Évolution : preuve que nous devenons de vrais « dieux » !

de | 24 juin 2018

Évolution : preuve que nous devenons de vrais  » dieux » !

évolution

Et si je vous disais que dans 1000 ans nous ressemblerons tous à de petits hommes des cavernes au niveau physique et mental, comparé aux humains du futur ? Il y a de nombreuses preuves scientifiques qui prouvent que non seulement notre corps physique évolue à un rythme accéléré, mais notre conscience également. En effet, nous évoluons en accéléré, et il se peut que nous soyons témoins des prophéties de l’apothéose en action. Notre conscience et notre corps à un rythme jamais vu auparavant dans l’histoire de la terre.

Nous pouvons regarder à travers le monde et voir les signes de l’évolution spirituelle spectaculaire en continuant à réaliser tout notre potentiel. Avec cette de prise de conscience mondiale qui a lieu, nos véhicules physiques et notre niveau d’intelligence évoluent également comme nous entrons dans la lumière de cette nouvelle ère.

En 2007, le Dr John Hawks, professeur d’anthropologie à l’Université de Wisconsin-Madison, a publié un article dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) intitulé « l’accélération récente de l’ evolution adaptative humaine.» Cet article a montré que la sélection positive au sein des êtres humains s’est produite à un taux 100 fois plus élevé que n’importe quel autre moment dans l’histoire de l’humanité ,et que cette accélération massive dans l’évolution s’est passée en particulier dans les 5 000 dernières années.

L’étude a recherché plus particulièrement la variation de la séquence ADN connue sous le nom de SNP qui est la variation d’une seule paire de bases du génome, entre individus d’une même espèce. Comme indiqué dans la semaine de la santé et de la médecine, « Les chercheurs identifient le changement génétique en recherchant de longs blocs de paires de bases d’ADN qui sont connectés. Parce que l’ADN humain est constamment remanié par l’intermédiaire d’une recombinaison qui se produit, un long segment ininterrompu de DL est généralement la preuve de la sélection positive. Le déséquilibre de liaison se dégrade rapidement alors que la recombinaison se produit à travers de nombreuses générations, donc la découverte de ces segments sans interruption est une preuve solide de l’adaptation récent, déclare Hawks.»

Les chercheurs ont conclu que la population des êtres humains ne cesse d’augmenter, l’effet de l’accélération de l’ evolution a également augmenté en raison de l’espace il y a de nouvelles mutations qui se produisent et qui sont transmises à toute la population. Selon la publication originale de l’article du journal, environ 1 800 gènes, soit 7% de notre système génétique entier, ont une expérience de sélection récente positive. Ils ajoutent que « dans la mesures où de nouveaux allèles adaptatifs ont continué à refléter la croissance démographique, les périodes néolithiques et ultérieures un taux d’évolution adaptative >100 fois plus élevés que celle qui caractérise l’homme.

Avec l’agriculture, les changements constants et les expérimentations du régime alimentaire (comme l’adaptation de la tolérance au lactose dans le lait), l’exposition aux maladies (comme l’introduction du gène CCR5 pour rendre les gens résistants au SIDA), et la hausse massive de la population humaine ces 10 000 dernières années, la nature a présenté des aires de reproduction optimales pour la sélection positive et de nouvelles mutations adaptatives dans l’introduction d’un patrimoine génétique massif et des environnements en constante évolution.

Par exemple, il y a quelques milliers d’années, les européens ont connu des changements rapides dans le gène pour une protéine qui transfère les ions de potassium dans et hors des papilles et des cellules nerveuses, ainsi que les changements dans les gènes associés à la maladie d’Alzheimer et même le cancer. La revendication la plus audacieuse de John Hawks a été enregistrée sur le site de l’Université de Wisconsin-Madison dans lequel Hawks déclare : « Nous sommes génétiquement plus différents que les gens qui ont vécu il y a 5 000 ans que eux étaient différents des hommes de Néandertal. » En d’autres termes, si vous prenez un être humain à partir de 3 000 ans avant JC, comme un égyptien ancien, vous verrez qu’ils sont génétiquement plus proches de l’homme de Néandertal que nous.

L’anthropologue et généticien Dr Henry Harpending de l’Université de l’Utah a également participé à cette étude, a déclaré à National Geographic « Si les humains avaient toujours évolué à ce rythme, la différence entre les humains et les chimpanzés devrait être 160 fois supérieure à ce qu’elle est vraiment. » Il y a un vaste ensemble de données empiriques qui suggèrent que les êtres humains ont récemment fait l’objet de la sélection naturelle accélérée dans l’information génétique.

Il est également prouvé que cette accélération récente de l’ evolution n’est pas seulement biologiquement physique, mais aussi mentale en termes d’intelligence. JR Flynn, professeur de sciences politiques à l’Université d’Otago en Nouvelle-Zélande, a découvert que les scores de QI à travers le monde ont augmenté de 3 points en moyenne par décennie, aussi longtemps que les résultats des tests de QI ont été enregistrés (depuis 1910 aux Etats-Unis). Cela signifie que quelqu’un qui est arrivé dans les meilleurs 10% en test de QI il y a 100 ans ferait maintenant partie des 5% les plus faibles. Ces augmentations se sont produites à un rythme régulier entre les deux sexes masculins et féminins et ont été vérifiés empiriquement dans plus de 20 pays (voir la figure 1).

Le score moyen du QI a toujours été fixé à 100, donc si quelqu’un a 130 au test, il fait partie des meilleurs, et s’il a un score de 80, il s’écarte du score brut moyen. Ce qui est frappant, c’est qu’on a rendu ce test de plus en plus difficile au cours du siècle dernier pour conserver le score moyen à 100. Flynn a découvert que les plus différences ont été retrouvées dans les tests culturels réduits et l’intelligence fluide. L’intelligence fluide est la capacité à penser de façon rationnelle, abstraite, et trouver des solutions aux nouveaux problèmes indépendamment des connaissances acquises.

Il insiste sur le fait que ce ne sont pas des connaissances acquises grâce à des informations accessibles aux personnes, car cela refléterait l’intelligence cristallisée concernant l’application des connaissances acquises. Par ailleurs, d’autre facteurs environnementaux tels qu’une meilleure éducation et une meilleure situation économique sont appauvris quand on essaie d’expliquer de manière adéquate les écarts entre certains cas, comme l’augmentation des scores de QI par un total de 20 points en 30 ans par les Hollandais.

évolution

Scores des QI

  • Grande-Bretagne
  • Pays-Bas
  • Israël
  • Norvège
  • Belgique

Comme Flynn l’affirme dans un de ses articles originaux « Les données internationales entrent dans le même schéma que les données américaines. On gagne environ 18 points sur les QI par génération (30 ans) sur Ravens, entre 9 et 18 points sur les tests de Wechsler et Stanford-Binet, environ 9 points sur les tests exclusivement verbaux, et peu ou aucun sur les tests secondaires de Wechsler tels que l’arithmétique, l’information et le vocabulaire ».

Le test Ravens mesure la capacité à de raisonnement en utilisant des objets abstraits indépendants de la langue, de l’écriture et de la lecture. Cela signifie que ces augmentations de test ne sont pas le résultat de personnes ayant plus accès à la connaissance et à l’information, mais montre que, au contraire, les résultats les plus significatifs ont été indiqués dans les tests qui incluent la résolution de problèmes d’intelligence, comme l’identification de motifs non verbaux et les relations. Les impacts environnementaux qui peuvent expliquer ces augmentations des scores de QI n’ont pas encore été identifiés, et font toujours l’objet de spéculation. Voici quelques-unes des découvertes les plus importantes de la psychologie que Flynn appelle « renaissance culturelle trop grande pour grande pour être ignorée ».

Contrairement à certains du processus scientifique, l’ evolution humaine connaît une augmentation spectaculaire en termes de génétique et d’intelligence. Nous avons désormais la preuve scientifique que l’évolution n’est pas seulement une question d’ingéniosité culturelle et de conditionnements sociaux. Ce n’est pas non plus exclusivement réservé à l’adaptation physiologique, mais en fait c’est un phénomène concret mesurable dans la psychologie humaine qui a lieu dans notre espèce en ce moment.On peut maintenant parler de l’évolution comme quelque chose qui est actuellement en train de progresser vers la complexité, comme nous avons pu le voir avec les preuves des généticiens et même des psychologues.

Allons-nous continuer d’évoluer à ce rythme exponentiel à partir de maintenant ? Assistons-nous à la manifestation physique des prophéties de l’apothéose humaine dans l’action ? Une enquête est nécessaire dans ce domaine, et dans la mesure où les conditions dans lesquelles cette évolution se produit restent présents (augmentation de la population, les changements environnementaux, développement technologique et intellectuel) nous devrions voir cet effet suffisamment longtemps pour pouvoir entrer dans cette nouvelle ère d’évolution et continuer à explorer cette frontière excitante.

Dans 1 000 ans, nous serons de vrais dieux par rapport à notre état actuel. Nous aurons des technologies et des capacités qui ne sont que des rêves aujourd’hui, et notre corps aura tellement évolué que quand on regardera 1 000 ans en arrière on se demandera comment les hommes ont fait pour vivre une vie aussi primitive avec ces corps aussi archaïques. Peut-être que nous entrons vraiment dans l’âge d’or de l’évolution spirituelle et physique dont beaucoup de cultures anciennes parlaient.

Sources:

1. The Guardian. “Is human evolution finally over?”. The Observer. 03 Feb. 2002.http://www‌.theguardi‌an.com/sci‌ence/2002/‌feb/03/gen‌etics.research

2. Furness, Hannah. “Sir David Attenborough: Humans have stopped evolving”. The Telegraph. Sept 2013. http://www‌.telegraph‌.co.uk/sci‌ence/evolu‌tion/10297‌124/Sir-Da‌vid-Attenb‌orough-Hum‌ans-have-s‌topped-evo‌lving.html

3. “Genome study places modern humans in the evolutionary fast lane.” Health & Medicine Week. 24 Dec. 2007: 271. Academic OneFile.

4. Ibid.

5. Hawks, John. John Hawks, Eric T. Wang, Gregory M. Cochran, Henry C. Harpending, and Robert K. Moyzis. “Recent Acceleration of Human Adaptive Evolution”. PNAS, 2007 104 (52) 20753-20758; published ahead of print December 17, 2007, doi: 10.1073/pnas.0707650104

6. See 3.

7. “Darwin’s children; Human evolution.” The Economist 15 Dec. 2007: 88(US). Academic OneFile.

8. Matmiller, Brian. “Genome study places modern humans in the evolutionary fast lane”.University of Wisconsin-Madison News. 10 Dec. 2007. http://www‌.news.wisc‌.edu/14548

9. Roach, Joe. “Evolution is Speeding Up, Study Says”. National Geographic. 11 Dec. 2007. http://new‌s.national‌geographic‌.com/news/‌2007/12/07‌1211-human‌-evolution.html

10. Passer, Michael W. Ronald E. Smith, Michael L. Atkinson, John B. Mitchell, Darwin W. Muir. Psychology: Frontiers and Applications. 4th Canadian ed. McGraw-Hill Ryerson Limited, 2011, pg. 372-373. Print.

11. Flynn, J. R. “Massive IQ gains in 14 nations: What IQ tests really measure” .Psychological Bulletin, 101(2). 1987. 171-191. doi:10.103‌7/0033-290‌9.101.2.171

12. Flynn, J. R. “Searching for justice: The discovery of IQ gains over time”. American Psychologist, 54(1). 1999. 5-20. doi:10.103‌7/0003-066X.54.1.5

13. See 11.

14. Bower, Bruce. “IQ’s generation gap: is intelligence reaching new heights, or is something amiss with the tests that measure it?” The Free Library 15 August 1987.

Après Évolution : preuve que nous devenons de vrais dieux ! voir aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *