13 Citations à ne pas oublier lorsque vous réfléchissez trop

de | 1 octobre 2016

 

reflechissez-trop-2

13 Citations à ne pas oublier lorsque vous réfléchissez trop

13 Citations à ne pas oublier lorsque vous réfléchissez trop

Parler peu, écouter, et réfléchir beaucoup, sont choses fort sages. Citation de Charles Dubois

« Nous mourons à petit feu par le fait de trop réfléchir. Petit à petit, nous nous tuons en pensant à tout. Nous pensons. Nous pensons. Nous pensons tout le temps. De toute façon vous ne pouvez jamais faire confiance à l’esprit humain. C’est un piège mortel. » ~ Anthony Hopkins

L’esprit aime penser, et il ne semble jamais vouloir arrêter. En fait, nous avons tellement l’habitude de suranalyser les choses que beaucoup de gens considèrent ce phénomène comme une épidémie mondiale.  Grâce à des recherches approfondies, Susan Nolen-Hoeksema, professeur de psychologie à l’Université du Michigan, a constaté que la suranalyse affecte surtout les jeunes et les adultes d’âge moyen, avec 73% des 25-35 ans considérés comme des penseurs intenses. Il y a aussi plus de femmes (57%) que d’hommes (43%) qui ont tendance à trop penser.

L’esprit ressemble parfois à celui d’un enfant de cinq ans – il veut tout avoir d’une certaine façon et n’arrive jamais à se tenir tranquille. Si vous laissez votre cerveau fonctionner en continu sans jamais s’interrompre, il va commencer à promouvoir la folie jusqu’à ce que vous réalisiez qu’il est, lentement mais sûrement, devenu une prison. Apprendre à prendre du temps pour calmer votre esprit, au lieu de le distraire, peut vous permettre d’atteindre une plus grande clarté mentale, concentration, et ainsi de renoncer à l’habitude toxique de la suranalyse.

13 Citations à ne pas oublier lorsque vous réfléchissez trop:

1. Vous ne serez libre que lorsque vous vous libèrerez de la prison de vos propres fausses pensées.

2. Avant de vous parler, écoutez. Avant de réagir, pensez. Avant de critiquer, attendez. Avant de prier, pardonnez. Avant de quitter, essayez!

3. Arrêtez de vous soucier de ce qui pourrait mal tourner, soyez emballé par ce qui pourrait bien se passer.

4. Trop réfléchir – l’art de créer des problèmes qui ne sont pas encore là.

5. Il n’y a rien en ce monde qui peut vous tourmenter autant que vos propres pensées.

6. S’inquiéter c’est comme être assis sur une chaise à bascule. Cela vous donne quelque chose à faire, mais ne vous mène nulle part.

7. Arrêtez de trop réfléchir. Vous ne pouvez pas tout contrôler, laissez juste les choses se faire.

8. Cher cerveau, arrête de t’activer la nuit, j’ai besoin de dormir. Merci.

9. La suranalyse est la principale source de malheur.

10. Ne gâchez pas une nouvelle journée en pensant à hier. Lâchez prise.

11. Un esprit tranquille est capable d’entendre l’intuition à travers la peur.

12 Le danger, ce n’est pas ce qu’on ignore, c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas.

Mark Twain

13. Dans la vie, il y a deux catégories d’individus : ceux qui regardent le monde tel qu’il est et se demandent pourquoi. Ceux qui imaginent le monde tel qu’il devrait être et qui se disent : pourquoi pas ?

Georges-Bernard Shaw

reflechissez-trop

13 Citations à ne pas oublier lorsque vous réfléchissez trop

Voici 3 façons d’arrêter de trop réfléchir:

1. Renouer avec la nature, par exemple faire des randonnées.

Si vous ne vivez pas ou ne travaillez pas avec la nature, alors ce point est celui dont vous avez le plus besoin. Prenez le temps de sortir dans la nature ou de faire du jardinage. Par example, vous pouvez parfois vous évader de votre horaire chargé et aller vous promener dans un parc à proximité, ou partir en vacances. Tout ce que vous pouvez faire pour renforcer votre lien avec la nature contribuera grandement à la tranquillité de votre esprit et mettra immédiatement fin à la suranalyse.

Vous pouvez porter votre attention sur la beauté des arbres, d’une feuille, d’une chute d’eau, du ciel, des montagnes, d’un lac ou sur tout ce qui vous attire. Cela arrêtera immédiatement votre esprit. Lorsque vous vous permettez de faire cela, vous constaterez être en mesure de penser plus clairement tout au long de la journée.

2. Se répéter des mots paisibles.

Faites attention à votre cerveau en ce moment même … quel genre de pensées pouvez vous observer? Très probablement, vous remarquerez que la majorité de vos pensées sont axées autour de ce que vous avez fait aujourd’hui, ou sur ce que quelqu’un vous a dit et qui vous a mis en colère, ou sur même des pensées dégradantes de vous-même. Cependant, ne vous sentez pas mal; avec tant de négativité autour de soi, il n’est pas toujours facile de maintenir un état d’esprit positif et cohérent. Toutefois, vous pouvez en effet contrer les mots négatifs grace à la répétition de mots pacifiques et positifs.

Chaque fois que vous remarquez que vous êtes entrain de trop réfléchir ou ressentez l’anxiété ou l’inquiétude faire surface, arrêtez l’élan de ces pensées avec des mots doux, dès que vous en prenez conscience. Quels que soient les mots qui résonnent le mieux pour vous.

Voici des examples: Paix. Amour. Lumière. Pas de soucis. La vie est belle. Je vais bien.

Bien que ces mots n’apaisent pas complètement votre esprit, ils mettent fin à la suranalyse, permettent à votre esprit de ralentir et de se concentrer sur des choses qui importent vraiment sur le moment. Les mots portent en eux beaucoup de sens et de puissance, donc utilisez-les à votre avantage à chaque fois que vous vous sentez stressé.

3. Méditer.

Souvent nous vous encourageons à méditer sur notre site, mais c’est pour une bonne raison. Lorsque vous méditez, vous arrêtez le flux de la suranalyse et des pensées négatives bombardant votre conscience à chaque seconde, et vous entrez dans une ambiance où le calme est prioritaire.

Bien que vous n’avez pas à faire le vide pour méditer, beaucoup de gens ont le sentiment que leurs pensées ralentissent considérablement et qu’ils s’arrêtent immédiatement de trop réfléchir.

Si vous essayez la méditation et que vous n’arrivez toujours pas à faire taire vos pensées, alors essayez la méditation guidée ou le yoga. Ces pratiques sensibilisent le corps, et permettent de mieux faire face aux défis quotidiens.

18 réflexions au sujet de « 13 Citations à ne pas oublier lorsque vous réfléchissez trop »

  1. gaufillet

    je suis au bout du rouleau,que puis je faire pour ne pas commettre l irréparable,je crie au secours juste pour ne pas faire souffrir mon garcon, ma fille ne veut plus de moi…….

    Répondre
      1. Louise Le Comte

        Il faut peut-être faire un petit lâché prise sur le contrôle. Souvent en pensant bien faire nous voulons tout contrôler et c’est très épuisant à la longue. J’en sais quelque chose!!!! Je me suis tranquillisée avec le temps, je me suis rendu compte que je ne contrôlais rien et en plus les gens que j’aime se poussaient de moi….. Maintenant je laisse couler la rivière! 🙂

        Répondre
    1. C.

      Bonjour Gaufillet, il est impossible via internet de donner des conseils qui t’iront à merveille. A part si cela est vraiment impossible tourne toi vers des gens en chair et en os qui peuvent t’aider. Dans tous les cas, dans les conseils, que ce soit d’un ami, d’un commentaire ou d’un expert, n’aie pas peur de faire le tri (en essayant de percevoir ce qui te semble profondément juste et ce qui au contraire te semble ne pas correspondre avec tes nécessités réelles ; ceci demande d’être sincère avec soi-même). Deux ou trois trucs qui me viennent à l’esprit : normalement, dans chaque hôpital il y a un specialiste du burn-out (épuisement total), c’est possible de le consulter. Il doit aussi y avoir des associations qui peuvent te soutenir pour remonter la pente. Si cela est possible repose-toi le plus possible, après une bonne nuit de sommeil on réagit beaucoup mieux que quand on est fatigué (comme les bébés 😉 ), et des mini siestes de 10 minutes. Ensuite, R-E-S-P-I-R-E-R. Sans forcer, mais juste ne pas s’empêcher de respirer. Ouvrir les fenêtres. Limiter les ecrans. Boire de l’eau !!! S’entraîner à ne plus avoir aucun mot dans la tête, et laisser la vie prendre le relais. Marcher et encore marcher. Même doucement. Après pour reprendre le dialogue avec votre fille, il faut voir des specialistes. Nous évoluons en permanence et très rapidement, beaucoup de choses sont reversibles. Mais pour cela il faut déceler où sont nos habitudes néfastes et ensuite les virer. Et effectivement, la reflexion peut servir un peu, mais elle doit rester à sa place, ce n’est qu’un outil. La Vie c’est bien plus que ça ! Voilà bon désolé, peut-être toutes ses idées sont à côté de la place. Vous criez au secours, j’essaye de tendre la main, mais à travers une machine, on ne sait pas trop où viser ! Peut-être si ce n’est pas fait vous pouvez lire (et appliquer) les 4 accords toltèques. Même si ce livre ne vous est pas très agréable à lire, il est court, et l’essence de ce qui est dit résout beaucoup de problèmes relationnels.

      Répondre
    2. Mary

      Dis lui que tu respectes son rejet et que dorénavant toi aussi tu vas te détacher d’elle puisque c’est son choix mais que tu seras toujours là quand elle aura besoin . Elle reviendra vers toi car rien n’est plus pénible que de se sentir rejeté surtout par sa propre mère . Rejeter sa mère est parfois une forme de chantage , parfois un appel au secours … Et pourquoi te rejette-t’elle ? Il y a une raison certainement qu’elle ne te dira pas mais qu’elle révèlera peut être à une personne extérieure, un pédopsychiatre par exemple .
      Ne te prends pas la tête car ça arrive parfois ce rejet d’un enfant envers l’un des parents ; parfois c’est eux même qu’ils rejettent mais polarisent sur la mère puisque c’est elle qui les a mis au monde . Emmène la chez un pédopsychiatre , ça peut aider mais tout dépend de l’âge qu’elle a . Ne t’inquiète pas ça ne durera pas et il n’y a pas de problème insoluble . Ne focalise pas dessus et continue à t’occuper des autres membres de ta famille sans montrer à ta fille le désespoir dans lequel elle t’a jetée car une mère désespérée est une mère faible et les enfants aiment les parents forts .

      Répondre
    3. khadija

      Bonjour malhereusement je suis dans le meme cas que vous c difficile parfois c impossible d’arreter de reflechir nos enfants sont des partis de nous on peut ni les oublier ni les ignorer alors notre souffrance continue

      Répondre
    1. Sener

      Bsr,
      D’habitude je ne prends pas la temps de répondre. Mais la c’est un appel au secours que vous faites. Je n’ai pas su fermer les yeux. Que votre fille vous renie c’est une autre histoire. Votre vie et celle de votre garçons sont précieuse. Votre fille le regrettera avec le temps vous êtes sa mère. Restez courageuse. Moi je suis une fille dont la mere est dépressive et irresponsable. Une fille a toujours besoin de sa mère la vie est belle et elle vaut la peine d’être vécu quelque soit les circonstances. Je prierai pour vous.

      Que Dieu vous guide.

      Répondre
    2. Angie

      Dire ne le fais pas est inutile, cela ton âme te le crie du plus profond de ton coeur. Dire pense à ton enfant n’a pas de sens non plus, car enfin de comptes avec ou sans toi il s’en sortira car il porte en lui son propre pouvoir.

      Moi, je me permettait de te dire, écoute ton coeur et prends ta décision par amour pour toi. Peut importe ce que tu décidera, il s’agit de toi et personne d’autre.

      Va jusqu’au plus profond de toi, n’aies pas peur de ta propre noirceur, descend au plus bas et laisse parler cette partie de toi qui ne cherche qu’à s’exprimer et à attirer ton attention car cela fait bien longtemps que tu la repousse sans vouloir la regarder car elle te semble bien trop montreuse. Toutefois saches que cette partie de toi, est juste souffrante, tout ce qu’elle attend de toi c’est un regard, un geste d’amour pour enfin réussir enlever ce masque de monstre et te révéler sa vraie beauté.

      Si tu penses avoir le courage pour t’arracher de cette vie, alors tu auras aussi le courage d’aller voir en face cette partie de toi que tu ne veux pas voir, de l’écouter et tu pourras même comprendre ce qu’elle a à te dire.

      Pour le moment tu vis dans les limbes, ni en enfer ni au paradis, et au milieu de ce purgatoire qui t’entoure il y a le plus important et la seule chose qui en vaut la peine de sauver, TOI.

      Trouves le silence dans la turbulence, trouve la lumière dans la noirceur, car la réponse que tu cherches tu ne la trouveras qu’au fond de toi. Pas ici, pas en te cachant derrière ton enfant ni nulle part ailleurs qu’en toi-même.

      Avec tout mon amour.

      Angie

      Répondre
    3. Angie

      Votre commentaire est en attente de validation.
      Dire ne le fais pas est inutile, cela ton âme te le crie du plus profond de ton coeur. Dire pense à ton enfant n’a pas de sens non plus, car enfin de comptes avec ou sans toi il s’en sortira car il porte en lui son propre pouvoir.

      Moi, je me permettait de te dire, écoute ton coeur et prends ta décision par amour pour toi. Peut importe ce que tu décidera, il s’agit de toi et personne d’autre.

      Va jusqu’au plus profond de toi, n’aies pas peur de ta propre noirceur, descend au plus bas et laisse parler cette partie de toi qui ne cherche qu’à s’exprimer et à attirer ton attention car cela fait bien longtemps que tu la repousse sans vouloir la regarder car elle te semble bien trop montreuse. Toutefois saches que cette partie de toi, est juste souffrante, tout ce qu’elle attend de toi c’est un regard, un geste d’amour pour enfin réussir enlever ce masque de monstre et te révéler sa vraie beauté.

      Si tu penses avoir le courage pour t’arracher de cette vie, alors tu auras aussi le courage d’aller voir en face cette partie de toi que tu ne veux pas voir, de l’écouter et tu pourras même comprendre ce qu’elle a à te dire.

      Pour le moment tu vis dans les limbes, ni en enfer ni au paradis, et au milieu de ce purgatoire qui t’entoure il y a le plus important et la seule chose qui en vaut la peine de sauver, TOI.

      Trouves le silence dans la turbulence, trouve la lumière dans la noirceur, car la réponse que tu cherches tu ne la trouveras qu’au fond de toi. Pas ici, pas en te cachant derrière ton enfant ni nulle part ailleurs qu’en toi-même.

      Avec tout mon amour.

      Angie

      Répondre
    4. Nadia

      Cet appel au secours ne peut laisser indifférent ! Ne commettez pas l’irréparable, parce que justement, il est irréparable ! Quelles que soient les raisons de votre désespoir actuel, allez vite consultez un médecin, un psychothérapeute. Parfois, il faut accepter de ne pas pouvoir se sortir seul d’une situation, qui dans la grande majorité des cas, sera passagère. Peut-être longue, mais passagère.
      Vous dîtes que vous ne voulez pas commettre l’irréparable. Ecoutez-vous…Ne le faîtes pas ! Le temps règle beaucoup de choses, d’une manière ou d’une autre. Et votre détresse d’aujourd’hui sera votre force de demain. Actuellement, peu importe les raisons qui vous mène dans ce profond désespoir. Il sera temps de régler ça plus tard. Aujourd’hui, une seule chose à faire : prendre soin de vous, consulter un spécialiste. Il n’y a que vous qui êtes capable de faire ça, pour vous. Accordez vous ce droit à traverser cette période difficile, vous n’êtes pas seule. Au bout du tunnel, je vous assure, de toutes mes forces, que la lumière revient ! Bon courage !

      Répondre
  2. Crounch

    Je vais garder cette page en mémoire pour la relire tous les soirs avant de m endormir ou un moment dans la journée

    Répondre
  3. Zouzou

    Gaufillet, pascience. Tolerance. La comprendre… c est les valeurs que vous devez montrer a votre fille. Voue ecroulez ne luis aprend que d etre faible dans la vie. Elle aussi soiffre et enormement car jeune elle n a pas encore developpe une force pour afrenchir les problemes. Soyez amoureuse et ayez la compassion envers ces emotions et surtout soyez forte et courageuse pour vos deux enfants. Montrez leur que vous etes la quoi qu il arrive et ensegnez les a vivre au lieu de eur ensegner a a ouvrir la porte pour s echaper. Avec tout mes respects.

    Répondre
  4. Sabine

    Gaufillet, je ne sais pas si vous êtes de nouveau passée sur ce site et j’espère du plus profond de mon cœur que vous lirez ce que j’ai à vous dire et que ça vous aidera.
    Je trouve tout d’abord que ce que as écrit Angie est totalement vrai sauf la partie avec les enfants car non avec ou sans vous ils ne s’en sortiront pas, ils feront juste du mieux qu’ils peuvent mais avec comme fardeau votre propre désespoir et si je me permets de vous dire ceci c’est que je suis la fille d’une personne qui s’est enlevée la vie , j’avais huit ans lorsque c’est arrivé et son fardeau de tourments je l’ai porté jusqu’à mes 33 ans, on oublie jamais ce genre de traumatisme, on vit ou plutôt on survit avec en essayant d’avoir une vie à peu près normale , ce n’est pas simplement votre vie que vous détruirez mais aussi celles de vos enfants et proches qui vous aiment et ce même si votre état d’esprit est tel que vous ne pouvez plus vous en rendre compte et que partir pour vous signifierai aussi de les ‘protéger’ ou de les ‘délivrer’ également, Mais ce n’est qu’illusion car votre geste aura des répercussions inimaginables croyez moi sur parole.

    Vous savez quand à 33 ans je me suis sentie libérée de cette invisible chape de plomb , je me suis sentie invincible , très forte mentalement, je me rappelle ma phrase : plus rien ne saura me mettre à terre, plus rien ni personne vu que j’avais eu un parcours de vie difficile de même que cet énorme valise beaucoup trop lourde à porter , j’avais tout vaincu et bien cette force aura duré juste 2 années, deux petites années de répit face à 25 ans de combat, La vie m’a bien rappeler à l’ordre en me mettant face contre terre car deux après l’homme que j’aimais ( nous n’avons pas eu le temps de vivre notre amour pour x raisons), m’a fait (sans le vouloir) subir cette épreuve insurmontable pour la deuxième fois de ma vie, ça fait 8 ans et je n’en suis toujours pas totalement remise, pendant plus de 5 ans j’étais une morte vivante j’en étais au point où j’enviais les morts, , J’ai tenu le coup pour ma fille justement car jamais au grand jamais je ne ferai subir ça à un enfant car je sais ce que ça provoque, je sais le poids du fardeau, je sais les tourments, je sais les heures passées à se demander pourquoi, la culpabilité et ce p… de désespoir qui nous lèguent en partant.

    Tout ceci pour vous expliquer que même dans les limbes , accrochez vous à la vie de toute vos forces et ce même si vous sentez que celles ci vous quittent, ce n’est encore qu’illusion car il en faut de la force et du courage pour se retirer , l’énergie du désespoir comme je l’appelle quand vous sentez cette dernière vous submerger utilisez là en allant la chercher (non pas pour faire un geste d’auto destruction mais pour faire ressortir cette détresse et cette douleur )hurlez là du plus profond de vous .

    Répondre
  5. aathenia

    Bonjour,

    Vous mettez que souvent nous vous encourageons à méditer sur notre site –
    Pouvez-vous me dire où ca se trouve s’il vous plait.

    Je vous en remercie par avance

    Répondre
  6. monique

    un ècrit très vrai parfois il faut arrèter de penser car sa fatigue le cerveau personne na une vie parfaite mais parfois trop plein merci les filles

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *