in

Les quatre nobles vérités bouddhistes

Partagez cet article
Annonce

Le Bouddha a d’abord enseigné les Quatre Nobles Vérités, qui commencent par la vérité de la souffrance. En tant qu’êtres piégés dans le samsara, nous expérimentons trois types de souffrance : la souffrance sur la souffrance, la souffrance omniprésente et la souffrance du changement. 

Pourquoi les enseignements bouddhistes mettent-ils autant l’accent sur la souffrance ? 

Annonce

C’est parce que si nous comprenons pourquoi le chemin spirituel est nécessaire, alors nous pratiquerons efficacement. Si nous ne savons pas que nous sommes malades, nous n’irons pas chez le médecin. Mais lorsque nous apprenons que nous sommes malades, nous voyons qu’il y a une raison d’aller voir un bon médecin et de prendre un traitement adapté.

Pour comprendre pourquoi nous souffrons –  la deuxième des quatre nobles vérités  – nous pouvons commencer par examiner la grande variation dans les expériences des gens. 

Image crédit : Pixabay / les nobles vérités bouddhistes

Certaines personnes sont heureuses, d’autres sont tristes ; certains jouissent de richesses, d’autres sont démunies. Certains êtres, que nous appelons bodhisattvas et bouddhas, sont spirituellement évolués ou illuminés, tandis que d’autres semblent être tout le contraire. 

Pourquoi est-ce que certains sont grands et d’autres sont petits, certains sont riches et d’autres sont pauvres, certains sont en bonne santé et d’autres sont malades ? 

Qui prend ces décisions ?

Annonce

Certaines personnes pensent qu’un dieu grand et puissant détermine qui souffrira. Le point de vue bouddhiste, cependant, est que si notre situation était causée par un être extérieur puissant, nous n’aurions pas la capacité de la changer. Mais ce n’est pas le cas. Nous pouvons transformer notre situation parce que nous l’avons créée. Cette transformation entraîne la fin de la souffrance –  la Troisième Noble Vérité  – et le processus par lequel la transformation a lieu est la voie –  la Quatrième Noble Vérité .

Notre souffrance est due à la négativité de notre esprit, qui conduit à des paroles et des actions nuisibles. 

Pourquoi la négativité surgit-elle dans l’esprit ? 

Premièrement, bien que nous tous, ainsi que tous les êtres des six royaumes, ayons la nature de bouddha, nous ne reconnaissons pas cette nature. 

Deuxièmement, nous nous accrochons à notre perception dualiste de la vérité apparente de tous les phénomènes. Bien qu’aucune de nos expériences ne soit vraie dans le sens absolu – rien n’est permanent ou singulier dans le sens d’être non composé, ou libre dans le sens de ne pas être affecté par les choses extérieures – nous nous accrochons à cette expérience comme si elle était réelle. Cela conduit à l’attachement et à l’aversion : nous rejetons ce que nous ne voulons pas et nous nous accrochons à ce que nous voulons, suivant la poussée et l’attraction de l’esprit avec des actions néfastes, qui produisent un mauvais karma. Et puis nous souffrons.

Annonce

Une façon de comprendre ce processus est de nous asseoir tranquillement et de permettre à l’esprit de se reposer dans l’instant sans penser au passé ou au futur. 

À ce moment-là, nous n’expérimentons pas la souffrance. Tout à coup, cependant, nous pouvons percevoir quelque chose. Notre acte de prise de conscience lui-même ne crée pas de souffrance. Mais ensuite, nous commençons à remarquer des détails sur l’objet – disons, sa forme et sa couleur, et nous portons un jugement. 

Image crédit : Pixabay / les nobles vérités bouddhistes

Nous pourrions penser : « C’est magnifique. J’aime sa forme et sa couleur ». Ou nous pensons : « C’est très laid. Je ne peux pas tolérer cette chose. »

Si nous aimons l’objet, nous pensons : « J’en ai besoin, je le veux. » Ou si nous ne l’aimons pas, nous pensons : « Je ne veux pas de ça. Je dois à tout prix l’éviter.»

C’est ce qui cause le problème, parce que si nous aimons ce que nous avons vu, pensons que nous en avons besoin, essayons de l’obtenir, et si ne pouvons pas l’avoir ou le garder, nous souffrons. Ou si nous ne l’aimons pas mais que nous ne pouvons pas l’éviter, nous souffrirons. La racine de notre souffrance – de toute notre expérience – est l’esprit ordinaire, qui génère les actions du corps et de la parole.

Ainsi, en tant que reflet du karma de chaque individu, différentes expériences et apparences apparaissent. Les six royaumes du samsara naissent du mental. Pour cette raison, les 84 000 méthodes enseignées par le Bouddha impliquent l’entraînement et l’apprivoisement de l’esprit.

Claire C.

Annonce

Publié par Claire C.

À propos de l’auteure: J’ai toujours été passionnée par tout ce qui avait trait à la spiritualité et son influence sur nous tant sur le plan psychologique que spirituel. Depuis que j’ai intégré l’équipe d’ESM en 2013, je mets au service toutes mes connaissances pour aider au mieux les gens qui en ont besoin et qui cherchent des réponses à leurs nombreuses questions. J’espère pouvoir y contribuer un peu chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nouvelle lune

La nouvelle lune d’août 2021 sera très chanceuse pour ces signes et ascendants

bon pour vous

Empathes: À un moment vous devez faire ce qui est bon pour vous, et pas ce qui convient aux autres