Cette famille vit totalement en autonomie !

de | 28 septembre 2014

en autonomie

Cette famille vit totalement en autonomie !

en autonomie

Qui n’a jamais rêvé de n’avoir aucune facture à payer, de s’affranchir du réseau électrique, de ne pas être raccordé à l’eau ? Qui ne veut pas faire de nombreuses économies tout en contrôlant enfin sa consommation  en prenant conscience de ses besoins réels?

Cette famille est complètement autonome, ils se débrouillent seuls pour produire l’électricité dont ils ont besoin et ils pompent l’eau en fonction de leur consommation. Font-ils de nombreux sacrifices, privations et restrictions ? Absolument pas! Ils sont tous très heureux et surtout fiers de ce qu’ils ont fait.

4 panneaux solaires photovoltaïques assurent leurs besoins en électricité. Ils sont installés à l’entrée de la maison car c’est très facile à entretenir et c’est très facile à poser. L’énergie est stockée dans des batteries, qui distribuent le courant aux différents postes de la maison.

Pour se contenter de si peu, il faut consommer peu de courant. Pas de radiateurs électriques, de plaques de cuisson, de lampes halogènes, de machine à laver, de sèche-linge, de four électrique et tout autre appareil qui consomme beaucoup d’énergie.

Christophe utilise seulement quelques lampes, une chaîne hifi « home made », un ordinateur portable, un lecteur de DVD et un chargeur de piles.

 

Résultat : La consommation en électricité de la famille est inférieure à l’électricité produite par les panneaux solaires. Et pour le reste, comment font-ils ?

Et quand il n’y a pas de soleil ou qu’ils doivent alimenter de gros outils (électro-portatif un peu gourmand etc …), il y a un groupe électrogène à diesel , qui tourne avec de l’huile de friture recyclée ! Vous trouverez en bas de page une fiche à ce sujet …

totalement en autonomie

Cette famille vit totalement en autonomie !

Dans la cuisine ?

Ils ont un four et des plaques de cuisson à gaz. L’hiver, ils les alimentent avec des bouteilles et l’été, ils composent leurs déchets et fabriquent leur propre bio méthane !! C’est beaucoup plus facile que ce que l’on imagine : on accumule les déchets dans une cuve, que l’on emboîte d’un couvercle de taille juste inférieure avec un robinet sur le dessus. Les déchets fermentent en-dessous et le couvercle remonte, pou  ssé par le gaz. On branche alors un tuyau sur le robinet vers un réchaud et on cuisine !

en autonomie

en autonomie

en autonomie

Pour faire cuire de grandes quantités d’aliments, ou en appoint du gaz, ils ont un poêle à bois d’extérieur qu’ils ont fabriqué à très fort rendement. Il suffit de peu de branches pour l’allumer et l’alimenter, toute la chaleur se concentre directement sur la cocotte au dessus ! Vous trouverez une fiche en bas de page pour en construire un vous aussi …

Christophe a égalemet fabriqué un four solaire, pour cuire des gâteaux ou pour les cuissons lentes. Il se présente sous la forme d’une boite avec des miroirs à l’intérieur. On cuit en beaucoup plus de temps qu’avec les cuiseurs paraboliques, mais au moins il n’est ps nécessaire trop surveiller l’installation.

Ils n’ont pas de réfrigérateur. Cela ne signifie pas dire qu’ils ne consomment pas de produits frais, au contraire même ! La famille est végétarienne, donc il n’y a pas de problème de conservation pour un certain de produits. En ce qui concerne les denrées périssables, ils les consomment rapidement après ouverture (comme le lait de riz, une brique dans la journée) et ils font les courses plusieurs fois par semaine.

Dans le lavabo, on pompe de l’eau directement dans la source d’eau potable 5 mètres au dessous. Ils sont chanceux d’avoir cette installation et en sont conscients. L’action de pomper aide à n’utiliser que ce dont ils ont besoin.

Il n’y a presque pas de poubelles. Les épluchures et autres déchets organiques finissent au compost et retourneront à la terre d’ici 6mois/1an.

Dans le salon ?

Le chaleureux salon est équipé d’un petit lecteur de DVD pour les enfants, de livres et de jeux de société pour les longues soirées d’hiver. Pas besoin de beaucoup d’électricité, juste de quoi s’éclairer.

Pour se chauffer, ils ont mis un poêle à bois avec des briques de terre compressées tout autour, pour accentuer l’inertie thermique et répartir la chaleur. La maison est bien isolée (bois et paille) ils n’ont besoin que de quelques stères l’hiver.

Et pour laver le linge ?

Christophe a bricolé un astucieux système de lave-linge à pédale . Il a démonté le tambour d’une vieille machine et l’a couplé avec une courroie à la roue arrière d’un vieux VTT. Il suffit de pédaler 15 minutes pour laver son linge. On ajoute simplement un peu d’eau chaude chauffée au poêle à bois dehors et on rince à l’eau froide. Pour essorer on redonne quelques tours comme avec un panier à salade. De plus, on redécouvre les notions de « propre » et de « sale ». En fait, on réduit le gaspillage qu’on a tendance à plus faire quand on a un seul bouton à presser.

Et la salle de bains ?

La salle de bains est très minimaliste, un lavabo avec une pompe et un bac de douche. Ils ont choisi de se doucher à la cruche, avec de l’eau chauffée au poêle à bois à l’extérieur. On peut également installer une douche solaire que l’on accroche au mur et que l’on chauffe avec un panneau thermique ou avec de l’eau chauffée au poêle si on ne veut pas trop sacrifier son confort.

Les toilettes sont près de l’entrée et sont sèches. Ils ont installé une pièce avec un trône tout à fait digne des fessiers royaux, avec un grand tonneau de sciure à côté. Christophe nous expliquait que si c’était à refaire, il ferait des « toilettes brouette ». C’est-à-dire qu’au lieu d’un seau que l’on vide quand il est plein, on remplit une brouette que l’on sort par une porte de derrière et qu’on dépose au compost beaucoup plus facilement.

Il recouvre ensuite son tas de compost de paille et au bout d’un an environ, il a un engrais de très bonne qualité.

Et où vont les eaux grises s’ils ne sont pas raccordés au réseau ? Elles vont dans laphytoépuration. Deux premiers bacs avec des gros cailloux et des roseaux pour filtrer une première fois l’eau sale, et trois autres niveaux avec des plantes de différentes sortes pour avoir une eau claire. Mais il n’a pas encore fait d’analyses précises pour étudier la pureté de l’eau donc elle est utilisée pour le jardin.

Vous pensez sûrement que tout cela prend énormément de temps pour s’occuper de toutes ces installations et qu’il vaut mieux vivre avec des factures. Sachez que Christophe et sa femme ne travaillent pas, pour prendre le temps de vivre comme ils le souhaitent. Ils font des petits boulots, des échanges de services leurs suffisent pour vivre de manière simple et agréable et surtout, ils ont le temps de profiter de leurs deux enfants, de les élever dans l’amour et de faire de nombreux loisirs enrichissants avec eux. Christophe fait l’école à la maison à sa fille de 10 ans et en profite pour voir toute la journée son bout de chou d’un an.

Vous pensez peut-être que cette façon de vivre est extrémiste. Pourtant, leur maison est simple mais si très belle et chaleureuse …

Et pourquoi faire ça? L’empreinte idéale est de 1,8 Ha par habitant. Le français moyen est à 5 Ha, un américain à 8. Christophe a cité cette maxime de Ghandi : « Vivre simplement, pour que d’autres puissent simplement vivre » . Chez Christophe, l’empreinte est à 1,2 Ha ce qui est excellent au regard des chiffres évoqués plus haut. A savoir, 2 des particularités du mode de vie de Christophe qui leur permet d’avoir ce chiffre si bas : l’absence de voiture dans la famille et leur végétarisme.

Christophe accepte volontiers de partager ses inventions avec qui le veut. Sur son site internet « les outils de l’autonomie », vous pouvez apprendre à faire:

-> un lave-linge à pédale

-> faire votre propre pocket-rocket ou cuiseur à bois  

-> apprendre à recycler votre huile de friture pour de petits moteurs diesel

totalement en autonomie

Cette famille vit totalement en autonomie :

Cependant, leur havre d’autonomie est construit sur un terrain inondable et la mairie a décidé de fermer la zone par sécurité. Ils vont partir en Bretagne, dans un endroit plus frais ou Christophe pourra faire pousser encore beaucoup de légumes, d’idées et d’outils pour l’autonomie !

En résumé :

Les toilettes : Ce sont évidemment des toilettes sèches pour ne pas gaspiller d’eau. Le tout est ensuite composté et au bout d’une année, un engrais de qualité est disponible !

La salle de bains : Une des pièces les plus simples de la maison : une cruche, un petit baquet et c’est tout ! L’eau est pompée directement dans une source à 5 mètres de profondeur. L’hiver elle est chauffée grâce à un poêle à bois qui sert aussi pour la cuisine. Les eaux usées (salle de bains et cuisine) sont traitées par une petite station de phytoépuration : tout est bien pensé !

La machine à laver le linge : Elle montre tout le savoir faire et l’ingéniosité de Christophe qui a fabriqué un lave-linge avec un vieux vélo et un tambour. Très efficace en plus !

L’électricité : Pour l’électricité, l’idée principale est de limiter les dépenses en réduisant au maximum le nombre d’appareils électriques dans la maison. Pour s’alimenter, la famille dispose de 4 panneaux solaires photovoltaïques qui lui donnent suffisamment d’autonomie.

La cuisine : Pour l’eau c’est toujours la pompe qui est utilisée avec un petit évier. Pour les cuissons, la famille à le choix : le poêle à bois extérieur les jours de beau temps ils utilisent le four solaire. Ils disposent également d’une gazinière qui fonctionne avec des bonbonnes de gaz ou leur propre gaz méthane généré par leur compost !

Le chauffage : En hiver, la petite famille n’a pas du tout froid grâce à une très bonne isolation (paille et bois) et un poêle à bois performant.

Après cette cette famille vit totalement en autonomie !

Source : nature-construction.com/carnet-de-voyage/france

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *