in

La science a découvert les bienfaits et ce qui arrive au cerveau lors d’une expérience spirituelle

Partagez cet article

Depuis que l’humanité existe, nous essayons de donner un sens à notre existence. 

Nous avons souvent des pensées existentielles comme « pourquoi suis-je ici » ou même « comment suis-je arrivé ici? » Nous essayons de trouver un sens à ce que nous ne comprenons pas. Pour certains d’entre nous, nous essayons simplement d’exister. Nous vivons dans l’instant. 

Annonce

Nous sommes dans un état de gratitude d’être ici même si nous ne savons pas nécessairement quand ou comment nous sommes arrivés ici, ni combien de temps nous y serons. Certains d’entre nous ont développé une capacité spirituelle à exister dans l’inconnu tout en se sentant toujours connectés à l’univers dans son ensemble.

Il s’avère que selon la science, une expérience spirituelle est plus puissante que nous ne l’aurions jamais pensé.

Annonce

La science a découvert que les expériences spirituelles augmentent l’altruisme

La science suggère que plusieurs parties du cerveau sont activées lors du traitement d’une expérience spirituelle, qu’il s’agisse d’une connexion à un être supérieur ou à l’univers dans son ensemble.

En fait, certaines des études ont même révélé que lorsque la spiritualité était expérimentée et pratiquée à long terme, elle diminuait en fait l’activité dans le lobe pariétal droit, ce qui permet de rester concentré sur soi-même. Cela signifie que les expériences spirituelles semblaient augmenter notre sentiment d’altruisme dans le cerveau.

Annonce

La parole n’est plus générée à partir des « centres normaux « 

Toutes les images / Pixabay

Lorsque nous pratiquons un acte spirituel comme la méditation, dans un sens, nous abandonnons notre volonté, même si ce n’est que pour un instant. Nous remplaçons alors notre discours par des pensées, des mouvements, des bourdonnements ou des chants, voire des silences ou d’autres formes de pratiques. 

La science a découvert qu’en faisant cela, nous diminuons également l’activité de nos lobes frontaux. Cette découverte suggère que la parole à ce point est générée à partir d’un endroit autre que les centres de parole normaux.

Plus les lobes frontaux sont sollicités, moins nous ressentons d’activité dans la partie du cerveau qui régule le flux d’informations sensorielles entrantes.

Cela modifierait réellement notre comportement

Nous avons le pouvoir de changer réellement notre comportement en fonction du type d’expérience spirituelle que nous pratiquons. Prenons à nouveau la méditation comme exemple, car sa focalisation sur la pleine conscience et la respiration nous encourage à nous concentrer sur quelque chose encore et encore.

Annonce

Cela active les lobes frontaux, qui sont la zone responsable de la direction de l’attention, du changement de comportement et de l’expression du langage.

Cela relie le soi à une présence extérieure

Lorsque nous sommes profondément immergés dans une expérience spirituelle, nous nous permettons un fort sentiment de connexion à quelque chose de plus grand, même à l’extérieur. Nous nous y abandonnons. La personne qui médite s’ouvre à l’expérience d’un sentiment d’unité. En un instant, ils sont capables de se sentir connectés à tout ce qui vit autour d’eux. Scientifiquement, c’est parce que l’activité réduite dans les lobes pariétaux brouille les lignes perçues entre le méditant et tout le reste.

Les chercheurs ont écrit : « Dans l’ensemble, cette découverte suggère que les expériences spirituelles peuvent impliquer une rencontre perçue avec une ‘présence’ spacieuse ou une entité extérieure à soi-même.

Cela nous sensibilise à nous-mêmes et aux autres

La façon dont nous expérimentons le monde dépend alors de nous. Nous pouvons jouer les victimes et nous convaincre que tout et tout le monde est contre nous, ou nous pouvons cultiver une conscience collective qui nous fait nous sentir connectés les uns aux autres, et nous pousse à vouloir bien nous traiter.

Étant donné que les expériences spirituelles réduisent les modèles d’activité dans le lobe pariétal inférieur gauche qui sont liés à la conscience d’une personne de soi et des autres, la science suggère que cela change la façon dont nous nous percevons et nous traitons nous-mêmes, les autres et les représentations du monde. En fin de compte, cela peut même atténuer les effets du stress sur la santé mentale, en particulier lorsqu’il est social.

Cela renforce le cerveau contre la dépression

Les recherches du professeur Lisa Miller, rédactrice en chef du manuel de psychologie et de spiritualité d’Oxford University Press, ont révélé que les personnes ayant des habitudes de pratiques spirituelles sont capables d’épaissir leur cortex préfrontal. Gardez à l’esprit que c’est la même partie du cerveau qui est affaiblie et amincie par la dépression.

Cela signifie que l’expérience spirituelle peut avoir le pouvoir de renforcer le cerveau dans la lutte contre la tristesse et le désespoir.

Publié par Claire C.

À propos de l’auteure: J’ai toujours été passionnée par tout ce qui avait trait à la spiritualité et son influence sur nous tant sur le plan psychologique que spirituel. Depuis que j’ai intégré l’équipe d’ESM en 2013, je mets au service toutes mes connaissances pour aider au mieux les gens qui en ont besoin et qui cherchent des réponses à leurs nombreuses questions. J’espère pouvoir y contribuer un peu chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les 5 signes du zodiaque les plus déroutants en amour

5 raisons psychologiques les plus fréquentes pour lesquelles les femmes s’éloignent des hommes