6 signes que vous êtes un parent toxique sans vous en rendre compte

de | 18 janvier 2016

C52A64EA10

Image crédit : Shutteestock

6 signes que vous êtes un parent toxique sans vous en rendre compte

« Plus le niveau spirituel de l’éducateur est pauvre, plus sa morale est incolore, plus grand sera le nombre des injonctions et interdictions qu’il imposera aux enfants, non pas par souci de leur bien, mais pour sa propre tranquillité et son propre confort. »
Janus Korczak

« C’est notre propre exemple qui apprend à l’enfant à mépriser tout ce qui est faible. »
Janus Korcza

La plupart des parents font véritablement de leur mieux pour offrir à leurs enfants une éducation saine et heureuse, mais même ces individus peuvent accidentellement faire des erreurs qui peuvent en résulter de futurs rendez-vous chez le thérapeute.

Malheureusement, certains parents vont au-delà de l’erreur occasionnelle et virent dans la catégorie toxique. Indépendamment de savoir si oui ou non un parent est délibérément toxique, il y a plusieurs comportements qui peuvent causer de nombreux dégâts émotionnels et mentaux à un enfant qui finissent par les affecter grandement, même après qu’ils aient grandi.

Un enfant « se sent aimé » par ses parents non pas parce que ceux-ci le lui disent, mais parce qu’il n’a pas besoin d’avoir peur de leurs réactions. Il se sent donc accepté tel qu’il est.

Pour que cette sécurité soit rendue possible, il faut que son parent soit lui-même autonome, c’est-à-dire capable de comprendre et de sentir les émotions et ce que le comportement de son enfant fait naître en lui (peurs, inquiétudes, angoisses), trouvent leur origine dans sa propre histoire. Ce dont les parents toxiques ne sont pas capables.

Un enfant dont les parents auront développé une réelle autonomie par rapport à leurs émotions, deviendra à son tour capable de développer une réelle autonomie : il pourra avoir ses propres convictions, ses propres sentiments, il sera capable d’être « vrai avec lui-même », il se définira par lui-même en faisant ses choix de vie propres, en accord ou non avec ses parents.

A l’inverse, un parent toxique « crée » le plus souvent des enfants conciliants et soumis qui ignorent leurs propres besoins parce qu’ils les pensent égoïstes. Mais parfois aussi les enfants de parents toxiques réagissent à la maltraitance en se rebellant pour survivre, ils sont alors injustement traités de « méchants » par leurs géniteurs. La peur de l’enfant, issue de la toxicité du parent, l’aliène, l’isole et le referme en créant en retour l’irrespect et la haine qui renforcent la toxicité du parent, dans un tragique cercle vicieux.

Si vous avez vécu l’une des situations suivantes étant enfant, les chances sont élevées que l’un ou l’autre de vos parents ait été au moins légèrement toxique.

Voici les 6 signes que vous êtes un parent toxique sans vous en rendre compte:

Se disputer devant les enfants.

Se disputer, c’est à dire crier ou en venir aux mains, devant vos enfants c’est une sorte de maltraitance envers les enfants. Il a été prouvé que c’était incroyablement dommageable sur le plan émotionnel pour les enfants. Les disputes font partie des relations,mais elles ne devraient jamais se produire devant les enfants.

Être trop critique ou déçu.

Le premier travail d’un enfant est d’apprendre à connaître le monde dans lequel ils sont nés. Ils ont besoin d’apprendre, d’exploiter leurs intérêts, et de découvrir ce qu’ils aiment et à quoi ils sont bons. Les parents qui tentent de forcer leurs enfants à faire certains types d’activités parascolaires et « pour le plaisir » se livrent en fait à quelque chose de toxique.

Se tenir entre eux et leurs objectifs.

Les parents ont tendance à projeter leurs propres espoirs, rêves et idéaux sur leurs enfants. Un père qui aime le football peut être repoussé par l’intérêt de son fils pour le ballet et une mère qui a été pom-pom girl peut être contrariée si sa petite fille essaie la natation, mais vous devez laisser les enfants explorer leurs intérêts pour comprendre ce qu’ils veulent dans la vie.

Ne pas laisser les enfants s’exprimer librement.

Les enfants ne devraient jamais avoir peur de dire ce qu’ils ont en tête. Un environnement sain leur dit qu’ils sont aimés et qu’ils peuvent parler librement. Un parent toxique empêchera ses enfants de s’exprimer.

Ils font des blagues « toxiques ».

Les blagues font partie de la vie de famille parfois. Les petites plaisanteries sont bien, mais cela devient toxique quand un parent taquine constamment son enfant sur quelque chose qu’il a dit ou fait. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

Rendre les enfants responsables de leur bonheur.

Les parents attendent beaucoup de leurs enfants, et c’est logique. Les parents veulent ce qu’il y a de mieux. Ils veulent que leurs petits aient les compétence nécessaires pour vivre une vie saine et heureuse. Mais quand vous commencez à manipuler vos enfants pour qu’ils fassent certaines choses pour vous faire plaisir, vous faites une chose vraiment toxique.

Conclusion :

Pour pouvoir devenir peu à peu de plus en plus responsables de nous-mêmes, donc pour oser regarder nos propres imperfections en face, il nous faut commencer par balayer devant notre porte, ce qui revient à dire renoncer (au moins en partie) à notre propre tranquillité et à notre propre confort, (c’est-à-dire reconnaître nos comportements toxiques.)

Il est vrai que l’égoïsme fait des ravages aujourd’hui, mais nous ne parlons pas tous du même égoïsme. S’ouvrir à l’altérité, c’est commencer par arrêter de cautionner une culture judéo chrétienne dévoyée qui veut nous faire croire qu’il est égoïste de vouloir penser à soi comme de se préserver soi-même. L’égoïsme c’est de vouloir que l’autre se comporte comme soi. L’égoïsme, c’est l’intolérance de celui qui ne peut pas voir plus loin que le bout de son besoin à lui.

Convenir de son égoïsme est à priori impossible pour le prédateur, et c’est pour cela que nous devons apprendre à reconnaître, pour éviter de continuer à les subir, les comportements toxiques et pervers des autres, et en particulier ceux de nos parents (s’ils les ont eus ou les ont toujours).

Dans le livre de le Docteur Muriel Salmona « Le livre noir des violences sexuelles », qui vient de paraître aux éditions Dunod et dont je ne saurais trop vous recommander la lecture.

Il y figure un passage qui éclaire la culture de beaucoup de personnes réticentes à convenir de la toxicité possible du parent. Le voici :

« De fait, l’enfant est encore trop souvent considéré comme la propriété de ses parents, auquel il doit respect et obéissance quoi qu’il arrive. Rappelons que jusqu’à la date récente du 5 mars 2002, l’article 371-1 du code civil sur l’autorité parentale, inspiré du cinquième des dix commandements bibliques, commençait en stipulant : « L’enfant, à tout âge, doit honneur et respect à ses parents. » Modifié, il commence maintenant par : « L’autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant, » l’article 371-1 précisant que cette autorité parentale « appartient aux père et mère jusqu’à la majorité ou l’émancipation de l’enfant pour le protéger dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, Pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne. Les parents associent l’enfant aux décisions qui le concernent, selon son âge et son degré de maturité. »

Article inspiré de  lifehack.org /Claire C.

35 réflexions au sujet de « 6 signes que vous êtes un parent toxique sans vous en rendre compte »

  1. douce

    Franchement, vos articles m’apostrophaient quelquefois.. Mais la, les toxiques c’est vous…
    Je vous laisse à vos réflexions nauséabondes et votre désir de manipulation… Sur beaucoup de sujets d’ailleurs…
    Bon vent…

    Répondre
    1. Misha1501

      Je ne comprends pas bien le contenu de votre réaction ! Je ne trouve rien de « nauséabond » dans ce qui est exprimé là sauf à vous avoir dit une vérité et, par là même, fait sortir de votre zone de confort ! Être dans l’inconfort fait bouger : on réfléchit et change de position ! C’est parfois salvateur !

      Répondre
      1. Pop

        Ahah, je pense qu’elle c’est reconnu dans l’article, c’est dur d’accepter qu’on puisse être nocif pour quelqu’un… Mais de cette manière on peut avancer.

        Répondre
    2. shinsen

      Lorsqu’on se sent attaqué, c’est qu’on se reconnait dans l’article 😉
      Encore une personne toxique qui préfère se faire passer pour une victime..

      Répondre
  2. Khalis

    J’ai des parents toxiques, que faire ?

    J’avais pensé à leur offrir le livre « parents toxiques » mais ils ne comprendront pas c’est moi l’enfant indigne et je sais qu’ils ne le liront pas.

    Cette situation me pèse parce qu’à énormément d’endroits sur le site je vois qu’il faut pardonner et être reconnaissant envers ses parents, je suis reconnaissante pour le fait qu’ils m’ont nourri, logé (mais là encore c’est un DEVOIR sinon encore s’abstenir d’avoir des enfants), poussé dans les études mais leur sévérité malsaine que vous décrivez m’a rendu quasi apathique à leur égard.
    Quand ils viennent vers moi en étant « gentils » ils le font pour obtenir quelque chose derrière, c’est tellement pas naturel que ça me répugne.

    Quand on pardonne quelqu’un c’est aussi parce qu’on a un minimum d’estime pour lui, qu’on est prêt à rester à ses côtés à l’avenir mais tout ça ne me concerne pas. J’ai maintenant beaucoup d’orgueil et je crains être moi-même toxique par la suite.

    Répondre
    1. Cyde

      Une psy m’avait donné un très bon conseil concernant tous ceux qui gravitent autour de moi : « ça leur appartient ».

      Tu ne pourras jamais changer tes parents, ce n’est pas ton rôle de toute façon et tu as ta propre vie à mener, la meilleure chose à faire est de prendre du recul vis-à-vis d’eux et te recentrer sur ton univers à toi (quitte à opter pour un éloignement géographique si tu en as besoin). Tes amis peuvent devenir ta nouvelle famille, tu as peut-être aussi déjà un enfant ou en auras un jour ?

      Déjà le fait d’avoir conscience que tu risques d’être « toxique » à ton tour te permettra de te remettre en cause si jamais tu débordes.

      Tu peux « pardonner » tes parents dans le sens où tu n’éprouverais plus de rancœur et serais complètement libre et émancipée d’eux. Mais tu n’es pas obligée de les fréquenter régulièrement. Après, va savoir si le temps n’adoucira pas les choses ?

      Je ne te connais pas et ne sais pas si mes conseils te seront utiles, mais je te souhaite de réussir à te débloquer de cette situation. Courage !

      Répondre
    2. alex

      bonjour

      deja merci pour article je suis dans cette situation aussi.
      Juste pour vous rassurer en avoir peur de l etre et le comprendre c’est avoir fait 60% du travail.
      Une choses m ont étés dites: c de la violence mentale
      Ca fait du bien de mettre un mot sur quelque chose que personne ne peut comprendre

      Répondre
    3. Ploum

      Waouh, comme je te comprends, j’ai l’impression de me lire… Si jamais tu repasses par là, on pourrait échanger là-dessus 🙂

      Répondre
  3. laulie rose

    Merci beaucoup pour cet article qui aide à ouvrir les consciences sur le mal causé par l’éducation, parfois même délibérément.
    Laulie Rose, auteur du témoignage « Papa où t’es ? »

    Répondre
  4. Nancy

    Un enfant a besoin de structure sans leur imposer nos choix il faut avoir des regles dans la maison familliale ! Et un enfant doit respect a ses parents ! Il ya des limites a les laisser fair tout ce qu’ils veulent ! Ils ont le droit d’aimer ce qu’ils veulent et choisir le metier qu’ils voudrons ! Mais a lire ce texte nous les parents servons a rien de bon !

    Répondre
    1. avers

      Pourquoi un enfant devrait-il le respect à ses parents ? Pour exiger cela de lui, il aurait fallu qu’il choisisse de naître, ce qui n’est pas le cas à ma connaissance. Mettre un enfant au monde ne devrait pas donner des droits sur lui. Quant aux devoirs envers les enfants, ils devraient incomber à la collectivité, et non à deux pauvres hères souvent incapables de comprendre quoi que ce soit aux besoins de leur enfant, et plus préoccupés de leur propre narcissisme que de satisfaire les besoins de leur progéniture

      Répondre
    2. Trape Arnaud

      En effet la plupart des parent font plus de mal que de bien.. Il faut impérativement crée une police parentale pour arret et foutre au cachot cette bandes de salope et de salopard .

      Répondre
  5. Cyde

    Et quand je manipule mon enfant de sorte à qu’il apprenne à s’essuyer le derrière après être passé sur le trône, je suis toxique ?

    Toute plaisanterie mise à part, je trouve cet article vide : les conseils sont donnés mais sans aller au bout des choses et en plus ils n’ont rien d’extraordinaire dans le fond… C’est un ramassis d’idées préconçues et niaises… Je ne remets pas en doute l’existence de parents toxiques et je plains sincèrement ceux qui en sont victimes car c’est un vraiment un handicap dans la vie de ne pas pouvoir compter sur ceux qui nous ont mis au monde mais je ne suis pas sûre que de tels articles les feront évoluer. Vous parlez des interdictions et des injonctions mais quid du laxisme absolu ? Beaucoup de parents sont toxiques non pas en matière d’interdit mais justement parce qu’ils ne posent aucune limite et achètent la paix sociale avec leur enfant en lui laissant une liberté totale.

    Enfin bref, il y a des idées à développer…

    Répondre
    1. Christine

      Je suis entièrement d’accord avec vous ! Je dirai même que je suis choquée que ma fille puisse penser que je suis un parent toxique !!!

      Répondre
      1. Pop

        Christine, tu devrais peut être écouter ta fille, si elle te dit ça c’est qu’elle a ses raisons, et au lieu d’être « choquée » essaye de COMPRENDRE pourquoi elle pense ça, elle a eut le courage de t’en parler. C’est en acceptant la critique qu’on s’améliore, pas en rejetant tout les avis divergeant du sien.

        Répondre
  6. paris

    je suis vraiment décue par cet article qui ne rime à rien car en education qui à réellement la solution ?

    Répondre
  7. alex

    Je ne pense pas que cet article soit fait pour des parents qui ont peur mais pour ceux qu’ils l ont vécu. Ce qui trouve ca vide ou je ne sais quoi on eu une petite vie tranquille avec quelque pleur de frustration car ils ont pas eu leur lego….

    Les autres comprendront

    Merci de cet article

    Répondre
  8. Francine

    Il y a de très nombreuses manières d’être un parent toxique. Avoir des exigences irréalistes en est une. Ne pas répondre aux besoins de son enfant en est une autre. Violenter son enfant de toutes les façons en est une autre. Utiliser son enfant pour se faire du capital de fierté auprès des gens. Le confier à des personnes non responsables. Faire de l’aliénation parentale envers son autre parent. La liste pourrait être encore longue. Et ensuite, on se demande à quoi servent des organismes comme la DPJ.

    Répondre
    1. Christine

      Vous pensez qu’utiliser son enfant pour se faire du capital de fierté auprès des gens est être un parents toxique ? Mais logiquement on doit être fière de son enfant ! Alors il faudrait ne rien dire ?
      Ridicule !

      Répondre
      1. Enilda

        Non. Ce n’est pas ça. Et ce n’est pas ridicule ! quelques explications ici :

        Ce qui est toxique c’est manipuler son enfant pour qu’il fasse des choix qui flatteront votre orgueil auprès des gens.
        Ex : vous l’incitez à faire du piano contre sa volonté, alors qu’il n’en a pas émis l’idée ni l’envie et vous vous gargarisez auprès des gens, ça, c’est toxique. Votre enfant devient votre faire-valoir social. (J’en ai la nausée rien qu’à l’écrire)

        Si votre enfant fait le choix – de son propre chef – de se lancer dans la musique LIBREMENT sans votre aval ou votre jugement ou encore votre pression et qu’il réussit et que vous en être fier, ça, c’est normal 🙂

        Utiliser son enfant pour flatter son ego – Oui ! Ça existe ! J’en sais quelque chose – C’est profondément toxique.

        Répondre
  9. Maria

    Si donner de l’amour , éduquer et protéger ses enfants sont toxiques , alors là c’est très grave votre article ! A cette vision de choses , je crois que les juges sont toxiques aussi , faut laisser les voleurs sans punition , les criminels en libertés . La bonté de l’homme ne mets pas de discorde entre parents /enfants , mais apporte des conseils et des solutions pour leur rapprocher non pas les diviser . Quelle tristesse de voir un enfant traiter un de ses parent toxique . A ma connaissance je n’ai jamais vu des parents toxiques , mais par contre des patents qui maltraitent leurs enfants j’en ai vu , et sur ces cas déroutants qu’il faut intervenir .

    Répondre
  10. Celinka

    Beaucoup des commentaires de parents révèlent leur compréhension face à cet article. Sans doute parce qu’ils ont peur d’admettre leurs failles en tant que père ou mère.
    Un parent toxique est avant tout un homme ou une femme qui projete sur son enfant ses propres frustrations, craintes ou sentiments de culpabilité. Cela passe par le contrôle, la manipulation, le manque de communication, la violence verbale ou physique, et j’en passe. En règle générale, et comme cela a été dit dans un commentaire, le parent toxique pense faire le bien pour son enfant, et ne prend nullement conscience des dommages qu’il cause. Et malheureusement, l’enfant se construit sur des bases faites de honte, de peur ou de colère. Ce qui aura pour conséquences un mal-être profond lors de sa vie d’adulte.
    Je suis issue d’une mère aimante et d’un père toxique. L’emprise de mon père a fait bien des ravages, mais l’amour de ma mère a contrebalancé cette négativité. Cependant, pour les enfants dont les deux parents sont toxiques, je n’imagine pas les dommages que cela peut provoquer…

    Répondre
  11. Pélagie

    Je pense être toxique pour mes enfants car, pour donner un exemple actuel, ils sont en vacances chez leurs grands-parents (les parents de mon mari) qui n’en font qu’à leur tête pour s’en occuper, les 2 ou 3 recommandations de base, simples et évidentes de sécurité et de soin, ne sont pas suivies, et ils procèdent à du chantage de type « ils sont chez nous et on fait ce que l’on veut chez nous, si ça ne vous plaît pas ils ne viennent plus ». Rien de grave en soi dans l’immédiat, mais cela dure des années malgré nos mises au point, et malgré nos propres remises en question à sens unique. Nous en sommes à décider de ne plus laisser nos enfants là-bas juste parce qu’ils campent sur leur position, puisque c’est le chantage odieux proposé. Je suis égoïste car, selon cet article, car je voudrais que mes beaux-parents se comportent comme moi : qu’ils écoutent et entendent mes explications et celles de mon mari, qu’ils comprennent, qu’ils se remettent en question à leur tour, que 2 ou 3 petites consignes de base essentielles à nos yeux soient appliquées. Maintenant je crois aussi que nous avons en face de nous des personnes manipulatrices et/ou pervers-narcissiques, qui s’amusent de la situation et nous provoquent, et je constate les conséquences auprès de mon mari au quotidien, lui réalise petit à petit d’année en année ce qu’il a vécu depuis sont enfance, il constate. Bon, maintenant que les choses sont posées, que fait-on ?

    Répondre
    1. ludivine

      Lâcher prise 😙 les enfants n oublieront pas pour autant ces 2 ou 3 petites règles de bases qui vous tienne à coeur et qui pour vous est pour leur bien etre et leur bonne éducation. Le temps vous donnera raison ou pas de l utilité de ces règles. Quant au chantage des grds parents pas cool mais je doute qu ils aient vraiment envie de se priver de leur petits enfants… moi perso j ignorai ces propos et je desarmerai en lâchant prise. Bonne continuation à vous et votre petite famille

      Répondre
  12. Dubo

    Oui tout à fait Christine faire d’un enfant Sa propre fièrte sans regarder ses besoins a lui ce qu’il aime… Et Par exemple critiquer tout ce qu’il fait …ses activités…ses animaux… Sa maison….son chéri….en passant même Par ses propres petits enfants pour faire passer quelques critiques supplémentaire…mais en prime critiquer aussi ses propres petits enfants… En je cite…un exemple que je ne suis pas prête d’oublier….le matin faire choisir deux paquets De gâteaux à ses petites filles et l’après midi reprocher à ma petite d’avoir manger les gâteaux au chocolat choisi Le matin même à la demande de mamy …pour lui dire et bien tu vas grossir avec ça regarde tu as pris des gâteaux bien plus calorique que ceux De ta soeur….et ma main dans sa gueule elle l’a veut????? Tout ça parce que ma fille est un peu ronde parce qu’elle prend De la cortisone en prime… J’en ai marre il faut toujours être parfaite pas trop grosse ni trop maigre la maison nickelle pas d’animaux ca pu….et ma danse country… Pfff ça me coûte De l’argent pour rien….et tu joues encore du synthé? Et quand je lui dis que j’ai fais un saut en parapente…et qu’elle s’en fou royal… Et qu’elle me répond ta change ton ampoule sur ta voiture ??? J’ai envie de lui gueuler mais ferme la bordel j’en peux plus de toi !!!! Et bien non je le fais pas mais j’en peux plus quand même

    Répondre
  13. Na's

    Je suis ado, et je considère que mes parents ont parfois des comportements toxiques. Je m’explique : j’ai toujours grandi sans manquer de rien, à part peut-être de la présence de mes parents (ils ont un travail prenant), ils étaient sévères mais justes apparemment…
    Le problème, ce que, maintenant que je ne les vois plus tous-puissants, je prends de plus en plus mal leurs remarques. « Tu étais mieux quand tu étais petite. » ; « J’en ai marre de ton égoïsme ! » ; « Évidemment, on ne peut pas critiquer ! » ; etc.
    Je suis loin d’être l’enfant idéal : je parle trop fort, je me débrouille pour éviter contact et présence (surtout depuis l’adolescence), je me sens mieux en face d’une feuille de papier ou d’un ordi que d’une vraie personne… J’ai toujours été timide, mais depuis que je prends de plein fouet ces remarques, j’ai perdu beaucoup de confiance en moi. Je suis incapable de gérer une situation sociale dans la réalité sans mordre verbalement.
    Ils se disputent assez souvent, et très forts. Ils pensent qu’avec mon frère on entend rien, mais pas du tout. Après, quand je fonds en larmes pour X raison, ils me disent que je joue la comédie. Je n’arrive plus à échanger des opinions avec eux. Peut-être que le problème vient de moi…

    J’aimerais vraiment arranger mes rapports avec mes parents… Je ne sais pas si je suis au bon endroit. Excusez-moi, sinon.

    Répondre
    1. Pitchounour

      Bonjour,
      Vos parents font ce qu’ils peuvent avec leur propre histoire.
      Ce que vous écrivez est le signe d’une grande conscience et d’une maturité psychologique étonnante.
      Vous pouvez être fièr(e) de vous pour cela.
      Je vous envoie de la douceur.

      Répondre
  14. Pitchounour

    Étonnant.
    J’ai tapé « se sentir méprisé par ses enfants » sur le moteur de recherche et tombe sur un article sur la toxicité des parents.
    Ma toxicité vis à vis d’eux fait qu’ils en viennent à me mépriser pour se défendre, se protéger.
    Et je les aime assez pour le comprendre.
    Je dois accepter que toutes les erreurs que j’ai commises n’etaient que des erreurs. Alors, eux l’accepteront également peut être un jour.
    Vraiment riche.

    Répondre
  15. Petition 371-4

    Il arrive parfois que les relations entre individus se compliquent à un tel point qu’elles deviennent nuisibles et qu’il puisse être nécessaire de marquer une séparation ou une rupture franche des liens existants.

    En France, chaque année, des milliers de parents sont violemment et injustement assignés devant le juge aux affaires familiales par leurs propres parents qui invoquent l’article 371-4 du code civil pour réclamer un droit de visite à l’endroit de leurs petits-enfants.

    ATTENTION, TOUS LES GRANDS-PARENTS NE SONT PAS FORCEMENT BIENVEILLANTS !

    Bien que dans d’infimes proportions cet article de loi permette de faire respecter le droit de l’enfant, dans la majorité des cas les grands-parents le détournent, en abusent et l’utilisent comme une arme pour dominer et faire plier leurs propres enfants au détriment de leurs petits-enfants.

    AU NOM DE MILLIERS DE PARENTS VICTIMES DE CES ABUS, NOUS DISONS STOP !

    Aujourd’hui, une pétition est en ligne demandant purement et simplement l’abrogation de l’article 371-4 du code civil.

    https://www.change.org/p/commission-des-affaires-sociales-de-l-assembl%C3%A9e-nationale-abrogation-de-l-article-371-4-du-code-civil

    Espérant retrouver au moins quelques uns d’entre vous parmi les signataires de la nouvelle pétition.

    Répondre
  16. bascourt josiane

    J’ai subi tout ce qui est décrit tout en haut………Pour faire simple, j’ajouterai la phrase assassine que j’ai souvent entendue tant par ma mère que par mon père : « Je l’ai bien dressée »… sans commentaire !

    Répondre
  17. Enilda

    Je suis sidérée de voir à quel point les gens qui commentent l’article ne savent pas de quoi ils parlent !!! Pour moi, c’est le plus éclairant de tout ce que j’ai pu trouver sur le sujet.

    Oui, s’approprier les objectifs de ses enfants et donc faire les choses à leur place, c’est toxique !
    Leur mettre la pression pour qu’ils réussissent à l’école au point de faire naître en eux un sentiment de dépréciation de soi et de passion de l’échec, c’est toxique !
    Ne pas laisser ses enfants s’exprimer librement, c’est toxique ! Leur faire dire ce que l’on VEUT entendre, c’est toxique !
    Élever ses enfants en fonction des autres et de l’image que l’on veut qu’ils aient, c’est toxique !
    Juger les choix de ses enfants (même adulte et surtout adulte !), les forcer à changer d’avis en les manipulant, c’est toxique !
    Lancer des petites phrases : « Tu vois quand tu veux, tu cherches en priant le bon Dieu de ne pas trouver, fais un effort, c’est de la mauvaise volonté ! » C’est toxique ! culpabilité +1000 !!!

    Il ne suffit pas d’aimer ses enfants pour être de -suffisamment- bons parents. Non, ça ne suffit pas.

    Avez-vous réellement vécu tout cela ?? Non, sans doute pas. Tant mieux pour vous.
    Croyez moi, à presque 40 ans, tous les jours, TOUS les JOURS, je lutte contre ce que l’on m’a inculqué pendant des années. Je dois apprendre à me considérer, à m’apprécier, à m’écouter, ça, CA, on ne me l’a jamais appris.

    Si vous n’êtes pas d’accord avec le contenu de cet article, alors c’est que vous ne l’avez pas compris.
    Relisez-le. Bonne réflexion à vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *