Arrêter de posséder, aimer en toute liberté sans exercer de pressions sur l’autre: Personne n’appartient à personne

de | 30 janvier 2016

Arrêter de posséder, aimer en toute liberté sans exercer de pressions sur l’autre: personne n’appartient à personne

Toute ma vie, j’ai compris l’amour comme une sorte d’esclavage consenti. C’est un mensonge : la liberté n’existe que lorsque l’amour est là. Celui qui se donne totalement, qui se sent libre, aime infiniment. Et celui qui aime infiniment se sent libre.
Malgré tout ce que j’ai pu vivre, faire ou découvrir, rien n’a de sens. En amour, personne ne peut écraser l’autre, nous sommes tous responsables de ce que nous ressentons, et nous ne pouvons en accuser les autres.
J’ai été blessé lorsque j’ai perdu les femmes que j’avais aimées. Aujourd’hui, je suis convaincu que personne ne perd personne, car personne ne possède personne. C’est la véritable expérience de la liberté : avoir la plus importante chose au monde, sans la posséder.»

Onze Minutes – Paulo Coelho

Arrêter de posséder, aimer en restant libre sans exercer de pressions sur l’autre, est la clé de l’évolution d’un couple, mais également de tout un chacun. 

L’amour est une succession de luttes, de sacrifices, de concessions obtenues contre soi-même pour le bien-être du couple.

ici-420x268

L’amour n’est pas chez l’autre, mais en nous-même 

“Le grand but de l’être humain est de comprendre l’amour total. L’amour n’est pas chez l’autre, mais à l’intérieur de nous-mêmes ; nous sommes les seuls à pouvoir le réveiller. Pour qu’il se réveille, nous avons besoin de l’autre. L’univers n’a de sens que lorsque nous partageons nos émotions.»

Onze Minutes – Paulo Coelho

C’est ici que nous pêchons tous bien souvent. Nous cherchons chez les autres un complément à nos propres carences et à nos insécurités, sans jamais penser que le salut se trouve à l’intérieur de nous-mêmes.

Nous mettons sur les épaules des autres le poids de notre vie, en les responsabilisant de nos succès et de nos échecs, mais surtout de nos émotions.

Cela laisse un grand vide à l’intérieur de nous, dans lequel il n’y a plus de fierté ni de satisfaction personnelle. Dans le même temps, nous détruisons la possibilité d’un amour sain qui aurait pu naître.

La dépendance ne fait que grandir, retirant toute authenticité et toute identité émotionnelle que nous aurions du avoir créé à l’intérieur de nous-mêmes.

 succes-420x233

Nous ne nous rendons pas compte que si nous ne nous défaisons pas des rustines et des morceaux de sparadrap qui recouvrent nos plaies, nous pouvons créer des blessures bien plus profondes à l’intérieur de nous-mêmes, et chez la personne que nous avons en face de nous.

Arrêtons de nous donner des excuses ! L’amour et la relation de couple commencent toujours à l’intérieur de nous-mêmes.

Si nous tenons compte de cela, nous allons vivre des moments frais et sains. Et cela nous permettra de mûrir plutôt que de nous détruire.

Se tenir éloigné de la passion ou s’y jeter les bras ouverts ?

Personne ne veut désorganiser son monde. Certaines personnes détestent la passion, parce que cela bouleverse totalement l’univers qu’elles avaient créé.

De fait, la plupart des gens vivent dans des relations brisées, et ont des habitudes qui ne les satisfont pas, tout simplement parce qu’ils ont peur de changer.

Ces personnes sont à l’origine du dicton populaire «on sait ce que l’on perd mais on ne sait pas ce que l’on gagne«. Un dogme, une loi vitale inébranlable, un guide pour maintenir sa vie dans la médiocrité.

Cependant, d’autres se jettent éperdument dans l’inconnu et dans des aventures improbables en pensant que cela va leur permettre de résoudre leurs problèmes.

Ces personnes déchargent toute la responsabilité de leur bonheur (et de leur possible malheur) sur les autres. Elles sont euphoriques si quelque chose de bien leur arrive, et complètement déprimées si quelque chose tourne mal.

Quelle est la bonne attitude ? Aucune des deux. Vous devez toujours agir avec mesure et responsabilité.

Ce que vous ferez doit vous permettre d’avoir une dose suffisante de passion et de joie dans votre quotidien. C’est seulement de cette manière que vous pourrez aimer librement.

Source Images de AJCass

Aimer en toute liberté  article via : nospensees.com

Un grand merci au site nospenssées.com pour l’autorisation de republier cet article.

7 réflexions au sujet de « Arrêter de posséder, aimer en toute liberté sans exercer de pressions sur l’autre: Personne n’appartient à personne »

  1. Didie

    « Vos informations ne doivent jamais être écrites ou prononcées au futur ou de façon négative. »
    Alors pour correction, « J’aimerais, j’aurais… », pour vous citer, ce n’est pas au futur mais au conditionnel ^^
    Une p’tite révision grammaticale s’impose ! Et c’est une affirmation aussi

    Répondre
  2. destailleur valerie

    hooo!! je craque!! je n’arrive pas à partager votre article!! j’ai besoin de rendre toujours ce que je reçois!!! aie! hooo! je me perds dans toute cette tecnologie et de plus l’anglais!!! holàlà!!! pourriez vous m’aidez? c’est tout benef pour vous car j’Adhere à la quasi totalité de vos articles!! jusqu’à me demander = comment est ce possible que l’ensemble d’1 rédaction peut à ce point et tellement si spécifique à mes gout, attentes et besoins…??? c’est space!!! je sais tellement que je suis hors de ce monde et leur gens!!! alors………. vous je vous Aime et Aimerai si fort conjugué et m’alimenter!!! enfin!! MERCIII Je Nous AIME

    Répondre
  3. M.jude

    La passion a tendance à me faire peur parce que je me donne entièrement et j’attends trop souvent de l’autre la même intensité, dans le but de pouvoir fusionner, mais quand ça arrive c’est à ce moment là que soit je fuis, soit il fuit. Peut être que c’est pas le bon ou que je donne trop d’amour … c’est sûrement à moi-même que je dois donner tout cet amour ! Merci pour l’article, ça nourrit mes réflexions ^^

    Répondre
  4. jeunomade

    « Arrêter », « aimer… sans »,  » luttes, de sacrifices, de concessions », « arrêtons », « doit vous permettre », etc, ce n’est pas le champs lexical de la satisfaction que vous entonnez là, c’est le moins que l’on puisse dire. Je vous souhaite plus de douceur,, de compréhension, de satisfactions et d’apaisements sur vos MEAUX.

    Répondre
  5. bourgade

    Bonjour, et merci pour cet article.
    Bien moi j’ ai vécu une experience avec une femme a Marseille chez qui je suis resté XI mois.
    Au départ j’ étais sensé avoir été invité par cette femme a passer quelques semaines chez ell, mais nous étions tellement bien ensemble, très complice et fusionnel, que nous sommes resté comme ça pendant XI mois.
    Ce qui a tout gaché,, ( elle était divorcé avec III enfants don le père avait la garde,) mais voila que l’ ainé de ces enfants XVII ans esst venu vivre chez sa mère. Ce jeune con très exigent, capricieux, égoiste, fainéant, , etc..était e réalité qu’ un odieux personnage qui nous en a fait voir de toutes les couleurs.
    Sa mère n’ ayant aucune autorité sur ce jeune con, ( pas plus que sur ses autres enfants,)…. Au final ce n’ était plus le fils qui vivait chez sa mère, mais la mère,( donc mon amie) qui vivait chez son fils. (Et moi également par la source des chose).
    Cela m’ avait déstabilisé, son fils étant de plus en plus emmerdant, il a fini par me donner soif….
    Vers la mie- Janvier 2016 j’ avais préparé mon amie en lui parlant de mon départ. Elle m’ avait supplié de rester jusqu’ a la date de son anniversaire le 24 Février. en fait, elle avait espoir qu’ entre temps je revienne sur ma décision, car mon départ lui faisaait peur, vu qu’ elle ne supportait pas de vivre seule. Sur cet entre-fait, le VI Février nous avons été au Dome au concert de J.allyday. Lorsque Johnny a vait entamé l’ intro de la chanson QUE JE T’ AIME, mon amie m’ avait pris la main et c’ était mise a chanter du début a la fin de la chanson, et la fin de l’ interpétationde Johnny m’ avit embrassé sous l » oreille.
    Cela m’ avait un peu plus déstabilisé, et le lendemain en regardant des vidéos sur internet la chanson en question etant revenue parmis les titres, elle avait enfoncer le clou en me disante texdtuellement ceci: ( J’ aime bien cette chanson, elle me fait penser a nous, c’ est NOTRE chanson).
    Ne sotant pas avec elle, e ayant le projet de rentrer chez moi, je n’ avais pas envie de m’ engager une relation a la QUE JE T’AIME avec elle.
    Alors avec le recul, je me pose la questio suivante: N’ auarit elle pas agie de la sorte pour que j’ enchaine a ce que nous ayons une relation de manière a me garder près d’ elle ?….
    Mais de toutes façons je ne serais pas rester chez elle, quatre-vongt pour cent a cause de son fils…..
    J’ ai quitté cette poersonne un mois jour pour jour après le concert de Johnny, et relation ou pas, je ne serais pas resté un jour de plus.
    En grande partie a cause de son con de fils, et un peu aussi du fait qu’ elle manquait un peu de transparence a mon égard lorsqu’ elle me parlait de certaine choses de sa vie.
    Je ne lui avais jamais posé de question, tout ce que j’ avais appris la concernant c’ est elle qui me l’ avait confié de son plein gré.
    Mais concernat saa vie, soit elle m’ en avait trop dit, ou bien pas assez.
    J’ avais remarqué qu’ elle jurait souvent, ( et qui plus est, sur la tete de ses enfants,) afin de me faire avaler le plus gros mensonge.
    Lorsqu’ une poersonne me raconte sa vie,, soit elle me dit tout, et SURTOUT sans mentir, ou bien alors je préfère qu’ elle ferme sa gueule.
    Depuis que je l’ ai quitté, je n’ ai plus eu aucun contact avec elle, mais j’ ai des nouvelles par personne interposées, car j’ ai gardé le contact avec une connaissance que nous avions en commun.
    Je saais que depuis mon départ, ( je rappele que cette femme ne supporte pas de vivre seule,) elle a fait au moins trois séjours dans la clinique addictologique dans laquelle j’ avais fait sa connaissance, et qu » elle aa été renié par ses enfants.
    Bref, de toutes façons a présent cela ne me concerne plus, et en plus je m’ en fout !
    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
    Le résultat de cette histoire c est que cette personne a Homicidé mon ame, et qu’ a présent je fout de tout, ( du moins tout ce qui e me concerne pas directement,) et que je ne m’ attache plus a personne, je n’ aime plus personne, je n’ aide plus personne, je ne rend plus aucun service a personne.
    Je ne suis pas heureux, mais je ne suis pas malheureux non-plus, car plus personne ne peut me faire souffrir.

    Quelques semaines après avoir quitté mon amie, j’ avais été hospitalisé en REA, et les médecins m’ avaient placé en coma artificiel, vu que ma séparation avec cette femme m’ avait donné soif.
    Afin d’ éviter des hospitalisations avec pronostic vitaal engagé, je ne dois plus m’ attaché a personne, et ne plus éprouver aucun sentiments envers personne. MA VIE EN DEPEND.

    Bin a vous.

    Répondre
  6. Gonzalo

    « On sait ce que l on a mais on ne sait pas sur quoi on peut tomber  » n est pas un guide pour une vie médiocre… mais plutôt l art d avoir trouver le bonheur dans ce que l on a et non ce a quoi on rêve, je ne trouve décidément jamais d articles qui prônent le dialogue et surtout de décider d etre heureux avec ce que l on a , pourquoi vanter les mérites de ceux qui ont « le courage  » (ou la lâcheté ) de fuir pour avoir ce que l on « mérite  » ou  » veut »pour satisfaire la racine de toutes les souffrances, notre cher ego ?
    C est une mode sociétale de tout plaquer pour tout recommencer, moi j admirerai toujours ces êtres éveillés qui se contentent de ce qu ils vivent malgre les difficultés, vous savez une femme de 75 ans incroyablement paisible me disait un jour à ma question  » comment avez vous fais pour rester unis 50 ans  » elle repondit : car nous nous choisissons depuis toujours et lors de nos périodes de doutes nous choisissons de rester pour les choses que nous faisons de bien l un pour l autre et ne nous quittons pas pour ce que nous faisons de moins bien certainement…
    J ai trouvé ca tellement vrai et magnifique, le bonheur ca se décide , mais pour cela il faut avoir une certaine maturité émotionnelle…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *