in

Les enfants battus par leurs parents développent des peurs et sont plus susceptibles de mentir

Partagez cet article

Annonce

Bien qu’elle semble être une forme de correction efficace, une gifle apprend à l’enfant à avoir peur du plus fort.

Lorsque nous nous arrêtons pour réfléchir à la manière dont nous voulons éduquer nos enfants, nous sommes nombreux à répondre que nous aimerions faire quelque chose de très différent de ce que nous avons reçu dans notre enfance, notamment en ce qui concerne les coups.

Annonce

Beaucoup de pères et de mères aujourd’hui ont pris des claques, des coups de ceinture et de pantoufles dans leur enfance et aujourd’hui ils se rendent compte que ce n’est pas la bonne façon de procéder. En tant que parents, ils recherchent le dialogue, à faire comprendre les conséquences, les choix et à mettre des limites de manière productive et respectueuse.

Mais dans certaines situations, on a l’impression de ne pas savoir quoi faire et, la claque réapparaît.

Pères et mères tristes, enfants tristes voire en colère, un cycle est enclenché qui peut grandir et influencer la vie quotidienne de la famille de manière très compliquée.

Annonce

Lorsque nous donnons la fessée à nos enfants, ils apprennent certaines choses :

-Ils apprennent à avoir peur du plus fort, et cela peut durer longtemps dans leur vie.

-Ils apprennent que c’est en frappant que les moments difficiles se résolvent, car c’est ainsi qu’ils voient leurs parents résoudre les mêmes moments

-Ils apprennent que la gifle est plus importante que le dialogue et la communication.

Lorsque les parents frappent leurs enfants, ils cherchent généralement à contrôler une situation, mais les adultes dans cette situation sont complètement hors de contrôle. Il est très déroutant pour l’enfant de penser que notre manque de contrôle, qui s’est soldé par la gifle, sert à éduquer ou à contrôler à un moment donné.

Annonce

Toute cette confusion fait que l’enfant n’apprend pas, car il interrompt ce qu’il faisait à cause de la peur qu’il a, et de la peur qu’il ressent. Il arrive qu’il n’apprenne plus, parce qu’il ne vit pas le processus naturel dans lequel chaque action a sa conséquence. Lorsque ce processus est interrompu, c’est comme si la réflexion était également interrompue.

C’est le grand piège, car encore trop de parents pensent que les gifles fonctionnent parce que l’enfant interrompt en fait ce qu’il faisait.

Mais cela se produit par peur et non par conscience.

Que se passe t-il après?

L’attitude se répète et les claques deviennent plus fréquentes. En plus de la claque et du manque de respect, on entame un affrontement qui peut devenir assez complexe. Car l’un gagne et l’autre perd et l’enfant, s’en rendant compte, fait aussi tout pour gagner cet affrontement.

Ce chemin génère de la peur, de la distance et le mensonge apparaît même souvent comme le seul moyen d’éviter ce moment, la gifle.

Annonce

Les enfants d’aujourd’hui entrent dans cette lutte parce que d’une certaine manière, ils ne tolèrent pas le manque de respect, et souvent leur façon d’agir pour gagner les affrontements passe également par le manque de respect. Ce cycle bouclé, parents et enfants s’éloignent et la communication, la rencontre et le respect deviennent de grands objectifs difficiles à atteindre.

aux autres enfants

Avec la fermeté aimante, le respect et la constance, de la cohérence dans la manière de corriger et une prise de conscience des conséquences des attitudes, ce que nous trouvons, ce sont des familles, des partenaires et des enfants unis qui grandissent dans l’amour, le respect et une véritable éducation. Tout est dans la façon d’éduquer.

Une éducation positive qui génère de la croissance pour tous.

Amener l’autre personne à faire quelque chose que vous voulez n’est pas difficile. Le point important est de comprendre pourquoi votre enfant a changé d’attitude. Par peur, par amour, ou par conscience ?

L’éducation que nous donnerons dépendra des choix que nous faisons. Et nous, les adultes, avons le choix.

Publié par Jean-Charles R

À propos de l’auteur: j'aime la nature et l'écologie mais je m'intéresse aussi à la psychologie et la spiritualité, je pense que tout est lié. Je suis arrivé dans l’équipe d’ESM en 2016 après avoir étudié en Angleterre et passé plusieurs années en Australie . Depuis toujours, je suis soucieux de la nature et de mon impact sur l’environnement. Ainsi, par le biais d’informations, j’essaie de contribuer à l’amélioration de l’environnement et de jouer un rôle dans l’éveil des consciences afin de rendre le monde un peu meilleur chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Test de personnalité : la façon dont vos lignes de main sont positionnées révèle quelque chose d’incroyable à votre sujet 

horoscope

Horoscope du Jeudi 27 octobre 2022 pour chaque signe du zodiaque