Je vais vous dire ce que sont devenus tous les hommes bien

de | 28 novembre 2017

hommes bien

Image crédit : Pixabay

Je vais vous dire ce que sont devenus tous les hommes bien

Si vous tapez la phrase « Où sont passés tous les hommes bien? », des douzaines d’anecdotes, d’articles, de blogs et de livres apparaîtront sur votre écran.

La plupart du temps, ce sont des femmes qui posent cette question, qui en débattent et répondent.

Ceci, ironiquement, est une raison essentielle pour ces soi-disant hommes-déserts : les hommes ne sont simplement pas invités à donner leur opinion et leur point de vue. Et les hommes bien sont de moins en moins susceptibles d’offrir leur point de vue, pour de nombreuses raisons.

Les 100 dernières années de suffragettes, de féministes et de politiquement correct ont défié et continuent de défier des milliers d’années de patriarcat , et à juste titre. Par conséquent, les rôles des hommes et des femmes ont été transformés et redéfinis.

Alors que nous luttons pour nous adapter au nouveau statu quo en constante évolution, la guerre des genres a fait des millions de victimes. Dans la culture occidentale, les  taux de divorce  pour les premiers mariages vont de 42% au Royaume-Uni à 53% aux États-Unis et jusqu’à 71% en Belgique. Les nouveaux mariages sont encore pire.

Le spectre du divorce est un autre facteur contribuant aux déserts de l’homme manifestement en expansion. Beaucoup d’hommes, ayant vu leur père brisé par le divorce, craignent la perte de leurs biens, de leur maison et de leurs enfants et cumulent simplement leurs jetons, choisissant de ne pas jouer, et quittant le casino du mariage.

Les tribunaux attribuent invariablement la garde exclusive à la mère, tandis que le père est limité à l’accès le week-end, ou aux visites supervisées.

Le ridicule et l’avilissement des hommes dans les médias et dans la culture dominante sont maintenant omniprésents. Regardez une publicité, un sitcom, ou un film, il y aura toujours un homme-enfant qui passera pour l’idiot. Heureusement, ces hommes idiots sont toujours sauvés par une femme intelligente et avec un esprit vif.
L’émasculation des hommes s’est normalisée.

Au lieu de se faire émasculer, les hommes se cachent, laissant les femmes se demander: «Où sont passés tous les hommes bien?

Quand j’étais au collège, vers 14 ans, il y avait une fille qui patrouillait dans la cour de récréation, avec sa bande de copines, et qui donnait des coups de pieds entre les jambes aux garçons. Clairement, elle avait été informée par quelqu’un que c’était le moyen le plus rapide, le plus facile et le plus drôle de mettre ces garçons stupides à terre.

Un jour ce fut mon tour. Pris au dépourvu, je me suis écroulé au sol après un coup de pied rapide entre les jambes, je n’ai même pas pu pleurer tellement j’agonisais. Les filles ont beaucoup ri.

Le lendemain, j’ai retrouvé celle qui m’avait agressé dans la cour de récréation et, contrairement à mon éducation, sans avertissement, je l’ai frappée rapidement entre les jambes. À la surprise générale, elle s’est effondrée sur le sol, et n’a pas pleuré tellement elle agonisait. De nombreux garçons enthousiastes m’ont tapé dans le dos, j’étais leur nouveau vengeur.

Les filles m’ont dévisagé les yeux écarquillés, un garçon qui se battait? Personne ne leur avait dit que c’était autorisé, c’était sûrement contre les règles!

Je me souviens ne pas avoir ressenti de satisfaction ou d’honneur à avoir vaincu un adversaire plus faible, mais parfois, surtout dans le cas d’un tyran, la satisfaction personnelle et l’honneur ne sont pas le but, on veut simplement faire face à l’agression. Quand je suis devenu un homme, un homme bien, j’ai appris à m’éloigner de la provocation, comme le font la plupart des hommes bien.

Actuellement, dans certaines régions du Royaume-Uni, 80% des écoles primaires comptent trois enseignants masculins ou moins, un quart des écoles primaires ne comptent aucun enseignant masculin et certaines villes comptent 65% de familles monoparentales.

Un jeune garçon peut aller à l’école et ne pas avoir de modèle masculin adulte, puis rentrer chez lui et ne pas avoir de modèle masculin adulte.

Les jeunes filles atteignent des normes académiques significativement plus élevées que les jeunes garçons. Cette féminisation des écoles déborde sur l’université, puis sur le lieu de travail, et finalement sur le foyer, complétant le cycle insipide et la marginalisation des garçons et des hommes.

Je suis né en 1968. J’ai grandi avec une mère forte, quatre soeurs plus fortes et sans père. J’ai appris, non seulement par ma famille, mais aussi par la société au sens large, à considérer les femmes comme mes égales, et je l’ai toujours fait. Pourtant, à mon insu, une génération de femmes a été endoctrinée et entraînée avec des outils tranchants qui ont été conçus pour émasculer les hommes.

Les hommes subjuguent les femmes depuis des siècles; maintenant, ils obtiennent un retour sur investissement.

Il n’y a pas de gagnants dans ce scénario.

La lutte incessante et compétitive pour déterminer qui porte le pantalon est tout simplement un problème pour beaucoup d’hommes. Nombreux sont ceux qui optent pour le genre de guerre psychologique qui est courante dans les relations aujourd’hui, refusant de s’engager dans les jeux de champs de mines, qui sont habituellement exécutés de trois façons.

La première est le rabaissement et le dénigrement perpétuels des hommes, en privé ou devant des amis, de la famille ou des collègues, pour ce qui est censé passer pour de l’humour. La seconde est de faire savoir à un homme, naturellement, que les autres hommes sont séduisants, sont plus beaux, ont plus d’argent, de talent ou de célébrité. La troisième, et peut-être la plus destructrice, se répète à maintes reprises: «Nous n’avons besoin d’aucun homme. Les hommes sont obsolètes. »

Je ne sais même pas combien de fois j’ai entendu cela depuis l’adolescence.

Les hommes s’éveillent rapidement à ce phénomène de dénigrement, au point qu’un mouvement social désabusé a surgi avec son propre acronyme: MGTOW , Men Going Their Own Way.

Soutenus par des sites internet et des forums en ligne, les hommes se regroupent avec une cause commune, un sentiment de fraternité, et retrouvent leur voix.

Les préceptes essentiels de MGTOW sont l’indépendance financière, le rejet de la chevalerie, les préjugés sociaux sur ce qu’un homme devrait être et la culture de consommation qui définit la masculinité par la maison, la voiture, les vêtements, la montre ou l’eau de Cologne.

Beaucoup de MGTOW lésés refusent de se marier ou même de fréquenter des femmes occidentales, les plus ardents d’entre eux choisissant consciemment des relations sans engagement, des strip-teaseuses, ou le célibat.

Je fréquente des femmes depuis plus de 35 ans, et dans les années 1980, un homme devait payer pour les billets de cinéma, le dîner, les fleurs, les chocolats, la bague en diamant, la maison. Décennie après décennie, ces conventions sociales ont lentement été érodées, mais elles restent encore plus ou moins importantes. Les préjugés sociaux de longue date, comme l’écart salarial par exemple, prennent du temps pour atteindre la pleine égalité.

Le message original de l’égalité a été quelque peu faussé. Les femmes recyclent souvent la doctrine mal pensée qu’elles sont égales aux hommes. L’égalité n’est pas toujours identique et la similitude n’est pas toujours l’égalité.

Par exemple, les femmes ont des chances égales d’aller à la guerre et de se battre côte à côte avec les hommes, mais les normes physiques pour leur permettre de le faire ne sont pas les mêmes. Et cela peut être vu dans tout un éventail de professions, des pompiers aux danseuses de ballet.

L’égalité n’est pas toujours identique. La différence est la diversité, et devrait être une cause de célébration, pas d’élimination dogmatique.

On dit souvent aux hommes (mais, encore une fois, on ne leur demande pas) qu’ils ont peur des femmes fortes et indépendantes. Beaucoup d’hommes, fatigués de tels débats futiles et se méfiant d’être accusés de misogynes s’ils osent être en désaccord, sont simplement en train de se fermer et de devenir émotionnellement indisponibles pour les femmes, s’installant de façon permanente dans leur caverne.

La vérité est que les hommes aiment les femmes fortes et indépendantes, elles les excitent de toutes les manières possibles. Ce que les hommes n’aiment pas ce sont les traits principalement masculins qui les accompagnent souvent. La compétitivité incessante (nécessaire sur le lieu de travail sans doute, mais à peine nécessaire à la maison dans une relation amoureuse), l’agression verbale, la manipulation émotionnelle, et le contrôle psychologique les font fuir.

De plus en plus, les hommes ne sont tout simplement pas intéressés à rivaliser au travail, puis de rentrer chez eux et de rivaliser avec leurs partenaires. Dans les relations hétéros, la plupart des femmes ne sont pas attirées par les hommes féminins émasculés, ce qui est assez normal. De même, la plupart des hommes ne sont pas attirés par les femmes masculines et dominatrices.

Donc, ce sont quelques-unes des questions générales et spécifiques qui créent des déserts humains, du point de vue des hommes bien.

Mais quelles sont les solutions? Se réveiller à notre conditionnement social est un bon point de départ.

Beaucoup de femmes commencent à rejeter la marque moderne du féminisme, la soi-disant troisième vague qui équivaut à une misandrie à peine voilée. De même, depuis deux ou trois générations, beaucoup d’hommes rejettent l’idée qu’une femme est une sorte de citoyenne de seconde zone.

Nous avons clairement du travail à faire des deux côtés.

Laisser partir ces modes destructeurs de pensée, de communication et de comportement est un processus essentiel pour des relations plus saines et plus heureuses entre les hommes et les femmes.

Source : hommes bien www.elephantjournal.com/

7 réflexions au sujet de « Je vais vous dire ce que sont devenus tous les hommes bien »

  1. Pierre

    Bonjour,
    Connaissant le mouvement MGTOW depuis peu, et m’intéressant à la spiritualité depuis quelques années déjà. Je suis étonné et ravi de voir que les deux puisse se rejoindre.
    C’est dommage de se sentir triste d’être un homme bien…
    Merci pour cet article.

    Répondre
    1. Coudert

      Et pourquoi ? Ce texte n’est que la réalité des relations hommes- femmes. Et les femmes sont en grande partie responsable.
      Laurence

      Répondre
  2. Lou

    Les mâles, les vrais se rassemblent en MGTOW…? Je pense plutôt qu’ils vivent avec les femmes et qu’il essaient de construire quelque chose. Présenter un groupe de frustrés misogynes comme un groupe d’hommes idéaux désabusés, c’est comme présenter des ultra féministes comme des femmes idéales désabusées… Un peu con non ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *