Annonce

papillon-et-l-ane

Le papillon volait haut en suivant l’âne.

Et se demandait comment un être si fort et si beau pouvait errer dans le pays aussi effondré et dépourvu de joie de vivre.  « Ah, si j’étais comme lui je pourrais me reposer paisiblement pour profiter de ce beau ciel au-dessus de nous! »

L’âne en quête de nourriture en pleine campagne observait son compagnon le papillon et se disait: «Ah, si je pouvais survoler les prés! J’aurais la meilleure nourriture pour ce corps fatigué et je ne volerais pas en vain!»

Annonce

Deux longs soupirs se firent entendre dans le magnifique paysage . 

«Ah, comme j’aimerais être fort et pouvoir atterrir!» Pensa le papillon. « Ah, comme j’aimerais être léger et voler », se dit l’âne pensif.  Et «Tout faire différemment», pensaient-ils tous les deux. 

Ils appréciaient leur compagnie. Cependant, en vivant ensemble, ils avaient du mal à comprendre ce que l’autre faisait. Il leur manquait l’exercice de l’observation sans jugement, l’humilité même de s’accepter tels qu’ils sont, de comprendre l’autre et d’apprendre de lui.

Un jour, lassé de réfléchir autant, l’âne se réveilla prêt à se demander pourquoi il avait toutes ces pensées.

Et quand il regarda dans la direction du papillon, il se rendit compte que la brise subtile qui lui donnait le courage de continuer à marcher difficilement sous le soleil flamboyant venait du battement de ses ailes et il pouvait comprendre que, lorsqu’il baissait la tête et bruissait les feuilles, le papillon apportait un parfum extrêmement agréable à ses narines, ce qui l’incitait à voler plus haut et plus heureux.


À partir de ce moment, une alliance silencieuse et heureuse a rapproché encore plus ces compagnons improbables de voyage.

Annonce

Au fil du temps, le papillon comprit que le dos et les jambes raides qu’il admirait tant étaient le résultat de la surcharge et que l’âne trébuchait le long de sa promenade. Chaque bâton et pierre dans ce panier lui avait apporté de la force. Mais même sans cette charge, son dos lui faisait mal et ses épaules lui pesaient.

papillon-et-l-ane

L’âne se rendait compte que toute cette agitation de légèreté et de couleur, qui à la fois l’impressionnait et le troublait, était le résultat des transformations qu’il subissait en cours de route.

S’il volait fièrement aujourd’hui, c’est parce qu’avant, il devait ramper et faire son propre cocon pour se protéger de la fragilité.

En approfondissant la compréhension l’un de l’autre, le poids et la légèreté, la simplicité et le drame, la force et la grâce s’acquièrent dans les expériences qu’ils ont vécues, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent dans ce pré. 

Annonce

Lorsqu’ils ont compris le monde de l’autre, ils furent enchantés et se rapprochèrent au point de trouver l’équilibre entre le ciel et la terre. 

Ainsi, parfois l’âne oublie les paniers laissés sur dos et les pierres que le sol met sur sa route et il apprécie les couleurs du ciel avec le papillon, quelles que soient les difficultés qui pourraient survenir.

La papillon, à son tour, se rendit compte que pour briller, il n’était pas nécessaire de voler autant et si haut et de vouloir se poser au sol comme l’âne ne le ferait pas ramper à nouveau.

Et ensemble, ils sont allés dans le pré pour tomber amoureux.