Une recherche révèle que les gens qui réfléchissent trop et qui sont anxieux sont probablement des génies créatifs

de | 12 octobre 2015

génies-créatifs

 

Une recherche révèle que les gens qui réfléchissent trop et qui sont anxieux sont probablement des génies créatifs

Je pense que nous connaissons tous quelqu’un de nature inquiète ou qui réfléchit trop. Il semble évident que ce genre de personne a besoin de beaucoup de temps pour établir ce qu’il/elle doit faire.

Ces personnes peuvent parfois susciter des sentiments de frustration chez les autres, mais selon une étude, les personnes associées à ces traits sont ainsi parce qu’elles sont très développées, et sont concernées par la création.

Des chercheurs de King’s College à Londres ont mis en évidence les relations entre le fait d’éprouver de l’anxiété et d’avoir une imagination plus développée. Selon le Dr Adam Perkins, expert en neurobiologie et en troubles de la personnalité:

« Il m’était venu à l’esprit que s’il vous arrivait d’avoir une prépondérance de pensées auto-générées avec des teintes négatives, en raison des niveaux élevés de l’activité spontanée dans la partie interne du cortex préfrontal médian qui régissent la perception consciente de la menace, et que vous avez également une tendance à appuyer sur l’interrupteur d’alarme plus tôt que la moyenne , surtout parce que vous avez une forte réactivité dans les noyaux de l’amygdale basolatérale, alors cela signifie que vous pouvez éprouver des émotions négatives intenses même si aucun signe de menace n’est observable.

amygdale-basolatérale

Génies créatifs

 

Cela pourrait indiquer que, pour des raisons spécifiques neurales, ceux qui ont un score élevé en névrosisme ont une imagination débordante, qui agit comme un générateur intégré qui suit la menace. »

Dans un sens, l’inquiétude est la base de l’invention. Quand on s’interroge sur ce thème, cela est logique. La plupart de nos plus grandes percées au fil des ans résultaient de l’inquiétude.

Le pouvoir nucléaire?

L’inquiétude suscite l’énergie.

Des armes nucléaires?

L’inquiétude de l’envahissement.

Des percées médicales?

L’inquiétude est plus forte que la maladie et la mort.

Les imaginations débordantes ont aidé l’humanité à révéler le meilleur d’elle-même.

Encore une fois, le Dr Perkins dit:

« Les personnes enthousiastes, et insouciantes, par définition, ne ruminent pas facilement les problèmes et doivent donc être dans une situation défavorable lorsqu’elles visent à résoudre des problèmes qui ont tendance à se développer d’une personnalité plus anxieuse, plus névrosée.

Nous avons des vérifications du bien fondé des données pour notre théorie, car il est facile de constater que beaucoup de génies semblent avoir une tendance sombre et malheureuse qui laisse deviner qu’ils se placent assez haut sur le spectre de la névrose.

Par exemple, penser aux histoires de la vie de Isaac Newton, Charles Darwin, Vincent Van Gogh, Kurt Cobain, etc. Peut-être que le lien entre la créativité et la nervosité a été résumé de manière très succincte par John Lennon quand il a dit: « Le génie est la douleur ».

Alors la prochaine fois que vous regarderez de haut quelqu’un qui est inquiet, rappelez-vous juste qu’il/elle est probablement un incroyable génie.

Les anxieux sont probablement des génies créatifs cliquez ici pour voir l’étude

Sandra Véringa

22 réflexions au sujet de « Une recherche révèle que les gens qui réfléchissent trop et qui sont anxieux sont probablement des génies créatifs »

  1. ian

    bonjoursoir,
    ca s’appel aussi être hypersensible,cerveau droit dominant,ce que je suis…..

    Répondre
    1. julie

      Exact. Je suis cerveau droit, hypersensible, du coup c est pas facile tout les jours. Et de nature anxieuse, qui anticipe les problèmes et les consequences. On peut déblatérer longtemps sur le sujet mais c’est pas le sujet!

      Répondre
  2. FG

    Merci de corriger toutes vos fautes. Il est dur de prendre au sérieux un article truffé d’erreurs.

    Répondre
    1. Claire C.

      Bonjour FG, merci pour votre intervention, pouvez-vous nous indiquer les erreurs repérées dans le texte afin de nous aider à l’améliorer? Cordialement.

      Répondre
      1. 0li

        « Par exemple, penser aux histoires de la vie de Isaac Newton, [etc,…] »
        L’indicatif du verbe penser dans cette phrase appellerait par la suite une conclusion, une conséquence.

        Le temps adéquate et probablement intentionnel de l’auteur semble être l’impératif et donne donc :
        « Par exemple, penseZ aux histoires de la vie de Isaac Newton, [etc,…] »

        Mais cela ne mérite en aucun cas autant d’impudence ni l’exagération du terme « truffé » si cela peut vous rassurer.

        Répondre
        1. Lafon

          Oli vous corrigez les fautes des autres mais vous écrivez : Le temps adéquate » vouliez vous dire le temps adéquat???De plus, l’auteur que vous critiquez peut changer de temps….

          Répondre
    2. Dan

      En réponse à FG
      Il est tout à fait possible d’écrire :
       » Par exemple, penser aux histoires de la vie de Isaac Newton …..
      Ceci est dans le sens de ……  » on peut penser aux …….
      Il ne s’agit pas ici d’un ordre dans le sens de …… « faites ceci ou cela » ….

      Répondre
  3. Steph

    Tout à Fait d’accord Lafon, et la typo, quelle typo cette typo, vraiment illisible…C’est scandaleux, car de telles fautes, orthographe, grammaire, typographie inesthétique, mise en page médiocre, empêchent (fort heureusement!) de se connecter au fond…Ahhh la forme! Heureusement qu’il existe de nobles chevaliers pourfendeurs tels que vous, et nous vous remercions infiniment d’attirer ainsi notre attention sur l’essentiel; et cela me permet également de mesurer la chance qui est la mienne de n’en avoir (presque) strictement rien à faire, car si je vous accorde qu’il est plus agréable de lire un texte sans fautes, je me demande en même temps si il vous est possible de comprendre que l’écrit n’est qu’un moyen de communiquer, un tuyau, et que l’important est de se souvenir qu’un tuyau qui ne parle que de tuyaux, c’est une sorte de nombrilisme dans la nullité inavouée de son incapacité à -visiblement -comprendre ce dont il s’agit, franchement…

    Répondre
  4. yanyanos

    heu !c’est qoi le sujet,l’orthographe ou ..m’avez perdu avec vos palabres..ah oui,l’hiper sensibilité,sauf erreur!ce qui sensibilise c’est ce qui touche et blesse,dailleur ça touche pas,ça blesse tout de suite,le pourquoi des réactions parfois exessivent,ça pauses beaucoup de questions a chaque fois et ça encombre très vite le flot de pensées courante,moi je joue aux échec pour calmer le flot,d’autre vont peindre etc…mais nous resteront des incompris a vie,faut s’y faire. merci de pas me les briser pour les fautes…bien a vous.Yan

    Répondre
  5. Caro1

    Etant une personne qui réfléchit trop c’est une souffrance et je ne souhaite pas être un soi-disant créateur ou anticiper les mauvaises choses par des imaginations négatives, j’aimerai que cela cesse car c’est trop dur. On a aussi le droit au bonheur. Mais il semble que nous sommes notre propre ennemi.

    Répondre
    1. Anna

      Je suis aussi qqu qui réfléchie beaucoup, depuis que j ai commencer à faire de la méditation je me sent beaucoup mieux,

      Répondre
    2. julie

      Ca me bouffe la vie aussi… Des foies je voudrai être « bête, naïve » et heureuse. Pardon pour les fautes si il y en a.

      Répondre
  6. patlam

    Tout comme il est possible de travailler un sol pour le rendre plus meuble, fertile, il est tout aussi possible de s’amender soi même, de modifier sa propre structure. Se créer soi même, qu’importe les prédispositions ou les influences attribuées par la nature, c’est là, le génie. Nos parents nous ont « donné la vie », il ne nous restes plus qu’à accoucher de nous même!!!

    Répondre
    1. Elisabete

      Vous êtes un poète! je pense ainsi aussi. Nous avons le pouvoir de changer nous stratégies pour s accepter, se transformer et aimer inconditionnellement inclus nous mêmes !

      Répondre
  7. ROBET

    Et ca critique !! Et ca critique !!!

    Vive La France !!!

    Qui critique ? Des jeunes, des vieux, des femmes, des hommes ?

    Répondre
  8. Nile

    Perso j’ai fais une recherche pour savoir ce que j je me pose trop de question et je n’arrête pas de réfléchir alors j’ai fini par abondonner mes émotions je ne sens rien des fois je me sens vide a l’intérieur des fois je pense que je suis complètement parano mais vrm j’en ai marre de jouer un rôle tt le temps je rigole et tt avec les gens qui m’entourent mais en vrais je sens rien je me force a rigoler a parler un truc que je n’aime pas du tout que de la pitié et la tristesse rien d’autre réfléchir peux conduire au malheur c ce que j appris

    Répondre
  9. Ribet Fabien

    Bonjour,
    Déjà, pour ma part, quand une personne publie un article, voir une étude, il doit s’attendre à être critiqué positivement mais également négativement.
    Ensuite, dire que comme les génies créatifs étaient angoissés, tous les angoissés sont « probablement » des génies créatifs me parait un raccourci très rapide. Corrélation n’est pas causalité et ensuite la causalité n’est pas une bijection. Ce n’est pas parce que les chanteurs et les chanteuses du club des 27 étaient des génies que toutes les chanteuses et tous les chanteurs géniaux sont mort à 27 ans. Je n’ai pas pour ma part accès à l’article de base et je ne peux donc que me baser sur l’article. Je ne peux donc juger que l’article.
    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *