Le « muscle de l’âme» est la source de la peur et de l’anxiété

de | 22 juin 2015

muscle-de-l-âme (1)

Le « muscle de l’âme» est la source de la peur et de l’anxiété

Le corps humain est composé de nombreux os dont les mouvements sont essentiellement produits par des ligaments, des muscles, des articulations, et d’innombrables autres éléments mobiles qui composent votre corps, mais le plus important de tous: le muscle psoas major.
On l’appelle parfois le « muscle de l’âme », car il est crucial pour stabiliser votre corps, et il a de nombreuses répercussions sur la mobilité, l’équilibre et la flexibilité. Ce muscle est si grand que lorsqu’il est complètement étiré et détendu, la tension libérée par le muscle améliore votre connexion à l’instant présent.

muscle-de-l-âme (1)

Le « muscle de l’âme»

Certaines recherches ont montré que le psoas est essentiel à notre bien-être psychologique et à la santé physique. Le muscle s’étend des jambes à la colonne vertébrale. C’est en fait le seul muscle qui relie les jambes à la colonne vertébrale. Il commence à partir de la vertèbre dorsale (thoracique) T12 en passant par les cinq vertèbres lombaires avant d’arriver à la cuisse et à la jambe avant.

Le psoas a tendance à être tendu soit à cause de votre style de vie très sédentaire , soit parce que vous êtes actif mais vous ne vous étirez pas suffisamment. Relâcher la tension au niveau du psoas peut soulager votre peur et votre anxiété.

Voici quelques excellents étirements pour assurer la force et la souplesse du muscle

 

muscle-de-l-âme (3)

muscle-de-l-âme (2) muscle-de-l-âme (1)

 

Source Le « muscle de l’âme» est la source de la peur et de l’anxiété  [wakingtimes]

Sandra Véringa

27 réflexions au sujet de « Le « muscle de l’âme» est la source de la peur et de l’anxiété »

  1. michanou

    Pourquoi pas ? Mais d »où viennent ce savoir , ces affirmations ? le fait que les exercices marchent ne prouvent rien , le corps étant une fantastique machine à guérir; alors pourquoi pas l’angulaire de l’omoplate ou mieux la langue avec ses 19 muscles, les plus puissants de l’organisme et les plus proches de l »âme »

    Répondre
    1. Koshi

      Vous pouvez lire: Lisa Koch, the Psoas book, un livre complet sur ce muscle fascinant. Mais sommairement je peux vous dire que c’est un muscle très puissant qui dans l’histoire de l’être humain, quand on n’était encore plus quadrupède que bipède, servait à tirer sur nos jambes pour nous faire courir très vite pour fuire devant prédateurs ou autres dangers. Et c’est aussi le muscle qui relie le haut et le bas du corps et est très impliqué dans le maintien de la verticalité. De ce fait, il est aussi lié à la peur de tomber. C’est donc un muscle mobilisé par la peur et comme dans notre monde moderne la peur peut être déclenchée par plusieurs différentes causes (et très souvent plus psychologiques qu’autre chose) ce muscle est très souvent sous tension par anxiété ou mémoire de peur. Ajoutez à cela le mode de vie sédentaire ou le manque d’étirement, une alimentation pauvre, peu de repos et de détente etc..

      Répondre
      1. Dydylea

        Nous n’avons JAMAIS été des quadrupèdes, vos données sont erronées !! Pour le reste, merci pour vos explications 🙂

        Répondre
        1. Dan

          Etes-vous certain(e ? ) » Dydylea que nous n’avons JAMAIS été quadripèdes ?
          Les données de Koshi ne sont pas erronées dans la mesure où différentes théories circulent et toutes sont intéressantes.
          Ainsi , le livre de C. Tardieu nous parle de ce passage très très lent de l’homme quadrupède à l’homme bipède.

           » Comment nous sommes devenus bipèdes. Le mythe des enfants loups, de Christine Tardieu. Éditions Odile Jacob, 2012, 
224 pages, 23,90 euros. Dans sa préface, Yves Coppens souligne que ce livre raconte « la plus extravagante des aventures…, celle de l’Homme qui, de quadrupède se fait bipède, de grimpeur se fait marcheur, de velu devient nu et de malin (“comme un singe ”) deviendra savant » ! L’auteur, Christine Tardieu, est spécialiste d’anatomie et de biomécanique ; outre l’évolution 
du squelette lors de l’acquisition de la bipédie, son ouvrage relate sa passion pour les enfants élevés en forêt par une louve nourricière, et restés quadrupèdes.

          La fameuse petite australopithèque africaine, Lucy, était maladroitement bipède, il y a trois millions d’années. Comme son cerveau était encore petit (400 cm3), la face du crâne était plus développée que l’occiput et de puissants muscles de la nuque étaient nécessaires pour qu’elle garde la tête levée. Chez Homo erectus, datant de 1,8 million d’années, le cerveau acquiert 900 cm3, l’arrière du crâne est déjà plus développé et la tête tient mieux en équilibre sur la colonne vertébrale. Il y a 150 000 ans, Homo sapiens a un cerveau de 1 400 cm3, une face complètement rentrée et une tête en équilibre sur la colonne vertébrale. Au cours de cette évolution, le bassin se réduit, la partie lombaire de la colonne vertébrale acquiert une courbure caractéristique, le pied s’élargit et perd sa préhension, le membre antérieur se raccourcit. Cette évolution du squelette s’observe, au cours de temps géologiques, de nos lointains ancêtres proches des singes vers les premiers hommes. Les découvertes récentes de fossiles préhominiens vieux de six millions d’années conduisent à faire de Lucy une cousine lointaine des hommes ; seul Homo erectus serait de façon sûre notre ancêtre direct. La bipédie serait apparue en milieu forestier, en lien avec la cueillette des fruits sur les arbustes. Dès lors, les mains, libérées de la marche, auraient commencé à dialoguer avec le cerveau.

          Une évolution remarquable s’observe aussi au cours du développement du fœtus humain, puis de l’enfant vers l’adulte. Ainsi, à un stade précoce, le pied fœtal de tous les primates (y compris l’homme) présente une forme identique. Chez l’homme uniquement, la morphologie fœtale est maintenue chez l’adulte, tandis que chez les singes, le pied devient préhensile comme une main. Le squelette d’un humain nouveau-né est encore largement cartilagineux et plastique. Lors du redressement et de l’apprentissage de la marche, le petit enfant affronte la gravité et met douze à quatorze mois à trouver son équilibre. Pendant ces mois, sa charpente osseuse et tout son corps se modifient. La réussite de l’apprentissage du petit enfant est grandement facilitée par les encouragements reçus de son entourage. Loin d’être génétiquement programmé, le comportement bipède dépend totalement des facteurs (épigénétiques) fournis par l’environnement.

          Les authentiques enfants loups connus (rares) n’ont pas fait cet apprentissage et n’ont pas « osé » la bipédie. En Turquie, on a observé quelques familles quadrupèdes, probablement à cause d’une maladie génétique du cervelet. Un stade quadrupède précéderait-il le stade bipède ? Beaucoup de très jeunes enfants pratiquent encore une marche quadrupède très efficace.
          …… » .

          Répondre
          1. Kassarra

            Belle argumentation et une belle réponse sereine a Dydylea dont nous profitons tous bravo

          2. run974

            Dydylea a probablement raison. On est pas fichu de savoir la vérité sur un avion qui a disparu de nos jours avec les moyens technologique que nous disposons, par contre on est capable de savoir ce qui s’est passé avec précision il y a des centaines de milliers d’années …. pour être gentil. Pour l’instant notre code génétique qui défini l’être humain dans son ensemble, l’ADN, n’évolue pas et jusqu’à présent, de tous les écrits existants, il n’y a aucune mention que l’être humain marchait à quatre pattes. Des expériences ont été pratiqué sur des moustiques pour tester cette théorie. Eh bien les moustiques issus de ces moustiques mutants naissaient avec une morphologie tout à fait normale. Je pense que si cela était possible scientifiquement, le monde scientifique se presserait de le faire savoir. Mais il ne me semble pas que ce soit encore leur cheval de bataille. Et je note que vous parler tous de « mythe », les dieux de la mythologie grecque a été une réalité ou pure invention ? Si certains pensent qu’ils ont existé…..
            Pour le foetus, je ne pense pas que ce soit une évolution mais des étapes de développement de l’ovule codifier dans l’ADN, pour aboutir au corps humain. Noter bien que les scientifiques parlent de codes génétique dans ce domaine.
            Peut on dire qu’une voiture Mercedes est l’évolution d’une voiture Peugeot pour la simple raison qu’on a constaté que sur la chaine de montage certaines pièces utilisées sur les voitures Peugeot sont étrangement similaire aux voitures Mercedes.
            Pour finir, qui est capable de retracer exactement tout ce qu’il a fait il y a …. 10 jours ? Alors de là à savoir ce qui c’est passé il y 3 millions d’années …

    2. Anette

      Par ce que l’âme n’est pas forcément dans le cerveau de la tête… Elle est peut-être dans le cerveau du coeur, ou du ventre … qui sait !?

      Répondre
    3. Clément

      Absolument d’accord, le psoas est magique, les autres muscles tout autant. Sans parler du squelette, des articulations, de tous les systèmes hallucinants et en interaction qui créent notre homéostasie personnelle… Corps et âme mêlés, pour peu qu’ils existent séparément… Cela revient à parler de la personne, de l’humain.
      Les distinctions, les différenciations des choses et des éléments par les mots, les termes, la poésie, la science, évidemment utiles et nécessaires. D’ailleurs tous les commentaires ici m’apprennent de nouvelles choses ou les précises. Merci pour ce forum !

      Répondre
  2. Sophie Adam

    je comprend certaine chose maintenant suite a ce que j ai lue sur ce muscle

    Répondre
  3. Clément

    Par contre les schémas d’exercices c’est un peu léger, voire contre-productifs sans précisions apportées sur l’état d’esprit ou de la respiration dans lesquels les pratiquer ou les combiner.

    Répondre
    1. Dan

      Bonjour Clément ….. pour moi c’est parfait car j’aime que ce soit le plus simple possible. Et si je veux faire ces petits exercices régulièrement et en conscience , c’est déjà très bien. Comme le précise Frédéric plus haut , effectivement on peut penser au yoga.
      Pour les précisons apportées sur l’état d’esprit , il suffit de pratiquer pour les connaître.
      Je pense que pour approfondir comme vous le souhaitez, vous trouverez facilement des explications sur internet …..
      Et pour ce qui est du contre-productif, personnellement , le peu que je fais m’apporte beaucoup …… et aucune contre indication si nous restons à l’écoute de notre corps.
      Ah , au fait ! …. peut-être que je me trompe mais il me semble que dans les 5 tibétains, 2 ou 3 des exercices  » travaillent  » dans ce sens .

      Répondre
      1. Danielle

        Tout à fait d’accord avec vous Dan, et je vais essayer aussi ces exercices qui ne sauraient être que bénéfiques !

        Répondre
  4. Ko

    Pour ma part lorsque mon corps est affaibli et qu je suis dans une situation stressante ou que des angoisses remontent, je suis instantanément pris de spasmes qui agitent le milieu de mon corps. Depuis que je connais l’existence de ce muscle je situe bien l’origine du spasme à ce niveau, le muscle étant relié à la colonne et aux jambes les mouvements incotrolés me tordent le dos et peuvent aussi faire bouger mes jambes. Bref, si jamais d’autres personnes on se même genre de somatisation du stress ça m’intéresserait d’avoir des témoignages et ou astuces pour calmer les crises.

    Répondre
  5. laure

    Bonjour,
    merci beaucoup pour cet article qui me rassure dans ce que je croyais à peu près de ce muscle, car celui-ci m’as fait souffrir de sciatique, lombalgies avec une hernie discale qui n’arrange rien.
    Le mieux que j’ai trouvé, des étirements (comme ceux qu’on peut visualiser ici), mais et surtout un massage du ventre qui m’as fait prendre conscience de la réel contracture du muscle qui souffrais et me faisais souffrir.
    J’ai détendu ce muscle (lorsqu’il est vraiement très très contracté on peux) en le prenant entre mes doigts et palpé/roulé avec une énergie positive.
    Rapidement il a réussit à se détendre, et lorsque j’ai des pics d’angoisses ou de douleurs lombaires je sais en général que je dois m’occuper de ce muscle que beaucoup de kinésithérapeutes travaillent sans forcément vous le dire.

    Prenez soin de votre Psoas et il vous le rendra bien !!

    Répondre
  6. Bob

    En physiothérapie ils me disent de garder tendu le plus possible pour renforcer la stabilité, ça je savais mais la pour me détendre je dois le relacher donc j’ ai le choix d’ avoir mal au corps ou sinon à l’ esprit ! dilemme !

    Répondre
  7. valère

    Les émotions toxiques telles que la peur, la colère, la tridtesse, l’anxiété etc si ils ne sont pas évacués par des séances de lacher prise, et bien ses sentiments se cristallisent dans notre corps et nous créent des douleurs et maux de toutes sortes.
    pour ma part j’avais les psoas très douloureux, étant très sportif, je pensais que cela provenait du footing.
    Et bien non, le stress et l’angoisse liés à mon travail, je suis contrôleur voyageurs, se sont cristallisés sur mes psoas. Depuis entre la méditation et un processus de lâcher prise, la douleur a quasiment disparu.

    Répondre
  8. Goldstein

    Ce muscle est utilisé comme marqueur pour identifié un possible déséquilibre de l’énergie du méridien Rein. Ce dernier est entre autres choses le filtre des peurs.

    Répondre
    1. Stella

      Vous pouvez préciser votre commentaire svp ? 😊 qu’appelez-vous un marqueur ? Dans quel contexte ou cadre ? Merci

      Répondre
  9. Carole

    Les personnes croyantes à l’extrême ne croit pas non plus à l’évolution de la race et aux dinausaures. Par contre il croit que c’est Ève qui a mordu la pomme.???????

    Répondre
  10. Christophe

    Voilà qui complète à merveille ce que j’ai appris en biomécanique appliquée à la pratique du taiji quan 🙂

    Répondre
  11. villemot

    pour répondre à ko , les spasmes que tu ressens sont positifs car c’est le moyen qu a le corps pour éliminer le stress. je vous invite à aller voir la site sur l’approche TRE qui explique parfaitement bien le mécanisme de stress qu se répercute sur psoas. chez les animaux la façon de se débarrasser du stress après une grande peur (on pense aux gazelles a l’approche d’un lion) ce sont les tremblements.
    l’humain a perdu cette capacité et il est possible aujourd hui de déclencher ces tremblements pour éliminer le stress. tres intéressant. TRE pour traumatic release expérience je crois.

    Répondre
  12. remrem

    Effectivement c’est un muscle très important mais pas le seul qui relie la colonne au membres inférieurs, le piriforme par exemple relie également le sacrum aux membres inférieurs et est lui aussi très important.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *