in

Être patient un jour de colère peut éviter cent jours de tristesse…

Partagez cet article
Annonce

Être patient

Être patient, ce n’est pas être fragile ou lâche. Parfois, il vaut mieux rester silencieux et calmer sa colère que de tout perdre dans un moment de rage incontrôlée. Parce que la patience est la vertu des cœurs calmes, capables de comprendre qu’être prudent dans un jour de colère peut éviter au moins cent jours de tristesse.

Nous avons tous vécu des moments comme celui-ci. 

En fait, nous sommes parfois dans « l’épicentre » d’environnements très exigeants qui mettent à l’épreuve notre résilience, et cette compétence que nous devons avoir en tant que bons gestionnaires émotionnels. La colère est comme un déclencheur qui est provoqué lorsque nous perdons le contrôle et qui, loin de libérer nos émotions, a souvent des effets secondaires dont personne ne veut.

Annonce

Quand on parle de ces deux vertus que sont le silence et la patience, il semble que ces dimensions soient davantage associées à la passivité, à ceux qui sont incapables de réagir. On ne devrait pas le voir comme ça. Un silence sage, non agressif et patient permet de calmer l’esprit pour agir avec plus de sérénité, d’équilibre, de justesse, avec plus d’assurance et de modération.

Quand on parle de colère, d’emportement ou d’irritation, on imagine presque instantanément l’image d’un petit enfant aux joues gonflées sur le point d’hurler. Les colères des enfants sont en elles-mêmes quelque chose d’important, car il faut savoir écouter pour que les enfants apprennent à gérer leurs émotions. Malheureusement, ces émotions ne disparaissent pas à l’âge adulte.

Être patient
Image crédit : Pixabay

La colère inexprimée rend malade, mais la colère qui se transforme en rage et en agressivité fait aussi des victimes. Soyez patient, calmez votre esprit et défendez-vous sans attaquer. Soyez sage.

Il y a ceux qui choisissent d’ « avaler » leur colère. De faire comme si de rien n’était. Conscients des jours de cris et des crises de colère qui sont derrière eux, ils choisissent simplement de cacher leur colère, leur frustration. Ce n’est pas la bonne attitude et ce n’est pas sain. Mais il est également imprudent de laisser éclater un excès de colère, car cela crée des situations aussi inconfortables que destructrices.

Annonce

Les bons gestionnaires émotionnels, ceux qui savent être patients, apprennent très tôt que deux des ennemis les plus complexes à gérer sont sans aucun doute la colère et le ressentiment. De plus, ils sont liés à plusieurs changements physiologiques qui intensifient encore le sentiment de négativité et de menace. Ainsi, lorsque vous voulez essayer de contrôler un ennemi, la meilleure chose à faire est d’apprendre à le connaître.


Nous avons tous un ennemi en commun, la colère

approbation de quelqu'un

Au bout de la patience, il y a le ciel.

Proverbe africain

Il y a des gens qui se fâchent plus ou moins souvent. La raison de ces différences individuelles pourrait s’expliquer par une moindre tolérance à la frustration, voire par certains indicateurs génétiques.

La colère surgit dans notre cerveau à cause d’un léger déséquilibre entre la sérotonine, la dopamine et le protoxyde d’azote. Tout cela peut rendre certaines personnes plus sujettes à des accès de colère et de rage.

Selon un article publié dans  » The New York Times «  par le psychiatre Richard Friedman, la colère peut également être manifestée à la suite d’une dépression souriante.

Annonce

Une réaction incontrôlée qui n’est pas correctement rationalisée ou gérée peut conduire à la frustration et au malaise. Lorsque la colère inonde le cerveau à cause de l’effet de cette chimie neuronale, plusieurs changements physiologiques se produisent qui augmenteront encore l’émotion négative. La colère s’emballe de façon incontrôlable.

Il ne faut pas cacher la révolte, ni la laisser se transformer en accès de rage. Elle doit être comprise et canalisée correctement pour qu’une personne ne s’étouffe pas, pour qu’elle ne blesse pas ou ne cherche pas de victimes sur lesquelles projeter sa colère.


Adoptez un comportement calme et patient pour faire face aux contrariétés

La bonté

La patience est la plus grande des prières.

Bouddha

Méfiez-vous de quelqu’un qui dit  « il ou elle ne se fâche jamais » . Nous traversons tous des injustices, nous entendons des paroles stupides et des commentaires aussi injustes qu’offensants . Or, avant de laisser la colère agir comme l’allumette qui allume le feu de la colère, il faut réfléchir quelques instants sur ces dimensions.

Nommez ce qui vous dérange. Ne vous contentez pas des sensations, de cet inconfort qui vous retourne l’estomac et vous bloque l’esprit. Décrivez avec des mots concrets ce qui vous dérange, et dites-les à voix haute ou en silence.

Annonce

Recherchez le calme quelques instants, enfermez-vous dans votre « royaume de la pensée ». C’est un espace paisible et serein qui n’appartient qu’à vous, visualisez un endroit où vous laissez de côté la colère et les émotions négatives pour vous enfermer avec la « raison ». Demandez-vous maintenant quelle serait la meilleure option compte tenu de ce qui vous dérange.

Exprimez avec assurance la raison de votre contrariété. Il est inutile d’« avaler » ce qui nous fait du mal, les contrariétés doivent s’exprimer sous forme de mots respectueux pour montrer clairement ce qui nous fait mal, ce que nous ne voulons pas.

absence de certaines personnes

Contrôlez, restructurez et changez de décor. L’un des meilleurs moyens de gérer la colère et la rage est de contrôler des choses comme la respiration ou même les processus mentaux qui peuvent renforcer davantage les émotions négatives. Ne cherchez pas les coupables, désactivez vos ruminations et les pensées irrationnelles.

Parfois, quelque chose d’aussi simple que marcher, respirer profondément et chercher un point visuel à l’horizon pour reposer votre esprit et éteindre l’interrupteur de l’irritation peut vous préserver de la colère causée par des événements externes qui abondent dans la vie quotidienne. Il faut avancer dans le monde le cœur serein, en connaissant ses propres limites, et en sachant qu’il y aura toujours des mauvais moments, sans aucun doute, mais que les bons moments qui abondent sont notre raison d’être…

La patience est une qualité qui doit accompagner toutes les autres. Il faut être sage et patient, être généreux et patient, être fort et patient, sinon toutes ces qualités que sont la sagesse, la générosité, la force, etc., perdent rapidement de leur pouvoir.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Annonce

Publié par Carole Mazeau

À propos de l’auteure: J’ai commencé à écrire pour ESM en 2017. Étant une grande passionnée de développement spirituel, j’aime mettre à contribution mes connaissances et mon savoir pour en faire profiter les autres.J’espère ainsi encourager les gens à approfondir leurs connaissances sur la spiritualité et à devenir la meilleure version d’eux-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

année 2021

Avant la fin de l’année, ces 4 signes du zodiaque sauront conquérir le plus grand désir de leur cœur !

5 raisons pour lesquelles les gens avec une grande profondeur se sentent seuls et incompris