La relation toxique entre un narcissique et une personne empathique

de | 18 mai 2016

toxiqueImage Crédit :shutterstock.com

La relation toxique entre un narcissique et une personne empathique

Je suis une personne empathique, et je pense que les narcissiques sont spéciaux. Cela peut paraître un peu ridicule, mais le narcissique, celui qui a un ego tellement surdimensionné, est en réalité profondément blessé.
Il lui est arrivé quelque chose pendant l’enfance. Il a été anéanti. Il a été blessé. Et maintenant, il cherche l’approbation.

Mais je suis là. Je suis une personne empathique. Je suis un guérisseur. J’absorbe ce que les autres ressentent et je le ressens comme s’il s’agissait de mes propres douleurs, mes propres angoisses, mes propre blessures. Les narcissiques connaissent rarement les limites d’un empathique. Cela nous permet de créer des liens facilement.
Lorsque j’aime un narcissique, j’oublie toujours qu’il est preneur. Les narcissiques ne donnent pas beaucoup en retour. Ils cherchent à maintenir l’attention sur eux. Bien qu’ils ne fassent jamais de fixation sur quiconque. Cela brise la personne empathique et elle perd de vue son empathie. C’est ainsi que sont nés les narcissiques. Il est difficile de leur échapper.

A la fin de la journée, le narcissique devient manipulateur. Il désire profondément être dans une position de contrôle. Tout ce qu’un empathique veut vraiment, c’est aimer et être aimé. Je veux guérir les gens. Je veux prendre soin des gens. Mais les narcissiques deviennent plus forts grâce à mon amour. Leurs blessures ne sont jamais guéries, mais ils se sentent mieux dans leur peau.

Les narcissiques ne se connectent jamais vraiment avec leur être authentique. Ils partiront de presque toutes leurs relations, lorsqu’ils réaliseront qu’ils ne peuvent plus contrôler leur partenaire. Ce n’est plus un jeu amusant.

12 choses à  savoir sur une relation toxique entre un narcissique et une personne empathique :

Il est tout simplement impossible pour les deux de créer des liens.

Un trait que tous les narcissiques partagent est qu’ils ont été blessés. Par conséquent, ils cherchent une approbation constante.

Les empathes sont des guérisseurs. Ils sont capables de détecter et d’absorber la douleur des autres.

Comme les empathes ne savent pas nécessairement se protéger, ils deviennent les cibles principales des narcissiques.

Les narcissiques sont des preneurs, ils sont capables d’aspirer l’énergie des autres.

Les empathes se mettront toujours dans la peau des autres et éprouveront leurs sentiments et leurs émotions, tout en oubliant que les autres peuvent avoir un programme très différent du leur.

Ce genre de relation est toxique, l’empathe donne constamment alors que le narcissique prend toujours, au détriment total de l’empathe.

Les narcissiques ont besoin d’avoir la situation sous contrôle, alors que les empathes ont besoin d’aimer et de guérir.

L’empathe va commencer à chercher l’amour et l’approbation d’un narcissique. Le narcissique se sentira digne.

Plus un empathe se sentira faible, plus un narcissique se sentira supérieur.

Un empathe saura qu’il est dans une relation destructrice, mais il n’a pas l’habitude de blâmer quelqu’un d’autre.

Les narcissique misent sur la faiblesse pour obtenir ce qu’ils veulent.

Claire C.

17 réflexions au sujet de « La relation toxique entre un narcissique et une personne empathique »

  1. Pauline

    Bonjour Claire,
    je me permets de réagir à ce passage « Je suis une personne empathique. Je suis un guérisseur. J’absorbe ce que les autres ressentent et je le ressens comme s’il s’agissait de mes propres douleurs, mes propres angoisses, mes propre blessures.  »
    Pour moi, l’empathie c’est tout autre chose. L’empathie est une capacité à reconnaître l’autre comme une version possible de soi-même (définition d’Omar Zanna), entendre la difficulté exprimée, indépendamment de ses propres difficultés et ressentis.
    Et puis je pense que les gens ne guérissent ou changent que s’ils en ont décidé ainsi, jamais malgré eux parce qu’un guérisseur veut les guérir.
    Ci-après le lien pour un article qui précise les différences entre empathie, sympathie et contagion émotionnelle http://marielea.over-blog.com/article-31707757.html
    Et qui site Matthieu Ricard « l’empathie n’est que le moyen permettant de percevoir sans erreur la disposition d’esprit des autres. Plus on cultive la compassion et l’amour de la bonté, plus on progresse sur la voie du bien-être authentique, et on devient pleinement disponible pour autrui. »
    Voilà, j’avais un besoin précision par rapport à ce sujet. Je me suis permise d’en apporter.
    Merci de m’avoir permis de le faire.
    Pauline

    Répondre
    1. Chris

      Bilan tes pas empathe a côté de qq qui va mal dt se plein… sa absorbe… comme l’inverse

      Répondre
  2. Frédéric

    Merci Pauline, … je suis d’accord, ….. mais je dirais également, qu’il ne faut pas confondre la compassion et l’empathie …. comme c’est trop souvent le cas…… Il existe une différence entre ces deux aspects. … L’empathie n’est pas esclave de l’émotion, c’est ce qui fait sa force.

    La situation d’une personne empathique et narcissique, correspond à mon vécu, … c’est d’ailleurs grâce à l’empathie que j’ai su me protéger, …. sans elle, il aurait été impossible de me protéger.

    Répondre
  3. Marco

    Je vais dans le sens de Pauline.

    il y a une confusion entre empathie et sympathie.
    Les 2 types de personne cités, se rencontrent, car elle ont chacune des blessures à guérir, et l’un active l’autre dans la souffrance jusqu’à ce que l’un des deux décide d’aller se faire aider, pour sortir du cercle vicieux.
    On remarque dans l’expression ‘l’empathe donne constamment alors que le narcissique prend toujours ‘, ‘les empathes ont besoin d’aimer et de guérir’, la dépendance dans cet ’empathe’ …la dépendance dénote son besoin de ‘souffrir avec’ (sympathie)

    selon ‘Un empathe saura qu’il est dans une relation destructrice, mais il n’a pas l’habitude de blâmer quelqu’un d’autre ‘ et
    pour sortir un peu des étiquettes, on pourrait dire que cette personne ’empathe’ , a un besoin de reconnaissance de son individualité (blessures de l’égo), et une programmation à se sacrifier pour les autres (programmation souvent issue du bagage religieux de l’inconscient, ou le dogme religieux millénaire a établi le sacrifice de la corporalité(terre, incarnation) pour payer ‘ l’entré’ au paradis(ciel, âme))

    la relation est effectivement complètement toxique, mais pour les deux, et de plus, elle se reproduit continuellement (disque rayé, karma, récurrence…etc), et ceci est le cas pour toute dépendance (drogue, sucre, sport, argent…etc)
    la solutions est de guérir ses blessures de vie, souvent de l’enfance, mais pas seulement.
    Pour cela la personne s’engage dans une démarche d’aide, la première étape ou elle reconnait (suite aux répétitions dans sa vie) qu’elle est incapable de s’auto guérir due à sa programmation mentale.
    cette étape est souvent difficile, car elle nécessite un lâcher prise sur son auto diagnostic et sa propre volonté d’avoir raison.
    Ce processus peut être long et conséquent, mais il en vaudra toujours la chandelle 🙂

    Merci d’accepter dans mon commentaire mes besoins de précisions.

    Répondre
  4. Marie

    Bonjour,
    Ce texte est du n’importe quoi. Il serais bien d’utiliser les bons mots….
    L’empathie, c’est la possibilité de pouvoir se mettre à la place de l’autre en sachant qu’il n’est pas l’autre. « je te comprends mais je ne suis pas toi ».
    Là, vous présenter l’empathe comme vraiment narcissique, et comme les « meilleurs personnes ». Ils apparaissent comme avoir toutes les qualités, ce qui est faux. Et si un empathe est guérisseur comme vous dites, il se guérit lui-même.
    On n’est pas empathe dans l’action (il ne donne rien) mais dans sa posture face à l’autre.
    Un narcissique n’a pas forcément eut une blessure dans l’enfance. Regarder les livres; il existe des étapes dans le développement de l’enfance et à certaines étapes, l’enfant à « trop était valorisé »; période ou tout tourne autour de lui….et trop flatté. c’est ça un narcissique. Et allez voir le stade oral du développement de l’enfant.
    Et on parle trop souvent des hommes narcissique; il y a plus de femmes.
    Et pour qu’un narcissique puisse l’être, il lui faut en face une personne qui lui permette de l’être.
    Et c’est celui qui dit « je » tout le temps qui est narcissique.

    Répondre
  5. Yasmine Amrani

    Bonjour je viens de vous lire je suis dans le même cas que vous emphatique et j’attire souvent les personnes qui me prennent mon énergie
    Je suis ici pour aimer , pour etre aimer , mais personne ne le comprends et de ce fait je perds tous le monde ils me quittent sans raison , surtout ma famille qui m’as vampiriser depuis des années et cela continue
    vraiment je ne sais pas quoi faire je suis épuisé par le mal que l’ont me fait , alors que je demande que tous les gens soient heureux , rien de plus
    Difficile de vivre cette emphatie qui m’as détruite
    Je vous remercie pour votre réponse
    Cordialement Yasmine

    Répondre
  6. Claudine

    S exprimer avec le JE EST la meilleure facon de s’exprimer sans accuser l autre
    JE me sents ……
    JE suis…….
    Les narcissiques utilisent le Tu qui Tue !!!
    Le TU accusateur de reproches et de remontrances.

    Répondre
  7. Lolo

    Est il possible d’être les deux ? Dans le sens où je me reconnais dans les deux c’est plus en fonction des relations et des personnes je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire … j’essaie de m’améliorer je me remet beaucoup en question chaques jours est un apprentissage mais le travail est long 🙂

    Répondre
  8. Caro

    J’ai fréquenté un « pervers narcissique », et on ne peut pas dire qu’il ait pris soin de me traiter avec valeur mais bien comme « objet ». Un narcissique se sent comme une idole qui a sa fan, donc il se croit tout permis, se met en avant, blesse durement mais avec le paradoxe de nier que c’est lui qui fait mal, nous rappelant qu’on prend juste mal les choses, et donc qu’on va mal. Lui, jamais ! En ce qui me concerne, en tant que empathe, il était un devoir d’apprendre à reconnaître mes limites, à dire « non », à mettre un « mur » avec les personnes qui n’ont pas la compassion que j’avais, et donc faire attention de bien détourner mon énergie vers ce qui est bon, et non l’inverse, car l’empathe aussi recherche l’approbation. Ce retour doit se faire dans ce qui est bon, dans la créativité, et se focaliser sur de bonnes choses, des bonnes personnes (pour nous), ce qu’on donne de bon et qui nous renvoie du bon également. S’il n’y a pas de retour, il ne faut pas se forcer à perdre ainsi son énergie, qui est juste mal orientée.

    Répondre
    1. Sarah

      Après je ne suis pas complémentent d’accord avec le sujet , je trouve sa trop généraliste , j’ai connu , un jeune homme très charmant il y à quelque moi , et justement il était plus ou moins les 2 un hypersensible avec des faille narcissique , ce qui ne fessait pas de lui un manipulateur attention ce n’est pas tout à fait la même chose . Il avait beaucoup de faille narcissique et était hypersensible , il souffrait aussi de beaucoup d’angoisse de tourment et de culpabilité par apport à sa vie, c’est action et surtout vis à vis de lui même, et je sais de quoi je parle il y à 5 ans j’ai connu un vrai manipulateur , il mente tout le temps n’ont jamais de culpabilités et encore moins d’angoisse , alors que le jeune dont j’emmurai aux début , était plutôt réservée sur c’est sentiment et avait plus tendance à s’automutiler qu’autre choses , malgré quelque colère il ce fessait plus de mal à lui même que aux autres , il ma quittée je pense qu’il n’avais pas vraiment confiance en lui ,je pense aussi qu’il était Hpi il on souvent des faille narcissique énorme mais pas du-tout le même cas de figure du manipulateur qui ne ce remet jamais en question !

      Répondre
  9. Tessa

    Bonjour,
    L’énorme problème pour moi, empathe, ce n’est plus les relations toxiques que j’ai pu avoir par le passé dont la dernière qui m’a complètement anéantie et détruit dans tous les domaines de ma vie, bref ce qui m’amène à engager cette discussion, c’est pouvoir trouver une reponse lorsqu’il s’agit de la relation mère fils : moi empathique à fond et mon fils un brin narcissique. Il est adulte et je ne m’impose absolument pas dans sa vie, toujours hyper discrète et respectueuse. Il ne connaît absolument pas l’empathie, à souvent dit qu’il n’avait pas besoin d’amour, il blesse facilement, ne s’excuse jamais, montre un visage impassible et surtout un coeur de pierre. Que faire lorsqu’il s’agit de la chair de sa chair? Quelle solution adopter plus ne plus souffrir lorsque vous avez essayer de le guérir mais que vous n’avez pas obtenu de résultat. Donc oui, je perds en énergie et je souffre en silence car lui et moi n’avons pas le même langage.

    Répondre
  10. Cé Ka

    J’ai rencontré une personne il y a quelques années, qui n’était pas une narcissique extrême,
    comme vous les décrivez dans cet article, mais suffisamment assez pour qu’il y ait un schisme dans notre fugace relation.
    Pour faire court, je m’inquiétais pour son bonheur ,elle s’inquiétait du sien.
    Je voyais en elle, une personne qui s’est formé un bouclier d’apparences, d’élégance pour cacher ce qu’elle ne voulait pas
    qu’on voit au fond d’elle. C’est l’erreur que font tout ceux qui donnent trop d’amour à ceux ou celles qui en demandent trop, et qui n’en donne pas vraiment à leur tour.
    Elle m’a montré sa vision de la vie, je lui ai montré la mienne.
    La relation s’est ainsi terminée mais une blessure s’est ouverte et est restée béante durant plusieurs mois(année?).
    Manque de confiance, la certitude que j’avais fais quelque chose de mal, heureusement une personne de mon entourage a pu remettre de l’ordre dans mes convictions et m’a redonné l’amour que j’avais hélas perdu de vue.

    Répondre
  11. Franck

    Je crains que le même shéma se répête inlassablement car l’attraction est mutuelle et le tempérament d’une personne ne se modifie pas vraiment , chassez le naturel il revient au galop .
    Que peut devenir un empathe de nature ? au prix de quels efforts doit-il se détacher de ses émotions qui sont d’aimer l’autre de façon naturelle ? comment peut-il se forcer à jouer un personnage qu’il n’est pas ?
    J’ai vécu 10 ans de relation avec une empathe au début qui s’est refermée au fur et à mesure en devenant un vrai cœur de pierre , mais pour quelle raison ?
    Par peur de me perdre tout simplement , elle a retourné habilement la situation et je suis resté le seul empathe du couple éberlué de tant de froideur subite chez une personne bonne et douce à la base , son armure construite et sa reprogrammation a détruit notre couple alors que nous avions tout à la base pour nous épanouir .
    Je ne changerai jamais car ça ne sert à rien de forcer son moi profond , sauf à créer une grande confusion mentale et affective mais par contre aujourd’hui je n’ai plus aucune confiance envers aucune femme car cette instabilité affective est devenue la marque de notre époque chez elles , se refermer et donner le minimum pour ne pas souffrir , l’instabilité affective et émotionnelle se trouve majoritairement chez elles , il suffit de connaitre le chiffre de 80% des séparations à leur initiative !!
    Malheureusement beaucoup d’hommes aujourd’hui commencent eux aussi à se protéger par conséquence de ruptures très douloureuses de leur princesse qu’il n’avaient jamais imaginées aussi cruelles …
    Si vous en doutez , écoutez simplement les femmes elles-mêmes qui déplorent que les hommes ne les draguent plus , cqfd ! pourquoi à votre avis ?
    Je serai trop vieux pour profiter du changement de cette société malade car elle va changer sinon l’implosion est inévitable et c’est déjà pas bien beau … (16 millions de célibataires quel echec !)

    Répondre
  12. Cyrille

    Sortir de la position victimaire ! Travailler les failles, traumas, déséquilibres… La relation pervers narcissique/empathe est une relation miroir. Regarder ce qui est attaqué en soi, ce qui fait mal. C’est là qu’il y a quelque chose à équilibrer.

    En passant… On ne guérit jamais personne, encore moins un(e) narcissique. On peut tout au plus accompagner quelqu’un dans sa démarche, en jouant là encore un rôle miroir. C’est toujours le consultant qui effectue son propre rééquilibrage.
    Attention au syndrôme du sauveur…

    Amicalement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *