Pourquoi vous vous marierez avec la mauvaise personne

de | 30 novembre 2016

 

marierez

Pourquoi vous vous marierez avec la mauvaise personne

C’est l’une des choses qui nous effraient le plus. Nous faisons beaucoup d’efforts pour éviter cela. Et pourtant nous le faisons quand même : nous nous marions avec la mauvaise personne.

C’est en partie parce que nous avons un nombre déconcertant de problèmes qui surgissent quand nous essayons de nous rapprocher des autres. Nous semblons normaux seulement pour ceux qui ne nous connaissent pas très bien. Dans une société plus sage, avec une conscience plus accrue que la nôtre, une question standard au premier dîner serait: «Et à quel point êtes-vous fou? »

Peut-être que nous avons une tendance latente à devenir furieux quand quelqu’un n’est pas d’accord avec nous ou à pouvoir nous détendre que lorsque nous travaillons; peut-être que nous sommes plus complexes sur l’intimité après les rapports intimes ou que nous nous bloquons face à l’humiliation. Personne n’est parfait. Le problème, c’est qu’avant le mariage, nous cherchons rarement à connaître nos complexités.

Chaque fois que des relations informelles menacent de révéler nos défauts, nous blâmons notre partenaire et nous arrêtons là.

Quant à nos amis, ils ne s’inquiètent pas suffisamment pour essayer de nous faire ouvrir les yeux. L’un des privilèges quand on est célibataire, c’est donc l’impression sincère d’être vraiment facile à vivre.

Nos partenaires ne sont pas plus conscients d’eux. 

Naturellement, nous essayons de les comprendre. Nous rendons visite à leur famille. Nous regardons leurs photos, nous rencontrons leurs amis d’université. Tout cela contribue au sentiment que nous avons fait notre devoir. Ce n’est pas le cas. Le mariage finit comme une sorte de pari fait entre deux personnes qui ne savent pas encore qui ils sont ou qui l’autre personne peut être, s’engageant dans un avenir qu’ils ne peuvent pas concevoir et qu’il ont soigneusement évité d’examiner.

La plupart des gens mariés le font pour des raisons logiques: parce que sa parcelle de terre jouxte la vôtre, parce que sa famille avait une entreprise florissante, son père était le magistrat de la ville, il y avait un château à garder, ou les parents des deux personnes ont souscrit à la même interprétation d’un texte sacré. Et à partir de ces mariages de raison, il en découlait de la solitude, de l’infidélité, de l’abus, et une dureté de cœur. Avec le recul, le mariage de raison n’était pas raisonnable du tout; il était souvent convenable, étroit d’esprit, snob et relevait de l’exploitation. Voilà pourquoi il a été remplacé par le mariage d’amour, qui a été largement dispensé de rendre des comptes.

Ce qui importe dans le mariage d’amour, c’est que deux personnes soient attirées l’une par l’autre par un instinct écrasant et qu’elles sachent dans leur cœur ce qui est juste. En effet, plus le mariage paraît imprudent (peut-être qu’ils se connaissent seulement depuis six mois, que l’un d’entre eux n’a pas de travail, ou qu’ils sortent à peine de l’adolescence), plus il peut sembler sûr. L’imprudence est prise comme un contrepoids à toutes les erreurs de la raison, le catalyseur de la misère. Le prestige de l’instinct est la réaction traumatisée par trop de siècles de raison déraisonnable.

mauvaise-personne

Pourquoi vous vous marierez avec la mauvaise personne

Image crédit : Marion Fayolle

Mais si nous croyons être à la recherche du bonheur dans le mariage, ce n’est pas si simple. 

Ce que nous cherchons vraiment, c’est la familiarité, qui pourrait bien compliquer les plans que nous aurions pu avoir pour le bonheur. Nous cherchons à recréer, dans nos relations avec les adultes, les sentiments que nous connaissions si bien durant l’enfance. L’amour que la plupart des gens ont connu au début était souvent confus avec les autres, des dynamiques plus destructrices: les sentiments de vouloir aider un adulte qui perdait le contrôle, d’être privé de la chaleur d’un parent ou d’avoir peur de sa colère, de ne pas se sentir suffisamment en sécurité pour communiquer nos désirs.

Il est donc logique que nous devions, en tant qu’adultes, rejeter certains candidats pour le mariage non pas parce qu’ils sont mauvais, mais parce qu’ils sont trop bien – trop équilibrés, matures, compréhensifs et fiables – étant donné que dans nos cœurs, la justesse nous semble étrangère . Nous nous marions avec les mauvaises personnes parce que nous n’associons pas le fait d’être aimé au bonheur.

Nous faisons aussi des erreurs parce que nous avons un gros problème de solitude. Personne ne peut être dans une période optimale pour choisir un partenaire quand rester dans la solitude paraît insupportable. Nous devons être totalement en paix avec la perspective de plusieurs années de solitude pour être convenablement pointilleux; autrement, nous risquons d’aimer le fait de ne plus être célibataire au lieu d’aimer le partenaire qui nous a épargné ce sort.

Enfin, nous nous marions pour créer une sensation agréable.

Nous imaginons que le mariage va nous aider à immortaliser la joie que nous avons ressentie lors de la proposition: Peut-être que nous étions à Venise, sur le lagon, dans un bateau à moteur, avec un magnifique coucher de soleil, en bavardant des aspects de nos âmes que personne n’avait semblé avoir compris auparavant, avec la perspective de dîner un risotto un peu plus tard. Nous nous sommes mariés pour rendre de telles sensations permanentes, mais nous n’avons pas réussi à voir qu’il n’y avait pas de lien solide entre ces sentiments et l’institution du mariage.

En effet, le mariage tend résolument à nous faire déménager dans un endroit très différent , par exemple ça peut-être dans une maison de banlieue, avec un long trajet et des enfants affolants qui tuent la passion dont ils sont issus. Le seul ingrédient en commun est le partenaire. Et il aurait pu être le mauvais ingrédient.

marierez-3

Pourquoi vous vous marierez avec la mauvaise personne

Mais cela importe peu si nous constatons que nous avons épousé la mauvaise personne.

Nous ne devons pas l’abandonner, seule l’idée romantique fondatrice sur laquelle la compréhension occidentale du mariage a été basée sur les 250 dernières années: qu’un être parfait existe pour répondre à tous nos besoins et satisfaire tous nos désirs.

Nous avons besoin d’échanger la vision romantique avec la conscience tragique que chaque être humain nous frustrera, nous mettra en colère, nous ennuiera, nous exaspérera ou nous décevra, et ce sera pareil pour eux nous concernant. Il ne peut pas y avoir de fin à notre sensation de vide et d’incomplétude. Mais rien de tout cela n’est inhabituel ou un motif de divorce. Choisir avec qui nous nous engageons est simplement un cas d’identification du type de souffrance pour lequel nous souhaiterions le plus nous sacrifier.

Cette philosophie du pessimisme offre une solution à beaucoup de détresse et d’agitation autour du mariage. Cela peut sembler étrange, mais le pessimisme soulage la pression imaginative excessive que notre culture romantique place sur le mariage. L’échec d’un partenaire à nous sauver de notre chagrin et de notre mélancolie n’est pas un argument contre cette personne et ce n’est pas pour cela que cette union mérite d’échouer ou d’être améliorée.

La personne qui est la mieux placée pour nous n’est pas la personne qui partage tous nos goûts (il ou elle n’existe pas), mais celle qui peut surmonter intelligemment les différences de goûts. Au lieu d’une idée théorique de complémentarité parfaite, il s’agit de la capacité à tolérer les différences avec la générosité qui est le véritable marqueur de la personne « pas trop mal ». La compatibilité est une réalisation de l’amour; elle ne doit pas être la condition.

Le romantisme a été inutile pour nous; c’est une grande philosophie. Cela a fait apparaître de nombreuses choses que nous rencontrons dans le mariage comme extraordinaires ou effroyables. Nous finissons seuls et convaincus que notre union, avec ses imperfections, n’est pas « normale. » Nous devons apprendre à accepter « l’imperfection, » en nous efforçant de toujours adopter une perspective plus indulgente, gentille et drôle dans ses multiples exemples sur nous-mêmes et nos partenaires.

Source de l’article Pourquoi vous vous marierez avec la mauvaise personne :www.nytimes.com

Une réflexion au sujet de « Pourquoi vous vous marierez avec la mauvaise personne »

  1. Ghislain

    Mon Dieu que cet article à fait saigner mon Âme !
    Des clichés, un peu à droite, d’autres à gauche, tout plein partout quoi.
    Il est intéressant de voir ce cloisonnement de l’esprit qui est mis en lumière dans cet article.
    Cet article est sensé être voué à l’ensemble de l’humanité, même les gens qui travaillent sur eux, font ce travail de conscience de se connaître intimement, physiquement, émotionnellement, mentalement et spirituellement. Est-ce que cela veut dire que c’est impossible, que même dans la Lumière nous nous égarons et seul la mauvaise personne sera à nos côtés?
    Ou bien le titre de l’article se veut provocateur et non la pensée de l’article?
    Parce que oui je suis d’accord que pour les individus qui ne sont que dans la reproduction de schémas de pensées, qui ne se connaissent pas, qui ne se nettoient pas, cet article a du sens, restrictif peut-être quand même mais sensé.
    Je m’interroge en tout cas sur la portée, la cible, et le but de cet article, qui est en totale inadéquation avec les valeurs et vertus promus sur ce site, qui est allons dans la Lumière car on y est bien sur tous les plans.
    Bonne soirée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *