Rencontre avec les abeilles de l’Himalaya qui font du miel psychédélique

de | 4 novembre 2015

Most of the nests are located on steep inaccessible, south-west facing cliffs to avoid predators and for increased exposure to direct sunlight

 

Rencontre avec les abeilles de l’Himalaya qui font du miel psychédélique

Tout en haut et dans les profondeurs des montagnes de l’Himalaya, vit une abeille qui produit ce que les habitants locaux appellent « le miel fou ». Le miel rouge, ou le miel fou de « l’Apis dorsata Laboriosa », est accroché aux falaises de l’Himalaya. Il s’agit là de l’abeille mellifère himalayenne, la plus grande du monde, également appelée l’abeille géante de l’Himalaya.

Le miel rare et spécial de l’Apis dorsata provient exclusivement des fleurs de rhododendrons. Les rhododendrons contiennent un poison appelé grayanotoxine qui peut être toxique pour les humains et même certains animaux. Le miel issu de ce nectar toxique est un puissant hallucinogène pour l’homme, et il possède de nombreux bienfaits pour la santé.

Afficher l'image d'origine

 

Les abeilles de l’Himalaya

En petites quantités, le miel procure un effet relaxant, voire enivrant. On le décrit comme ayant un effet plutôt agréable. À fortes doses, le miel fou peut provoquer un empoisonnement au Rhododendron, ou une intoxication alimentaire, ce qui provoque des vomissements, une faiblesse musculaire, et des irrégularités cardiaques.

As the thick, acrid smoke rises upwards the hunter waits patiently for the bees to disperse so that he can cut the exposed hives

 

Cette falaise comporte huit nids, échelonnés entre vingt et soixante mètres du sol. Il y a dix ans, on dénombrait jusqu’à deux cents colonies sur un même site.

 

As the honey hunter descends the rope ladder, the blood, blisters and bee stings that are synonymous with this treacherous tradition become visible

Les abeilles de l’Himalaya

One of the Gurung men watches from the base of the cliff as the cutter repositions himself on the rope ladder 200ft above

Les hommes chargés de récupérer le miel sont les khudhapup (khuda signifie miel en raï). Ils vident le panier dans une grande jarre en métal repoussé avant de le filtrer.

Using one of the bamboo poles known as a tango to push the basket hanging beside him up against the cliff face, the cutter catches the honeycomb as it falls before the basket is then lowered to the ground

At the end of a hard days harvesting the Gurung men tuck into the wild honey for some much needed energy
En raison de la structure du nid, formé d’un rayon unique, les cellules de stockage du miel de l’abeille géante de l’Himalaya sont cinq à dix fois plus importantes que celles de notre Apis mellifera, qui mesurent à peine plus d’un centimètre.

The area is remotely located in the Nepalese Himalayas

Même si ce miel peut être est préjudiciable à des doses élevées, les habitants sont prêts à parcourir des hauteurs remarquables pour mettre la main sur ce que l’on appelle ‘le miel fou’. Découvrez ce bref documentaire sur les abeilles de l’Himalaya:

Rectification, après en avoir discuté avec le réalisateur de la vidéo, le miel n’est pas un puissant hallucinogène mais un léger hallucinogène.

Voici la page Facebook du réalisateur de la vidéo : www.facebook.com/raphaeltrezafilm

Sandra Véringa

6 réflexions au sujet de « Rencontre avec les abeilles de l’Himalaya qui font du miel psychédélique »

  1. Le Marginal Magnifique

    Ça m’a donné envie de miel tout ça !

    Au fait, moi aussi je sécrète un nectar doux comme le miel possédant de nombreux bienfaits pour la santé : je le produis par mon dard. Des abeilles pour butiner ?

    Répondre
  2. jack

    je suis un homme passionné, apiculteur de longue date, et je suis citoyen du monde.mon plaisir est que mon miel de pommier, puisse partir ici ou là à travers le monde, c gratifiant; et en retour, des échantillons de miel me sont rapportés. Ainsi j’ai eu l’occasion de gouter du miel de rodhodendrons. en provenance du Maroc et personne là ne parle de miel hallucinatoire ! pourtant question hallucination, ils ont matière à en connaître un rayon ! peut être que l’article se vend mieux par un titre accrocheur ! Je n’ai, pour ma part, pas souffert d’hallucination avec l’échantillon ramené du Maroc ou les rhododendrons poussent en véritable forêt.

    Répondre
  3. HENRI

    A dark et au marginal,
    Ce que je peux dire, c’est que vous êtes complètement félés.
    Allez raconter vos conneries ailleurs.

    Répondre
  4. Guillaume

    Pour jack, il y a une erreur sur la plante, c’est pas du rhododendron mais de la datura.
    Ils en parlent dans le reportage.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *