Une étude établit un lien entre l’anxiété sociale et être un empathe

de | 16 février 2015

anxiété sociale

Une étude établit un lien entre l’anxiété sociale et être un empathe

Vous êtes vous déjà senti anxieux en présence d’autres personnes? Pour certains, les sentiments d’anxiété sociale peuvent être si intenses qu’ils peuvent laisser une grande sensation de paralysie en présence d’un public. Est-ce-que ce lien caché entre l’anxiété sociale et l’empathie pourrait donner une meilleure compréhension dans le quotidien des personnes qui sont affectées?

Cette anxiété sociale peut souvent être une expérience extrêmement déroutante, difficile et même curieuse pour beaucoup d’entre nous. La peur est un sentiment primaire qui est généralement attribuée à l’anxiété sociale, et souvent ceux qui l’éprouvent n’arrivent pas à découvrir son origine.

Toute logique parait même échouer face à une anxiété sociale. Les sentiments associés à celle-ci ne semblent même pas se régler avec des traitements courants et des techniques de guérison. Avec le temps, l’anxiété sociale peut mener à la sensation d’être jugé, de ne pas appartenir à un groupe ou de se sentir si aliéné que vous regardez le monde comme la chose la plus éloignée de votre personne.

Une nouvelle étude scientifique publiée récemment sur PubMed montre que les personnes qui souffrent de phobies sociales et d’angoisses sont hypersensibles à l’état d’esprit des autres personnes. Les gens qui sont plus socialement anxieux sont capables de discerner les états mentaux des autres avec beaucoup plus de précision. Comme l’étude l’a conclu:

Les résultats appuient l’hypothèse que les personnes qui souffrent d’anxiété sociale peuvent démontrer des capacités socio-cognitives uniques avec des tendances cognitives plus élevées d’empathie et une grande précision dans les attributions de l’état d’esprit affectif.

Cela permet d’éclairer l’importance de ce sujet, et de trouver le lien caché entre l’anxiété sociale et le fait d’être un empathe. Ils ont utilisé des tests spécifiques pour mesurer les niveaux d’empathie parmi des personnes bien précises, et ont constaté que ces mêmes individus avaient un comportement lié à l’anxiété sociale.

Qu’est-ce que cela signifie? Que la capacité à sentir l’énergie, les émotions et les sentiments des autres peut être extrêmement pesante, au point de susciter un sentiment d’anxiété sociale chez l’empathe moyen.

Plus important encore, cela signifie que si vous éprouvez de l’anxiété sociale, cela pourrait être dû au fait que vous êtes une personne très sensible avec un don exceptionnel.

Je crois que cette prise de conscience peut considérablement affecter les personnes qui souffrent d’anxiété sociale. Au lieu d’avoir le sentiment que quelque chose doit être corrigé, psychologiquement, médicalement ou par produits pharmaceutiques, vous pouvez tout simplement être conscient de votre énergie et comment le fait d’être autour des autres vous affecte.

Être un empathe signifie que vous ressentez littéralement ce que les autres vivent émotionnellement. Vous pouvez le sentir dans votre corps, dans votre humeur, par des sensations et le visualiser dans vos pensées. Vous pouvez également le ressentir consciemment à un niveau subtil sans même vous en rendre compte; c’est ce que cette étude récente a révélé.

Dans notre culture, nous avons tendance à être une espèce en grand manque d’aptitudes affectives, ne sachant quoi faire de nos émotions, ni comment les traiter, et comment se relier consciemment à elles. Cela peut mener beaucoup de personnes à porter un très lourd bagage émotionnel ou une pollution au niveau émotionnel. Chez beaucoup de gens c’est un poids très pesant, et en étant un empathe, vous pouvez facilement ressentir tous les non-dits que les autres portent au fond d’eux.

Bien sûr, si vous êtes autour d’un grand nombre de personnes avec beaucoup de pollution émotionnelle vous allez relever tout cela et ressentir toute cette énergie, conduisant ainsi à la connexion vers l’anxiété sociale.

 

Autre détail intéressant, l’étude a également relié l’empathie au sentiment d’anxiété sociale afin de comprendre l’état d’esprit des autres. Ce qui signifie que, en tant qu’empathe, vous pouvez comprendre la façon dont les autres se sentent, comment ils pensent et leur état d’esprit lorsqu’ils prennent des décisions.

Entant qu’empathe, il peut être difficile de gérer certains sentiments. La source de ce malaise n’est pas seulement due aux poids des défis et des expériences de la vie, mais aussi à l’énergie des autres qui vous entourent. Ces flux positifs et négatifs peuvent être lourds à intégrer et à digérer.

Il convient de mentionner, que grâce à l’expérience et aux histoires des gens qui brisent l’anxiété sociale, beaucoup ont été en mesure de faire un travail de guérison sur eux-mêmes, en changeant leur environnement, en prêtant plus d’attention où ils se situent au sein de ces environnements, tout en étant plus conscients de l’énergie requise, en passant plus de temps dans la nature, et en exerçant une forme de compensation, un traitement et une intégration de l’énergie émotionnelle, sans se laisser affecter par certains sentiments toxiques du monde qui les entourent.

Je crois que ce sont des informations importantes, et que des études plus scientifiques de ce genre sont nécessaires pour nous donner un aperçu en profondeur de ce qui nous rend humains, tout en étant autour d’une vaste gamme d’expériences qui nous sont souvent incompréhensibles. Si nous arrivons à comprendre le mécanisme de notre fonctionnement interne et de l’énergie humaine, nous pourrons créer des relations plus conscientes les uns envers les autres.

 

Quel pouvoir possédez-vous?

Un empathe est quelqu’un qui a le pouvoir de sentir et de manipuler les émotions des autres. Les empathes ont souvent des sautes d’humeur, ou sont parfois classés comme bipolaires, mais c’est tout simplement dû aux émotions des autres qui vous entourent. Vous êtes souvent la personne vers qui les gens se tournent pour une orientation, pour votre incroyable aptitude à remonter le moral des gens, réduire leur colère ou dépression. Le mauvais côté, c’est que vous avez souvent tendance à ressentir les émotions des autres et à les confondre avec les vôtres, et agissant ainsi par conséquence; une chose qui peut être déroutante, effrayante ou irriter les autres.

Vous êtes un empathe

Donc si vous êtes un empathe avec de l’anxiété sociale, vous n’êtes pas fou! Vous êtes une personne normale avec un modèle spécifique de conception, avec une expérience de vie unique, et encore peu explorée.

Soyez indulgent envers vous-même, soyez conscient des genres de personnes qui vous entourent et dans quoi vous vous immergez, car il y a un fort risque que vous ressentiez ce qu’ils ressentent, et il est important que vous ne le laissiez pas vous rendre fou!

Ecrit par: Amateo Ra

Après Une étude établit un lien entre l’anxiété sociale et être un empathe voir aussi:

Sandra Véringa.

6 réflexions au sujet de « Une étude établit un lien entre l’anxiété sociale et être un empathe »

  1. LOUARN Nadine

    Je suis empathe, je souffre en permanence de sentir les problèmes des autres… mon ex mari qui était pervers narcissique était une trop grosse souffrance de sentir son mal être qu’il projetait de plus sur moi…. ça a trop développé mon anxiété et j’avais perdu complètement confiance en moi… c’est pour cela que je voulais être infirmière car j’aime aider les autres et les soigner physiquement et psychologiquement mais mon ex mari était si jaloux de cette qualité qu’il me le reprochait… de ne pas être comme moi… il aurait voulu avoir toutes mes qualités car il n’en avait aucune… même s’il se prenait pour une personne irréprochable… ce qui m’avait séduit chez lui car je ne voyait aucun défaut… j’étais jeune et un jeune Saint Cyrien qui de plus m’avait sauvé la vie !!! Quel beau Prince Charmant !!!! Mais quel piège dans lequel j’étais tombé !!!!…. Je le dis à présent à mes enfants et aux jeunes : méfiez vous des personnes parfaites…. c’est qu’elles cachent un gros défaut !!!! MIeux vaut voir les défauts d’emblée !!!
    Bref oui j’ai peur des gens malsains qui dégagent du mal être que je vois et que je sens…. je ne travaille pas encore pourtant je devrais mais j’attire tant les manipulateurs ou paranoaïques à défenses perverses… que j’ai peur … peur …. même une voisine manipulatrice m’a bien eu au point de m’avoir frappé un beau jour….
    C’est une qualité mais c’est aussi un bien vilain défaut de sentir les autres et de savoir bien les analyser… ils le savent et ils sont attirés par moi…. c’est terrible…. mais j’apprends à les repérer mais c’est si dur…. car on a tendance à voir trop de gens malsains et les mettre dans le même panier au moindre petit dysfonctionnement….
    Je suis en phase de reconstruction mais c’est si dur de voir que cet individu… m’a tout pris et que je dois à 49 redémarrer ma vie à zéro…. et de se rendre compte qu’on avait des supers qualités et que l’on ne pourra plus jamais faire le métier de nos rêves à cause de la santé et de l’age…. mais je reste positive et j’avance avec mes trois plus jeunes enfants qui ont besoin de moi car j’essaye de les sauver de leur père qui sait si bien jouer le manipulateur et avoir une telle emprise psychologique sur eux et l’entourage…
    Courage à tous ceux qui souffrent comme moi de cela…
    Nadine

    Répondre
    1. dauenhauer

      bonjour Nadine .je vient de vous lire est je me suis tout a fait reconnu jais eu l’impression de lire ma vie jais 55ans au jour d uit est je suis empathe .est jais vecu avec un pervers narcissique pendant 25 ans .moi aussi il ma vampirisée .je suis parti en dépression est ont ma diagnostiquer bipolaire . est je me suis relevée grasse a une volontée de fer je vous souhaite est suis sur que vous vous en sortirai bien amicale ..

      Répondre
    2. joucla

      Bonjour Nadine.
      J’ai eu la « chance » d’avoir une manipulatrice très tôt dans ma vie : ma mère. J’ai passé mon enfance, mon adolescence et une grande partie de ma vie d’adulte à croire que j’étais folle. Je percevais sans le savoir les émotions de gens que je croisais dans la rue et je pouvais passer de la joie la plus profonde au désespoir le plus intense sans savoir ce qui m’arrivait.
      J’ai rencontré un homme que j’ai tellement aimé qu’il n’était pas question que je le perde. J’ai appris que perdre l’amour de quelqu’un c’est NE PLUS L’AIMER, et comme il était terriblement insupportable j’ai travaillé sur moi. J’ai appris à ne rien attendre, à devenir indépendante, à accepter qu’il « aime » ailleurs, à accepter qu’il boive à en mourir, à ne plus accepter qu’il me tracasse, à le mettre dehors de ma maison sans le sortir de mon coeur et surtout à ne plus souffrir.
      J’ai tellement appris sur moi que je sais faire la différence entre mes émotions et celles des autres (sauf quand je suis surprise). J’ai appris que dans la manipulation on est 2 et que le manipulé a aussi ses responsabilités : il est plus facile de croire que c’est la faute de l’autre que de se changer soi-même.
      Pour sauver vos enfants des manipulateurs il vous faut juste sortir de la manipulation, devenir forte et leur montrer l’exemple. Face à vos réactions devant lui, ils apprendront.
      C’est un travail de longue haleine, très douloureux : s’accepter telle que vous êtes et non comme vous croyez être ou comme vous voulez être. Courage.
      Eliane.

      Répondre
  2. marie claire dauenhauer

    bjr je voulais aussi remercier Amateo Ra pour le texte ..encore merci vraiment …je revis

    Répondre
  3. Hammami

    Bonjour,
    Je suis empathie diagnostiquer bipolaire à 42 ans …Dur
    Mais grâce à vous je sais que je ne suis plus seule,et trouver ma place
    Amitiés à tous et merci pour vos témoignages,peut être vous raconterai mon histoire un de ces 4matins ça me ferait du bien mais pour l’instant encore faible…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *