utilisation des mandalas
Image crédit : Pixabay

Diverse cultures utilisent les mandalas comme symbole de l’univers et de complétude, comme l’hindouisme, le bouddhisme, les Aborigènes d’Australie ou encore les Amérindiens.

Qu’est-ce qu’un mandala ?

Le mot « Mandala » est un mot sanskrit qui signifie « cercle, centre, unité, totalité. » Littéralement, il s’agit d’une forme géométrique, un carré ou un cercle, abstrait et statique, ou une image vivante formée d’objets et/ ou d’êtres. C’est un diagramme cosmique qui nous rappelle notre lien avec l’infini.

Carl Jung appel le mandala «l’expression psychologique de la totalité du moi».

Les effets psychologiques des mandalas ont été étudiés par le psychiatre suisse Carl Jung. Il est reconnu pour avoir introduit le concept oriental du mandala dans la pensée occidentale et le processus interne par lequel les individus s’épanouissent pour atteindre leur plein potentiel.

D’après Car Jung :

« Dans de tels cas, il est facile de voir comment le motif imposé par une image circulaire de ce type compense le désordre de l’état psychique, notamment par la construction d’un point central auquel tout est relié, ou une disposition concentrique de la multiplicité désordonnée et des éléments contradictoires et inconciliables. Il s’agit évidemment d’une tentative d’auto guérison, dictée par la Nature, qui ne provient d’une réflexion consciente mais plutôt d’une impulsion instinctive. »

Jung a utilisé les mandalas dans sa psychothérapie en amenant les patients, qui ne les connaissaient pas, à créer des mandalas individuels. Grâce aux mandalas, il a pu identifier les troubles émotionnels et travailler sur l’état de complétude.

Mandala de Carl Jung
Le premier Mandala de Carl Jung

Il a réalisé qu’il y avait de nombreuses similitudes dans les images qu’ils ont créées. « Compte tenu du fait que, dans tous les cas qui viennent d’être exposés, il s’agit de créations nouvelles à l’écart de toute influence, on ne peut que constater qu’il doit nécessairement exister une disposition transconsciente de chaque individu qui peut produire le même phénomène, ou des symboles très semblables, à tout moment et partout.

Une grande partie de la psychothérapie de Jung traitait de l’interprétation de mandalas individuels créés par ses patients.

Puisque cette disposition n’est habituellement pas une possession consciente de l’individu, je lui donné le nom d’« inconscient collectif », et, comme bases de ses produits symboliques, je postule l’existence d’images primordiales, les archétypes. »

Le mandala est comme un dessin qui déclenche quelque chose en nous, une géométrie sacrée dans laquelle nous nous reconnaissons nous-mêmes ainsi que notre place dans le cosmos.

C’est une relation ancienne et fondamentale dont nous nous sommes éloignés et le mandala est la solution qui pourrait nous aider à la retrouver. Surtout, quand le moi intérieur est défié par l’ego, il est important de restaurer l’harmonie.

Le mandala aurait pour fonction de diriger l’attention sur certains éléments spirituels.

Et de favoriser leur prise de conscience dans la personnalité. Pendant ces périodes, les mandalas peuvent vous guider pour écouter la voix intérieure et vous retrouver.

« Il devint de plus en plus évident pour moi que le mandala est le centre. C’est le modèle de toutes les voies. C’est la voie qui mène au centre, à l’individuation. »

Nous pouvons aussi utiliser le mandala pour nous guider dans un état de conscience hypnotique ou supérieur. Avec ses motifs esthétiques, une pensée irritante ne pourra pas se glisser dans la conscience de la personne, car elle est seulement focalisée sur la beauté hypnotique des dessins du mandala.

Grâce à cet état hypnotique, la personne peut alors atteindre une conscience supérieure et une meilleure compréhension d’elle-même. Apprenez à faire des mandalas pour vous aider à manifester vos intentions.

« Des représentations de mandalas peuvent avoir sur leurs auteurs des actions thérapeutiques importantes, le fait a été constaté empiriquement et il est pareillement facile à comprendre, ces dessins constituant des tentatives souvent très audacieuses pour embrasser du regard et rassembler des éléments contraires apparemment inconciliables et des divisions apparemment insurmontables. Un simple effet dans la direction indiquée produit déjà un effet salutaire, mais il est vrai seulement dans le cas où cet essai est spontané. »

Voir aussi : Mandalas et coloriages abstraits imprimables pour soulager le stress et aider à méditer

Sources Jung currents / Psychology of mandala