in

La philosophie japonaise du Zanshin : Les ennemis de l’amélioration sont l’ennui, la fatigue et le manque de concentration

Partagez cet article

Zanshin

La clé pour atteindre vos objectifs dans la vie, selon un archer légendaire

Dans les années 1920, un Allemand du nom d’Eugen Herrigel s’installa au Japon et commença à s’entraîner à l’art martial japonais du tir à l’arc à Kyudo.

Herrigel apprit avec un maître légendaire du Kyudo nommé Awa Kenzo. Kenzo était convaincu que les débutants devaient maîtriser les bases du tir à l’arc avant d’essayer de tirer sur une vraie cible et poussa cette méthode à l’extrême. Au cours des quatre premières années, Herrigel ne fut autorisé à tirer que sur un rouleau de paille à seulement deux mètres de distance. (1)

Annonce

Lorsqu’il fut enfin autorisé à tirer sur des cibles à l’autre bout de la salle d’entraînement, ce fut un échec. Il rata sa cible et devint de plus en plus découragé à chaque mauvais tir. Herrigel était convaincu que son problème était son objectif qui était médiocre, mais Kenzo répondit que ce n’est pas votre objectif, mais la façon dont vous approchez votre objectif qui détermine le résultat.

Frustré par son professeur, Herrigel rétorqua: « Alors vous devrais pouvoir toucher la cible avec un bandeau sur les yeux. »

Kenzo s’arrêta un moment puis dit: « Viens me voir ce soir. »

Tir à l’arc, les yeux bandés

histoire japonaise

À la tombée de la nuit, les deux hommes retournèrent dans la cour où se trouvait la salle d’entraînement. Kenzo se dirigea vers son lieu de tir normal avec la cible cachée quelque part au milieu de la nuit. Le maître de tir à l’arc lança la première flèche dans l’obscurité de la cour.

Herrigel écrira plus tard: « Je savais par le son qu’elle avait atteint la cible. »

Immédiatement, Kenzo prit une seconde flèche et tira à nouveau dans la nuit. Herrigel traversa la cour en courant pour vérifier la cible.

Annonce

Dans son livre, Zen in the Art of Archery, Herrigel écrit: «Quand j’ai allumé la lumière sur la cible, j’ai découvert, à ma grande surprise, que la première flèche était en plein centre du noir, tandis que la deuxième flèche avait brisé en deux la première flèche ».

Trois archers japonais vers 1860. (Source de l’image  Collection Henry and Nancy Rosin of Early Photography of Japan . Smithsonian Institution.)


traumatisme intergénérationnel

Les grands maîtres du tir à l’arc enseignent souvent que «tout fait partie de l’objectif». Où vous placez vos pieds, comment vous tenez l’arc, la façon dont vous respirez pendant le lancement de la flèche – tout cela détermine le résultat final.

Dans le cas d’Awa Kenzo, le maître archer était tellement conscient du processus que son tir fut d’une extrême précision et il fut capable de reproduire exactement la même chose, même sans voir la cible. Cette conscience complète du corps et de l’esprit par rapport au but est connue sous le nom de zanshin.

Zanshin est un mot couramment utilisé dans tous les arts martiaux japonais pour désigner un état de « vigilance envers l’adversaire ». Traduit littéralement, cela signifie « l’esprit qui demeure ». En d’autres termes, l’esprit est complètement concentré sur l’action. Le Zanshin, c’est être constamment conscient de son corps, de son esprit et de son environnement. C’est une surveillance sans effort.

Annonce

Dans la pratique, cependant, le Zanshin a une signification encore plus profonde. Le Zanshin choisit de vivre sa vie intentionnellement et d’agir avec un but au lieu d’agir comme la victime de tout ce qui se présente à lui.


L’ennemi de l’amélioration

protéger son énergie

Il y a un célèbre proverbe japonais qui dit:  « Serrez la corde du kabuto après avoir remporté la guerre ». (2)

En d’autres termes, la bataille ne se termine pas lorsque vous gagnez. La bataille ne se termine que lorsque vous devenez paresseux, lorsque vous perdez votre sens de l’engagement et lorsque vous cessez de prêter attention. C’est aussi ça le Zanshin: l’acte de vivre avec un état de vigilance, que l’objectif soit déjà atteint ou non.

Nous pouvons appliquer cette philosophie dans de nombreux domaines de la vie

  • L’écriture: La bataille ne se termine pas lorsque vous publiez un livre. Elle se termine lorsque vous vous le considérez comme un produit fini, lorsque vous perdez la vigilance nécessaire pour continuer à améliorer votre métier.
  • Le sport: La bataille ne se termine pas lorsque vous atteignez votre poids idéal. Elle se termine lorsque vous perdez votre concentration et sautez des séances d’entraînement, ou lorsque vous prenez du recul.
  • L’entrepreneuriat: la bataille ne s’arrête pas lorsque vous effectuez une grosse vente. Elle se termine lorsque vous devenez arrogant et complaisant.
Annonce

L’ennemi de l’amélioration n’est ni l’échec ni le succès. Les ennemis de l’amélioration sont l’ennui, la fatigue et le manque de concentration. L’ennemi de l’amélioration est un manque d’engagement envers le processus parce que le processus est un tout.


L’art du Zanshin au quotidien

legende japonaise

« Toutes les activités et situations doivent être abordées avec la même sincérité, la même intensité et la même conscience que l’on a avec l’arc et la flèche à la main. » – Kenneth Kushner

Nous sommes dans un monde obsédé par les résultats. Comme Herrigel, nous avons tendance à mettre trop l’accent sur le fait que la flèche atteigne la cible ou non. Si, cependant, nous mettons de l’intensité, de la concentration et de la sincérité dans le processus – où nous plaçons nos pieds, comment nous pouvons tenir l’arc, comment nous respirons pendant le lancement de la flèche – toucher la cible est simplement secondaire.

Le but n’est pas de vouloir à tout prix toucher la cible. Le but est de tomber amoureux de l’ennui de faire le travail et d’embrasser chaque partie du processus. Le but est de prendre ce moment de zanshin, ce moment de pleine conscience et de concentration, pour l’emporter avec vous partout dans la vie.

Ce n’est pas la cible qui compte. Ce n’est pas la ligne d’arrivée qui compte. C’est la façon dont nous abordons l’objectif. 


Notes :

1. Quand Herrigel se plaignit du rythme extrêmement lent, Kenzo répondit: «Le chemin vers le but ne se mesure pas! Quelle est l’importance des semaines, des mois, des années? « 

2. La vraie phrase est «katte kabuto no oo shimeyo», qui se traduit littéralement par «Serrez la corde du kabuto après avoir remporté la guerre». Le Kabuto était un casque porté par les guerriers japonais. Comme vous vous en doutez, son aspect est incroyable .

Annonce

Publié par Jean-Charles R

À propos de l’auteur: j'aime la nature et l'écologie mais je m'intéresse aussi à la psychologie et la spiritualité, je pense que tout est lié. Je suis arrivé dans l’équipe d’ESM en 2016 après avoir étudié en Angleterre et passé plusieurs années en Australie . Depuis toujours, je suis soucieux de la nature et de mon impact sur l’environnement. Ainsi, par le biais d’informations, j’essaie de contribuer à l’amélioration de l’environnement et de jouer un rôle dans l’éveil des consciences afin de rendre le monde un peu meilleur chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

zodiaque quand il vraiment amoureux

Ces 3 couples du même signe sont souvent une réussite en amour. Ils se correspondent sur presque tout!

horoscope

Horoscope du Lundi 15 Mars 2021