Une recherche révèle que les enfants qui « répondent » à leurs parents deviendront des adultes accomplis

de | 11 décembre 2015

adultes accomplis

 Adultes accomplis

Image crédit : shutterstock

Une recherche révèle que les enfants qui « répondent » à leurs parents deviendront des adultes accomplis

 

Lorsque les enfants répondent à leurs parents, presque tous les adultes concernés se mettent en colère et les réprimandent. Mais il se trouve que répondre aux adultes est incroyablement bon pour le développement des enfants.

Kelly Flanagan, une psychologue clinicienne, pense qu’il est sain que les enfants s’opposent à nos exigences.

« L’incapacité de dire « non », l’incapacité à se fixer des limites personnelles, est l’une des causes insidieuses les plus courantes de la souffrance humaine », affirme Flanagan.

Et c’est vrai. Réfléchissez : si vous élevez des enfants asservis, quelle est la probabilité pour que vous créiez des adultes asservis ?

Joseph Allen, un psychologue, est d’accord. « Nous disons aux parents de réfléchir à ces arguments non pas comme un fléau mais comme un terrain d’entraînement déterminant. »

Quand les enfants grandissent, ils essaient de prendre leur vie en main.

Quand un enfant tente de négocier l’heure du coucher ou combien de temps ils peuvent jouer dehors, on devrait considérer cela comme le développement d’une compétence essentielle nécessaire pour une vie d’adulte couronnée de succès, et non pas comme une mauvaise attitude à corriger.

Au lieu de vous mettre en colère chaque fois qu’un enfant vous répond, essayez de comprendre de quelle façon il vous répond. Il est important pour les enfants d’être en mesure de tenir tête à l’autorité et à la pression de leurs pairs, mais il est également important qu’ils montrent du respect et qu’ils reçoivent du respect pendant la conversation. S’ils ne montrent aucun respect et que vous réagissez en vous mettant en colère, cela leur donne une terrible leçon sur la façon dont ils procèdent dans la vie.

adultes accomplis

Adultes accomplis

Nous avons créé une société dans laquelle les enfants sont considérés comme des asservis.

À certains égard, il est important d’avoir des enfants asservis. Vous savez mieux qu’eux comment les garder en bonne santé et en sécurité. Mais nous sommes devenus si dépendants de savoir que nous pouvons contrôler nos enfants que lorsqu’ils nous résistent, nous ressentons de l’insécurité. Nous nous sommes tellement habitués à l’idée que ce sont seulement des versions adultes « bêtes » que lorsqu’ils ont des pensées intéressantes, profondes, nous les ignorons. Nous considérons qu’ils n’ont pas leurs propres opinions. Et c’est une erreur.

Obliger un enfant à suivre les ordres et à obéir crée un adulte qui suit simplement les ordres et qui obéit.

Ils ne sont pas capables de tracer leur propre chemin ni de découvrir qui ils sont. Au lieu de cela, ils finissent pas mener une vie banale sans intérêt, ou pire, ils laissent les autorités brutales faire de mauvaises choses.

Les enfants méritent d’être traités comme des êtres indépendants avec leurs propres pensées, sentiments et idées. Nous devrions les considérer comme des personnes qui expérimentent la vie de la même façon que nous. Nous devons superviser, mais nous ne pouvons pas les forcer à prendre un certain chemin. Les enfants ont besoin de prendre des décisions pour eux-mêmes. Cela ne vous concerne pas.

adultes accomplis

 

Vous élevez de futurs adultes, pas des asservis.

Sources Adultes accomplis: en bleu dans l’article

Claire C.

62 réflexions au sujet de « Une recherche révèle que les enfants qui « répondent » à leurs parents deviendront des adultes accomplis »

  1. Elizabeth Sanderson

    Bonjour,

    Je suis tellement d’accord avec vous!! Mon fils de 9 ans est un maître en négociation, ce qui lui vaut souvent des réprimandes à l’école!
    Moi je pense qu’il a le droit de s’exprimer et de ne pas être d’accord avec ce que les autres pensent ou font. Malheureusement, l’école ne semble pas avoir la même ligne de pensée que moi! Je dis pas que je le laisse filer avec ses belles pensées, même si elles sont justifiables, mais je le laisse exprimer ce qu’il pense et je discute de la réalité, du comment et du pourquoi que l’on doit parfois se conformer. À l’école, ils me disent qu’ils n’ont pas le temps de faire de la psychologie, que les enfants doivent faire ce qu’ils disent et ce qu’ils pensent qui est le mieux pour avoir une bonne gestion!! Je comprends leur point de vue, mais je trouve dommage que mon fils soit perpétuellement obligé de taire ses arguments quand il essai d’expliquer certaines choses aux adultes. Mon fils me dit souvent: « Je pouvais pas parler, ou expliquer la situation, donc j’ai accepter la punition même si je n’ai rien fait!!» C’est vraiment dommage!!
    J’ai adoré lire ce petit bout de texte, ça m’a permis de voir que je n’avais pas tord dans la façon que j’élève mes enfants!

    Répondre
    1. Orlay

      La meilleure solution madame, c’est de vous charger totalement de votre fils. Une classe comprend une vingtaine d’élèves, il y a un programme scolaire exigé par le ministère a terminer, et une discipline dure 55 minutes de cours. Autrement, le mieux est que les psychologues remplacent les enseignants et que les parents fassent cours.

      Répondre
      1. Def

        Rien de plus à dire….ne pas confondre enfant roi et enfant qui se construit….en classe, les règles de groupe prévalent….et l enfant doit apprendre à parler, émettre des opinions mais aussi doit apprendre à se taire….et suivre des règlements…

        Répondre
        1. nicholina

          Absolument d’accord avec vous, Def! Oui, les enfants ont le droit d’exprimer leurs opinions mais, dans certains cas, ce n’est pas de mise, comme à l’école. Ils doivent suivre les règles de la vie en société. Il faut leur laisser une certaine liberté mais il faut aussi établir des règles de conduite pour en faire des adultes complets!

          Répondre
      2. Ben-youssef

        Je ne suis pas d accord avec vous !
        Quand certains professeurs arrivent à gérer ces moments d expressions des élèves, d autres n y arrivent pas !!
        Qu ils changent de métier s ou qu ils se forment à tout cela .

        Répondre
        1. letizia fede

          Oui au monde il n’y a que votre enfant….. c’est a nos enfants de s’accomoder en certaines circonstances pas aux autres

          Répondre
      3. Martine Côté

        Oui, laissez une certaine liberté de pensée à l’enfant toutefois cela prend une équilibre car nous vivons en société et nous devons prendre des décisions et échanger! L’école et les enseignants sont souvent pointés du doigt pour l’expression et l’affirmation toutefois les élèves ont la chance de s’exprimer, d’avoir des divergences d’opinion fait partie de la vie ! Lorsque nous nous retrouvons devant un classe de plus de 25 élèves( 25 façons de penser) avec un programme à respecter par le ministère, alors nous nous devons de faire la part des choses! Lorsque l’enfant devient adulte, il aura à faire face aux responsabilités imposées par son travail et les obligations familiales ! L’adulte doit également s’adapter aux situations de la vie et nous savons très bien qu’il y a des hauts et des bas donc apprendre à apprendre à faire face même si parfois pas comme nous aimerions toutefois avec le courage et la détermination de trouver plusieurs solutions aux problèmes ! Chacun de nous recherchons la même chose: Apprendre à être heureux et ressortir le meilleur de nous même peu importe ce qui nous arrive car la vie est remplie de surprises et il faut faire avec avec beaucoup de sagesse! L’intelligence n’est pas de s’adapter à plusieurs situations de la vie? Bon chemin de vie!

        Répondre
    2. Louise Emond

      Quelle connerie! Laissez-lui croire que tout lui est permis et vous irez lui proter des oranges en prison! Bonne chance!

      Répondre
      1. Guillaumard

        Je suis d’accord avec vous. Depuis 68 on voit l’évolution des enfants et la régression des parents. Une certaine littérature y est pour beaucoup: Dolto avec les psy. ect…Bien sûr il est beaucoup plus facile de baisser les bras et de laisser la société s’occuper des enfants. On voit ce que la société est devenue….

        Répondre
  2. Terry

    j ai élevé, avec leur mère, 2 gars qui ont 20 ans et + aujourd’hui: point de tout cela, pas d’agressivité, pas de « crise d’ados » pas de pb si ce n’est parfois la difficulté d accepter pour le parent l’enfant comme une autre être autonome et conscient, de nous traiter d’egal à égal sur le plan humain… c vraiment difficile de le décrire en qques mots… c est l’ adulte qui montre l ‘exemple en construisant sa relation avec son enfant: prendre vraiment le temps de s’en occuper, de jouer, raconter des histoires, faire du velo, courrir dans les bois, et aussi de les torcher et faire à manger avec calme, etc… mon témoignage juste pour dire OUI c possible de s’éclater ts les jours avec ses enfants sans heurts, avec bonheur quand on leur apprend la coopération plutot que la compétition. « le comportement exterieur d’un enfant n’est que le reflet de son environnement » j sais plus qui a dit cela

    Répondre
    1. Terry

      NB: ils sont un peu jeunes pour vraiment savoir pour ce qui est de l’accomplissement, ils semblent en belle progression sur leur chemin de vie respectif, stables, autonomes dans leurs décisions et choix ça sent la réalisation Awo

      Répondre
      1. maria

        non mais vous n avez pas mieux comme connerie ou comme excuse de parent demissionnaire qui a juste l argent pour payer qqun d autre pour s occupper de ce que vous ne voyez ou ne voulez pas voir? que ce soit de la connerie pure, de la demission parentale ou autre!!!

        Répondre
    2. Martine Côté

      Tout à fait en accord! Apprendre à l’enfant à faire face à ses responsabilités en lui montrant et donnant le meilleur de nous-même!

      Répondre
  3. Véronique P.

    Bonjour,

    Mais où se trouve la limite ? , ma fille a 3 ans et demi et elle sait ce qu’elle veut et ne veut pas ! mais comment faire quand elle ne veut pas s’habiller le matin ? quand elle veut pas se laver les dents ou les cheveux ? quand elle fait des colères pour un rien ? Alors je veux bien la laisser s’exprimer mais quand l’école ouvre à 9h et qu’on arrive en retard parce qu’elle prend le temps de bien nous narguer alors je dis stop, habillage forcé et pleurs assurés, tous les jours on cherche un moyen pour qu’elle s’habille rapidement mais en vain, ça marche une fois sur 10 ! Si vous avez des idées, on est preneur !

    Répondre
    1. Marika

      Bonjour Véronique ! Je comprends tellement votre désarroi ! Il est difficile d’accompagner nos enfants en étant toujours en accord avec « le parent que nous aimerions être » … ou encore en étant « le parent dont nous aurions eu besoin lorsque nous étions enfants ».
      Cependant ne vous découragez pas et cherchez, cherchez encore jour après jour à vous en approcher, vous ne le regretterez pas.
      Il existe un soutien irremplaçable en la matière : avez-vous près de chez vous un « groupe de parents » qui se réunit régulièrement ? Ces groupes offrent un espace pour échanger, dire ses difficultés et ses joies de parents, nourrir la réflexion, se marrer, pleurer, chercher ensemble, … J’ai participé puis animé de tels groupes. Il faut le vivre pour sentir de quoi il s’agit ! Ces rencontres sont d’un puissant soutien pour les parents qui souhaitent sortir de leur schéma éducatif familial et se retrouvent déboussolés face à des enfants bien en vie et qui ne ratent pas une occasion de bousculer nos préjugés.
      Pour revenir à votre message, vous êtes preneuse d’idées … et bien les questions que vous posez en lien avec le quotidien sont typiquement celles que l’on pose en « groupe de parents » … et les expériences partagées des uns et des autres sont une mine de créativité ! … et en plus on se marre !!!
      Une piste parmi d’autres au lien suivant:
      http://pepsmagazine.com/ou-trouver-les-pepscafe/

      Bien à vous,
      Marie

      Répondre
      1. Catherine de Lasa

        Mère de six enfants, j’ai beaucoup transformé les contraintes en jeux : le matin : on fait un concours à qui s’habillera le plus vite….en général je perdais,il me manquait une chaussette….fou rire assurés ! qui rangera sa chambre le plus vite…. petite récompense pour le concours.
        Les devoirs, c’était aussi un jeu : on récite la poésie , l’histoire en dansant, en mimant, en chantant, en faisant du théâtre…cela ne me prenait aucun temps supplémentaire…cela peut se faire en épluchant les légumes de la soupe
        Bien sûr, il y avait aussi disputes et moments de tension…vite oubliés…

        Répondre
    2. marla cella

      Bjr j ai 3filles 6ans 11ans 15ans la veille elles choisissent elles meme toutes les tenues et chaussures.je valide!elles portent,je ne valide pas elles changent tout ou une partie selon le choix!!mon intervention leur inculquer la notion de marriage de couleur,de tenues adaptés à la saison! et aussi la notion de tenue « correcte » pour differents endroits!le matin tout est pret valide!elles s habillent seules je met la pression juste pour le timing! À la façon d un coach!
      J espere vous avoir en partie au moins aider!bon courage

      Répondre
    3. Doyen

      Bonjour,
      La construction d un enfant ne se fait pas en un jour et il faut du temps pour l amener à ressentir ce qui se passe dans son corps. Mais ce qui est interessant c est de lui demander où est la colère dans son corps, à quoi ressemble-t-elle, qu est ce qu elle ressent en elle quand elle est prise par la colère?
      Ensuite lui proposer un exercice pour faire partir la colère de son corps. La Sophrologie en a de très efficaces. Je vous propose d acheter un manuel de sophro pour enfants. Bonne continuation
      SDoyen
      Sophrologue

      Répondre
    4. cquenotte

      Bonjour, vous allez trouver ma méthode peut etre dure mais elle a fonctionnée pour mes 3 enfants (aujourd’hui 10,8 et 2ans1/2). Le matin, je m’y prend 1/2h avant l’heure de départ pour l’habillage, tu veux pas t’habiller très bien tu vas en pyjama à l’ecole?? si ils me répondent oui alors go, on sort en pyjama et comme ils ont la facheuse manie de le faire en hiver bah il change vite d’avis et rentre s’habiller, pareil pour les chaussures et le manteau. après je leur demande si ils ont compris pourquoi il fallait s’habiller et on en discute. Après ça a marché pour les miens, ça peut etre une idée pour vous. Bon courage.

      Répondre
      1. Nathe

        Je suis d’accord avec vous. Ça a marché avec mon fils aussi. Bon courage à vous.

        Répondre
    5. Cynthia

      Personnellement pour ma fille qui viens juste d’avoir 4 ans..je lui laisse des options (plusieurs choix d’ensemble) ex:tu veux mettre tel robe ok mais tu mets tel chose avec pour coordonner et où pas avoir froid..ou tu as le choix de tel ou tel ensemble lequel tu choisis…pour finir je la complimente sur son choix et la félicite d’avoir pu s’habiller toute seule…ex:Wow c’est très jolie tu a bien choisis et tu a fais ca comme une grande fille,je suis fière de toi..Pour le reste ..les dents et cheveux..:je lui ai montré des photos de carrie et ce qui arrive quand ont ne brosse pas ses dents sans compter ce que les gens vont dire si elle pu de la bouche,la récompense est le rince-bouche (Frozen)à la fin du brossage des dents?..Dans le même ordre idée je lui demande si elle c’est brossé les cheveux et comme elle a choisit de belle barrettes au magasin je lui fait choisir celle qu’elle veut…Voilà pour ma part j’ai choisis de l’éduquer et de l’accompagner plutôt que de me braquer et c’est avec une grande joie que je la regarde grandir et devenir tous les jours plus autonome que la veille..

      Répondre
    6. Michel G

      Bonjour,

      Il faut faire la nuance entre un enfant qui s’affirme et un enfant qui résiste. Entre 2 et 4 ans, l’enfant est dans une phase où il forge les bases de son identité et à cet âge il le fait en s’opposant à l’autorité pour marquer la frontière entre lui et l’autre. Le forcer ou le gronder pour le faire entrer de force dans la règle n’est pas la bonne solution. Suggestion : Le langage que l’enfant connaît bien est le jeu. Construisez une activité autour de l’habillage du matin sous la forme d’un jeu, par exemple en liant les morceaux de linge avec les chiffres sur l’horloge. Un concours fictif par exemple; les enfants les plus rapides de la rue où on habite sont tous habillées avant que la grande aiguille ait atteint le chiffre trois. Es-tu capable de faire mieux ? Une petite récompense au début pour faire prendre l’habitude, après quelques temps l’enfant n’en aura plus besoin.

      Répondre
    7. Mimi

      Bonjour Véronique,
      Si elle n’est pas prête au moment de partir, emmenez la comme elle est, en lui disant qu’elle finira de s’habiller dans la voiture ! Ne cédez pas ! Le lendemain, elle sera habillée , prête à partir !

      Répondre
    8. Pernion

      bonjour, je me permets de vous conseiller Catherine Gueguen « vivre heureux avec son enfant »…. – et je vous conseille les ateliers Faber et Mazlich: le cerveau d’un enfant traverse des « tempêtes émotionnelles » à cette âge. Vous pouvez tout a fait obtenir la coopération en proposant un double choix (habillement le matin) ou bien en mettant en place un petit emploi du temps. Le site « famille épanouie » dépose des vidéos très intéressantes! Moi aussi j’ai commencé à reproduire les schémas sans réfléchir (il se met en colère pour rien, il fait des caprices…) jusqu’à ce que je tombe sur Filliozat, Gueguen, ou le livre « le cerveau de votre enfant ». Réellement vous ne verrez plus les choses comme avant… En espérant que ceci vous aidera!

      Répondre
    9. Orlay

      C’est une enfant de trois ans, à cet âge c’est normal, ne vous crispez pas. Au contraire, il faut discuter avec elle, ses réponses seront marrantes et vous verrez que vous pourrez la préparer sans difficulté. A cet âge, l’enfant n’est pas pénalisé pour son retard. Prenez un rendez-vous avec l’enseignant (e) qui va savoir vous aider. Parlez-en aussi à la directrice ou au directeur. L’équipe pédagogique est habituée.

      Répondre
    10. Aveta

      Votre fille est peut être en demande d’autonomie. Insistez sur les dents et le shampoing le soir et choisissez avec elle ses habits pour le lendemain. Et le matin laissez la faire sa toilette et s’habiller toute seule, ça vaut le coup d’essayer. Patience et elle vous remerciera de la confiance que vous lui témoignez !

      Répondre
    11. Manon

      Bonjour Véronique, j ai été propriétaire d’une garderie unifamiliale pendant 10 ans et j ai garde plus de 150 enfants de différents ages, nationalités, religion et valeurs! Mais j ai eu le jeune frère d une que je gardais déjà avec leur cousine! Le matin il ne voulait pas s habiller, ni se brosser les dents ni dejeuner, sa mère réussissais à l asseoir dans son siège avec un gâteau May West dans les mains. ..elle était épuisé la pauvre femme! Moi quand il arrivait je devais refermer la porte derrière elle et enlever le gâteau et le cacher!
      Si je me souviens bien, il faisait la danse du bacon, mais je l ignorait, un jour il a vu un déjeuner sur la table et il s est faufiler dans la cuisine et il a commencé à déjeuner! C était comme ça tous les jours,

      Pis un jour j ai dit à sa mere, il ne veut pas s habiller me et les vêtements dans le sac et apporte le en pyjama! Il a capote de voir que ça aussi il gagnait pas ses negociatiins! Et il était avec sa soeur et sa cousine et il me connaissait depuis longtemps……mais quand après une semaine ou deux qu il ne gagnait pas et que sa mère à suivi mes conseils, il est venu habiller et sans gâteau et envoyait la main à sa mère! Le brossage des dents je me dis que c est obligatoire, les cheveux c est eux qui ont l air fou!
      Un jour je lui ai dit arrête ça, ça pas de bon sen

      Répondre
    12. Kahina

      chère Véronique! je vous recommande vivement les livres d’Isabelle Filliozat dont J-ai-tout-essaye. C’est vraiment une bible en matière d’éducation dite positive. Cela m’a beaucoup aidé car rassurez vous votre quotidien et celui de beaucoup de mamans!

      Répondre
    13. Sylvie

      Essayer de proposer à votre enfants un choix, de vêtements par exemple, vous dites : veux-tu mettre ta robe bleu ou ta robe rouge ce matin et vous la laissez choisir ! Pour éviter la confrontation du moment de s’habiller, vous utilisez la même stratégie, tu t’habiller seule ou tu préfère que je t’aide? Pour la nourriture vous lui proposer par exemple: tu veux manger tes carottes cuite à la vapeur ou bien cru etc. Bonne chance !

      Répondre
  4. Doyen

    Je suis tellement d accord avec votre propos. Merci de contribuer à faire avancer la cause des enfants, le respect de leurs êtres.
    SDoyen
    Sophrologue

    Répondre
  5. Jean marc Nault

    Fait des adultes plus heureux mais doit se faire dans le respect et quand ces le temps, un professeur avec 30 enfants peux pas négocié avec tout les élèves. ..ils faut trouvé la différence entre ces exigences et ce qui a du bon sang, les enfants Roi ne font pas de bon adulte ils sont centré sur leur besoin et sont égoïstes

    Répondre
  6. Kathleen

    Tout à fait approprié pour moi , encore un article qui tombe à pic par rapport à mes réflexions et mes besoins !
    Comme toujours , esprit sciences métaphysiques m’apporte ce qu’il faut au moment opportun , la synchronicité !!!!
    Continuez à éveiller s’il vous plaît , j’adore vos articles , et je les diffuse !!!
    Merci.

    Répondre
    1. Kathleen

      Tout à fait approprié pour moi , encore un article qui tombe à pic par rapport à mes réflexions et mes besoins !
      Comme toujours , esprit sciences métaphysiques m’apporte ce qu’il faut au moment opportun , la synchronicité !!!!
      Continuez à éveiller s’il vous plaît , j’adore vos articles , et je les diffuse !!!
      Merci.
      Kathleen JOUIN Naturopathie

      Répondre
  7. jean claude payet

    Ma fille à 3ans et mon fils 10mois .
    Pour ma part je suis un papa sévère qui ne laisse rien passé. Je vais du principe où il y a des règles on les respecte. j’ai éduquer ma fille pendant 3ans jusqu’à septembre dernier avant de reprendre le travail, aujourd’hui ces m’a femme qui a prit sont congé parental et à du mal à ce faire respecter part notre fille . Sa mère lui cède tout et ce n’es pas la bonne méthode.
    Sur plein d’activité m’a fille m’accompagne ( faire la cuisine /les gâteaux/ la peinture /le bricolage/sport etc….) ce sont les règles que je fixe qui lui permet d’avoir de l’othonomie et d’être respectueuse . Mais sans règle à la maison où encore à l’école cela deviendrait très vite catastrophiques

    Répondre
  8. Cédric Pla

    Bien d’accord que les Enfants doivent s’exprimer mais quand même faut arrêter les conneries ! l’éducation et le respect de personnes qui vous entourent fait parti intégrante de ce que l’on nomme le Respect ! il faut avoir des règles car la vie est faite ainsi cependant il faut pas s’oublier soi même ! donc il faut savoir écouter et aussi réagir ! pour ne pas perdre son Antité ! maintenant ni les Enfants ni nous avons toutes les réponses celles ci se trouvent dans le Partages les différences ! La liberté de chacun s’arréte la ou commence celle des autres ! donc 2couter partager oui faire qu’a ca t^te c’est n’importe quoi ! alors les Parents qui font ça doivent avoir de grave Problème a vivre le quotidien car les Enfants ne son,t pa tout les Jours Faciles ! Oui des Régles sont Importantes ca depends de quelle manière les sont mises enplaces si c’est par le cri ou la violence c’est n’imporet quoi par contre quand c’est expliqué correctement c’est parfait !

    Répondre
  9. cyril ferrara

    Cette article (que j’ai lu), a raison. Le monde actuelle fait soit des moutons soit des brutes, très peut de gens ont une indépendance mental et la capacités de communiquer avec l’autre de maniérre équitable et sereine, que du rapport de force des procès des conflits, du « c’est comme ça » la pire pensé du monde. L’éducation aux coups et aux punition n’apporte rien, si ce n’est l’envie de faire pareille avec les autres et la violence n’est pas une bonne chose.

    Se penser plus fort parce que plus vieux ou plus haut dans une hiérarchie amène au relâchement et la médiocrité personnel à tous les niveaux, qu’elqu’un qui veut de la reconnaissance et du respect doit le mérité à nouveau chaque jour, c’est comme ça que le monde et l’humain évoluera et sortira de ces problèmes

    Répondre
  10. RE

    Entre les enfants qui répondent à leurs parents et les enfants asservis il y a de la marge!! J’entendais récemment un pédopsy qui disait qu’avant 6 ans un enfant n’est pas capable de choisir,c’est à dire pas capable de justifier son choix.Je suis d’accord pour que les enfants donnent leur avis,leur sentiment,qu’ils apprennent à expliquer leurs raisons,donner des arguments mais réponder à tordet àç travers juste pour contrer ses parents ou son enseignant je ne suis pas d’accord.Il faut leur apprendre le respect des autres,le respect des règles parce que dans la vie en société il y a des règles que l’on soit d’accord ou non! J’imagine mal à l’école l’enseignant se faire remettre en place sans cesse par ses 25 à 30 élèves sous prétexte que c’est bon de laisser les enfants répondre.A chaque chose il y a des moments pour ça,à l’école on leur demande de s’exprimer,de donner des arguments,de donner son avis,de dire ce qu’ils ressentent mais à certains moments seulement sinon ce n’est plus gérable.Jeter la pierre sur l’école c’est vraiment n’importe quoi!Comment voulez-vous après que les enfants sachent s’y retrouver.Imaginez que l’enseignant dise « aujourd’hui on va travailler sur ce thème-là et que chaque enfant ait son mot à dire et le droit de dire non moi j’ai pas envie »! Franchement où va-t-on?Si maintenant l’école doit accepter que l’enfant réponde au professeur! Eh bien faites l’école à 25 enfants vous verrez que ce n’est pas gérable! Bien sûr l’école doit permettre de donner l’occasion aux enfants de donner leur avis,d’apprendre à argumenter ,d’exprimer ses sentiments c’est tout à fait normal mais l’école c’est une mini-société il y a des règles et des cadres et il faut apprendre aux enfants à s’insérer dans la société et non pas les encourager à remettre toujours en cause ce qui est établi.

    Répondre
  11. Florence Molitor

    Tout dépend de l’âge!
    Cela se fait progressivement.
    Les tout-petits doivent obéir aux parents car ils n’ont aucune autonomie.
    Peu à peu les enfants sont de plus autonomes et les parents doivent respecter leurs nouvelles capacités à vivre, à exister, à s’adapter au monde.

    Répondre
  12. Celsius

    Adultes accomplis… encore des prophètes, mais ils faut dire que le grand public adore ce genre de propos.

    Répondre
  13. Tamère

    Ca nous fait une belle jambe si ont plus aucune autoritée sur nos enfants qu’ils ne nous obéissent pas et ne nous écoutent pas, vos mensonges honteux.

    Répondre
  14. benben

    Je viens de tomber sur cet article,intéressant mais peu réaliste.J’ai 3 garçons d’âge très rapproché.Avec mon passif difficile,j’ai voulu (comme la plupart des mamans)essayer d’être parfaite,enfin,parfaite selon la société.J’ai lu plein de livres sur le développement personnel de l’enfant et j’ai appliqué.J’écoutais,attentive,je laissais leurs émotions s’exprimer,je les laissais choisir certaines choses pour qu’ils deviennent autonomes etc.Résultat,la maison était un véritable bordel,les gamins n’écoutaient pas,répondaient sans arrêt,un carnage.Puis un jour,j’en ai eu marre,j’ai jeté les livres et fait comme bon m’a semblé.Plus d’argumentations à rallonge et plus de négociations intempestives.Résultat,ils ont trouvé un cadre serein et sécuritaire et ont trouvé leur équilibre,sans cris,sans heurts.Oui,on doit laisser s’exprimer nos enfants mais le flottement que laisse la perpétuelle négociation fait qu’on perd toute crédibilité face à eux.On ne les asservit pas,on leur impose un cadre auquel ils seront confrontés toute leur vie:la société.

    Répondre
    1. alexandra

      ???je suis totalement d accord avec vous.et de toute maniere il n y a pas de manuel pour bon parents ou pas.c est au feeling car chaque enfants est different,chaque famille aussi et chaque parent son hstoire son vécu.?

      Répondre
    2. Steph

      Oui, c’est exactement ça! Un enfant a besoins de limites et de règles pour bien se construire et grandir en se sentant aimé et en sécurité! Vous avez bien fait de changer de méthode car sans barrières et trop « libérés des règles » les enfants deviennent vite des enfants rois difficiles à gérer et insupportables! Bonne continuation

      Répondre
  15. Bernard HALKIN

    Une belle façon d’écraser d’autre, une splendide perspective d’avenir pour un DESPOTISME envers autrui !!! Franchement LA-MEN-TA-BLE comme déclaration ! Et si on commençait par inculquer les notions d’humilité et de respect de la personne d’autrui ???

    Répondre
  16. Albert

    Comment peux t on dire autant de connerie dans un seul article je suis abasourdi faux pas se demander après pourquoi la société et de plus violent et anarchique avec se genre de résonnent on vas se retrouver esclave de au enfants franchement le jour ou les gens auront compris que toutes les psodo étude de spy faut les foutre à la poubelle et élèves les enfants au filige je crois que nous y gagneront la paix dans n aux maison et n au couple franchement les parents sont devenu crétin et iresponsable tous sa et du blabla

    Répondre
  17. Cadenat

    ATTENTION. …Nuance….Tout Cela Manque d’abord de Nuance !

    Se référer aux ouvrages de Catherine Dumonteil-Kramer, qui par ailleurs donne des formations aux parents, sur l »éducation non-violente.

    Il est imperatif, que ce travail soit à la fois dirigé et encadré !

    Les enfants communiquent d’une nouvelle forme d’ducation qui respecte les enfants Et les parents Et leurs éducateurs !

    Voir le site internet de Catherine Dumonteil-Kramer

    Je ne saurai que trop vous recommander par la même occasion d’aller sur le site d’Élisabeth Ruys

    Bon travail !

    Répondre
  18. Rich

    Ce serait bien donner des éléments plus précis de la fameuse « nouvelle recherche » en titre. Tous les liens et sources sont en anglais et les publications associées aussi. Où, quand, dans quel contexte, avec qui, combien de temps et avec quel échantillon d’enfants devenus adultes etc. Car les recherches de ce type n’ont aucune crédibilité sans toutes ces informations, surtout dans le domaine (large) de l’éducation où tout le monde peut se confronter à son propre vécu. C’est assez désespérant de lire que tel type d’activité, truc ou astuce fonctionne parce qu’une étude le dit, alors que rien ni personne dans son propre entourage n’est là pour le confirmer. Étant enseignant je ne connais que trop bien les « expérimentations » vantées par quelques personnes de notre hiérarchie et qui ne sont malheureusement jamais vérifiées dans la réalité d’une classe.

    A part cela, je trouve que l’article est bien péremptoire lorsqu’il dit :
    « Obliger un enfant à suivre les ordres et à obéir crée un adulte qui suit simplement les ordres et qui obéit.
    Ils ne sont pas capables de tracer leur propre chemin ni de découvrir qui ils sont. Au lieu de cela, ils finissent pas mener une vie banale sans intérêt, ou pire, ils laissent les autorités brutales faire de mauvaises choses. »
    Je ne vois pas bien quelle type de recherche peut aboutir à une telle affirmation définitive ? Si tel était le cas, les sociétés patriarcales et autoritaires que nous avons connues dans notre histoire auraient réussies à faire de nous tous des moutons qui suivons logiquement l’ordre établi. Cela ne me paraît pas être le cas.

    « Nous devrions les considérer comme des personnes qui expérimentent la vie de la même façon que nous.  » C’est un type de raisonnement dangereux pour des êtres fragiles que sont les enfants ou les ados. On n’expérimente pas la vie de la même façon à tous les âges avec la même conscience du danger pour ne prendre que cet exemple.

    « Les enfants ont besoin de prendre des décisions pour eux-mêmes. Cela ne vous concerne pas. » Je ne comprends pas trop cette idée. L’article explique bien que les adultes ont des comptes à rendre aux enfants mais l’inverse n’est pas valable ?

    Enfin, les deux premières photos sont assez mal choisies pour illustrer le propos de l’article (on a l’impression d’enfants plutôt frustrés et d’une maman en souffrance)

    Sinon, je suis assez de l’avis de RE : « Entre les enfants qui répondent à leurs parents et les enfants asservis il y a de la marge !! » Il faudrait définir le terme « répondre » au début de l’article et surtout la notion « d’adulte accompli » qui est suggérée.

    Répondre
  19. Nina

    Bonjour

    Pour ma part, j’ai deux enfants une fille de 14 ans et un fils d’un an. J’ai élevé ma fille seule pendant 8 ans. Il avait des règles bien définies, j’ai été assez stricte je l’admets mais ça paye, ma fille est bien élevée, elle respecte les autres mais nous aussi on a du respect pour elle. Elle s’exprime librement et des fois oui quand elle n’est pas d’accord elle répond. Quand elle était petite et qu’elle faisait des colères, je l’ignorais totalement, on m’avait dit un jour il n’y a pas de spectacle sans spectateurs, et elle arrêtait puisque je n’y prêtais aucune attention. Quand, elle emploie un ton qui ne me plaît pas je le lui dit puis on discute et ça se passe plutôt bien. Je suis fière d’elle de la femme qu’elle devient. J’essaye de l’accompagner du mieux que je peux pour lui montrer le chemin. J’ai confiance, elle est comme moi un caractère bien trempé, elle ne se laissera pas marcher sur les pieds. Et je ferai pareille avec mon fils. Bien à vous

    Répondre
  20. Massart Anne

    Et bien!!!!! Les enfants doivent rester à leur place d’enfants !!! Les mots me manquent face à ce genre de position. Les prisons sont pleines d’enfants devenus adultes qui savaient ce « qu’ils voulaient  » et n’ont JAMAIS su accepter les « règles » .

    Répondre
  21. Emma

    Ma mère était sans doute intuitivement une des  » précurseurs  » en terme de bienveillance.
    Et oui j’ai du lui répondre, aussi, et parfois de façon inadéquate ( comme un enfant/ado quoi!)
    Elle m’a beaucoup respectée, élevée avec beaucoup d’amour, pas de gros conflits.
    J’ai toujours aimé être indépendante, partir travailler à l’étranger, etc.

    J’ai quitté un emploi sûr pour devenir mon propre chef, car je sais ^rendre des risques contr$olés.
    Je trouve que j’ai une belle vie, je suis heureuse, et heureuse que ma maman m’ait donné confiance en moi.
    Tout cela, mon compagnon ne l’a pas eu. Enfance très bridée, punitions/récompenses, aucune autonomie ( se faisait laver jusqu’à l’âge ado ), et aujourdh’ui il n’est pas accompli, a trop peur de quitter son travail pour tenter de faire quelquechose qui lui plait, etc.
    Nos 2 modes d’éducations sont aux antipodes. Mais nous élevons nos enfants avec respect, même si c’est difficile et que la fatigue nous joue des tours. Notre aîné de 8 ans 1/2 argumente, négocie. S’il sent qu’il peut, c’est qu’on n’est pas sûr nous même du bien-fondé de telle ou telle décision, et parfois on sait pas carrément. S’il y a du non négociable dans l’air, il a quand même le droit de donner son sentiment, de trouver ça injuste, et on peut respecter et entendre son sentiment.

    Obéir est un terme qui ne me plait pas. Je souhaite que nos enfants écoutent. Je ne veux pas d’un gamin asservi qui adulte aura du mal à trouver sa place ou défendre des convictions. Et pour cela il faut avoir confiance en soi, savoir réfléchir, argumenter, s’informer. Quand on  » obéit « , le système cognitif reste endormi.
    Mes grand-parents m’ont dit que s’il y a eu de la résistance qui s’est organisée, c’est bien parcequ’il y avait des insoumis, des gens qui n’étaient pas des moutons.
    Bref…

    Répondre
  22. Mombod Sylver François Raphaël.

    Je suis conscient de mon pessimisme et d’un manque de confiance en moi-même. Est-ce parce que j’ai grandi sous la pression d’un père trop autoritaire. Lequel ne m’a pas laisse le petit temps de lui dire ce que je pensais ?

    Répondre
  23. Sarbe A. Kahn

    J’ai commencé à lire cet article en pensant à ce que je pourrais apporter à mes enfants, et puis je suis arrivé à la phrase « si vous élevez des enfants asservis, quelle est la probabilité pour que vous créiez des adultes asservis ? ».
    Et là, basculement: on ne parle plus de mes enfants, on parle de moi … On n’est plus dans le positif, on est dans le négatif. Je me reconnais tout à fait dans cet article, mais dans son contre exemple!

    Et là, comment on s’en sort quand on est un adulte qui n’a jamais pu « répondre » pendant son enfance …?

    Répondre
  24. Anick Moehle

    J’habite l’Angleterre, mes enfants ont porte un uniforme des la creche jusqu’a l’equivalent de la 3eme ensuite jusqu’au bac des vetements de leur choix mais reglementaires a l’embleme de l’ecole. Je dis franchement : Bravo l’uniforme ! Jamais de disputes pour s’habiller du lundi au vendredi…2/3 uniformes par an donc peu couteux et je dois avouer que de les voir tous habilles de meme surtout avec des chaussures hautement cirees …que cet ensemble inspire une certaine discipline et respectabilite.
    Des problemes ? Bien sur j’en ai eu comme tout le monde mais pas trop et je pense que le fait de ne leur donner aucun droit au point de vue vestimentaire nous a aide beaucoup.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *