Le poignard de Toutankhamon a été forgé dans un métal extraterrestre

de | 2 juin 2016
Poignard à lame de fer d'origine météoritique retrouvé sur la dépouille du pharaon Toutankhamon. Longueur: 34,2 cm CREDIT: Daniela Comelli

La lame de fer d’origine météoritique retrouvé sur la dépouille du pharaon Toutankhamon. Longueur: 34,2 cm CREDIT: Daniela Comelli

Le poignard de Toutankhamon a été forgé dans un métal extraterrestre

De récentes analyses faites par des chercheurs révèlent qu’un poignard trouvé au début du 20e siècle dans le tombeau de Toutankhamon, en Egypte, a été forgé à partir de fer d’origine météoritique.
C’est un joyau royal… extraterrestre !  Ils en sont persuadés. La dague en or, retrouvée dans son sarcophage, a bien été forgée avec un métal extraterrestre, affirment des chercheurs de Polytechnique Milan, de l’université de Pise et du Musée égyptien du Caire. Dans une étude publiée dans la revue Meteoritics and Planetary Science, citée par Discovery News, ils expliquent que le fer utilisé pour sa fabrication, provient d’une météorite

Cette pièce prestigieuse a été découverte en 1925 par Howard Carter et était exposée depuis au Musée égyptien du Caire (Egypte) (voir photo d’ouverture). Elle avait été retrouvée dans les bandelettes qui emmaillotaient la momie de ce célèbre souverain de la 18e dynastie, le long de son flanc droit.

Les deux dagues trouvées dans la tombe du toi Toutankhamon

Les deux dagues trouvées dans la tombe du toi ToutankhamonRobert Harding Productions / Robert Harding Premium / robertharding / afp

C’est en utilisant des méthodes non invasives de spectrométrie de fluorescence des rayons X* (X-ray fluorescence) que des chercheurs italiens de l’Ecole Polytechnique de Milan, de l’Université de Pise, de Turin, et leurs collègues Egyptiens du musée du Caire et de l’université du Fayoum, ont pu établir la composition de la lame de fer (photo d’ouverture). Selon Daniela Comelli, du département de physique de l’Ecole Polytechnique de Milan (Italie), l’une des co-signataires de l’article jointe par Sciences et Avenir, « les concentrations en nickel et les quantités (plus faibles) de cobalt, phosphore, carbone et soufre décelées dans la lame sont typiques du fer d’origine météoritique ». En effet, une présence de 10% de nickel a été enregistrée, là où elle est d’environ 4% pour du minerai terrestre.

Une seconde poignard, celle-là à lame d’or,(photo ci-jointe) se trouvait, elle, déposée sur l’abdomen du jeune pharaon.

Les Egyptiens semblent avoir attribué une très grand valeur au fer

Les Egyptiens percevaient-ils ces éléments de fer tombés du ciel et récupérés dans les météorites comme des envois divins ? Toujours est-il qu’ils semblent avoir attribué une très grande valeur à ce matériau rare car d’autres objets précieux de cette composition ont déjà été exhumés en Egypte. Ainsi, dans un cimetière de la période prédynastique située le long du Nil, une parure préhistorique composée de neuf perles tubulaires avait été mise au jour en 1911, à Gerzeh, au sud du Caire.

Après les avoir analysées en 2013, les chercheurs avaient pu établir que ces perles étaient façonnées à partir de fer d’origine météoritique vers 3300 ans av. J.C. « C’est en effet le taux de nickel mesuré qui permet de confirmer cette origine », avait alors expliqué à Sciences et Avenir Philippe Fluzin, directeur du Laboratoire Métallurgie et cultures, du CNRS. L’art de la métallurgie du fer a longtemps été inconnu des Egyptiens. Il n’aurait commencé à se répandre qu’aux environs de 1000 avant notre ère.

«Il serait très intéressant d’analyser plus d’artefacts en fer, tels que d’autres objets trouvés dans la tombe du roi Toutankhamon. Nous pourrions obtenir de précieux renseignements sur les techniques de travail des métaux dans l’Egypte ancienne», a ajouté la scientifique.

Source Le poignard de Toutankhamon a été forgé dans un métal extraterrestre : www.sciencesetavenir.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *