Cet homme peut faire du feu à l’aide du chi, mais personne ne s’en préoccupe.

de | 18 mai 2016

faire du feu

L’âge de la non-croyance : cet homme peut faire du feu à l’aide du chi, mais personne ne s’en préoccupe.

Qu’est-ce qui est le plus hallucinant pour vous: Le fait que cet homme soit en mesure d’accentuer l’électricité dans son corps suffisamment pour déclencher un incendie, ou, le fait que cela nous semble totalement impossible?

Nous vivons dans l’âge de la non-croyance. Avec certaines choses comme la visualisation de films d’animation en images de synthèse (CGI), qui perdent de plus en plus les valeurs culturelles traditionnelles, la programmation dans les médias et la diffusion d’un très large nombre de fausses vidéos sur Internet, il est pratiquement naturel de rejeter tout ce que nous voyons. Vous savez, nous avons effectivement été programmés à ne pas nous remettre en question, croire ou comprendre quoi que ce soit que notre vision limitée de la science ne peut expliquer.

Et cela rend les gens apathiques, neutres ou méprisants aux idées qu’ils jugent comme étant scientifiquement impossibles. D’autant plus que, lorsque vous exprimez votre intérêt pour les sujets tels que les chakras, les énergies venues d’ailleurs, et la capacité psychique; notre société semble avoir été rédigée pour empêcher ce genre de discussion.

Cette croyance profondément ancrée que nous sommes rien de plus que de simples êtres physiques est l’obstruction même qui nous interdit de réaliser notre véritable potentiel.

De plus en plus d’études sont menées prouvant que notre réalité est une simulation qui découle de la conscience. Le plan physique est une projection du mental. L’étoffe qui relie le plan physique à l’espace éthéré est cet horizon infini, indispensable à la toile de l’énergie fondamentale qui compose tout ce qui est.

Faire du feu

Faire du feu

Le mot éther est comme le mot Dieu; il masque et déguise somptueusement ce que nous ignorons. ~ La Grande Loi (1933), L’éther

Lorsque nous sommes en mesure d’évaluer quantitativement cette énergie, la conscience, les pensées et les émotions, et que nous prenons conscience que nous sommes tous fondamentalement composés de la même énergie fondatrice; alors les choses deviennent vraiment intéressantes. L’idée d’une chose telle que les aliens, une dimension supérieure ou quelque chose qui est ‘matériellement irréalisable’, devient tout à fait possible. Cela devient une compréhension simple et encore plus profonde sur la façon dont fonctionne la structure de la réalité.

Tout cela est infiniment plus important que les limites de votre imagination. Et lorsque vous êtes conscient de cette réalité, des choses pareilles se produisent:

Cette image est tirée d’un documentaire de la BBC (1987), d’une série TV populaire indonésienne nommée ‘Ring of Fire: East of Krakatoa’ – ‘Le cerceau enflammé’. Dans ce documentaire le psycho-anthropologue Lawrence Blair rencontre un guérisseur renommé qu’ils ont appelé DJ. Cet homme a médité et pratiqué en concentrant son énergie pendant 18 ans; ce dont nous sommes tous capables.

À cause de cet âge de la non-croyance, beaucoup ne regarderont qu’un instant de cette vidéo, la jugeront comme étant fausse, et sans pour autant la visualiser. Oui c’est vrai, ce n’est pas une vidéo de grande qualité. Et en effet, on pourrait croire que la BBC aurait pu présenter une scène factice dans son documentaire … Mais dans quel but?

faire-du-feu-3

Faire du feu à l’aide du chi

Est-ce vraiment factice?

Si ce n’était pas le cas…alors cela serait la preuve tangible que nous pouvons exploiter l’énergie naturellement à l’intérieur de nous; tant et si bien que nous pourrions commencer un feu avec notre poing?!

Centré au plus profond de son être, cet homme a une incroyable intelligence. Il explique que ce qu’il réalise n’est pas différent de la façon dont une anguille électrique fonctionne. Il dit qu’il concentre son énergie féminine et masculine autour de son sacral, comme deux aimants poussant l’un contre l’autre pour créer une dynamique forte. Lorsque DJ touche les platines, ses mains se déplacent involontairement à cause des décharges électriques qui sont projetées à travers lui.

DJ est en mesure de faire cela en augmentant sa vibration à un point où, lorsqu’il la tourne vers l’extérieur, les particules vibrent si vite qu’elles créent de la chaleur. Il crée un feu réel. Lorsque le muscle cardiaque pompe le sang, il envoie des impulsions électriques qui se propagent dans le corps. Avec un peu de pratique, nous sommes tous capables de puiser cette électricité naturelle qui se situe à l’intérieur de nous, et vous pouvez le faire par l’intermédiaire de ce point focal.

faire-du-feu-1

Faire du feu à l’aide du chi

Etonnant, n’est-ce pas?! Vous en avez sûrement déjà entendu parler, ou peut-être que vous croyez qu’il ne s’agit pas d’un phénomène réel?

L’un des blocages les plus courants est de penser que vous être en mesure de réaliser cela tout simplement. Cet homme s’est entraîné pendant plus de 20 ans sur l’énergie, en restant centré; ce n’est pas quelque chose que vous pouvez faire sans avoir reçu de formation. De la même manière que nous faisons travailler nos muscles, nous devons faire travailler notre glande pinéale, notre intuition et concentrer notre énergie pour atteindre de tels objectifs.

DJ dans le documentaire dit que pendant très longtemps il a évité la télévision, car il ne voulait pas que cette information soit diffusée dans le monde. A la fin de la section documentaire, l’histoire prend une tournure un peu triste. Dans un restaurant public, DJ utilise ses pouvoirs et blesse accidentellement une femme à sang.

Le lendemain, il affirme que son maître lui a reproché d’avoir utilisé ses pouvoirs avec arrogance en public. Il a été profondément bouleversé et a refusé de continuer le tournage par la suite.

Mais, pourquoi continuons-nous donc à douter que nous sommes infiniment bien plus qu’un réservoir tridimensionnel? Il y a quelques vérités fondamentales que l’on peut trouver sur internet qui peuvent vous aider à ouvrir votre esprit sur des aspects plus profonds de la réalité. Il y a en effet plus de mensonges que de vérités sur internet; mais cela n’invalide ou ne disqualifie pas les vérités existantes. Il s’agit d’utiliser votre propre discernement et votre jugement après avoir effectué des recherches, pour être en mesure de voir les deux revers de la médaille.

La vérité est évidente pour tous ceux qui ont des yeux pour la voir.

 » La Vérité vous rendra libre, mais d’abord, elle va vous déranger!  » – Gloria Steinem.

Source : thespiritscience.net

Sandra Véringa

Une réflexion au sujet de « Cet homme peut faire du feu à l’aide du chi, mais personne ne s’en préoccupe. »

  1. Arto

    Bonjour Sandra !
    Je me permets de réagir à la première partie de votre article et notamment votre 2e paragraphe : c’est tout-à-fait vrai ce que vous dites sur notre rapport aux images. Et c’est très intéressant de croiser cela avec la question de la « croyance ». Pourquoi restons-nous indifférents (je m’inclue dans le « nous » !) aux phénomènes étranges que nous montrent certaines photos ou vidéos (et qui devraient nous « éveiller » ou susciter à tout le moins une forte curiosité) ? Et bien parce que ce sont des images et qu’une image, qu’elle soit réaliste ou non, reste une image ! Notre regard change si ces phénomènes entrent dans notre expérience : ils cessent d’être perçus à distance et peuvent prendre alors une consistance qu’ils n’ont pas tant qu’ils n’existent que sous forme d’images.
    Vous dites que nous vivons dans l’âge de la « non-croyance ». C’est drôle parce qu’on pourrait dire exactement le contraire (cf. « radicalisme » religieux) ! Croyance et non-croyance est-ce que ça ne serait pas finalement les deux faces d’une seule et même pièce ? Un rapport qui évacue une partie de la réalité de façon à doter la partie restante du sens nécessaire pour la rendre supportable ou acceptable ?
    Le rapport aux phénomènes inhabituels est très similaire au rapport aux images dans la mesure où nous ne savons pas quoi en faire. Ils ont la consistance nécessaire pour faire basculer notre conception de la réalité mais en même temps ils n’ont pas l’ampleur nécessaire pour encourager des sociétés entières à les prendre au sérieux. Et c’est là qu’on en revient à l’ambivalence de la croyance : c’est le rapport « par défaut » sous lequel on peut en parler parce qu’ils ne relèvent pas d’une approche consensuelle de la réalité et qu’ils échappent à toute tentative de réduction (on ne peut pas dénier leur singularité).
    Intéressant aussi de voir que notre rapport « compliqué » à la croyance est contemporain d’images « englobantes » qui s’imposent du côté de la visibilité et du discours (vous parlez d’images de synthèse et de vidéos internet qui penchent chacune à leur façon du côté du faux). C’est comme si d’un côté on voulait affirmer la force du réel et que de l’autre on retirait à ce réel toute consistance de sorte qu’il n’a plus aucun poids. Les phénomènes dont vous parlez sont (et étaient déjà !) dans cette même contradiction où se télescopent rapports de croyance et indistinction entre le vrai et le faux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *