Votre cerveau possède un bouton ‘supprimer’. Et voici comment l’utiliser.

de | 20 décembre 2016

bouton ‘supprimer’

Image crédit: [Photo: NICHD/P. Basser]

Votre cerveau possède un bouton ‘supprimer’. Et voici comment l’utiliser

Il s’agit de la manière fascinante par laquelle notre cerveau fait de la place afin que nous puissions y construire de nouvelles connexions plus solides et ainsi mieux apprendre de nouvelles choses.

Il y a un dicton en neuroscience qui dit ceci : “Les neurones qui se fusionnent se connectent.”

Cela signifie que plus vous utilisez un neuro-circuit de votre cerveau, plus solide deviendra ce circuit. C’est la raison pour laquelle, pour citer un autre dicton bien connu, « La pratique rend parfait ». Plus vous vous exercez au piano, à parler une langue étrangère, (à parler en public) ou à jongler, plus les circuits correspondants se solidifient.

Pendant des années, ce fut ainsi que nous apprenions de nouvelles choses. Mais selon de nouveaux développements, l’habilité à apprendre exige plus que de construire et de renforcer des connexions neuronales. Encore plus importante est notre capacité à se débarrasser des anciennes. Nous appelons cela “élagage synaptique.”

Voici comment cela fonctionne:

bouton ‘supprimer’

bouton ‘supprimer’

Credit image: [Photo: NICHD/P. Basser]

VOTRE CERVEAU EST COMME UN JARDIN

Imaginez que votre cerveau est un jardin ; sauf qu’au lieu d’y faire pousser des fleurs, des fruits et des légumes, vous y faites pousser des connexions synaptiques entre les neurones. Ce sont les connexions au travers desquelles voyagent les neurotransmetteurs comme la dopamine, la sérotonine et autres.

Les “Cellules gliales” sont les jardinières de votre cerveau – elles agissent afin d’accélérer les signaux entre certains neurones. Mais d’autres cellules gliales sont les vidangeuses, arrachant les mauvaises herbes, tuant les insectes nuisibles et raclant les feuilles mortes. Nous appelons ces jardinières élagueuses “cellules microgliales.” Elles élaguent vos connexions synaptiques. La question est : « Comment savent-elles quoi élaguer ? »

Les chercheurs commencent à pleine à débroussailler ce mystère, mais ils savent déjà que les connexions synaptiques peu utilisées sont marquées par une protéine, C1q (ainsi que d’autres). Lorsque les cellules microgliales détectent ce marquage, elles se collent à la protéine et détruisent – ou élaguent – le synapse.

Voilà comment votre cerveau fait de la place afin que vous puissiez construire de nouvelles connexions plus solides et apprendre davantage.

POURQUOI LE SOMMEIL EST SI IMPORTANT

Les cellules de votre cerveau se nettoient automatiquement pendant le sommeil.

Crédit Image: starbrydge.com

Vous avez déjà eu l’impression que votre cerveau était plein à ras bord? Probablement lorsque vous commenciez un nouveau travail, une nouvelle tâche ou que vous vous imprégniez totalement dans un projet. C’est parce que vous ne dormez pas assez, même si vous emmagasinez constamment de nouvelles informations. En un certain sens, votre cerveau déborde !

COMMENT NOTRE CERVEAU SE NETTOIE

Lorsque vous apprenez un tas de nouvelles choses, votre cerveau construit des connexions, connexions encore inefficaces et ponctuelles (ad hoc). Votre cerveau a besoin d’élaguer un grand nombre de connexions afin de pouvoir construire des circuits mieux fuselés et plus efficaces. Il fait cela lorsque vous dormez.

Quand vous dormez, votre cerveau se nettoie – vos cellules cérébrales se rétrécissant jusqu’à 60 % pour faire de la place aux jardinières gliales qui débarquent et vous débarrassent des déchets et élaguent les synapses.

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller après une bonne nuit de sommeil et de pouvoir réfléchir clairement et rapidement ? C’est que tout cet élagage et l’augmentation de l’efficacité des circuits qui se sont faits durant la nuit vous a fait beaucoup de place pour acquérir et synthétiser de nouvelles informations – en d’autres mots, pour apprendre.

C’est aussi la raison pour laquelle les siestes sont si bénéfiques à votre capacité cognitive. Un somme de 10 à 20 minutes donne la chance à vos jardinières microgliales de débarquer, de supprimer des connexions inutilisées et de faire suffisamment de place pour que de nouvelles connexions s’instaurent.

Réfléchir avec un cerveau qui manque de sommeil c’est comme se faire un chemin en pleine jungle équatoriale avec une machette. C’est très dense, on avance lentement et c’est exténuant. Les branches se chevauchent et empêchent la lumière de passer. Réfléchir avec un cerveau bien reposé c’est comme marcher joyeusement dans Central Park ; les sentiers sont clairs et se croisent à des endroits précis, les arbres ont leur place et vous pouvez voir loin devant vous. C’est vivifiant.

CONCENTREZ-VOUS (avec pleine conscience) SUR CE QUI VOUS ACCAPARE

En fait, vous avez un certain contrôle sur ce que votre cerveau décide de supprimer quand vous dormez. Ce sont les connexions synaptiques que vous n’utilisez pas qui sont marquées pour le recyclage. Celles que vous utilisez seront arrosées et oxygénées. Alors, appliquez la pleine conscience à ce qui occupe vos pensées.

Si vous passez trop de temps à lire des théories sur la fin de Game of Thrones et très peu sur votre travail, devinez quelles sont les synapses qui seront marquées pour recyclage ?

Si vous êtes en conflit avec quelqu’un au travail et que vous gaspillez votre temps à savoir comment vous venger au lieu de penser à l’important projet sur lequel vous travaillez, vous allez vous retrouver avec une synapse superstar pour des complots revanchards mais un esprit peu innovateur.

Pour bénéficier du système naturel de jardinage de votre cerveau, vous n’avez qu’à penser à ces choses qui vous sont importantes. Vos jardinières sauront renforcer ces connexions et élaguer celles qui vous intéressent moins. C’est ainsi que vous aidez le jardin de votre cerveau à fleurir.

Judah Pollack est co-auteure de The Chaos Imperative, et Olivia Fox Cabane est auteure de The Charisma Myth.

Traduit par Richard Parent

Source Votre cerveau possède un bouton ‘supprimer’: Your Brain Has A “Delete” Button – Here’s How To Use It.

24 réflexions au sujet de « Votre cerveau possède un bouton ‘supprimer’. Et voici comment l’utiliser. »

  1. Chantal

    Est ce que cette « méthode » peu aussi etre utile pour les douleurs chroniques? Mes médecins m ont dit que mon cerveau n accepte pas ma guérison et que je deviendrai handicapées de plus en plus, ,,

    Répondre
    1. joel

      Le cerveau et une »machine »étonnante,capable de gérer jusqu’à la moindre cellule de notre corps.Vous êtes vous demander comment il est possible que se cicatrise une petite coupure tout au bout de votre petit orteil?Le cerveau est capable d’intervenir sans la moindre sollicitation.Mais si vous le stimuler mentalement à l’aide de l’auto-suggestion et si vous vous en persuadez,vous arriverez à le faire agir dans le sens voulu.Personnellement je me sert de cette méthode que j’ai découvert en parlant à mon cerveau, »mentalement evidemment »,je lui demande avec insistance d’agir sur les points douloureux de mon corps,lui rappelant qu’il est capable d’intervenir sur tous ces points et étant un laboratoire chimique de créer toutes substances nécessaires à ma guérison.Je me concentre avec obstination,j’insiste sur le côté répétitif et insistant de la sollicitation qui doit être répéter jour après jour .J’utilise cette pratique le soir une fois couché,c’est d’ailleurs une très bonne méthode d’endormissement.Je ne vous parle ici que d’expérience personnelle et personne n’est obligé de me croire.Vous ne risquez rien à essayer Chantal et j’espère que vous pourrez ainsi arriver à un soulagement si ce n’est une guérison,c’est en tout cas ce que je vous souhaite .Joël.

      Répondre
      1. RINGEL

        Merci de ce partage d’expérience, Joël. En convalescence depuis un mois suite à une intervention très intrusive, je me noyais dans le refus de ce matériel implanté, de ce qu’il génère en moi, de l’électricité pour shunter des douleurs neuropathiques, psychogènes et périphériques. Ma tête à imploser ce matin, en une migraine incontrôlable, un refus de vivre intense et profond. Une petite étincelle s’est réveillée en début d’après-midi, TU N’AS PAS LE DROIT DE TE FAIRE SUBIR CA, ARRETE CE MECANISME, TU PEUX LE FAIRE, CONNECTE TOI EN VIBRATIONS QUANTIQUES, RETOURNES A L’ESSENTIEL. Je suis donc implicitement « tombée » sur cet article, et sur votre commentaire, qui m’en dit long sur le chemin que j’étais en train d’emprunter. Autant en finir avec la vie, c’est plus direct me suis-je dit, si je continue à nourrir mon mental avec des « je ne veux pas » « je ne pourrai pas » « je ne supporte pas ». J’aime la vie. Je ne souhaite donc pas la quitter. Alors en avant pour un élagage de synapses dans le positif. Mille fois merci.

        Répondre
        1. VI77

          Et si vous ressentez le besoin d’une aide extérieure, pensez à l’hypnose qui est un fabuleux outils.

          Répondre
        2. marielle

          Oui vous êtes la force de la Vie, la Lumière, vous avez la force du Jedi 🙂
          notre corps souvent nous parle de ce que l’on sait profondément mais que l’on refuse d’accepter, parce que le moment n’est pas encore venu parfois, et il entre en crise. Parce que notre existence présente n’est pas en phase avec nos aspirations profondes, essentielles. On sait ce qui est bon pour nous et ….on ne le fait pas ! alors le corps est en crise car il ne peut pas être à la fois ici et là.
          Courage vous êtes déjà en voie de guérison ! en communion avec vous.

          Répondre
      2. marielle

        je confirme. J’utilise également cette méthode. Il faut parler à son corps et à son cerveau, en tant qu’outil, pour qu’il se répare lui même. REn effet les « consignes » doivent être répétées chaque jour parfois plusieurs semaines pour voir une amélioration. Mais attention ! parfois, pour des raisons inconscientes, on ne veut pas guérir et on donne des contre ordre souterrains et ca devient un peu pagaille !! Vouloir reellement guérir est le début de la guérison sinon la méthode décrite ne fonctionne pas, c’est sur ! 🙂

        Répondre
      3. freddy

        bonjour,
        oui, joel, je fais la même chose mentalement depuis des années, lol, … en pleine conscience, je parle directement à mes cellules réparatrices, je leur demande de prendre le chemin que je leur indique, et de faire le travail nécessaire, pour que tout rentre dans l ordre, … cela est de nature positive, que de communiquer avec son corps, et même mieux, de communiquer avec le Soi de son être, ….. c’est lui apporter toute sa confiance ! …. toute la gratitude nécessaire ! …. N’hésitez pas , également, à communiquer avec votre bonne étoile, elle est la pour vous !

        Répondre
    2. Mithra Rostami

      Aucune methode ne peut fonctionner si vous refuser de guerir. La question est : pourquoi refusez vous de guerir ?

      Répondre
    1. Naby

      Bonsoir je vous conseillerais aussi le sujok, pour vos douleurs, ainsi que la pranatherapie , l’intention est très importante se voir en bonne santé,et je vous dirais que c’est variable pour tout,bon courage et bon rétablissement à tous .

      Répondre
  2. RUET

    Lorsque l’on dit que nous sommes co-auteur de notre vie cela passe par la possibilité de CHOISIR à tout instant de se recréer de nouvelles connexions neuronnales dans le cerveau et d’ abandonner les périmées qui finiront par s’éteindre.
    La vie prend alors un tout autre sens CELUI DE LA RESPONSABILITE QUE NOUS AVONS ENVERS NOUS-MÊME. VIVIE LA VIE.

    Répondre
  3. Mary

    Bonjour !

    je me demande si il y aurait un impact possible sur les troubles des conduites alimentaires ? avérés ou encore sur les problèmes de grignotages intempestifs ?

    Répondre
  4. Anon

    En lisant cette article n’oubliez pas que votre cerveau fonctione bien plus comme une radio que comme un « conteneur d’information’

    Répondre
  5. Pennes

    Je veux oublier quelqu’un qui a manipulé mes sentiments pendant 3ans et m’a abandonné

    Répondre
  6. Nelly47000

    Bonjour
    Est ce que cette méthode peut guérir les névroses obsessionnelles ? Si oui comment procéder. Je vous remercie par avance.

    Répondre
  7. Isabelle sellier

    Pour accepter des douleurs neuropathique, j’ai mis des années. Je comprends aujourd’hui comment les dompter jusqu’à les supprimer dans un état de pleine conscience

    Répondre
    1. BB

      Bonjour Isabelle,
      comment faites vous ? J’en ai tellement besoin,
      merci de tout coeur,
      BB

      Répondre
  8. francois

    j ai assayer plusieur fois et y a comme quelque chose de plus fort que moi qui ,,, me garde sur les discour negatif
    donc qui me nourrit negativement ,,,, il semble que ca soi plus fort que moi ,,j aimerais tellement pouvoit nourrire mon cerveau-jardins avec d autre discours et penser

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *