7 raisons d’être attentif aux coïncidences

de | 11 février 2016

coïncidences

Cliquez sur l’image pour l’agrandir 

7 raisons d’être attentif aux coïncidences

Les coïncidences peuvent être décrites comme une simultanéité d’événements, se produisant dans le but de nous transmettre un message. Elles sont des indices envoyés par l’Univers, pour nous faire comprendre quelque chose d’important dans notre vie. La plupart d’entre nous ne portons pas attention à ces signes, étant trop préoccupés par notre train train quotidien. Mais si nous décidons de prendre le temps de les observer, de les analyser, elles nous ouvriront la porte sur un monde infiniment plus vaste que nous aurions pu imaginer.

Voici les 7 raisons d’être attentif aux coïncidences :

1. Elles sont des messages du domaine virtuel qui nous guident vers la réalisation de nos désirs et de nos objectifs de vie.

Le domaine virtuel est le domaine d’existence qui est au-delà du monde des 5 sens. Nous pouvons en prendre conscience en observant le corps humain et la nature. Lorsque nous sommes réceptifs aux messages transmis du domaine virtuel, nous nous ouvrons à un océan de possibilités et nous sommes à l’écoute de nos véritables intentions. Nous avons ainsi plus de chance de voir de les voir se manifester dans notre vie.

2. Elles ont le potentiel de changer notre vie.

Lorsque nous vivons une coïncidence, deux choix s’offrent à nous. Nous avons le choix de l’ignorer, de continuer notre route ou nous pouvons nous questionner sur le sens de celle-ci. Chaque coïncidence nous apporte un indice différent concernant certains aspects de nos vies. Si nous choisissons de l’écouter, nous augmentons ainsi la probabilité que des choses miraculeuses surviennent dans notre vie.

3. Elles nous connecte à notre âme.

Apprendre à vivre en étant connecté à son âme n’est certes pas chose facile mais lorsque vous y arriverez, bien des choses se produiront. Vous participerez, de façon consciente, à la création de votre vie. Vous comprendrez votre karma et serez en mesure de l’influencer à votre avantage.

coïncidences

4. Elles nous permettent de clarifier nos intentions.

L’intention est le fondement de tout ce qui se déroule dans l’univers. Elle est la pensée que vous avez et qui cherche le moyen de se manifester dans le monde physique. L’intention crée les coïncidences et en suivant la chaîne de ces indices, vous apprendrez à définir plus clairement vos intentions et saurez quelle action entreprendre pour voir apparaître vos désirs.

5. Elles sont à l’origine des miracles

Lorsque nous vivons au-delà de nos cinq sens, dans le monde du pur potentiel humain, tout est possible, même les miracles. Dans ce monde, nous disposons de connaissance, d’inspiration, de créativité et de potentiel infini. À ce stade, vous vivez au rythme de la nature et vous devenez le témoin de ce que l’univers offre de plus majestueux.

6. Elles nous relient au moment présent

Le moment présent est le seul véritable moment dont nous disposons. Lorsque vous commencerez à être attentif aux coïncidences, vous remarquerez tout le potentiel que recèle l’instant présent. Vous arrêterez d’être agité, inquiet pour le futur. Vous vous concentrerez sur l’instant présent, sur les signes que l’univers vous envoie et vous comprendrez la nature profonde des choses.

7. Elles nous aident à trouver des réponses aux grandes questions de la vie

Suivre la chaîne des coïncidences nous aide à répondre à ces fameuses questions : « Qui suis-je ? Qu’elle est ma mission ? Pourquoi suis-je ici ? ». Prenez du temps à tous les jours pour réfléchir à ces questions et vous verrez émerger les réponses d’elles-mêmes. Vous constaterez à quel point les situations, les événements et les circonstances s’organiseront autour de ces réponses.

Auteure : Virginie Tanguay pour ESM

Facebook: https://www.facebook.com/lecon218/
Son site internet: www.lecons-de-vie.com
Policière de formation, j’ai vécu, il y a de cela un an, une profonde transformation intérieure.  Un appel à élargir mon niveau de conscience et à travailler dans le but d’éveiller mon entourage.  Je suis devenue rapidement une passionnée de développement personnel, ce qui m’a amené à lancer mon blog récemment, pour inspirer les gens et pour comprendre les mystère de la vie. Je me suis découvert un intérêt pour l’écriture, et j’aimerais me servir de ce talent pour influencer la société de façon positive.
Si vous avez besoin de plus d’informations, n’hésitez pas!!

Source image de l’artiste graphique et photographe :Cameron Gray

Si vous avez envie de voir plus de ses œuvres ou simplement d’en savoir plus sur le personnage nous vous invitons à suivre ces quelques liens :

Son site contenant ses œuvres / Facebook

Virginie Tanguay

13 réflexions au sujet de « 7 raisons d’être attentif aux coïncidences »

  1. David B

    Bonjour
    à la lecture de cet article… (en corrélation avec quelques autres aussi), et pour avoir parcouru le blog de Virginie Tanguay, je ressens le besoin effréné de vous livrer mon témoignage.

    Je suis passé par deux phases extrêmes et complètement opposées : le lent déclin d’une autodestruction quasi assurée, jusqu’à une résurrection totale et foudroyante.

    Depuis toujours j’avais une ambition : être cinéaste. Mais parce que nous sommes à une époque où n’importe qui peut s’autoproclamer « réalisateur » avec toutes sortes de caméras à portée de main, je me suis concentré sur l’écriture. Peu à peu j’avais des dizaines de scénarios à mettre en image. Et puis à un moment donné, il faut bien se lancer ! C’est là que le déclin s’est amorcé. Il m’a fallu beaucoup de temps (six ans), pour prendre conscience que mon ambition n’était véritablement qu’un rêve. Sincère pourtant, mais je ne me connaissais pas assez pour savoir alors que je n’avais jamais eu l’intention de passer un cap. Simplement parce que je ne suis pas fait (aujourd’hui je le sais) pour travailler entouré de dizaines et dizaines de personnes.
    Le déclin amorcé, j’ai glissé lentement et dangereusement sur la pente de l’alcoolisme, fumant comme un poêle, ne pratiquant aucun exercice physique. Je continuais d’écrire, mais concrètement, le cinéma était déjà une galaxie que je n’atteindrai jamais. Et je m’enfonçais sans le savoir dans une dépression nerveuse, tandis que je m’engraissais en prenant le teint gris. Je me punissais de ne pas être sur la bonne voie.
    J’ai vu de l’intérieur ce qui peut motiver un suicide.
    Toutefois, un signal me fut salvateur, qui n’était rien d’autre qu’un clignotant avertisseur : je l’ai ressenti dans mon corps. Ne pas bouger, et fumer, picoler, stresser… je me suis senti m’empoisonner. Je ne sais pas si je somatisais, mais c’est comme si mon sang pourrissait et picotait dans mes artères.
    Ma dépression a fini par éclater en une crise de nerf. Ce fut subjectivement un cataclysme dans une cacophonie silencieuse, tout à la fois une mort (en fait celle de mes rêves) et une naissance (la conscience de me reprendre en main).
    Ce fut l’éruption du Vésuve… et ensuite la perspective de déblayer Pompéi.
    Car je devinais que ce serait très long de remonter la pente.

    Pour résumer un maximum (!) je me suis mis à marcher… 5 km par jour. Puis 10, puis 15… Au bout de deux ans ce n’était plus suffisant, je me suis mis (en plus) à pratiquer la musculation. Comme je partais de zéro, j’ai dû m’inscrire dans une salle de sport… je précise ce détail car, des années d’isolement m’avaient rendus pratiquement asocial, et j’ai dû me faire violence pour franchir le pas. Et depuis, je n’ai cessé d’aller plus loin dans l’effort physique. En apprenant au passage les recettes qui améliorent, puis entretiennent cette merveilleuse machine qu’est le corps humain.

    Comme il est dans mon tempérament d’être solitaire, j’ai aussi vaincu ma dépression en l’écrivant, mais pour personne d’autre que moi.
    Et je le suggère vivement : quand quelque chose cloche à l’esprit, il faut l’écrire. C’est chercher, et trouver, les bons mots qui traduisent des pensées trop abstraites. Y mettre de l’ordre donne des phrases qui aident à la compréhension de ce qui cloche, et elles finissent par devenir des formules magiques !
    Cela prend du temps, et c’est une manière supplémentaire de se faire violence. C’est s’affronter soi-même sur des idées qu’on préfère fuir par crainte… ou par lâcheté vis-à-vis de soi-même. Mais faut savoir ce qu’on veut…
    J’ai choisi de m’enfoncer dans cette dépression, et refusé toute médication. Je me suis isolé, volontairement et sciemment cette fois, pour m’affronter moi-même, et me comprendre. Et ça n’a pas été facile. Mais je me suis sauvé la vie d’une façon spectaculaire.
    Je n’exagère pas.
    Aujourd’hui, je vois la vie avec un œil nouveau dans un corps neuf. Et un esprit rasséréné, enrichi d’une connaissance qui m’est utile quotidiennement.

    Attentif aux coïncidences je l’ai toujours été.
    Mais aujourd’hui, les interpréter pour les comprendre sans culpabiliser intérieurement d’être un peu toqué… il m’a été nécessaire d’avoir à nettoyer Pompéi de fond en comble, pour cela.
    Et très souvent je me dis : je vois ce que la plupart des gens ne voient pas.

    Je vous fais une confidence : je suis devenu mon propre super-héros.
    🙂
    Et je suis toujours heureux de me faire de nouveaux amis. Mêmes virtuels.
    Je sais en avoir trouvé sur ce site.
    On ne se perd pas de vue !

    Répondre
    1. Marie

      très beau texte
      J’espère qu’aujourd’hui le soleil brille sur Pompei
      Continuez à écrire, c’est un plaisir de vous lire : ))

      Répondre
    2. Isa

      Merci pour ton message David il m’a beaucoup touché . Moi aussi je sors d’une grosse dépression où je me suis battu seule . Maintenant je vois la vie différemment depuis que je me suis informé sur la méditation et la spiritualité. Je vis pour moi et moi aussi maintenant je vois ce que les autres ne voient pas car je suis très attentif à tout ce qui se passe autour de moi et ne prend parti pour personne . Toute cette colère et cette haine que les gens ont les uns pour les autres leur gâchent leur vie mais pas la mienne …….

      Répondre
    3. Stéphane

      Superbe message
      Arrivé à se rencontrer, se découvrir même si c’est après de dures épreuves doit être une 2eme naissance, qui doit être extraordinaire amha.
      Merci David pour votre message

      Répondre
  2. jose

    bonjour c est josé je viens de lire ton histoire david et j aimerai comprendre comment faire le lien entre son moi et son surmoi qui nous font souvent défaut j ai eu le meme parcours à la difference que je n arrete pas tout d un seul coup pour ne pas m ecoeurer et je peux affirmer que l arret du tabac est vraiment benefique ce qui amene logiquement au sport à la marche comme toi! nous avons tous un chemin de vie et tous besoin des eux des autres !!!! felicitation à toi

    Répondre
    1. mimilemoustique

      Bonjour José

      Mon conseil:
      Phase 1. Ecoute ton esprit…applique chaque jours chaque envie qui tu viens à la tête…par example, si d’un coup,tu veux danser dans un supermarché pendant que tu sens tes tomates, fais le…fais ces petits exercices…plus tu vas suivre ces petites pulsions,plus tu vas commencer à moins te juger…cela prends du temps…

      Phase2. Ecoute ton corps..si par example, il est samedi matin et tu n’as pas envie du tout de te lever,et pourtant tu te sens mal,tu te sens nul de te sentir si paresseux…reste dans le lit…ton corps ne veut pas bouger…Si par exemple, tu culpabilise de ne pas faire de sport,mais ton corps ne veut pas…ne fais pas de sport…cette phase suit la première phase…

      Ces deux phases vont te servir à déculpabiliser tout en t’acceptant petit à petit…tu ne peux pas changer brusquement si ton propre univers ( esprit,conscience,corps) ne te suit pas…Il faut que tu sois d’abord bien dans ta peau…et pour l’instant ce n’est pas le cas…

      Aprés quelques mois ou quelques années, tu pourras passer à des phases plus difficiles à réalier mais qui auront moins d’impact psychologiques sur toi.

      Phase3: si ton corps est en accord avec ton esprit,tu verras que beaucoup de choses se feront naturellement…par exemple,tu auras moins de difficultés à arrêter de fumer,où encore à te mettre à la course…

      Répondre
  3. Shirley

    Bonjour,
    Je defendrai une autre méthode . Je la fais, aussi, appliquer à des pathologie lourdes .
    Celle d’un DÉLAIS . ⌛
    SI C’EST L’alcool, vs buez depuis X années, donnez-vous 3 mois . sur un tableau calendrier, entourez la date butoir . ? la veille offrez-vous une beuverie qui restera en votre mémoire, ou seul de façon à appuyer votre solitude. Le jour butoir, sortez, exprimez vous en vocal, en écrit ….?
    N’oubliez jamais d’où vient le mot écrire = crier ?
    Cela marche aussi pour la nourriture, le jeux, les drogues . ?
    En général les personnes ayant appliquées cette méthode, ont à 80% choisie une date butoir de 28 jours .
    ( une lunaison)
    Cordialement. Si cela peut aider,
    ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *