Une psychologue de Harvard dit que les gens vous jugent selon 2 critères lorsqu’ils vous rencontrent

de | 29 novembre 2016

 

critères

Les gens vous jugent selon 2 critères lorsqu’ils vous rencontrent

Une psychologue de Harvard dit que les gens vous jugent selon 2 critères lorsqu’ils vous rencontrent pour la première fois

Dans nos relations, les gens se font une opinion de nous en quelques secondes, mais qu’est-ce qu’ils regardent exactement?

Dans son livre « Presence« , c’est à cette question que le professeur Amy Cuddy de Harvard Business School répond avec l’aide des membres de son équipe, les psychologues Susan Fiske et Peter Glick depuis plus de 15 ans. En fait, ils ont découvert des modèles dans les interactions et ils affirment que les gens répondent rapidement à deux questions principales quand ils vous rencontrent:

La confiance

Puis-je faire confiance à cette personne?

Le respect

Puis-je respecter cette personne?

Les psychologues se réfèrent à la chaleur du rapport humain, à la fiabilité et aux compétences. Idéalement, nous voulons être perçus comme un leader dans les deux champs respectivement. Fait intéressant, Cuddy dit que la plupart des gens, en particulier dans un contexte professionnel, croient que les compétences sont le facteur le plus important. Après tout, ils veulent prouver qu’ils sont intelligents et assez talentueux pour gérer votre entreprise. Cependant, c’est la fiabilité, qui est le facteur le plus important dans la façon dont les gens nous évaluent.

« D’un point de vue évolutif, dit Cuddy, il est plus primordial pour notre survie de savoir si une personne mérite notre confiance. » C’est tout à fait logique lorsque l’on se réfère à l’ère des hommes des cavernes… Il était plus important de savoir si votre camarade allait vous tuer et voler toutes vos possessions que s’il était assez compétent pour faire un bon feu ou à manger.

Le livre de Cuddy explore les manières de se sentir plus en confiance. Bien que les compétences soient souvent très appréciées, Cuddy dit qu’elles sont évaluées seulement lorsque la confiance est établie. Cuddy explique également que les stagiaires en MBA sont souvent si préoccupés par leurs compétences que cela peut les conduire à ignorer les événements sociaux et à ne pas demander de l’aide. C’est pourquoi ils sont généralement perçus comme inaccessibles.

presence

Son livre : les gens vous jugent selon 2 critères lorsqu’ils vous rencontrent

Ces perfectionnistes reçoivent une réelle douche froide lorsqu’ils ne sont pas retenus pour un poste convoité. Souvent, c’est parce que l’employeur qui les a vus en entretien ne peut leur accorder leur confiance.

« Si quelqu’un essaie de vous influencer et que vous ne lui faites pas confiance, cela ne va pas aller très loin. En fait, vous pourriez même faire naitre des soupçons, parce que vous vous présentez comme une personne manipulatrice », renchérit Cuddy.

« Une personne de confiance qui est dotée d’une forte expérience suscite généralement l’admiration. Mais attention, c’est seulement lorsque que vous avez établi une véritable confiance, que votre capacité technique devient un atout plutôt qu’une menace ».

Pour voir l’article original les gens vous jugent selon 2 critères lorsqu’ils vous rencontrent : businessinsider.com

4 réflexions au sujet de « Une psychologue de Harvard dit que les gens vous jugent selon 2 critères lorsqu’ils vous rencontrent »

  1. Gaétane Duguay

    Bonjour,

    Question de respect, peu de gens connaisse le sens du respect des gens. Souvent des gens lorsqu’ils sont en situation d’autorité abuse de leur pouvoir qu’ils sont irrespectueux, alors nous devons leur répondre pas toujours ce qu’ils veulent entendre, c’est une question de délicatesse. Dans mon entourage, peu de gens ont appris le savoir vivre et le respect. Le respect est essentiel pour vivre en société. La Confiance, elle est plus difficile a allé chercher, nous n’avons pas la confiance au premier contact avec les gens, elle peut être trompeuse.

    Répondre
  2. Suah Rocky

    Je trouve cela bien mais a la foi drôle pour plusieurs raisons. Les cultures sont différentes en fiction des continents .l’Occident développe plusieurs recherches dans le domaine relationnel. Hors en Afrique ni la compétence ni la confiance peuvent nous aides a avoir une vie professionnel stable. Simplement plusieurs entreprises son gère par les membres de la famille proche ou éloigné. Les recrutement se font par affiliation.

    Répondre
  3. MAURIER Claude

    Je voyage régulièrement dans les pages mises à la disposition de tous et je fais le constat suivant : qu’est-ce qui fait que de très nombreuses personnes brillantes, expertes et qualifiées en relations humaines prétendent presque tout dire en quelques phrases ou quelques mots clés à propos d’un sujet ? Elles réduisent le champ de compréhension immensément vaste qu’elles n’abordent que sur un ou plusieurs points de focalisation. Voyez-vous ici, je suis immédiatement gêné par le premier mot clé utilisé pour aborder le sujet : juger… Je préfère de loin utiliser le mot apprécier…. qui remplit la distance d’une énergie qui ouvre.
    Messieurs et Mesdames les psychologues patentés, comment pouvez-vous réduire le champ d’un échange à ce point ? Vous éloignez vos lecteurs de l’essentiel qui est d’accueillir en vous la personne dont vous venez de serrer la main ou de croiser le regard. La réponse sur le respect et la confiance dépend de vous et vous appartient donc aussi ! Qui êtes-vous donc pour oser ces réductions ?
    Je ne nie pas les observations que vous faites, je dis simplement que vous n’êtes pas omnipotents. Qui peut l’être ? Le respect se découvre dans l’écoute, l’observation et l’interactivité, mais dans quelle profondeur d’écoute ? Quelle amplitude d’observation ? Quelle liberté d’interactivité ? La confiance mais sur quels critères ? Tant il y en a et tant nous ne pouvons connaitre qui est en face de nous ? Tant nous connaissons peu le qui nous sommes !

    Répondre
  4. patrice bellavance

    Les études essaie de saisir l’insaisissable et sont bien souvent très réductrice et biaisé volontairement ou non . On espère juste que les scientifiques ne soient pas trop fous . A l’évidence ils préfèrent aller dans l’espace et ce qui est payant . Que de travailler a nourrir enfants et femmes qui meurent de faim . Et étudier pourquoi ils n’obtiennent aucune confiance malgré leur tonnes de diplômes . La ils s’inquiètent du populisme montant ne réalisant même pas que la population est bien plus intelligente que les supposés élites .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *