in

Nous formons une génération d’égoïstes, d’égocentriques, d’aliénés et d’inconscients !

Partagez cet article

Mais comment éduquer les enfants si les parents n’ont pas « le temps » d’aider ces jeunes à construire les bases ?

Nous semblons avoir perdu la capacité de raisonner, de comprendre le contexte et la complexité de tout ce qui nous entoure. Personne ne discute sérieusement de ce qui fait vivre notre société à notre époque.

Quand les vacances sont finies, septembre commencera et bientôt l’année scolaire débutera. De nouveaux étudiants avides d’une « nouvelle » vie de découverte débarqueront à l’école.

Annonce

Il y a un an à peine, une étudiante de première année, a eu les jambes brûlées. Une jeune femme heureuse de réaliser son rêve d’aller à l’université. Mais lors d’une soirée qui était censée être une fête, des « camarades » l’ont bizutée. Elle a été peinte avec de la peinture et a ensuite été couverte d’un liquide sur ses jambes.

Elle ne l’a pas remarqué jusqu’à ce que l’eau de pluie, ironiquement, au lieu de la laver et de la nettoyer, déclenche une réaction chimique qui a entraîné des brûlures au troisième degré sur ses deux jambes.

Annonce

La même chose s’est produite avec une camarade de classe qui s’était brûlé les jambes et un autre garçon qui risquait de perdre la vue. Le liquide? Un probable mélange de créoline et d’acide !

Des cas largement relayés par la presse locale, régionale et nationale. Mais les rapports en disent plus sur cette soirée tragique, comme de nombreux comas éthyliques, ainsi que des élèves qui ont été humiliés et volés.

Des faits comme ceux-ci contribuent à nous ramener à la réalité et, à juste titre, illustrent que nous vivons dans des pays où la «barbarie» gagne en force et règne dans plusieurs noyaux de notre société et se propage à la vitesse d’une traînée de poudre. Des cas se répètent dans plusieurs départements et villes, le cas des étudiants de première année n’est pas et ne sera pas le dernier, combien d’histoires tristes ont déjà été rapportées, comme celle d’un jeune homme qui s’est suicidé, ou des étudiants qui ne « s’apprécient pas » et tombent dans la dépression.

Annonce

Nous vivons dans une société de personnes aliénées, de sujets qui ne peuvent même pas interpréter un texte, nos enfants sont « conditionnés à l’école », mais rarement éduqués. Malheureusement, il n’y a pas de culture de l’inégalité. Nous semblons avoir perdu la capacité de raisonner, de comprendre le contexte et la complexité de tout ce qui nous entoure. Personne ne discute sérieusement de ce qui fait vivre notre société à cette époque souvent sombre.

Des personnes dégoutées par les violents canulars téléphoniques, ont déclaré que des élèves devraient retourner à l’école primaire. Je suis radicalement en désaccord avec eux, ces étudiants devraient retourner dans leurs familles et là, oui, recevoir une éducation de base, une éducation pour la vie en société.

Les parents externalisent l’éducation de leurs enfants et, dans un monde sans temps et plein de culpabilité, ils délèguent l’éducation de leurs enfants à des enseignants qui ne peuvent être tenus responsables, encore moins qui ont la compétence et la formation pour le faire. Les enseignants sont des facilitateurs de l’intelligence collective, les parents sont des éducateurs pour la vie !

De nos jours, le temps passe beaucoup trop vite. Très vite, si vite que je n’ai même pas le temps d’essayer de comprendre et de traiter ce j’ai vécu il y a quelques heures.

Les enfants se lèvent tôt, vont à l’école. Ils rentrent chez eux, déjeunent en regardant la télévision, mettent à jour leurs conversations sur WhatsApp, vérifient les réseaux sociaux, aiment les pages d’amis, rattrapent les likes et les commentaires d’Instagram superficiellement – parce qu’ils ne comprennent pas le contexte et la complexité.

Si vous leur demandez qui partageait la table avec eux (leurs parents jouent aussi avec leur téléphone portable) il est possible qu’ils ne s’en rendent même pas compte, car ils sont plus proches d’amis « virtuels » que de ceux qui partagent le même espace, la même table et la même nourriture avec eux. Mais le plus tragique dans tout cela, c’est que les parents, eux aussi, sont assis à table à regarder la télévision, à mettre à jour leurs conversations sur WhatsApp, à vérifier leurs réseaux sociaux, à rattraper les likes Instagram et à commenter superficiellement les reportages télévisés.

Annonce

Après le déjeuner, les parents iront travailler et les adolescents iront à des cours d’informatique, d’anglais, de sport…

Le soir, ils resteront dans la chambre devant l’ordinateur portable, parcourant des sites dont ils ne se souviendront jamais, discutant sur Skype, jouant à des jeux en ligne, jusqu’à l’heure du coucher.

Le week-end, ces jeunes dormiront la plupart du temps pour se préparer pour les soirées, où ils rejoindront tout le monde et parfois boiront jusqu’à l’épuisement.

Ces jeunes entrent très tôt dans leur vie supposée « d’adulte ». Ils « jouent » déjà à papa et maman avant même de jouer à la maison. Ces jeunes sont lancés dès l’enfance, de plus en plus courte, directement dans la vie d’« adulte », en passant sans sourciller par l’adolescence.

Quels repères et quelles bases ces jeunes auront-ils pour surmonter les conflits personnels ?

Ils se comportent comme des adultes à 13, 14, 15 ans et, dans bien des cas, ils sont traités comme des adultes, mais ce ne sont pas des adultes, ce sont des enfants et des adolescents qui ne connaissent absolument rien à la vie, mais sont accusés comme s’ils savaient tout et pire, ils croient qu’ils savent tout. Ils veulent être acceptés, malheureusement ils veulent être acceptés dans un monde irréel d’apparences !

Dans « notre » monde du « semblant », du « faux », de la consommation du corps parfait, du mensonge parfait, de l’argent à tout prix, de la consommation et de l’affichage, de l’exposition sans limite, de la publicité mensongère qui vend du « parfait » nous sommes « obligés » de faire partie de cette société du « petit mensonge ».

Annonce

Dans la société de consommation du corps parfait, de la vie parfaite, de l’être parfait, il n’y a pas de place pour « être humain », il n’y a pas de place pour « être qui nous sommes », ceux qui exhibent leurs imperfections, parce que l’imparfait ne rentre pas dans l’apparence parfaite de l’être humain du monde du mensonge.

Nous voulons tous faire partie de quelque chose. Surtout quand on est jeune. Notre classe est notre raison d’être et d’être au monde. Nous nous comportons comme des tribus, nous sommes territoriaux et faire partie de ce « quelque chose ou groupe » nous donne une identité. Et puis pour faire partie de ce monde, le jeune suit le groupe, même si dans bien des cas, il ne sait pas pourquoi il le fait, même en sachant que beaucoup de choses qu’il fait sont mal, mais il pense que ça vaut la peine de prendre des risques pour  » faire » partie de la bande.

Et dans ce monde poussiéreux, une tentative est faite pour forcer les gens à adhérer sans contestation au modèle d’être et d’être dans ce «monde», réduisant les particularités sublimes et merveilleuses, c’est-à-dire nos magnifiques différences, dans une uniformité qui s’adapte en parfaite adéquation à une société tamponnée, uniforme, opaque, moraliste, hypocrite. C’est la construction d’un monde basé sur le mensonge et sans fondement.

Les soucis de notre âme doivent être traités dans nos relations quotidiennes, d’abord dans la famille, puis dans les écoles, concernant les enseignants et les camarades de classe, avec les amis et aussi avec les ennemis, avec les petits amis, les patrons. … Vivre les bonnes et les mauvaises expériences, apprendre à les comprendre.

Annonce

Nous éprouvons des frustrations et apprenons à les surmonter. C’est le cycle naturel des choses, il faut vivre pour comprendre la vie, vivre toutes les émotions, bonnes et mauvaises, sourire, pleurer, gagner, perdre, aimer, rejeter, être rejeté, avoir des amis, des ennemis, nouer des alliances, rompre… C’est à la famille d’apporter son soutien, de donner les bases pour que cet être, même en temps de tempête, ne s’effondre pas. Et dans la coexistence quotidienne, il construira son bâtiment intérieur, avec des fenêtres, des portes, des cloisons.

Mais comment éduquer si les parents n’ont pas « le temps » d’aider ces jeunes à construire leurs bases ?

Toutes les images / Pixabay

Les enfants n’ont pas « le temps » d’écouter ce que leurs parents ont à dire, peut-être une conférence familiale via WhatsApp ou Skype, qui sait…

Les amis n’ont pas toutes les réponses

Google n’a pas toutes les réponses.

Nos jeunes créent des événements à publier, à aimer et à commenter.

Des situations sont créées pour faire bouger et donner au « marché » de la popularité, les « actions personnelles sur la vie virtuelle » qui croissent en fonction du nombre de « posts, commentaires et likes ». Une société basée sur le consumérisme, qui valorise chaque être humain pour ses biens de consommation et son potentiel de présentation de produits, et à consommer avidement des « vies ». Des vies sont exposées, pour le plus grand plaisir du consommateur et le plus grand plaisir de celui qui est exposé, car plus on en voit, plus on en consomme, gagnant ainsi en popularité, par conséquent en « puissance ». Une société sans amour, sans paix et sans âme.

Annonce

L’âme n’est pas vendue au diable, mais déposée dans des sites de réseaux sociaux et des événements qu’il faut constamment publier pour alimenter le marché. E s’il n’y a pas d’événement, vous postez une image de vous, parce que l’image c’est tout dans ce monde basé sur l’AVOIR, l’ÊTRE n’a pas d’importance, ce qui compte c’est l’OPINION et, pour apparaître et plaire, il faut exposer.

Il est impératif que ces jeunes comprennent qu’ils n’ont PAS la valeur de ce qui est « consommé » ou de ce qu’ils consomment en images, en exposition, en « likes », en partages et en « commentaires ». Leur valeur n’est pas « subjective et liquide », car cette « valeur » se trouve dans la manière dont il se constitue en tant qu’être humain réel.

ÊTRE VRAI n’est pas facile dans ce monde « virtuel », mais nous devons essayer, non seulement avec les jeunes, mais aussi par rapport à nos vies, car je crois que notre jeunesse n’est rien d’autre que le reflet d’une société « malade ».

Parce que nos enfants naissent sans prendre le temps, extrêmement compétitifs, coincés dans des écoles qui doivent garantir leur « avenir ». Et ainsi ils continueront à lubrifier les rouages ​​de notre société malade et « médicamentée » qui confond santé et médecine, consommation et qualité de vie, amour et biens de consommation. Nous formons une génération d’égoïstes, d’aliénés et d’inconscients, qui se soucient plus de leur image que d’être humain.

Quand on est jeune, on croit qu’on sait tout, qu’on est prêt pour la vie, mais vivre nous apprend qu’on ne sait RIEN de la vie.

Comprendre et accepter que nous ne sommes pas et ne serons jamais parfaits, que nous ne savons tout simplement presque rien et que nous ne sommes même pas sûrs de tout, nous rend plus ouverts, plus humains, plus doux, plus aimants et tolérants, avec nous-mêmes et avec les autres.

Mais pour que nos jeunes comprennent tout ça, il faut les élever pour qu’ils soient plus humains, collaboratifs, créatifs, transgressifs et tolérants. Mais pour cela, il faudra leur apprendre qu’ils seront quelqu’un, pas pour la quantité de biens qu’ils possèdent et leur succès sur les réseaux sociaux, mais plutôt, pour « être » humain, « être » comme un verbe d’action !

Publié par Jean-Charles R

À propos de l’auteur: j'aime la nature et l'écologie mais je m'intéresse aussi à la psychologie et la spiritualité, je pense que tout est lié. Je suis arrivé dans l’équipe d’ESM en 2016 après avoir étudié en Angleterre et passé plusieurs années en Australie . Depuis toujours, je suis soucieux de la nature et de mon impact sur l’environnement. Ainsi, par le biais d’informations, j’essaie de contribuer à l’amélioration de l’environnement et de jouer un rôle dans l’éveil des consciences afin de rendre le monde un peu meilleur chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

mois

Ils attirent les regards partout où ils vont ! Ces 4 signes du zodiaque ont un charme unique !

Pourquoi donner votre pouvoir à ceux qui vous blessent, alors que vous méritez de guérir ?