Regarder son parent mourir est l’enfer absolu

de | 26 juin 2017
parent mourir

Regarder son parent mourir est l’enfer absolu

Image crédit : pixabay.com

Regarder son parent mourir est l’enfer absolu

Mon père mourait bien avant que nous ne recevions les nouvelles dévastatrices un matin d’hiver glacial. Après un AVC mineur, le cancer de mon père de stade 4 a été découvert tout à fait par hasard alors qu’il faisait des tests de suivi pour prévenir d’autres accidents vasculaires cérébraux. Quand mon père m’a transmis les nouvelles, j’ai saisi mon téléphone pour essayer de comprendre ce qu’il disait. Son cancer était avancé, et tout à coup, son temps sur Terre était fini.

Sa bataille était terminée avant même de commencer.

Comme son cancer était à un stade avancé, les options de chimiothérapie étaient limitées et la chirurgie n’était pas une option. Les rayons n’auraient pas empêché la progression, et lorsque nous avons examiné les preuves irréfutables, il était clair que sa qualité de vie allait beaucoup se dégrader s’il faisait une chimiothérapie qui avait peu ou pas de chance de prolonger sa vie.
C’était l’enfer absolu de regarder mon père si robuste devenir un patient cancéreux fragile devant mes yeux.
Mon père était en train de mourir et j’étais impuissante pour arrêter l’inévitable.

Un parent mourant est une douleur terriblement atroce. 

Je devenais physiquement malade quand j’écoutais mon père détailler les effets secondaires de la chimiothérapie, sa fatigue et ses nausées, et tous ses problèmes de santé quotidiens liés au cancer qui s’introduisait lentement dans ses entrailles. Je me réveillais la nuit et je me demandais si demain était le jour où sa santé irait de mal en pire. Lorsque votre parent est en train de mourir, vous mourez intérieurement juste à côté de lui.

Un parent mourant est une douleur terriblement atroce. Je me forçais à essayer de me concentrer sur l’éducation des enfants et la gestion de mon ménage tout en essayant de suivre les médecins que mon père voyait ce jour-là. Je rêvais des jours où notre vie ne tournait pas autour des hauts et des bas du cancer, quand je pouvais appeler mon père simplement pour lui parler d’une réussite professionnelle ou de ses petits-enfants. Un parent mourant signifie ne jamais savoir de quoi sera fait demain.

Regarder son parent mourir est l’enfer absolu :

Un parent mourant vous fait comprendre que vous êtes égoïste. Vous vous retrouvez à chuchoter, « Laissez-le faire Pâques » parce que vous voulez que vos enfants fassent une autre fête avec leur grand-père adoré. Vous voudrez le retenir secrètement parce que vous avez fait des plans de voyage et vous avez terriblement peur qu’il parte pendant que vous serez en vacances. Vous vous sentez irrationnellement en colère parce que le cancer finira par voler votre héros et vous ne supportez pas l’idée que vos enfants n’aient plus leur grand-père quand ils seront adultes. Avoir un parent mourant signifie que vous devez vous pardonner de vous sentir égoïste.

Un parent mourant signifie qu’il est presque impossible de faire des choses «normales» comme passer une soirée entre filles sans avoir envie de hurler de colère. Mon père était en train de mourir. Comment aurais-je pu siroter des cocktails et discuter comme si tout allait bien?

Comment pouvais-je continuer à vivre alors que sa vie était en train de s’interrompre prématurément?

Avoir un parent qui meurt signifie que vous devez vous forcer à être heureux parce que vous savez que votre parent ne s’attend à rien de moins.

Un parent mourant signifie qu’il n’y a pas de règles à respecter. Il n’y a pas de liste à laquelle vous pouvez vous référer les jours où la panique et la colère sont si cruelles que vous pensez perdre la tête. Et même si vos amis font de leur mieux pour vous réconforter, personne ne comprend le désespoir qui menace toujours d’éclater au milieu du supermarché. Un parent mourant signifie que vous serez retranché dans vos limites, et vous trouverez une force que vous ne pensiez pas avoir.

Un parent mourant signifie faire face à votre propre mort avec de nouveaux yeux. Pendant les derniers mois de la maladie de mon père, je regardais souvent mes enfants et j’avais peur que ma mort les fasse souffrir de la même manière.  Je me demandais si je pourrais être forte pour eux, comme mon père l’était pour moi, et je priais pour que je puisse affronter la mort avec la même grâce que mon père. Un parent mourant signifie se rendre compte que vous aussi, un jour, vous serez le parent mourant.

Un parent mourant signifie que  vos amis diront les mauvaises choses et vous leur pardonnerez parce qu’ils voulaient bien dire . Vous sourirez et hocherez la tête quand les gens proposeront des platitudes, et vous accepterez avec reconnaissance les lasagnes congelées que vous mangerez pendant un mois parce que vous êtes sûr de ne plus jamais cuisiner.

Un parent mourant signifie que vous vous retrouverez en train de regarder les mains de votre père et tout en essayant de vous souvenir à quoi il ressemblait quand il lisait à ses petits-enfants.  Un parent mourant signifie se rendre compte que le corps terrestre que vous avez aimé farouchement ne fera bientôt plus qu’un avec la terre.

Un parent mourant vous apprendra que les parents font tout leur possible pour rendre leur mort la moins pénible possible pour leur enfant. Vous entendrez votre parent mourant dire: «Je suis prêt», et même si vous ne l’êtes pas, vous lâcherez la main que vous teniez depuis tout petit.

Lorsque votre parent trouve la paix, vous vous rendez compte que votre parent vous apprend toujours de nouvelles choses sur la vie.

Seulement maintenant, vous apprenez à connaître la vie sans votre parent mourant.

Et c’est un nouveau genre d’enfer.

Christine Burke

Source Regarder son parent mourir est l’enfer absolu : /www.scarymommy.com

2 réflexions au sujet de « Regarder son parent mourir est l’enfer absolu »

  1. Psaila

    Magnifique texte, j’ai perdu mon papa d’une maladie similaire il s’est toujours battu et à toujours essayé de m’épargner
    Je n’arrive toujours pas à me dire qu’il est parti… je cherche toujours une petite part de lui dans tout ce qui m’entoure.
    Ainsi est la vie. Il me l’a donnée je vais me battre pour qu’il soit fier de sa fille. Il me manque. Courage à tous ceux qui ont subit la perte d’un etre aussi cher qu’un papa

    Répondre
  2. DESMEULES

    Ma maman … Et ma compagne(cancer) emportées à quelques mois d’intervalles , accompagné jusqu’au dernier souffle tenantes des mains …Suis-je encore le vivant , ou suis – je déjà la-bas ou plus personne ne touche et ni me n’attrape un doigt…Le monde n’étais pas ici , ou est il encore là …Je suis prêt pour l’océan qui scintille , car même esprit embrouillé ( solidaire si je puis dire O AMOURS ) je le devinais pour moi d’espoir accueillant, il me portera du « rêve » en une seule main et de son amour aux vagues et courant chaud…la connexion est nature , ainsi je suis venu au tumulte , je n’ai rien compris au passage et ne fut que le feuillage témoin aux parapluies des larmes , il n’y a que la notion du « rien souriant… »Mais je me reste là , au pourquoi …, Il n’y a que la notion du « rien souriant »l’ingrédient alchimique qui contient jusqu’au dernières gouttes d  » AMOUR « pour repeindre la toute petite partie qui me reste des cieux…plein les yeux , pleins les yeux , pleins les yeux ..Merci de tout coeur Christine Burke . <3 <3 <3 .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *