Pourquoi nous faisons ce que nous faisons : la science de l’ennéagramme

de | 18 juillet 2017
 ennéagrammeImage crédit : shutterstock

Pourquoi nous faisons ce que nous faisons : la science de l’ennéagramme

Avez-vous déjà eu l’impression de jouer un rôle dans une pièce de théâtre ? De vivre de façon automatique, sans faire de vrais choix, en croyant être libre mais en réalité en suivant un schéma sur lequel vous n’aviez aucun pouvoir ?

C’est peut-être à cela que faisait référence Georges Gurdjieff, personnage mystérieux du début du siècle qui eut une grande influence à l’époque, quand il disait, en pensant à l’homme contemporain : «L’homme n’est en réalité pas un homme, il est une machine. Tous les attributs de l’homme, la liberté, la compréhension, l’amour, la créativité, ne lui appartiennent pas tant qu’il ne se met pas à leur recherche. L’homme peut cesser d’être une machine, il peut devenir conscient. Mais d’abord il doit se rendre compte toute sa « mécanicité »».

Au cours de ma vie, je pense qu’à différents moments, j’ai vécu des instants de «compréhension». Peut-être que vous aussi vous avez eu comme l’impression parfois de voir votre situation de l’extérieur, comme quand on regarde un film. Ce sont des moments de changement de notre état de conscience qui peuvent ouvrir la porte à une meilleure connaissance de nous et conséquemment à une plus grande liberté.

Ouspensky, un des élèves de Gurdjieff, décrit avec ces mots l’ennéagramme, une des technologies qui peut permettre d’acquérir une meilleure compréhension de soi et des autres et donc d’acquérir plus de liberté : « un ancien symbole qui représente les lois fondamentales de la transformation. Il était le diagramme de l’unité organique». Une des façons dont l’ennéagramme est utilisé est pour comprendre les personnalités.

L’ennéagramme distingue 9 différents types de personnalité. Il décrit ce que les personnes appartenant à chaque type de personnalité cherchent absolument à éviter et ce qui les motive inconsciemment.

Il est symbolisé par un cercle à l’intérieur duquel se trouve un triangle et une forme hexagonale.

L’ennéagramme

Quand j’en ai entendu parler la première fois, ça me semblait être un concept plutôt bizarre et pas claire. Pourtant, j’étais curieux d’en savoir plus. D’où venait-il et quelle utilisation concrète pouvait-on en faire ? J’ai commencé alors à lire et à me renseigner par rapport à ses origines.

1. Les origines de l’ennéagramme

J’ai découvert que les origines de l’ennéagramme restent encore mystérieuses. Il aurait été introduit en Occident en 1916 par Gurdjieff pour représenter la structure harmonique et la dynamique interne de l’univers. Gurdjieff n’a jamais laissé d’écrits sur l’ennéagramme. Un autre penseur se réfère à ce concept dans les années 70, Oscar Ichazo. Celui-ci commença à enseigner en Bolivie puis au Chili une utilisation de l’ennéagramme qu’il a élaborée à partir de ce qu’il aurait appris lors d’un séjour auprès de soufis en Afghanistan. C’est ensuite Claudio Naranjo, un psychiatre chilien élève d’Ichazo, qui synthétisa l’ennéagramme et la psychologie et qui permit que celui-ci soit divulgué.

Georges Gurdjieff

Gurdjieff n’a jamais dit explicitement d’où il tenait sa connaissance de l’ennéagramme ni quelles étaient les origines de ce dernier. Une des hypothèses émises est qu’il l’aurait appris auprès des soufis d’Asie centrale. Gurdjieff puis Ichazo auraient ainsi tous deux appris l’ennéagramme auprès de soufis.

Un des textes pouvant expliquer l’origine de l’ennéagramme fut écrit par Évagre le Pontique, un moine chrétien grec vivant dans le désert d’Égypte au IVe siècle ap. J.C. Évagre le Pontique a vécu à une époque où, au Moyen-Orient, se mélangeaient les influences chrétiennes, hellénistiques, pré-islamiques, et peut-être même bouddhistes et hindoues. Ces influences permettent d’émettre un certain nombre d’hypothèses sur les origines et le sens de l’ennéagramme.

Dans son texte, se voulant une introduction à un guide qu’il a écrit, Évagre le Pontique explique avoir divisé ce dernier en 153 parties et utilise une figure ressemblant à l’ennéagramme pour symboliser ce nombre :

«[le 153] est un nombre symbolique qui combine un triangle avec une figure hexagonale. Le triangle représente la connaissance spirituelle de la Trinité, l’hexagone représente l’ordre de la création du monde en six jours».

Évagre le Pontique utilisa dans ce texte la théorie des nombres de Pythagore.

Pythagore, le philosophe grec né en 582 et décédé en 500 av. J.C., avait étudié en Égypte et était ensuite retourné en Grèce. Il aurait eu comme devise «toute chose est nombre». Pour lui, le cosmos était vivant et tout obéissait à certaines lois. Il croyait que nous pouvions appréhender, quoique de façon imparfaite, cette structure par l’étude des nombres.

À l’époque de Pythagore, on n’utilisait pas les chiffres que nous utilisons aujourd’hui. Les nombres étaient représentés, entre autres, par des cailloux organisés en formes ou figures.

Pour mieux comprendre les hypothèses concernant les origines de l’ennéagramme historique, il est important de voir les bases de la philosophie des nombres de Pythagore.

Définitions pythagoriciennes :

  • Nombre triangulaire : la somme d’une série continue de chiffres commençant par 1

Exemples :

3 = 1 2
6 = 1 2 3
10 = 1 2 3 4

  • Nombre carré : la somme de nombres commençant par 1 et omettant un nombre entre chaque

Exemples :

4 = 1 3 (2 est omis)
9 = 1 3 5
16 = 1 3 5 7

  • Nombre hexagonal : la somme de nombres commençant par 1 et omettant 3 nombres entre chaque

Exemples :

6 = 1 5 (2, 3, et 4 sont omis)
15 = 1 5 9
28 = 1 5 9 13

  • Nombre circulaire : un nombre qui est le produit d’un nombre qui, au carré, réapparaît lui-même comme chiffre des unités

Exemples :

25 = 5 x 5 (5 réapparaît comme dernier chiffre dans 25)
36 = 6 x 6 (6 réapparaît comme dernier chiffre dans 36)

Voyons 3 interprétations possibles de la signification du nombre 153 et de la figure le symbolisant (et ressemblant à l’ennéagramme) mentionné par Évagre le Pontique à l’aide de la théorie des nombres de Pythagore :

1 ) Le nombre 153 est un nombre triangulaire (153 = 1 2 3 4 …. 17) et il est également un nombre hexagonal (153 = 1 5 9 13 … 33). Ces deux qualités que l’on retrouve dans ce nombre ont une grande signification selon la philosophie de Pythagore : il possède la symbolique de la trinité et la symbolique du 6 qui représente la création. Cette symbolique est très proche de celle de l’ennéagramme de Gurdjieff.

2 ) Le nombre 100 est carré (100 = 1 3 5 7 … 19) et représente les vertus, le nombre 28 est triangulaire (28 = 1 2 3 4 … 7) et représente la connaissance de la trinité et le nombre 25 est circulaire (25 = 5 x 5) et représente le temps et la vraie connaissance.

153 = 100 28 25

3 ) Le nombre 153 est un nombre triangulaire (153 = 1 2 3 4 …. 17) qui peut être représenté graphiquement par un triangle de points (1 seul point au sommet et 17 points à la base du triangle).

Ce nombre symbolique, le nombre 153, et la géométrie sacrée étaient révélateurs de la structure de l’univers pour beaucoup de philosophes et théologiens de l’époque. Il y a de bonnes raisons de croire que l’ennéagramme puisse être un fragment de cette cosmologie sacrée.

Enneagram

L’ennéagramme est composé d’un cercle dans lequel se trouve un triangle et une forme hexagonale.

Évagre le Pontique décrivit une figure, en utilisant la théorie des nombres de Pythagore, qui pouvait ressembler à l’ennéagramme pour symboliser le nombre 153.

Gurdjieff a très certainement été influencé par les enseignements d’Évagre le Pontique au cours de son enfance. En effet, Gurdjieff a grandit à la frontière entre l’Arménie et la Géorgie d’où Évagre le Pontique était originaire et où ses enseignements restent encore de nos jours une part importante de la culture.

Gurdjieff avait donc très probablement une bonne connaissance de la symbolique qui se cache derrières des figures anciennes tel que l’ennéagramme.

2. L’ennéagramme : un outil de découverte de soi et des autres

L’ennéagramme utilisé aujourd’hui est une application de l’ennéagramme différente de celle faite par Gurdjieff qui l’utilisait comme symbole de la structure harmonique et de la dynamique interne de l’univers. C’est en effet Ichazo, qui semblerait avoir appris à connaître l’ennéagramme lors d’un séjour en Asie, puis Naranjo qui ont synthétisé de façon opérationnelle l’ennéagramme, d’autres traditions anciennes et la psychologie en ont fait un outil qui a pour objectif de permettre de comprendre le comportement humain.

L’ennéagramme d’aujourd’hui est une typologie de la personnalité. Les 9 types de personnalité sont chacun représentés par un chiffre disposé à l’extérieur du cercle de l’ennéagramme. Il n’y a pas de type de personnalité qui soit meilleur qu’un autre, les chiffres servent à différencier les types, pas à les hiérarchiser. Certains donnent également un nom à chaque type de personnalité.

L’ennéagramme est utilisé aujourd’hui comme un outil permettant d’apprendre à mieux se connaître soi-même car il donne des clés pour comprendre les programmes inconscients que nous suivons et donc pour récupérer notre liberté de pouvoir. Il est également un outil permettant de mieux connaître et comprendre les autres pour pouvoir mieux communiquer avec eux et nous comporter de façon plus consciente. C’est un outil d’évolution car, en nous permettant de nous découvrir nous-mêmes et les autres, il nous permet d’apporter des changements positifs dans notre manière de nous comporter et d’entrer en relation avec nous-mêmes et les autres.

Le premier pas pour trouver votre type de personnalité est d’apprendre à mieux connaître les 9 différents types de personnalité de l’ennéagramme. Notez toutefois que l‘objectif de l’ennéagramme est de vous aider à augmenter le champ de vos possibilités en comprenant mieux les autres et surtout en vous comprenant mieux vous-même. Mais il ne devrait en aucun cas devenir une limitation. L’objectif de l’ennéagramme n’est pas de vous mettre dans une case mais de vous donner des clés pour mieux vous comprendre.

Voici une introduction générale à chacun des 9 types de personnalité de l’ennéagramme :

10

Le type de personnalité 1 : Le perfectionniste

Les gens appartenant au type de personnalité 1 sont motivés à faire la chose juste, correcte. Ils cherchent plus ou moins consciemment à être parfaits. Ils sont généralement persuadés qu’il n’existe qu’une seule bonne façon de faire les choses et sont prêts à mettre le temps et les efforts nécessaires pour que tout soit parfait. Ils sont minutieux et précis. Ils cherchent à tout prix à éviter la colère, qu’il s’agisse de la leur ou de celle des autres et c’est pour éviter d’être en colère après eux-mêmes ou pour éviter que les autres se mettent en colère après eux qu’ils cherchent à être parfaits. Les perfectionnistes peuvent être très critiques envers eux-mêmes et envers les autres et cela les amène à être parfois intolérants.

En couple, ils cherchent aussi la perfection, que se soit au sein de la relation ou chez l’autre personne. Ils vivent dans la crainte d’être rejetés s’ils ne sont pas parfaits. Ils peuvent avoir tendance à corriger leur partenaire car ils voient clairement ce qui n’est pas parfait chez l’autre et comment il pourrait s’améliorer.

Personnalité 2 : L’altruiste

Les altruistes sont motivés par leur désir de connexion et de rencontre avec l’autre. Les relations sont très importantes pour eux. Ils vont chercher à reconnaître les besoins des autres et à les satisfaire car ils pensent, inconsciemment, que c’est ainsi qu’ils pourront être appréciés. Ils ont tendance à être au service des autres et à avoir beaucoup de compassion. Ils soutiennent et aident les autres, parfois au point de s’oublier eux-mêmes et ont en général de la difficulté à reconnaître leurs propres besoins. Ils cherchent à ce que les autres soient reconnaissants de tout ce qu’ils font pour eux. Très sensibles à la critique, lorsque quelqu’un rejette leur aide ou conseils, ils se sentent rejetés eux. Les relations sont si importantes à leurs yeux qu’ils ont souvent du mal à vivre seuls.

En couple, les altruistes essaient de satisfaire les besoins de leur partenaire, d’être un soutien pour l’autre et peuvent être possessifs et protecteurs. Ils vont tout faire pour que l’autre réalise ses rêves.

Personnalité 3 : Le battant

Les types 3 sont motivés par leur désir d’admiration. Ils sont focalisés sur les résultats et sur le fait d’apparaître comme ayant du succès, ayant réussi de façon à être admirés et reconnus par les autres. Ils font tout ce qu’ils peuvent pour éviter l’échec et pour avoir l’air compétents et efficaces. Ils peuvent être très inspirants et savent en général se remettre rapidement sur pied après un échec. Ils sont souvent très enthousiastes et énergiques et aiment mener plusieurs projets à la fois, surtout des projets où le succès est visible socialement. Ils savent fixer précisément les objectifs à atteindre et planifier de façon détaillée comment les atteindre. Ils sont très impliqués dans leurs projets et attendent des autres la même implication. Ils ne supportent pas l’incompétence.

En couple, les types 3 cherchent à être le partenaire approprié, à être le partenaire que l’autre personne attend. Ils peuvent également avoir tendance à privilégier leurs projets à leur relation.

Personnalité 4 : Le tragico-romantique

Les types 4 sont motivés par le désir d’être vus comme étant spéciaux et uniques. Ils veulent être compris et appréciés pour ce qu’ils sont. Ils veulent éviter à tout prix d’être ordinaires, ils fuient la banalité. Originaux et créatifs, ils sont sensibles à la beauté. Ils cherchent à vivre des émotions intenses, c’est ainsi qu’ils se sentent vivants. Ils peuvent avoir le sentiment d’être en train de vivre un drame unique que personne ne peut comprendre. Ils ont profondément peur d’être rejetés par les autres, et en même temps se sentent rejetés par eux. Ils sont sensibles à la souffrance des autres car très conscients de leur propre souffrance. La moindre remarque les blessent et ils ont alors tendance à se refermer sur eux-mêmes.

En couple, les 4 ont du mal à se dévoiler par peur d’être rejetés. Ils ont tendance à tester souvent la relation et peuvent trouver que leur partenaire n’est pas assez aimant. Pourtant, il cherche à vivre un amour unique afin d’être véritablement compris. Ils cherchent à jouer un rôle unique dans la vie émotionnelle de leur partenaire.

Personnalité 5 : L’expert observateur

Les gens appartenant au type 5 sont motivés par la recherche de la connaissance car ils veulent comprendre comment les choses marchent. Ils ont un esprit analytique et savent en général bien transmettre leur savoir. Ils veulent éviter de se sentir vides intérieurement et ont inconsciemment peur du monde extérieur; c’est pour cela qu’ils tentent de le comprendre. Ils accordent énormément d’importance au savoir et lorsqu’un sujet les intéresse, ils vont tenter de tout connaître sur celui-ci. Ils sont plutôt observateurs. En groupe, ils peuvent souvent être silencieux, surtout s’ils estiment ne pas bien connaître le sujet de la discussion car ils préfèrent ne rien dire plutôt que passer pour des ignorants. Mais lorsqu’ils décident de prendre la parole, ils peuvent faire un véritable exposé sur le sujet. Ils peuvent être jaloux de leur savoir et apprécier le fait d’en savoir plus que les autres. Ils peuvent avoir tendance à se replier sur eux-mêmes et à avoir peur des sentiments qu’ils éprouvent s’ils ne les comprennent pas. Ils sont besoin d’avoir des moments de solitude pour apprendre et recharger leurs batteries.

Dans leurs relations avec les autres, les 5 ne commenceront à s’impliquer que lorsqu’ils connaîtront bien l’autre personne et le feront d’abord sur le plan intellectuel en partageant leurs connaissances ou idées avant de s’impliquer émotionnellement et de dévoiler leurs sentiments.

Personnalité 6 : Le loyal sceptique

Les types 6 sont motivés par le désir de sécurité. Ils anticipent ce qui pourrait aller mal, les risques potentiels, les significations cachées. Ils sont toujours sur leurs gardes. Ils cherchent à respecter les normes établies afin d’obtenir la sécurité et attendent des autres qu’eux aussi respectent scrupuleusement les règles. Ils sont conformistes. Les 6 aiment faire partie d’un groupe bien structuré et ont tendance à placer les gens dans deux catégories : ceux qui font partie du groupe et pour qui ils feront tout, et les autres envers qui ils peuvent être méfiants. Ils ont tendance à prendre tout au sérieux et peuvent être un peu rigides, ayant du mal à se lancer dans l’action. À moins de savoir précisément ce qu’on attend d’eux, ils peuvent avoir tendance à tout remettre au lendemain par peur d’échouer. Ils cherchent à prendre les bonnes décisions et peuvent donc avoir des difficultés à en prendre et demander souvent des conseils.

En couple, les 6 sont très loyaux, fidèles et généreux. Ils cherchent à construire des relations durables, sont conscients de leurs devoirs et responsabilités. Ils peuvent cependant avoir du mal à faire confiance à l’autre.

Personnalité 7 : L’épicurien optimiste

Les types 7 sont motivés par les idées, les opportunités et les plans qu’ils considèrent être intéressants, excitants, amusants, fascinants et ils sont optimistes. Ils ont besoin de stimulation et d’amour à célébrer. Ils cherchent à profiter de la vie, à avoir du plaisir et si possible de façon immédiate. Pour obtenir ce plaisir, ils vont tenter de trouver ce qu’il y a d’agréable dans chaque situation et vont faire des plans par rapport à l’avenir, à avoir des rêves, et ont tendance à vouloir impliquer les autres dans leurs projets. Lorsqu’ils se retrouvent dans une conversation sur un sujet qui ne les intéressent pas, ils vont tenter de détourner la conversation. Lorsqu’une activité leur plaît et les amuse, ils sont prêts à y investir beaucoup d’énergie, mais peuvent tout laisser tomber si elle ne leur procure plus autant de plaisir. Ils aiment avoir le choix car cela est un moyen d’être sûr qu’il y a toujours une option plaisante qui leur est disponible. Lorsque quelque chose les dérange, ils vont avoir tendance à rationaliser, à trouver une justification rationnelle.

Dans le domaine des relations, ils peuvent avoir de la difficulté à s’engager car ils peuvent avoir l’impression que cela limite leurs choix. En couple, ce sont des partenaires joyeux et qui aiment partager les plaisirs de la vie avec leur partenaire.

Personnalité 8 : Le chef puissant protecteur

Les types 8 sont motivés par tout ce qui est à faire dans l’instant, ils sont réactifs. Peu importe ce qu’on leur demande de faire, ils sont prêts à embarquer. Ils ont un fort désir d’être en contrôle et de prendre les choses en main. Ils aiment généralement commander et si quelqu’un leur tient tête, ils feront tout pour les faire changer d’avis. Ils cherchent à éviter toute marque de faiblesse et vont donc chercher à se montrer comme étant forts et puissants. Ils voient en général la vie comme étant une lutte et cherchent à établir la justice. Lorsqu’ils estiment que quelqu’un est victime d’une injustice, ils vont immédiatement passer à l’action pour tenter de faire quelque chose. Ils sont souvent pleins d’assurance et d’énergie et ont tendance à être impulsifs. Ils tolèrent mal la frustration et sont colériques, surtout lorsqu’ils ont l’impression de perdre le contrôle. Ce sont des personnes directes, qui disent ce qu’elles pensent sans prendre de gants. Face aux difficultés, les 8 ont tendance à les nier, à nier tout besoin, émotion ou signe de faiblesse.

En couple, ils peuvent avoir du mal à créer une véritable intimité avec quelqu’un car ils sont à la base des solitaires et expriment peu leurs sentiments. Néanmoins, une fois en couple, ils feront tout pour défendre la personne qu’ils aiment, pourront se montrer possessifs, voire fusionnels.

Personnalité 9 : Le médiateur

Ils sont motivés par le désir d’être en paix et de suivre une routine. Ils cherchent à tout prix à éviter les conflits et, pour cela, ils vont rechercher la paix intérieure et extérieure. Ils n’aiment en général pas trop la nouveauté car cela est une source potentielle de conflits. Ils ont tendance à être paresseux, ils ont souvent besoin d’une motivation extérieure pour passer à l’action et ont du mal à établir les priorités. Ils cherchent à établir l’harmonie, à ce que tout le monde soit d’accord, c’est pourquoi, lorsqu’il y a un conflit, ils vont tenter de rester à distance, d’observer et de jouer les médiateurs. Si le conflit persiste, ils se refermeront sur eux-mêmes. Pour éviter que les conflits ne se produisent, ils ont tendance à fusionner avec les autres, à faire des besoins et désirs des autres les leurs et feront tout pour les satisfaire. Ils ont souvent une faible estime d’eux.

En couple, ils peuvent être très fusionnels et faire de l’autre le centre de leur vie. Les besoins de l’autre peuvent parfois devenir une source de stimulation qui les pousse à agir.

J’étais chez moi et j’étais en train d’étudier les différents types de personnalité. Il se faisait très tard, la lune était haute dans le ciel, mais à l’époque j’aimais lire la nuit. En fermant le livre, j’ai pensé que je me retrouvais un peu dans chacun des types. Pourtant, c’est également vrai que dans certaines situations, je peux me retrouver davantage dans un type en particulier. Par exemple, en ce qui concerne les relations, j’ai l’impression d’être plutôt du type de personnalité 7. Au travail, j’ai plutôt tendance à être du type 8 et avec mes amis 7.

J’espère que vous avez aimé lire cet article au moins autant que j’aimé l’écrire et qu’il vous a aidé à connaître un peu plus votre type de personnalité et comment pouvoir avancer plus facilement dans vos défis.

Ressources :

Livres sur l’ennéagramme.

Le grand livre de l’ennéagramme: Découvrir les 9 types de personnalités – Bien se connaître et mieux comprendre les autres – Utiliser l’ennéagramme au quotidien (Patricia Chabreuil, Fabien Chabreuil)

Comprendre er gérer les types de personalité : Guide de l’énnéagramme en entreprise (Patricia Chabreuil, Fabien Chabreuil)

L’ennéagramme – Connaissance de soi et développement personnel (Sylvie Tenenbaum, Dominique Laugero, Françoise Cavé)

Source : missionamesoeur.fr

Une réflexion au sujet de « Pourquoi nous faisons ce que nous faisons : la science de l’ennéagramme »

  1. Virginie

    J’ai commencé à me former à l’énnéagramme avec la fondation Claudio Naranjo qui opère notamment en Espage, où je réside. En lisant les différents types, je me retrouvais parfois dans certains types et d’autres fois, dans d’autres.
    En faisant le stage, ce qui a changé ma façon de voir les choses, c’est qu’il n’y a pas juste une personne qui représente un type de caractère, mais des dizaines, voir beaucoupl plus. En voyant toutes ces personnes, avec les mêmes caractères réunis, c’est devenu une évidence.

    Je me rappelle que le dernier soir, nous avions organisé un petit téâtre où chacun devait représenté son type, avec les autres membres de sa tribu… J’ai tellement ris en rergandt chacun faire. Finalement, il ne s’agissait pas de téâtre, chacun se représentait soi-même. Les 7 voyaient une occasion de faire la fête et de se retrouver entre amis alors qu’ils assistaient à un enterrement ; les 6, trop peureux, ont fermé la lumière et se sont enfuis ; le 8 et le 1 n’étaient pas du tout d’accord ; les 2 ne faisaient que séduire …. Une éxpèrience inoubliable.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *