relation avec vous-même
Image crédit : Deposit photos/ artiste : Grandfailure

Si nous prenons une personne au hasard, que nous choisissons cinq personnes proches d’elle et que nous les interrogeons pour savoir ce qu’elle pensent de cette personne, nous obtiendrons certainement cinq perceptions différentes. L’une de ces personnes pourrait la voir comme quelqu’un de drôle, gentil et chaleureux, tandis qu’une autre pourrait la considérer comme quelqu’un d’irresponsable et immature.

« Tout ce qui nous irrite chez les autres nous conduit à une meilleure connaissance de nous-mêmes. » – Carl Jung

Mais alors, quelle personne a la bonne perception ?

L’une des clés essentielles sur le chemin de la conscience de soi est la conscience que notre perception des autres n’a rien à voir avec eux ni avec nous. Notre perception des autres se fait littéralement sur la base de notre propre relation avec nous-mêmes et de nos propres traits de personnalité.

L’ego a tendance à chercher quelqu’un ou quelque chose à «blâmer» en dehors de lui-même, alors qu’en réalité, il ne reconnaît que ses propres traits chez d’autres personnes.

Par exemple, supposons qu’une personne n’ait jamais été jalouse, comment pourrait-elle reconnaître ce trait chez une autre personne si elle ne l’a jamais expérimenté? Nous pouvons reconnaître uniquement les traits de caractère que nous possédons chez d’autres personnes, ce qui signifie que tourner notre attention vers l’extérieur et blâmer ou juger les autres est inutile.

Quand nous réalisons que nos jugements n’ont rien à voir avec eux ni avec notre propre ego, nous pouvons alors utiliser nos réactions envers les autres comme une opportunité pour souligner un aspect de nous-mêmes qui a besoin de guérison.

Nos réactions vis-à-vis des autres nous permettent de créer une relation intégrale et authentique avec notre moi.

 Si nous accordons une attention particulière à ce qui entraîne une forte réaction émotionnelle de notre part, nous pourrons l’utiliser à notre avantage. Les réactions négatives peuvent indiquer deux choses.

L’une d’elles est que nous pouvons être attachés à une idée ou à une conviction de la façon dont les choses devraient être ou de la façon dont une personne devrait se comporter, ce qui signifie que nous cherchons à imposer nos propres idées à d’autres personnes.

Mais lorsque nous voulons que les gens se montrent à la hauteur de nos attentes au lieu de les accepter tels qu’ils sont, nous résistons au moment présent.

Une réaction émotionnelle négative peut également indiquer qu’il y a un aspect de notre moi que nous ne voulons pas regarder, alors nous le trouvons littéralement chez d’autres personnes comme un indice qui nous révèle que nous devrions prendre conscience de ce trait en nous-mêmes.

Comme l’a dit Carl Jung

« Quand une situation intérieure n’est pas amenée à la conscience, elle se manifeste à l’extérieur, sous forme de destin. »

Nous pouvons croire que nous sommes victimes des circonstances ou que la vie est seulement faite de hasards, alors qu’il s’agit en réalité de notre propre inconscient qui essaie de se faire entendre à travers les circonstances extérieures et les personnes que nous rencontrons.

Quand nous commençons à nous voir comme le «problème» dans toutes les circonstances, nous pouvons alors mettre la lumière sur toutes les parties de notre «ombre» (ou la partie de notre psyché que notre ego tente de dissimuler) qui ont besoin d’une guérison.

Nous devons commencer à être totalement honnêtes avec nous-mêmes.

Pour véritablement guérir une partie de notre moi. Si nous ressentons de la colère, nous reconnaissons et permettons à notre moi de faire l’expérience de la colère, lorsque nous éprouvons de la peur, nous identifions la peur et ne prenons conscience que de celle-ci.

Mais pour autant, nous ne devons pas nous juger comme bons ou mauvais à cause des émotions, en réalité cela signifie juste que nous en sommes conscients et que nous pouvons ensuite envoyer un amour inconditionnel à ces parties de nous-mêmes.

Lorsque nous nous considérons comme le «problème», nous devenons automatiquement notre propre solution. Si c’est notre propre perception du monde et notre relation avec nous-mêmes qui nous fait voir les lacunes des autres, nous devenons tout à fait aptes à modifier la situation en guérissant simplement les parties de nous-mêmes qui identifient et résonnent avec le même «problème» en eux.

Lorsque nous commençons à nous voir chez chacun de nous, nous commençons automatiquement à développer une relation honnête et authentique avec nous-mêmes. Dans cette honnêteté, nous pouvons cultiver notre propre conscience et par conséquent, nous devenons plus calmes, plus confiants et acceptons plus facilement chaque aspect de nous-mêmes.

Nous réalisons également que nous éprouvons désormais de la compassion pour les choses ou les personnes qui provoquaient auparavant une forte réaction négative de notre part.

En changeant et en guérissant notre relation avec nous-mêmes, nous modifions et guérissons littéralement nos relations avec les autres.