Spiritualité-Que signifie être spirituel

Que signifie être spirituel?

De plus en plus, de gens s’identifient comme spirituels par opposition à la religion. Pour eux, une partie de cette spiritualité signifie être compatissant, empathique et à cœur ouvert. 

Pour certains, la spiritualité est devenue une sorte de mot à la mode dans la culture d’aujourd’hui. En particulier pour la génération du millénaire. Les gens s’identifient de plus en plus comme spirituels par opposition à la religion.

Qu’y a-t-il derrière la popularité croissante de la spiritualité sans religion? 

Certaines critiques ont suggéré qu’il s’agissait d’un sous – produit de la culture d’auto-obsession d’aujourd’hui , preuve d’une épidémie de narcissisme . Cette critique est similaire à celle lancée par la génération (née entre 1980 et 2000) en général. Ce que certains chercheurs ont appelé « la Génération moi. ”

Mais, je crois que l’histoire a plus à offrir. Il y a eu des recherches approfondies avec la génération Y du Canada, auprès de 33 personnes ayant déclaré s’identifier comme spirituelles mais non religieuses , afin de mieux comprendre leurs croyances et leurs pratiques. Voir que signifie être spirituel : https://thespiritualityproject.weebly.com/

Je crois que lorsque les gens se disent spirituels. Ils signalent essentiellement trois choses.

-Premièrement, ils croient qu’il y a plus dans le monde que ce que l’on voit à l’œil nu, c’est-à-dire plus que le simple matériel. 

-Deuxièmement, ils essaient de s’occuper de leur vie intérieure – de leurs états mental et émotionnel – dans l’espoir d’obtenir une certaine connaissance de soi. 

-Troisièmement, ils valorisent les vertus suivantes: compassion, empathie et ouverture d’esprit.

La spiritualité et les questions sur le sens et la valeur dans le monde

Les origines du mot «spiritualité» ou « spirituel » , dans le contexte de la théologie chrétienne, résident dans le nom latin spiritualitas. Qui dérive du nom grec pneuma, qui signifie esprit. Il est intéressant de noter que «l’esprit» dans son contexte d’origine n’était pas l’opposé du «physique» ou du «matériel». Mais de la «chair» ou de tout ce qui n’est pas de Dieu. Par conséquent, un «individu spirituel», dans son sens chrétien d’origine, était simplement une personne au sein de laquelle habitait l’Esprit de Dieu.

Malgré cela, parmi les gens interviewés, la «spiritualité» s’oppose généralement à la «matérialité». Elle désigne donc ce que nous avons besoin de vivre, mais que nous ne pouvons ni percevoir ni mesurer.

Avec la religion, beaucoup pensent de manière conventionnelle, s’intéressent au domaine de l’expérience humaine qui concerne nos questions les plus fondamentales – questions de sens, de but et de valeur. Mais depuis, de nombreux habitants des pays d’Europe se sont compris comme laïcs ou modernes .

Pour beaucoup, la religion ne semble pas être une option viable . 

Cela semble obsolète ou en contradiction avec une compréhension scientifique du monde (ou du moins une partie de celui-ci). Pourtant, malgré ce changement, les questions de sens, de but et de valeur demeurent.

En outre, pour bon nombre des participants à cette étude, la science est incapable de répondre de manière adéquate à certaines des questions les plus cruciales de la vie:

-Qu’est-ce que la beauté? 

-Comment devrais-je me rapporter au monde naturel? 

-À qui (ou quoi) devrais-je engager ma vie? 

-Pourquoi être juste? 

-Qu’est-ce que la justice?

Bien que la science puisse apporter des réponses à ces questions, celles-ci n’inspirent que rarement les participants comme ils le souhaitent. Et pour beaucoup, les réponses de la science ne suffisent tout simplement pas.

Ainsi, lorsque les gens parlent de spiritualité, ils invoquent généralement un cadre de signification qui leur permet de donner un sens à ce que, pour eux, la science ne parvient pas à aborder.

C’est pourquoi les athées, les agnostiques et les croyants peuvent tous – et le font souvent – s’identifier comme spirituels. Il n’est pas nécessaire de croire en Dieu pour poser des questions auxquelles le matérialisme scientifique ne peut répondre.

La culture occidentale aussi axée sur le succès matériel

Le deuxième aspect d’un individu spirituel implique un mouvement vers l’intérieur ou une attention à la vie intérieure, souvent comme moyen d’honorer les dimensions immatérielles de la vie. La plupart des participants à l’étude pensent que la culture occidentale contemporaine est trop focalisée sur l’extérieur, glorifiant le succès matériel et les achats au détriment de ce qui compte vraiment.

Ils seraient d’accord avec le célèbre critique culturel Erich Fromm, qui, dans les années 1970, soutenait que les sociétés modernes insistaient sur le fait d’avoir des choses plutôt que d’être simplement . La spiritualité insiste sur l’importance de s’adapter à notre vie intérieure. À la fois comme moyen de résister à la pression constante que notre culture exerce pour valoriser ce qui se trouve en dehors de nous et comme moyen de trouver un refuge.

C’est l’une des raisons pour lesquelles, par exemple, les environnementalistes ont souvent approuvé la spiritualité . Selon les écologistes, l’une des principales causes du changement climatique et de la destruction de l’environnement. C’est la quête sans fin de la croissance économique, alimentée par une logique capitaliste d’acquisition et d’expansion.

Le Dalaï Lama s’est un jour moqué, alors que l’Ouest était occupé à explorer l’espace, l’Est était occupé à explorer l’espace intérieur. Indépendamment de la véracité de cette généralisation, beaucoup de participants à l’étude sont arrivés à cette conclusion: les sociétés contemporaines du monde occidental sont structurées de telle manière que le silence et la quiétude sont l’exception et non la règle.

Quand les personnes disent vouloir devenir plus spirituelles, elles disent souvent qu’elles essaient de résister à cette tendance du monde occidental.

Regarder à l’intérieur pour agir plus judicieusement

Pour beaucoup, regarder à l’intérieur est une entreprise éthique. Être spirituel implique de chercher à mieux comprendre sa vie intérieure pour pouvoir agir avec plus de sagesse dans le monde. Pour beaucoup, devenir plus contemplatif ou conscient de sa vie intérieure permet d’interagir avec les autres de manière moins réactive, moins dommageable et plus authentique vis-à-vis de ce qu’ils pensent être.

Ainsi, certaines vertus ont été associées à la spiritualité. La compassion, l’empathie et l’ouverture d’esprit. Ces vertus découlent naturellement de l’introspection inhérente à la spiritualité. Car elles exigent en fin de compte un niveau élevé de connaissance de soi. C’est-à-dire savoir pourquoi nous avons les convictions que nous entretenons. Pourquoi nous agissons de certaines manières et, ce qui est le plus important, connaître notre interdépendance.

Ces connaissances – acquises soit par des pratiques telles que la méditation, la réflexion personnelle et (dans certains cas) la psychothérapie – amènent à devenir plus sensibles aux émotions des autres et même aux environnements environnants, sociaux et naturels.

Ainsi, la voie intérieure, dans sa forme la plus aboutie, ne s’enracine pas dans le narcissisme. Mais repose sur une éthique solide – une volonté d’affronter ses démons afin de mieux comprendre la condition humaine.

Pour certains, ce chemin intérieur concerne en définitive la transformation de soi.

Ou le dépassement des programmes de la petite enfance et la réalisation d’un certain type de maîtrise de soi. Pour d’autres, cela implique de s’accorder avec les dimensions immatérielles de la vie.

Ce que j’ai décrit ci-dessus n’englobe pas toute la gamme des significations invoquées par le terme spiritualité ou être spirituel. Je ne suggère pas non plus que tous les individus qui correspondent à la description ci-dessus sont nécessairement spirituels. Je veux seulement dire que ces trois caractéristiques couvrent beaucoup de ce que veulent dire les gens quand ils se disent spirituels.

Ce que j’ai décrit ne doit pas amener les lecteurs à penser que toutes les personnes qui se disent spirituelles vivent ces idéaux éthiques. Notre capacité à réaliser nos idéaux éthiques dépend non seulement de notre propre volonté. Mais également des contraintes sociales et économiques dans lesquelles nous vivons.

Ainsi, les recherches actuelles cherchent à mieux comprendre la spiritualité vécue ou son fonctionnement dans la vie quotidienne des gens. En fin de compte, il faut approfondir les recherches pour mieux comprendre cette tendance émergente.

Alors que le nombre de personnes qui s’identifient comme «spirituelles» continue à augmenter. Peut-être que la spiritualité finira par façonner certaines sociétés de manière importante et durable.

Source : theconversation.com

Spiritualité : Que signifie être spirituel?
5 (100%) 2 vote[s]