Annonce

vaincre la peur

Le parcours chamanique est une manière ancienne d’explorer le paysage de la conscience à partir du niveau de l’âme. 

Les chamans marchent entre les mondes de la réalité jusqu’aux états altérés où ils communiquent avec le plan spirituel pour ramener des messages de guérison. Habituellement, le chaman fait face à une souffrance humaine extrême du fait des actes impensables que subissent ses patients à travers le traumatisme, le chagrin et la perte, et les bouleversements émotionnels. Leur défi en tant que médecins holistiques communautaires est d’aider le patient, avec la douleur, les crises émotionnelles ou la maladie en équilibrant sa vie spirituelle et sa psyché.

Les chamans utilisent de nombreuses formes traditionnelles de guérison de leur tribu (ou société) comme l’art, la danse, l’inspiration de la nature et les médecines traditionnelles. Avec ces méthodes et leurs propres dons, ils portent le lourd fardeau d’un patient souffrant, ramenant une médecine spirituelle qui agit comme un baume pour l’âme pour traiter la maladie physique, émotionnelle et mentale.

Annonce

En fin de compte, les chamans acquièrent une forme de compréhension de la santé et du bien-être et vivent la vie sans peur grâce à leur propre expérience. Souvent, ils sont étiquetés à tort par des personnes en dehors de leur culture comme malades mentaux ou psychotiques en raison de leurs expériences qui sont considérées comme « anormales’. Même s’il n’y rien de prouvé scientifiquement, les chamans sont souvent d’une grande aide pour les gens de leur tribu.

La mort chamanique

Cela s’appelle la «mort chamanique» car le chemin d’initiation est surtout celui de la peur. Le rite initiatique du chaman est bien documenté à travers l’histoire. Dans leur propre culture et souvent à un jeune âge, les chamans sont identifiés par un ensemble de circonstances inhabituelles.

Habituellement, des symptômes physiques mystérieux, des états de rêve lucides et une capacité à communiquer avec la nature à un niveau beaucoup plus profond, ils sont « appelés  » à servir un objectif plus profond dans leur communauté. Cet appel de l’autre côté est le symbole archétypal du chemin chamanique et ce que Carl Jung a appelé, le guérisseur blessé.

Les chamans doivent faire face à un voyage terrifiant pour gérer leurs émotions, apprendre différentes formes de conscience et faire face à la désactivation de leur corps physique. Cette crise intentionnelle est une blessure psychique manifestée par une étrange maladie jugée incurable. Le sort du chaman est donc de faire l’expérience des formes de conscience et d’expérience émotionnelle qui vont avec, et même la terreur, pour transformer leur maladie de l’intérieur, par le contact avec leur propre vie d’âme.

En raison de la nature extrême du processus, qui est dérangeant psychologiquement et physiquement douloureux, ils sont souvent repoussés par la société alors qu’ils apprennent à faire face à la perte inexplicable de leur identité. Les chamans doivent voir et expérimenter leur propre mort «physique» et l’effacement de leur identité d’ego pour comprendre la vérité intérieure de l’existence de l’âme.

Le courage devient une seconde nature et un allié alors qu’ils parcourent un terrain spirituel inconnu qui hante et terrifie. Le courage est une nécessité car il n’y a pas d’autre moyen de contourner leur chemin. Selon la tradition, si un chaman refuse l’appel, il y a un avertissement manifeste que sa vie quotidienne ou son existence deviendra encore pire s’il ne répond pas. Cette misère vécue dans le «monde réel» les oblige à accepter leur but. De nombreux chamans ont résisté à l’appel et en ont souffert.

Annonce

Une fois guéris ou transformés, ils réintègrent la société et ont une meilleure compréhension de leur but et voient à travers la nature et les royaumes spirituels leur don unique et comment ils doivent vivre une vie de service. Comme le destin des chamans est de chamaniser, s’ils ne pratiquent pas leur forme de guérison, leur propre énergie stagne et leur maladie s’aggrave. Ils doivent devenir des experts dans la gestion des questions de l’âme, non seulement pour leur propre vie, mais aussi pour la communauté.

La blessure

Les blessures du chaman varient considérablement en raison des différences individuelles et des normes sociales de la communauté qui influencent les comportements et les perceptions du groupe dans son ensemble. En règle générale, il y a une période d’isolement intense où le chaman endure la douleur physique, la faiblesse et la souffrance. En plus des symptômes physiques, ils entreront en contact avec un monde spirituel, qui transformera complètement leur personnalité et modifiera leur identité.

Certains exemples sont des rêves intenses (parfois appelés quête de vision), la rencontre d’entités spirituelles ou la communication directe avec la nature. Ces expériences aident à évoluer et à éduquer le chaman dans sa nouvelle vie, qui est de marcher entre les mondes de la vie et de la mort. Ils apprennent la capacité d’utiliser les forces naturelles tout autour d’eux, dans lesquelles ils peuvent puiser à volonté.

Des chamans ont déclaré avoir vu leur corps déchiré membre par membre, noyé et même emporté par des animaux et dévoré. Au cours de ce processus de mort, ils ressentent un lourd abandon, une acceptation profonde d’une véritable identité indestructible sous l’existence physique qu’ils ne connaissaient pas auparavant, appelée l’esprit intérieur, qui donne confiance et une nouvelle compréhension de la vie et de la mort.

Annonce

Ensuite, leur corps se reforme avec un cadeau qui leur est accordé. Une fois réintégrés dans la société, ils redonnent le cadeau à travers leur vie, leur courage et leur compréhension compatissante des origines de la maladie. Ils partagent le processus inestimable de l’abandon dans toutes leurs activités, y compris comment ramener la santé et l’équilibre dans la vie quotidienne.

Un point de basculement que tous les chamans doivent atteindre à travers leur blessure unique est l’intrépidité. Ayant du courage face aux profondeurs du désespoir dans la psyché humaine, ils doivent développer un courage sans entraves pour faire face à ce qui se présente sur leur chemin en cours de route.

Une plus grande empathie pour soi et les autres

L’un des grands cadeaux que le chaman éprouve à travers ses blessures est la capacité de guérir par l’intrépidité.

En faisant l’expérience de leur propre mort, ils comprennent mieux leur but en réalisant qu’il n’y a pas de mort sur le plan physique. Comme ils peuvent voyager entre les mondes, cette capacité leur donne une plus grande confiance pour aborder la vie sans peur. Ils ont une compréhension de la blessure invisible, que l’esprit ou l’âme du moi est indestructible, et voient cela comme une forme d’énergie pure, avec une conscience distincte.

Comme l’intrépidité est la pierre angulaire de leur pratique quotidienne, elle conduit à vivre la vie avec empathie et une compréhension unique de la douleur et des conflits intra-psychiques entraînant l’instabilité. La vie d’un chaman est gâchée par la douleur humaine, qui est belle et tragique. On dit du guérisseur blessé et aussi du chaman: « Ce n’est pas parce que vous pouvez guérir que vous ne faites pas de mal. » Cette licence poétique est la racine de leur compassion.

C’est la compassion pour soi-même et les blessures que nous subissons à travers la réalité physique, qui nous ouvre à l’exploration de la vie avec une volonté farouche de lâcher prise et de relever les défis à mesure qu’ils se présentent. Les chamans comprennent intimement l’expérience de la douleur physique, ils ont donc une plus grande compassion et une plus grande conscience empathique qui sont nécessaires pour mettre leurs patients à l’aise et en confiance.

De plus, leurs méthodes et leur conscience non conventionnelles leur permettent de vivre la vie avec détachement, car ils savent que toutes les expériences de la vie sont transitoires.

Annonce

Les chamans enseignent la sagesse spirituelle et cette philosophie essentielle: Apprendre le respect de la condition humaine signifie avoir de la compassion pour soi, le processus unique et individuel de bien-être, et la valeur pour toute vie et vivre selon les conditions de vie.

Comment vaincre la peur avec la conscience chamanique

vaincre la peur
Image crédit : Pixabay

1. Devenez un os creux

Les chamans doivent prendre régulièrement contact avec leur vie d’âme afin de maintenir l’énergie vitale spirituelle vivante et en mouvement à travers leur incarnation physique.

Comme un os dans le sol de la forêt qui a été dépouillé de toute décomposition, l’esprit peut se déplacer facilement et rapidement, à travers sa propre conscience pour permettre la guérison.

Les chamans comprennent que toute matière a une conscience et qu’ils interagissent constamment avec ces différentes formes de conscience. Cette connaissance les aide à agir comme un conduit pour les autres, comme ils l’ont appris, pour éliminer l’ego, le doute et les préoccupations du monde.

Les anciens chamans utilisent des techniques comme «l’os creux» pour le contact avec l’âme. Le contact de l’âme peut être une œuvre d’art, la méditation, la danse, le chant ou prendre le temps d’être dans la nature.

Commencez par quelques étapes simples: ancrez-vous quotidiennement, commencez une pratique pour effacer la négativité de l’esprit et insufflez plus d’esprit dans le corps physique.

Annonce

Différentes formes de techniques qui peuvent vous aider: tai chi, qi gong, yoga, méditation, danse comme l’eurythmie, respiration ponctuelle, travail de la respiration holographique, travail énergétique du cheval (voir Tao d’Equus)

2. Lâcher prise et comprendre, qu’il n’y a pas de mort

Dans leur voyage, les chamans doivent affronter leur propre mort de front. Qu’il s’agisse de démembrement, de maladie mentale ou de crise d’identité de l’ego, ils comprennent le processus de la mort, du lâcher-prise et de l’abandon.

Grâce à ce processus de mort transformateur, ils ont une compréhension unique qu’il n’y a pas de mort parce qu’ils s’abandonnent à quelque chose de plus grand, leur propre âme et des guides pour les aider à guérir.

Comprendre que la vie continue, à travers cette situation physique et ces blessures, aide le chaman à compter sur son âme d’une manière beaucoup plus directe et puissante dans la vie quotidienne. Une fois guéris, ils continuent à expérimenter la vie, au niveau de l’âme, sans peur. L’action vient dans l’art précieux de savoir que la mort n’est qu’une construction de l’esprit. Une fois qu’ils ont appris cela, la vie devient une expérience plus joyeuse plutôt qu’un passage douloureux.

Voir aussi : Le chaman est un guérisseur blessé qui transforme sa douleur en empathie pour aider les autres