Les psychologues expliquent les bienfaits de cuisiner pour les autres

de | 22 avril 2017

 

cuisiner-pour-les-autres

Les psychologues expliquent les bienfaits de cuisiner pour les autres

Image crédit : pixabay

Les psychologues expliquent les bienfaits de cuisiner pour les autres 

Il ne s’agit pas juste de leur donner un peu de douceur…

Les gens qui aiment cuisiner ont toujours un prétexte pour mettre la main à la pâte. Ils prennent du plaisir à faire un gâteau pour célébrer l’anniversaire d’un être cher, ils réalisent des petits biscuits pour célébrer les vacances et optent pour des brownies parce que tout le monde aime le chocolat.

Mais il s’avère que cuisiner est bien plus que créer quelque chose d’agréable à manger.

Cuisiner, surtout quand c’est fait pour les autres, cela peut fournir de nombreux bienfaits psychologiques.

Cuisiner est une forme productive de l’expression de soi et de la communication.

« Cuisiner a l’avantage d’offrir une expression créative aux gens », a déclaré Donna Pincus, professeur en sciences de la santé psychologique et cérébrale à l’université de Boston. « Il existe beaucoup de documentation sur la relation entre l’expression créative et le bien-être général. Qu’il s’agisse de la peinture ou de la musique [ou de la cuisine], cela procure aux gens un grand soulagement de stress et une façon de s’exprimer. »

Le stress est lié à un grand nombre de problèmes mentaux et physiques, et trouver des façons efficaces de faire face à ce stress est crucial pour mener une vie saine.

Lorsque vous cuisinez pour d’autres personnes, la cuisine peut également s’avérer être une bonne façon de communiquer vos sentiments. Susan Whitbourne, professeur de sciences psychologiques et cérébrales à l’Université du Massachusetts, souligne la norme culturelle existant dans le fait d’apporter de la nourriture à une personne quand quelqu’un qui lui est cher décède. Parfois, il n’y a pas de mots assez forts, et seuls les aliments peuvent communiquer ce que vous essayez de dire.

cuisiner pour les autres

Les psychologues expliquent les bienfaits de cuisiner pour les autres

Image crédit : pixabay

Susan Whitbourne a déclaré à HuffPost: « La cuisine peut être utile pour les personnes qui ont du mal à exprimer leurs sentiments avec les mots pour montrer leur gratitude, leur l’appréciation ou leur sympathie grâce à la cuisine ».

Julie Ohana, travailleuse sociale et thérapeute spécialiste en art a déclaré:

« Dans de nombreuses cultures et pays à travers le monde, la cuisine représente une expression d’amour, et c’est vraiment quelque chose qui nous parle tous. Je pense que la nourriture peut être de caractère malsaine lorsqu’elle remplace la communication au sens classique du terme, mais si elle est accompagnée par la communication, elle aura  un effet tout à positif. »

Cuisiner pour vous-même et pour les autres est une forme de pleine conscience.

Nous avons tous entendu parler des avantages de la méditation et de la pleine conscience: intensifier le bonheur et réduire le stress – et la cuisine peut procurer ces mêmes bienfaits.

« Faire la cuisine requiert beaucoup d’attention. Vous devez mesurer, vous concentrer physiquement sur la dose des ingrédients. Si vous vous concentrez sur l’odeur et le goût, et que vous êtes présent dans ce que vous créez, cet acte de conscience du moment présent peut également conduire à une baisse de stress », explique Pincus.

Cette croyance est l’une des raisons pour lesquelles la thérapie artistique culinaire est courante, juste après la thérapie artistique – elle correspond à un type de thérapie connue sous le nom de « activation comportementale ». Ohana dit que de plus en plus de gens cherchent des pratiques thérapeutiques.

cuisiner pour les autres

Les psychologues expliquent les bienfaits de cuisiner pour les autres

Image crédit : pixabay

« La cuisine consiste à réfléchir étape par étape dans l’ici et maintenant, à aller dans les détails, à penser au plat et aux recettes dans leur ensemble, à l’endroit où on va préparer, à la personne avec qui nous allons le faire, et à garder un oeil sur l’heure. Donc faire la cuisine est une excellente façon de développer cet équilibre du moment présent et d’obtenir un tableau d’ensemble, » dit Ohana.

Cette pleine conscience peut aussi vous aider à soulager les pensées tristes. Le célèbre boulanger John Whaite, a déclaré publiquement que la cuisine lui avait été d’une grande aide pour faire face à sa maniaco-dépression.

Pincus a déclaré que lorsqu’on est en état de conscience – comme lorsqu’on cuisine – cela peut signifier que « vous ne passez pas votre temps à être anxieux ». Ce qui est bien avec le fait de faire la cuisine c’est que cela procure une récompense à la fin, et permet aux autres de se sentir en sécurité. »

 

Faire de la cuisine pour les autres est une forme d’altruisme.

Le sens même de faire la cuisine pour les autres est l’acte propre de « donner ». Alors que le processus de faire la cuisine peut contribuer à un sentiment général de bien-être, ‘donner’ intensifie ce sentiment.

« Faire la cuisine pour les autres peut intensifier le sentiment de bien-être, contribuer à apaiser le stress et vous faire sentir comme si vous aviez fait quelque chose de bien pour les autres; ce qui peut faire accroître vos sens et la connexion que vous avez avec les autres personnes », a déclaré Pincus à HuffPost.

Manipuler les produits avec l’intention de les donner est une forme d’altruisme – c’est un sacrifice que vous faites pour quelqu’un d’autre – et les avantages de cet acte désintéressé ont été fortement étudiés et prouvés.

Mais « il y a aussi une valeur symbolique dans le fait de cuisiner pour les autres, car la nourriture a une signification physique et émotionnelle », dit Whitbourne. « La plupart des avantages ont lieu lorsque vous ne cherchez pas à impressionner ou chercher l’attention des autres, mais lorsque vous souhaitez simplement partager la nourriture avec des gens qui, selon vous, l’apprécieront. Tant que vous savez comment vous y prendre bien évidemment. »

Si cuisiner est une activité qui vous stresse, vous risquez de ne pas récolter les mêmes bienfaits psychologiques, car l’absence du stress est l’un de ses avantages. « Si vous avez une phobie avec le fait de cuisiner, cet article n’est pas pour vous. « Tant que faire la cuisine n’est pas stressant et obligatoire, cela peut être bénéfique pour tous », explique Ohana.

« Je pense qu’offrir de la nourriture à quelqu’un est autant réconfortant pour la personne qui la reçoit que pour la personne qui la sert et qui l’offre « , conclut Ohana.

Nous allons cuire ça.

Source en bleu dans l’article et  source de l’article en anglais : www.huffingtonpost.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *