Sommeil : nos ancêtres ne dormaient pas comme nous.

de | 14 février 2015

Sommeil : nos ancêtres ne dormaient pas comme nous.

 

Sommeil

Des preuves à la fois scientifiques et historiques continuent de voir le jour sur la manière dont la majorité d’entre nous dorment actuellement. Cela peut avoir des problèmes encore inconnues pour nous.  En 2001, l’historien Roger Ekirch de Virginia Tech a publié un document qui comptait plus de 15 années de recherches. Ce document a révélé de nombreuses preuves historiques que les persones dormaient en passant par deux cycles de sommeil, un premier et un second endormissement.(1)

En 2005, il a publié un livre intitulé « At day’s close : Night in Times Past » (à la clôture de la veille: dans les temps passés) qui comprenait plus de 500 références de rythmes de sommeil incohérents. Le livre comportait des ouvrages de journaux intimes, de livres de médecine, de littérature et de diverses sources qui incluaient l’Odyssée d’Homère ainsi que des tribus modernes au Nigeria .  « Il ne s’agit pas seulement du nombre de références, mais de l’interprétation des dispositions auxquelles ils se réfèrent. » – Ekrich (source)

Les découvertes qui ont été faites dans le document analysé.

La recherche d’Ekirch montre que nous n’avons pas toujours dormi pendant une durée moyenne de 8 heures d’affilée. Au lieu de cela, nous dormions tout au long de la nuit en deux périodes plus courtes. Tout le sommeil se faisait dans un délai de 12 heures complet qui commençait avec 3 ou 4 heures de léthargie, puis suivis par 3 heures ou plus d’éveil, puis on dormait à nouveau jusqu’au matin.

Quelques recherches ont été effectuées au début des années 1990 par le psychiatre Thomas Wehr.

Il a mené une expérience dans laquelle 14 personnes ont été mises dans une obscurité totale pendant 14 heures par jour pendant un mois entier. À la quatrième semaine, les participants ont pu se glisser dans un rythme de sommeil très distinct. La tendance était la même que celle proposée par Ekirch sur la façon dont nous étions censés dormir. Les personnes concernées ont dormi environ pendant 4 heures, se sont réveillées pendant quelques heures, puis se sont recouchées jusqu’au matin. (2)

« Ekirch a trouvé que les références au premier et au deuxième cycle du sommeil ont commencé à disparaître vers la fin du 17ème siècle. Cela a commencé dans les classes urbaines supérieures de l’Europe du Nord et au cours des 200 prochaines années pour s’engager dans la société occidentale. Dans les années 1920, l’idée d’un premier et second endormissement s’était entièrement estompée de notre conscience sociale ». (source)

Sommeil : Les raisons possibles pour expliquer pourquoi c’était ainsi

Une des raisons pourrait être que ce type de sommeil distinct est ce qui est vraiment de plus naturel pour le corps humain, du moins c’est ce que l’expérience de Wehr indique, mais il existe d’autres théories.

L’historien Craig Koslofsky suggère:

«Les associations liées à la nuit avant le 17ème siècle ne sont pas bonnes. La nuit était un endroit peuplé de gens avec des mauvaises réputations : les criminels, les prostituées et les ivrognes. Même les riches qui pouvaient se permettre d’acheter les chandelles avaient de meilleures façons de dépenser leur argent. Il n’y avait pas de valeur sociale associée à rester debout toute la nuit. « (source)

Cependant, les choses ont changé en 1667 quand Paris est devenue la première ville au monde à éclairer ses rues, et finalement rester debout toute la nuit est devenu une norme sociale à travers toute l’Europe, et puis la révolution industrielle est arrivée:

«Les gens devenaient de plus en plus conscients et sensibles de l’efficacité du temps et certainement même avant le 19ème siècle, mais la révolution industrielle a intensifié cette attitude de façon exponentielle. » (source)

Finalement, nous sommes arrivés à un point où les parents forçaient leurs enfants à dormir à un moment donné et leurinfligeaient un rythme d’endormissement segmenté et plus dominant. Beaucoup de problèmes de sommeil prennent racine dans la préférence naturelle du corps humain pour un endormissement interrompu.

Ekirch croit que les nombreux problèmes de couchage modernes ont des racines dans la préférence naturelle du corps humain pour un endormissement interrompu.

Il croit que nos habitudes de sommeil historiques pourraient être la raison pour laquelle beaucoup de gens souffrent d’une condition appelée « insomnie de maintien du repos », où les individus se réveillent au milieu de la nuit et ont des difficultés à redormir. Ce type de condition est apparu à la fin du 19ème siècle, à peu près le même moment où le sommeil interrompu a commencé à s’atténuer.

«Durant toute l’évolution nous avons dormi d’une certaine manière. Se réveiller pendant la nuit fait partie de la normalité psychologique de l’être humain. L’idée que nous devons dormir de manière plutôt unifiée pourrait être dommageable, dit-il. Et si le fait de se réveiller la nuit rend les gens anxieux, alors cette anxiété peut interdire le sommeil et rendre les gens susceptibles en s’infiltrant aussi dans la vie éveillée »-. Greg Jacobs, psychologue (source)

Selon Russell Foster, professeur de circadien et d’horloge biologique des neurosciences à Oxford:

« Beaucoup de gens se réveillent la nuit et paniquent. Je leur dis que ce qu’ils vivent est un retour à la structure du sommeil de modèle bimodal. Mais la majorité des médecins continuent à ne pas reconnaître qu’un consolidé de huit heures d’endormissement peut être contre nature. Plus de 30% des problèmes médicaux dont les médecins sont confrontés dérivent directement ou indirectement du sommeil. Mais le repos a été ignoré dans la formation médicale et il y a très peu de centres où l’endormissement est étudié. « (source)

En ce qui concerne ce que les gens ont fait pendant ces moments d’état d’éveil, la recherche d’Ekirch suggère qu’ils utilisaient principalement ce temps pour méditer sur leurs rêves, lire, prier ou participer à des pratiques spirituelles.

Sandra Véringa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *