BONNE NOUVELLE: VOUS ÊTES NÉ AVEC UN MEILLEUR CERVEAU QUE VOUS LE CROYEZ

de | 17 juin 2017
MEILLEUR CERVEAU

VOUS ÊTES NÉ AVEC UN MEILLEUR CERVEAU QUE VOUS LE CROYEZ

BONNE NOUVELLE : VOUS ÊTES NÉ AVEC UN MEILLEUR CERVEAU QUE VOUS LE CROYEZ

Jeffrey Kluger, Health, Brain

Vous l’avez deviné, j’adore ce genre de découvertes. RP

Vieillir ? Pas de problème !

Si les bébés pouvaient s’exclamer de joie, ils le feraient. Nous n’avons peut-être rien à leur envier lorsqu’il s’agit de taille, de force et des bonnes manières à table ; mais pour le pouvoir cérébral, oubliez ça ! Le cerveau que vous avez eu à la naissance sera le meilleur que vous aurez de toute votre vie. Cela dit, qu’en est-il de celui que vous avez en ce moment ? Eh bien, vous n’avez qu’à penser au Commodore 64 — démuni de fentes d’expansion.

Voilà ce qu’était la pensée conventionnelle qui, d’une certaine façon, est exacte. Justement parce que nous venons au monde en sachant très peu de choses, nos cerveaux sont câblés pour absorber beaucoup d’informations pendant notre enfance, nos premières années.

Mais à un moment donné, alors que nous sommes moins habiles à acquérir de nouvelles habiletés, mais plus à même d’optimiser ce que nous savons, l’absorption est remplacée par la consolidation. Ce qui a toujours été nébuleux, c’est de savoir où se situe, dans le temps, ce tournant. Quand notre potentiel d’apprentissage commence-t-il à être moins performant ? Un nouvel article publié dans Psychological Science avance que cela se produit plus tard que nous le croyons.

VOUS ÊTES NÉ AVEC UN MEILLEUR CERVEAU QUE VOUS LE CROYEZ :

Cette recherche fut menée par les neuroscientifiques cognitives Lisa Knoll et Delia Fuhrmann de l’University College, London… (Je vous fais grâce des détails de l’échantillonnage, des groupes d’âge et de la méthodologie des tests.) Essentiellement, on fit passer des tests aux groupes d’âge deux tests : distinction de la numérosité et raisonnement relationnel.

Ces deux casse-têtes se retrouvent habituellement dans les tests d’intelligence et, comme on pouvait s’y attendre, ils donnent du fil à retordre aux sujets – la principale raison étant l’absence d’occasions à l’extérieur d’une salle d’expérimentation pour que l’une ou l’autre de ces habiletés trouve utilisation dans le monde réel. N’empêche, la distinction de numérosité et le raisonnement relationnel sont deux piliers élémentaires de nos capacités mathématiques et logiques, et plus vous y excellez, plus cela indique une facilité générale d’apprentissage.

Alors, comment se comparent les enfants — avec leurs cerveaux alertes — aux soi-disant cerveaux plus lents des adultes ? Eh bien, pas aussi bien que cela ! Dans la portion raisonnement relationnel du test, le groupe d’âge des 18-30 ans se positionna au premier rang suite aux trois tests, suivi de près par le groupe des 15/18 ans. Les mi-adolescents — 13/16 ans — trainaient en troisième position, assez loin derrière, et le groupe des 11/13 ans, bons derniers.

En d’autres mots, les résultats furent à l’opposé de ce à quoi on pouvait s’attendre eu égard à l’opinion traditionnelle sur la capacité d’apprentissage. Dans la distinction de numérosité, l’ordre d’arrivée fut le même, bien que les améliorations, suite aux trois tests, furent inférieures pour tous les groupes ; seuls les adultes et les adolescents les plus âgés semblaient avoir bénéficié le plus des trois séances de pratique.

“Ces constatations soulignent la pertinence du stade tardif de développement pour l’éducation et remet donc en question l’hypothèse qu’il vaut mieux apprendre tôt que tard,” affirme Knoll, dans une déclaration accompagnant la publication des résultats de cette recherche.

La raison de ces découvertes fut moins une surprise que les constatations elles-mêmes. Le développement cérébral est un processus bien plus lent que nous le pensions, les neuroscientifiques sachant que c’est spécialement le cas du cortex préfrontal lequel, dans certains cas, n’est pas tout à fait câblé avant l’âge de 30 ans.

Cela a ses inconvénients : le contrôle des pulsions et la réalisation des conséquences de nos actes sont des fonctions supérieures se situant dans le préfrontal, raison pour laquelle les jeunes adultes sont bien plus enclins à faire des choix dangereux — comme plonger d’une falaise ou conduire en état d’ébriété — que les adultes plus matures. Mais l’apprentissage se situe également dans le préfrontal, ce qui signifie que ce cerveau assoiffé de connaissances que vous aviez plus jeune peut subsister plus longtemps que vous le pensiez.

“La performance de tâches d’exécutions fonctionnelles subit une amélioration graduelle à l’adolescence,” écrivirent les chercheurs, “ce qui peut également contribuer à améliorer, avec l’âge, la capacité d’apprendre.”

Ultimement, notre cerveau — tout comme nos muscles, nos jointures, notre peau et toute autre partie de nos corps éminemment périssables — commencera à faiblir. La bonne nouvelle : c’est un organe plus résistant que nous le pensions ; et il est disposé à apprendre plus longtemps.

Source VOUS ÊTES NÉ AVEC UN MEILLEUR CERVEAU QUE VOUS LE CROYEZ :  Good News: You’ve Got a Better Brain Than You Think, paru dans Health Brain, par Jeffrey Kluger, @jeffreykluger 4 novembre 2016 (http://time.com/4558388/older-learning-brain/?xid=mewsletter-brief)

Traduction de Richard Parent, novembre 2016.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *