L’analyse des larmes au microscope révèle un fait étonnant

de | 13 mai 2014

L’analyse des larmes au microscope révèle un fait étonnant

L analyse des larmes

 

La photographe américaine Rose-Lynn Fisher a étudié au microscope ses larmes de joie, de tristesse, de deuil, ou encore de rire. Elle a découvert qu’elles ont chacune une topologie différente, et a réuni les différentes photos dans un livre.Tristesse, déception, joie, compassion…elles peuvent être provoquées par un très large panel d’émotions. Et si elles semblent toutes identiques, formées des mêmes composants (chlorure de sodium, enzymes, ou encore lipides), la photographe américaine Rose-Lynn Fisher les a examinées au microscope et a démontré que leur topographie diffère en réalité selon la raison qui les a fait couler.

Elle a étudié 100 larmes différentes et a trouvé que les larmes basales (celles que notre corps produit pour lubrifier nos yeux) étaient radicalement différentes de celles qui surviennent quand on épluche des oignons. Celles issues des éclats de rire ne sont même pas proches de celles de douleur. Comme une goutte d’eau d’océan chaque petite larme transporte un microcosme de l’expérience humaine. Son ouvrage est sorti en 2010 et s’appelle The Topography of Tears. (La topographie des larmes)

« J’ai commencé ce projet il y a quelques années, lors d’une période de changements personnels durant laquelle j’ai beaucoup pleuré. Un jour, je me suis demandée si mes larmes de deuil ressemblaient ou non à mes larmes de joie, et je me suis mise à les étudier de près. Aujourd’hui, cette série comprend un large éventail de larmes : de l’euphorie, à celles qui coulent en épluchant des oignons, celles de tristesse, de frustration, de rejet… toutes ayant leur petite histoire« , a expliqué Rose-Lynn Fisher sur son site internet.Ainsi, les larmes de rire ont l’air de taches dynamiques, ou encore celles coulées après avoir épluché un oignon s’apparentent à de la dentelle : chaque typographie reflète un schéma différent, propre à l’émotion ressentie. Surprenant !

L’analyse des larmes au microscope :

Larmes de rire

L analyse des larmes

Larmes survenues suite à un changement

Larmes d’espoir

Larmes de chagrin

Larmes causées par un oignon

Joseph Stromberg du magazine Smithsonian’s Collage of Arts and Sciences a expliqué qu’il existe trois grands types de larmes : basales, réflexes et psychiques (déclenchées par des émotions). Toutes les larmes contiennent des substances organiques, y compris des huiles, des anticorps et des enzymes et sont mises en suspension dans de l’eau salée. Différents types de larmes ont des molécules distinctes. Les larmes émotionnelles ont des hormones à base de protéines, y compris la leucine-enképhaline (qui agit comme neurotransmetteur), un analgésique naturel qui est libéré lorsque nous sommes stressés. De plus, les larmes observées au microscope sont des cristaux de sel et peuvent conduire à des formes différentes. Donc, même les larmes psychiques ayant la même composition chimique peuvent être très différentes. Fisher a dit: «Il existe tellement de variables, comme la chimie, la viscosité, le réglage, le taux d’évaporation et les paramètres du microscope.«

L’analyse des larmes au microscope suite

Larmes basales

Larmes de retrouvailles

Larmes du début et de la fin

Larmes de relaxation

Larmes d’exaltation à un moment liminal

Larmes de souvenir

Credit: Rose-Lynn Fisher

Comme des flocons de neige et les empreintes digitales, pas une larme ne se ressemble
Après L’analyse des larmes au microscope révèle un fait étonnant voir aussi

2 réflexions au sujet de « L’analyse des larmes au microscope révèle un fait étonnant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *