objectifs

Image crédit :by-jipp.blogspot.fr

Vous voulez atteindre vos objectifs? Gardez-les pour vous, a déclaré un professeur en psychologie

Avez-vous déjà remarqué à quel point il est agréable de parler de ses objectifs, de ses rêves et de ses aspirations?

Il est toujours agréable de dire aux autres à quel point tout se passe pour le mieux dans notre vie ou de les informer des progrès importants que nous avons accomplis récemment.

Curieusement, nous avons presque le même sentiment en parlant simplement de nos objectifs et de nos rêves que lorsque nous les réalisons.

Nous avons tous eu ces moments de plaisir et de joie où nous parlons avec enthousiasme à quelqu’un du grand intérêt que nous manifestons pour notre projet à venir ou notre travail.

Qu’il s’agisse de petites choses telles que le commencement d’une nouvelle routine d’entrainement, ou de grandes choses telles que le lancement d’une nouvelle entreprise, il est toujours agréable de partager notre enthousiasme avec les autres.

Eh bien, il se trouve qu’il faudrait réfléchir à deux fois avant de partager vos plans ambitieux pour l’avenir. Des études récentes ont permis de constater que les gens qui parlent ouvertement de leurs aspirations sont en fait moins susceptibles de les atteindre.

Pourquoi?

La théorie se focalise sur ce grand sentiment que vous avez lorsque vous décidez de faire ce partage avec les autres. En énonçant simplement à quelqu’un vos intentions, vous réaffirmez votre personnalité, juste assez pour ne pas vous soucier de poursuivre réellement les travaux ardus nécessaires pour accomplir votre projet.

Peter Gollwitzer, professeur de psychologie à l’Université de New York, étudie ce phénomène depuis 1982. Il a écrit un livre intitulé « Théorie de l’Auto-réalisation symbolique ». Mais les derniers efforts de Pr Peter Gollwitzer ont été publiés dans un article de recherche intitulé « When intentions go public »(Quand les intentions deviennent visibles aux yeux de tous): La réalité sociale élargit-elle l’écart entre l’intention et le comportement?

Pr Gollwitzer nous dit qu’en 1933, des chercheurs ont découvert que le sens de la « réalité sociale » de la plupart des gens se manifeste en fonction de la façon dont leurs actions et leurs paroles sont perçues par ceux qui les entourent. Par exemple, si une personne découvre la réponse à un problème, et qu’elle en parle à ses pairs, et que ses pairs reconnaissent qu’elle l’a fait, cela devient alors un fait de « réalité sociale » dans l’esprit de la personne qui a résolu le problème.

« Une mère qui parle de toutes les formidables choses qu’elle va faire pour ses enfants – les aider à mieux travailler à l’école, obtenir de meilleurs résultats dans les tests, et leur donner des formations supplémentaires – pendant que toutes les autres mères hochent la tête avec approbation en l’écoutant », dit Pr Gollwitzer .

« Il y a de fortes chances qu’elle ne fasse pas autant pour atteindre ces objectifs, parce qu’elle est déjà perçue comme une mère idéale juste en partageant ses intentions merveilleuses. »

Tout le monde a des « objectifs d’identité », et nous faisons et disons souvent des choses qui selon nous correspondent avec l’image de la personne que nous voulons être. Nous avons un certain type d’identité que nous aimerions atteindre, mais quand nous parlons ouvertement de la réalisation de cette identité avant qu’elle ne soit réalisée, nous minons notre capacité à l’atteindre.

Cet effet est amplifié lorsque les gens autour de nous constatent nos bonnes intentions, ou en font même l’objet de grands éloges, étant donné que nous gagnons davantage un sens prématuré « d’exhaustivité ». Au cours d’une étude, une série de quatre tests a révélé que les gens qui gardent leurs objectifs et leurs plans pour eux avaient une meilleure probabilité de les atteindre que ceux qui les partageaient en public.

Morale de l’histoire? Concentrez-vous davantage sur la réalisation réelle de vos objectifs au lieu d’en parler; cela vous aidera sur le long terme.

« Si tu veux faire rire Dieu, raconte-lui tes projets », dit le proverbe.

Sources en bleu dans l’article et h/t Intelligence