La maladie physique a été associée aux traumatismes subis durant l’enfance

de | 22 février 2018

Image crédit : Pixabay

La maladie physique a été associée aux traumatismes subis durant l’enfance

Tout le monde sait que les traumatismes émotionnels non résolus peuvent entraîner des problèmes comportementaux tout au long de notre vie.

Plus particulièrement, le Dr. Gabor Maté , qui est une figure distinguée dans le domaine de la toxicomanie et l’auteur de « Dans le royaume des fantômes affamés ». a expliqué comment les addictions surviennent chez les personnes qui ont souffert de blessures dans le passé, surtout pendant l’enfance, et comment ces blessures continuent de se manifester de façon négative tout au long de leur vie.

En revanche, en ce qui concerne la maladie physique, nous avons toujours supposé une causalité strictement matérielle, quelque chose qui peut être distingué et directement lié à la maladie, comme un germe ou une déficience. Cependant, ce point de vue est complété par des études sur l’idée que le traumatisme émotionnel peut également provoquer la manifestation d’une maladie physique.

Voir également :Les maladies auraient une cause spirituelle et émotionnelle

Qu’est-ce qu’un traumatisme?

Beaucoup de gens associent des événements majeurs à ce que nous appelons un traumatisme, des abus intimes ou physiques, des combats et ce genre de choses, mais en réalité, ils sont le plus souvent beaucoup plus subtils, avec des événements apparemment moins marquants. .

Le psychologue Dawson Church, titulaire en doctorat, offre une définition plus approfondie d’un événement traumatisant, décrivant quatre éléments clés. Il est perçu comme une menace à la survie physique de la personne. Il submerge sa capacité d’adaptation, produisant un sentiment d’impuissance. Il produit un sentiment d’isolement et de solitude, et enfreint leurs attentes.

Image crédit : Pixabay

Dans cette optique, un certain nombre d’expériences ordinaires de l’enfance peuvent être considérées comme traumatisantes, et dans le livre de Church, Traumatisme psychologique: Guérir ses racines dans le cerveau, le corps et la mémoire, il décrit l’histoire d’un patiente victime d’un tel événement.

Quand j’étais jeune, j’idolâtrais mon frère aîné Gary. Mais il était assez dur avec moi. Il avait six ans de plus que moi. Un jour, alors que j’avais trois ans et lui neuf, il a voulu faire un «combat de lutte». Il a «gagné» en se couchant sur moi. Je ne pouvais plus respirer et j’ai commencé à paniquer.

Gary a juste ri quand il a vu que je me débattais. J’ai presque perdu connaissance. J’ai commencé à pleurer de façon incontrôlable. Ma mère est entrée, et j’ai essayé d’expliquer ce qui s’était passé. Il lui a dit que ce n’était rien. J’étais juste un pleurnicharde. Maman m’a dit: « Les grandes filles ne pleurent pas. »[Source]

Voir aussi : Les 3 causes de nos maladies selon les chamans

Lissa Rankin, titulaire d’un doctorat en médecine, explique comment un lien est formé entre ce type de traumatisme et la manifestation de la maladie physique plus tard dans la vie, expliquant que les changements émotionnels sont les précurseurs des changements physiques.

« Les changements physiologiques qui se produisent dans le corps à la suite d’un traumatisme non guéri et le stress, l’anxiété et la dépression qui en découlent se traduisent par des conditions dans le corps qui vous rendent vulnérable aux maladies physiques. »[Source]

Dans son livre, Rankin plonge plus profondément dans ce problème, notant une étude qui soutient le lien entre le traumatisme et certaines maladies.

« Dans une étude marquante de 1990 sur 17 421 patients, Kaiser Permanente et les Centers for Disease Control des États-Unis (CDC) ont collaboré à l’étude sur les expériences indésirables chez les enfants, qui a abouti à plus de 50 articles scientifiques révisés par des pairs. Les patients ont été interrogés pour déterminer s’ils avaient vécu l’un des dix événements traumatisants de l’enfance:

  • Violence physique
  • Abus physique
  • Abus émotionnel
  • Négligence physique
  • Négligence émotionnelle
  • Mère traitée violemment
  • Abus de substances ménagères
  • Maladie mentale dans le ménage
  • Séparation parentale ou divorce
  • Membre du ménage incarcéré

L’étude a révélé que les événements traumatisants de l’enfance sont monnaie courante. Les deux tiers des individus ont rapporté au moins un événement traumatisant durant l’enfance. 40% des patients ont rapporté deux événements traumatisants ou plus, et 12,5% en ont rapporté quatre ou plus.

Ces résultats ont ensuite été corrélés avec la santé physique des patients interrogés, et les chercheurs ont découvert une relation dose-effet. Les événements traumatisants de l’enfance étaient liés à la maladie adulte dans toutes les catégories: cancer, maladies cardiaques, douleurs chroniques, maladies auto-immunes, fractures osseuses, hypertension artérielle, obésité, diabète, dépression, tabagisme et suicide.

L’âge moyen des patients dans cette étude était de 57 ans, ce qui signifie que les traumatismes de l’enfance peuvent avoir un effet retardé sur le corps, rendant possible que quelque chose qui s’est passé il y a 50 ans prédispose quelqu’un à la maladie ici et maintenant. »[Source]

Voir aussi : Et si la maladie physique était traitée de la même façon que la maladie mentale?

Nous sommes au milieu de nombreuses crises sanitaires, et une approche holistique de notre santé chercherait l’interconnexion entre ces problèmes majeurs. L’épidémie d’obésité, l’augmentation des taux de cancer, la montée en flèche du diabète, l’augmentation de la dépression et même l’épidémie d’opioïdes sont tous liés à la façon dont l’esprit et le corps travaillent ensemble pour créer l’être complet.

Dans ce paradigme, il nous est utile de considérer un lien avec le bien-être émotionnel des gens, cherchant à créer les bonnes conditions pour que les gens prennent soin d’eux et de leur corpsSource

Cependant certaines théories du Dr Gabor Maté sont controversées sur plusieurs points voir l’article : L’allure séductrice (mais dangereuse) de Gabor Maté. Gabor Maté est admirable, mais nous mène sur la mauvaise route

Qu’en pensez-vous ? Laissez vos impressions dans les commentaires ci-dessous.

3 réflexions au sujet de « La maladie physique a été associée aux traumatismes subis durant l’enfance »

  1. Jauquier

    Bonsoir Jean–Charles R.,
    Je trouve votre article très parlant je m’y retrouve à 90%. Nous étions 3 enfants un garçon de deux ans notre aînés et deux fausses jumelles,nos parents étaient alcoolique d’ailleurs nous ne les avions jamais connus autrement,en ce qui me concerne ça m’a beaucoup désorienté, parce qu’ils heu enfin surtout ma maman se prenait à jouer à différents personnages et j’y croyais alors qu’elle était devant moi en me disant par exemple: Je suis le diable je suis assistante sociale votre maman s’est suicidée avec le tuyau de douche je viens vous chercher ou encore elle avait convenu avec ma sœur de me faire venir à la cuisine, maman allongée à terre,ma sœur me dit elle est morte en s’ouvrant les veines je me suis couchée sur elle en hurlant, pleurant combien de temps je n’en sais rien mais ça m’a parut une éternité . D’un seul coup la voilà debout hurlant sur ma sœur : Et toi Valérie tu pleurerai même pas, rien à foutre de ta mère!!!! alors qu’elle l’avait mise au courant de son stratagème juste avant.On étaient constament dans la nuit noir pour éviter que les collèges de mon papa qui travaillaient la nuit lui disent quelque chose.Quand elle buvait a nuit ele avait des crises d’angoisses elle avait un peur bleu de la mort donc à un certain stade d’alcoolémie ça ressortait davantage donc il lui fallait une personne veillant la nuit à l’écouter avec ses délires et sa triste enfance qui na pas du l’aiderça c’est juste une petite anecdote parmi…..Pendant toute la durée de sa vie ma maman nous a fait croire que papa était le plus méchant sans aucun sentiment c’est vrai qu’il était rarement à la maison après le boulot il filait au bistrot, il ne la supportait plut tellement elle le poussait à bout,il ne l’a jamais frappée il l’a retenait juste une fois elle a bider sa bière sans le levier puis il l’a poussé un peu violemment,nous étions présent les trois gosses.En Tout cas elle a bien réussi son coup…Mon père pensait que nous n’avions aucun amour pour lui puis que lui n’en avait également pas à notre égard et ça jusqu’au jour ou on étaient assez grand ayant fait des foyer depuis l’âge de 14 ans qu’on en sorte.Puis mon frère mourut à 17 ans 1/2 en 1996 et quelques temps après du jour au lendemain ma maman est partie de la maison avec une fille d’une année de moins que moi donc elles étaient en couple,alors que je suis revenue à la maison pour elle,je ne l’ai d’ailleurs jamais laissée tombée ni même en-voulu de quoique ce soit, comparée à ma sour qui elle est encore fâchée pleine de rancunes.sans Je vis avec sans haine ni rien,je regrette juste de ne pas avoir appris à connaître avant qu’elle s’en aille de la maison. Mais je l’ai connu, avant qu’il meurt et c’était l’homme le plus merveilleux que j’ai jamais rencontré,lui il a vu que je maigrissais à vu d’œil que j’était au bord de la mort il était là….Et lorsque qu’ils sont décédé à 5 mois d’intervalle j’ai une une immense impression de vide genre comme si quelqu’un me poussait du bord d’une falaise en me disant:- il est temps, vas y c’est à ton tour…..
    ou j’étais s’appelait La vie par contre je m’en méfiait quand on me disait tu es maître de ta vie ok j’ai pas saisi tout de suite, il fallait que j’aide les gens. J’avais déjà entendu dire : Si tu n’es pas bien avec toi-même tu ne pourras pas aider les autres,ce jour-là je n’ai jamais autant ris avec moi-même tout en pensant mouais cause toujours..Puis je me suis rendue compte avec le temps les aider pas de souci mais à quel prix, à chaque fois je me retrouvais vidée de mon énergie triste l’envie de mourir être mal ça m’allais très bien c’était un sentiment un ressenti que je connaissais je ne voulais pas de ce sentiment bizarre comme perdue qui s’appelait le bien-être ,la vie ,les portes du bonheur. Pour moi les portes de l’enfer alors j’avais trouvé des remèdes pour pas trop être dans le bien-être, le bonheur….Les substances tel que la drogue puis ça allait bien je voulais mourir de la m^me façon que mon frère étant sûr de le retrouver au même endroit, puis ça devenait lassant pourquoi pas essayer une autre drogue,l’alcool, marijuana,ecstasy,…persuadée que je n’avais plu rien à perdre, tout à y gagner peut-être ..Je vivais comme ça drogue tout au fonds du trou à l’excès et hop je me reprenais nickel j’y retouchais plu après drogue tout au fonds du trou à l’excès et je me reprenais puis j’avais fait le tour à ben du coup j’avais trouver le sport outrance c’étais comme la drogue….
    Aujourd’hui j’ai 38 ans j’ai compris le mod d’emploi mais c’est pas toujours facile maintenant ma drogue existentielle se les rires ,fout rires,le partage avec les gens l’authenticité ça au moins c’est inné chez moi être moi-même sans franche et je suis comme ça puis celui qui ne m’apprécie pas pour ma franchise ou autre qu’il passe son chemin, je ne suis pas né pour me faire aimer mais pour aimer vous verrez qu’en étant ouvert authentique l’amour et l’amitié et beaucoup plus riche à vos yeux essayer vous verrez
    Je voulais remercier à tote les personnes qui m’ont froissée fait du mal d’une façon ou d’une autre MERCI MILLE FOIS, même si sur le moment ce n’est pas très agréable et bien aujourd’hui je ne serai pas qui je suis ,j’ai appris beaucoup de choses et JE M’AIME pour ceux qui veulent un peu d’amour en tout bien tout honneur je vous aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *