effort. Dans l’autre monde, l’effort est ce qui vous rend intelligent (e) ou doué(e). »

Dans une étude productive, Dweck et ses collègues ont offert un choix à des enfants de quatre ans: Ils pouvaient soit refaire un puzzle facile, ou en essayer un plus difficile. Même ces jeunes enfants étaient conformes aux caractéristiques de l’un des deux états d’esprit – ceux avec l’état d’esprit fixe sont restés sur le côté sécuritaire, en choisissant le puzzle plus facile qui confirmerait leur capacité existante, signalant aux chercheurs leur conviction que les enfants intelligents ne font pas d’erreurs. Ceux avec l’état d’esprit de développement ont trouvé le choix bizarre en effet, perplexes, ils se sont demandé pourquoi quelqu’un voudrait refaire le même puzzle plutôt quelque chose de nouveau à apprendre.

En d’autres termes, les enfants avec l’état d’esprit fixe voulaient être sûrs qu’ils allaient réussir pour paraître intelligents, alors que ceux avec l’état d’esprit de développement voulaient se diversifier, leur définition du succès était de devenir plus intelligents.

Les choses sont devenues encore plus intéressantes quand Dweck a amené des gens un laboratoire pour étudier le comportement de leur cerveau lorsqu’ils répondaient à des questions difficiles et recevaient des feedbacks. Ce qu’elle a découvert, c’est que les personnes avec un état d’esprit fixe ne souhaitaient entendre que les feedbacks reflétaient directement leurs capacités actuelles, mais sélectionnaient des informations susceptibles de les aider à apprendre et à s’améliorer. Ils n’ont montré aucun intérêt à entendre la bonne réponse quand ils avaient mal compris une question, car ils l’avaient déjà classée dans la catégorie des échecs. Ceux avec un état d’esprit de développement, d’autre part, étaient très attentifs aux informations qui pourraient les aider à développer leurs connaissances et compétences existantes, qu’ils aient eu raison ou non. Leur priorité était l’apprentissage, et non le piège binaire du succès et de l’échec.

Annonce

Ces résultats sont particulièrement importants en éducation et dans la façon dont nous évaluons l’intelligence en tant que culture. Dans une autre étude portant sur des centaines d’étudiants, principalement des adolescents, Dweck et ses collègues ont présenté à chacun dix problèmes assez difficiles d’un test de QI non verbal, puis ont félicité l’élève pour ses performances. Dans l’ensemble, ils avaient plutôt bien réussi. Mais ils ont fait deux types d’éloges: certains étudiants ont été informés: «Waouh, vous avez [presque tout] bon. C’est un très bon score. Vous devez être intelligent dans ce domaine », tandis que d’autres,« Waouh, vous avez [presque tout] bon. C’est un très bon score. Vous avez dû travailler très dur. »En d’autres termes, certains ont été félicités pour leurs capacités et d’autres pour leurs efforts.

esprit fixe
Image crédit : Pixabay

« L’éloge des capacités a propulsé les étudiants dans l’état d’esprit fixe, et ils en ont également montré tous les signes: lorsque nous leur avons donné le choix, ils ont rejeté une nouvelle tâche stimulante dont ils pourraient tirer des leçons. Ils ne voulaient rien faire qui puisse exposer leurs défauts et remettre en question leur talent.

[…]

Par contraste, parmi les étudiants complimentés pour leur effort et leur capacité de travail, 90% d’entre eux étaient prêts à essayer un nouveau test plus difficile. »

La partie la plus intéressante, cependant, est ce qui s’est passé ensuite:

Dweck et ses collègues ont ensuite donné aux étudiants une série de problèmes plus difficiles, sur lesquels les étudiants n’avaient pas aussi bien réussi. Soudainement, les enfants félicités pour leurs capacités pensaient qu’ils n’étaient pas si intelligents ou doués après tout. Dweck le dit de manière poignante:

« Si le succès veut dire que vous êtes intelligent, l’échec ou un succès moindre veut dire que vous n’êtes pas à la hauteur. »

Mais pour les enfants félicités pour leurs efforts, la difficulté était simplement une indication qu’ils devaient déployer plus d’efforts, et non un signe d’échec ou un reflet de leur faible intellect. Le plus important est peut-être que les deux états d’esprit ont également eu un impact sur le niveau de plaisir des enfants – tout le monde a apprécié la première série de questions plus faciles, ce que la plupart des enfants ont bien compris, mais dès que les questions sont devenues plus difficiles, les enfants félicités pour leurs capacités ne s’amusaient plus, alors que ceux qui ont été félicités pour leurs efforts appréciaient non seulement les problèmes, mais ils ont affirmé que plus les défis étaient nombreux, plus ils étaient amusants. Les performances de ces derniers ont également été significativement améliorées à mesure que les problèmes devenaient plus difficiles, tandis que les résultats des premiers ne cessaient de s’empirer, comme découragés par leur propre mentalité de succès ou d’échec.

Annonce

La situation s’améliore – ou empire, selon notre perception:

La conclusion la plus troublante a été faite après que les questions de QI ont été complétées, lorsque les chercheurs ont demandé aux enfants d’écrire à leurs scores sur les problèmes. Dweck a été dévastée par la malhonnêteté du sous-produit le plus toxique de l’état d’esprit fixe: 40% des enfants vantant leurs capacités ont menti au sujet de leurs scores, les incitant à paraître plus performants.

Elle se lamente:

« Dans l’état d’esprit fixe, les imperfections sont honteuses – surtout si vous êtes talentueux – ils ont menti en grand nombre. Ce qui est alarmant c’est que nous avons pris des enfants ordinaires et en avons fait des menteurs, simplement en leur disant qu’ils étaient intelligents. »

Cela illustre la différence essentielle entre les deux états d’esprit – pour ceux qui ont un état d’esprit de développement «le succès personnel, c’est quand on travaille d’arrache-pied pour devenir le meilleur», alors que pour ceux qui ont un état d’esprit fixe, le succès consiste à établir sa supériorité, pure et simple. »

Dweck a découvert que les gens faisaient la même chose dans leurs relations personnelles:

Ceux qui avaient un état d’esprit fixe croyaient que leur partenaire idéal les ferait se sentir parfaits, tandis que ceux avec un état d’esprit de développement pensaient que leur partenaire serait quelqu’un qui reconnaîtrait leurs défauts et les aiderait avec amour à les améliorer, quelqu’un qui les encouragerait à apprendre de nouvelles choses et à devenir une meilleure personne. Dweck écrit:

« L’état d’esprit de développement suppose que tout peut évoluer. Tout – vous, votre partenaire, et la relation amoureuse – est capable de grandir et de changer. Dans l’état d’esprit fixe, l’idéal est une parfaite, instantanée et perpétuelle compatibilité. Comme si c’était destiné… « et ils vécurent à jamais heureux. » L’un des problèmes est que les personnes avec un état d’esprit fixe s’attendent à ce que tout se passe bien automatiquement. Les partenaires ne sont pas censés s’aider à résoudre leurs problèmes. Leurs problèmes se résoudront magiquement grâce à l’amour. »

Ceux qui avaient un état d’esprit fixe se sentaient menacés et hostiles après avoir évoqué des divergences, même mineures, dans la manière dont eux et leur partenaire voyaient leur relation.

Mais le plus destructeur de tous les mythes relationnels est la conviction que si cela nécessite des efforts, il y a quelque chose qui ne va pas du tout et que toute divergence dans les opinions ou les préférences est révélatrice de défauts de caractère chez un partenaire. Dweck propose un test de réalité:

« Tout comme il n’y a pas de grandes réalisations sans revers, il n’y a pas de grandes relations sans conflits et des problèmes en cours de route.
Quand les gens avec un état d’esprit fixe parlent de leurs conflits, ils attribuent le blâme à leur conjoint. Parfois, ils se blâment, mais le plus souvent ils accusent leur partenaire. Et ils attribuent le blâme à un trait – un défaut de caractère. 

Annonce

Mais ça ne s’arrête pas là. Lorsque les gens attribuent le problème à la personnalité de leur partenaire, ils ressentent de la colère et du dégoût à son égard.

Et c’est un cercle vicieux:

Étant donné que le problème vient de traits fixes, figés, il ne peut pas être résolu. Donc, une fois que les gens avec l’état d’esprit fixe voient des défauts chez leur partenaire, ils deviennent méprisants et certains d’entre eux, insatisfaits de toute relation. »

En revanche, ceux qui ont un état d’esprit de développement peuvent reconnaître les imperfections de leur partenaire, sans blâmer qui que ce soit, tout en estimant qu’ils entretiennent une relation épanouissante. Ils voient les conflits comme des problèmes de communication et non de personnalité. Cette dynamique s’applique tant dans les relations amoureuses que dans les relations d’amitié et même dans les relations avec les parents. Dweck résume ses conclusions:

« Lorsque les gens se lancent dans une relation, ils rencontrent un partenaire différent d’eux et ils n’ont pas appris à faire face aux différences. Dans une bonne relation, les personnes développent ces compétences et, ainsi, les deux partenaires évoluent et la relation s’approfondit. Mais pour que cela se produise, il faut que les gens soient dans le même état d’esprit. »

Ainsi, l’état d’esprit est un processus d’interprétation qui nous dit ce qui se passe autour de nous.

Dans l’état d’esprit fixe, ce processus est marqué par un monologue interne de jugement et d’évaluation constant, en utilisant chaque élément d’information comme preuve pour ou contre de telles évaluations à savoir si vous êtes une bonne personne, si votre partenaire est égoïste ou si vous êtes mieux que la personne à côté de vous. Néanmoins, dans un esprit de développement, le monologue interne n’est pas un jugement, mais un appétit vorace pour l’apprentissage, cherchant constamment le type d’’entrée que vous pouvez transformer en apprentissage et en action constructive. »

Publié par Claire C.

À propos de l’auteure: J’ai toujours été passionnée par tout ce qui avait trait à la spiritualité et son influence sur nous tant sur le plan psychologique que spirituel. Depuis que j’ai intégré l’équipe d’ESM en 2013, je mets au service toutes mes connaissances pour aider au mieux les gens qui en ont besoin et qui cherchent des réponses à leurs nombreuses questions. J’espère pouvoir y contribuer un peu chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Test : choisissez parmi 3 cartes colorées et découvrez des aspects étonnants de votre vie

mauvaises habitudes

Voici 5 mauvaises habitudes sur lesquelles vous pourriez travailler, selon votre signe du zodiaque