Vivre dans ce Monde Lorsque l’on est Hypersensible ?

de | 29 avril 2015

Vivre dans ce monde lorsque l’on est hypersensible ?

Par Laura Marie
hypersensibleCe monde n’est pas rose et nous en avons tous conscience. Notre vie est faite de « contrastes » entre ce que nous appelons le « bien » et le « mal », le « négatif » et le « positif », ce que nous aimons et ce que nous n’aimons pas. Chaque jour de notre vie, de notre naissance à notre mort, nous utilisons nos 5 sens qui nous procurent soit des sensations agréables, soit désagréables. Toute notre vie est gérée à travers ces 5 sens principaux (même si nous verrons plus bas que d’autres sens peuvent se rajouter). Toutes nos réactions sont basées principalement sur ce que nous voyons, entendons, goûtons, touchons ou sentons.

Pour rappel, voici quels sont nos 5 sens :

La vue, l’ouïe, le goût, le toucher, et l’odorat.

Lorsque l’on est « hypersensible », cela veut dire que tous nos sens sont exacerbés. Je suis par exemple une vraie hyperémotive et je confirme, tout est accentué et ressenti beaucoup plus fort au niveau de mes 5 sens (et même de mon « 6ème » sens dont je parlerai plus bas).

J’ai par exemple une vue extrêmement performante (supérieure à ce qui est exigé pour un pilote), je suis très sensible aux odeurs (bonnes comme mauvaises), le bruit m’irrite très vite, je suis très sensible au toucher (j’ai immédiatement des frissons si l’on me touche et je suis très sensible aux massages), je ne supporte pas beaucoup de matières sur ma peau, une trop forte lumière me rend extrêmement inconfortable, je ne supporte pas la sensation de faim, je réagis très vite émotionnellement, et j’ai absolument toutes les caractéristiques de l’hypersensible citées ci-dessous.

En clair, il ressent tout, perçoit tout, voit tout, d’une manière beaucoup plus élevée et intense que la plupart des gens. On estime à 15-20% la part de la population qui serait hyperémotive. Les caractéristiques de l’hypersensible

  • Hypersensibilité au bruit (qui agresse ses oreilles trop sensibles, qui l’empêche de se concentrer, de penser).
  • Ne supporte pas la sensation de faim
  • Ne supporte pas les endroits trop peuplés
  • Hypersensibilité aux textiles (ne supporte pas certaines matières sur sa peau, ou les étiquettes des vêtements)
  • Hypersensibilité aux aliments ou textures d’aliments
  • Très réceptif au toucher (sensible aux caresses et massages)
  • Très sensible à la lumière (certaines lumières peuvent vraiment le rendre inconfortable)
  • Indignation contre l’injustice

  • Recherche de sens (cherche à comprendre et expliquer tout)
  • Sentiment d’être aliéné et seul
  • Volonté d’être original, et de ne pas pouvoir ou vouloir entrer dans la norme
  • Profonde aspiration à vouloir apporter quelque chose au monde grâce à sa créativité
  • Vouloir continuellement apprendre de nouvelles choses
  • Les informations nerveuses circulent très vite, ce qui rend l’hypersensible hyper-réactif, il réagit à tous les stimuli, sans vraiment filtrer.
  • Il « voit » tout, « entend » tout, ressent tout, ce qui peut être parfois difficile à gérer
  • Il est envahi par une quantité très importante d’idées, de paroles, d’informations et de perceptions, ce qui est aussi souvent difficile à gérer.
  • Il est sensible aux ambiances. Il peut être perturbé et affecté par tous les conflits, les tensions et les problèmes psychologiques des personnes qui l’entourent, même s’il n’est pas responsable ni concerné.
  • Il est extrêmement empathique : Il a la capacité de se mettre à la place des autres et de ressentir leur souffrance. Il est envahi par les sentiments et les émotions des autres et de lui-même. Il ressent tout très fortement. L’affectif prend beaucoup de place dans sa vie.
  • Intensité émotionnelle : il a facilement les larmes aux yeux, il est « à fleur de peau ».
  • La tristesse, la joie, la colère peuvent prendre chez lui des proportions démesurées. Il peut passer rapidement du rire aux larmes.
  • Colères soudaines pour des raisons qui peuvent paraître « ridicules » pour l’entourage. Mais l’hypersensible est pourtant sincère. Il ressent fortement les choses et son entourage a souvent du mal à comprendre ses débordements (ne percevant pas les mêmes choses que lui).
  • Il a besoin d’amour parce qu’il est sensible, émotif et qu’il vit beaucoup dans l’affectif.

L’hypersensibilité semble être de naissance et déterminée génétiquement. Vraisemblablement, les hypersensibles ont un système nerveux plus sensible et réagissent aux stimuli internes et externes de manière plus forte que l’individu moyen. Je confirme, on « nait » comme ça ou non. Personnellement, je sais que je suis comme cela depuis toute petite.

Le problème, c’est que l’hypersensible, étant donné que cela ne représente qu’1 à 2 personnes sur 10, se sent souvent très seul et incompris, et pense souvent qu’il a un problème (ou on lui fait croire cela). Or, l’hypersensibilité présente de nombreux avantages et les personnes les plus remarquables dans l’histoire de l’humanité, ont très souvent été justement, des hypersensibles.

Hypersensibilité et sur-efficience mentale

Les hyperémotifs le sont souvent à cause d’un autre paramètre : la sur-efficience mentale. Voici quelques caractéristiques de la sur-efficience mentale :

  • – Hyperstimulabilité, hyperesthésie, hypersensibilité, susceptibilité
  • – Fonctionnement cérébral non linéaire : en arborescence ou par associations
  • – Curiosité, créativité, imagination débordante
  • – Capacité à faire plusieurs choses en même temps, persévérance (si l’intérêt le justifie)
  • – Intérêts très variés, passant facilement d’un domaine à l’autre
  • – Recherche de la compagnie de personnes plus âgées
  • – Grand sens de l’humour, mais très particulier, souvent incompris
  • – Respect des règles bien comprises (« logiques »), mais tendance à questionner l’autorité non fondée
  • – Perfectionnisme, doublé d’une extrême lucidité, qui entraînent parfois le doute, la peur de l’échec
  • – Le surdoué a un besoin immense d’être aimé, tellement grand qu’il est rarement comblé.
  • – Être en extase même avec un tout petit quelque chose
  • – Ne jamais s’ennuyer s’il est seul, comprendre vite
  • – Expérimenter et beaucoup apprendre
  • – Avoir une sensibilité aux personnes, une empathie naturelle
  • – Avoir la possibilité de « jouer » avec la vie
  • – Avoir des sensations fortes en musique et en art
  • – Ne pas être impressionné
  • – Avoir une capacité d’ouverture.

Il y a quelques années l’on m’a expliqué que c’était mon cas, et j’ai commencé à comprendre que je n’avais pas un « problème », mais simplement que mon cerveau et mes sens fonctionnaient trop vite. Dans ma tête, c’est un peu comme un ordinateur qui aurait 30 fenêtres ouvertes en même temps, et cela en permanence. La plus grande peine de ma vie, c’est toujours à la fin de chaque journée de n’avoir pas pu réaliser toutes les choses que j’aurais aimé réaliser. (Je créée trop vite par rapport à ma capacité humaine de réalisation).

Au delà de nos 5 sens

Nos 5 sens sont les sens « principaux » que nous utilisons pour vivre chaque jour. Mais ce serait diminuer fortement les capacités de l’être humain que de penser que ce sont eux qui nous définissent entièrement, car ils ne constituent finalement que nos sens « corporels ».

En effet, nous sommes doté

s d’un corps, d’une âme et d’un esprit. Et par conséquent, d’autres sens s’ajoutent aux 5 que nous connaissons tous : les sens « spirituels ».

On parle souvent par exemple du « 6ème sens », que l’on associe souvent à l’intuition par exemple.

Il y a aussi l’émotion, l’imagination, la conscience et l’inspiration. D’où provient tout cela ? L’on s’aperçoit bien qu’ils ne proviennent pas des 5 sens corporels, ils sont à part, et ceux qui les maîtrisent ont une vie beaucoup plus riche et sereine que ceux qui les ignorent et ne cherchent pas à les développer, continuant à vivre la vie à travers le filtre unique des 5 sens corporels.

Comment vivre dans ce monde en tant qu’hypersensible – Comment m’intégrer aux personnes que je fréquente, aux groupes, à la vie sociale ?  – Comment acquérir une certaine sérénité et paix intérieure malgré ces nombreuses pensées, images et sensations qui m’habitent en permanence ?  – Comment arriver à ne faire qu’une seule chose à la fois sans trop me disperser ?  – Comment cesser de penser que j’ai un problème et de vouloir être une personne « normale » ?  – Comment vivre sur terre, sans pour autant rejeter le fonctionnement de la société ?

Je suis passée par toutes ces questions et voici ce que mon expérience m’a fait comprendre, ainsi que mes conseils :

1) Cesser immédiatement de penser que « nous avons un problème ».

L’hypersensible a tous ses sens hyper développés. C’est peut être quelque chose de fatigant parfois, mais de l’autre côté, c’est un ÉNORME avantage. Voici les avantages que j’ai personnellement trouvé au fait d’être hypersensible :

– Grande capacité de compassion pour les autres ce qui fait que les gens aiment se confier à nous et nous font confiance.

– Intuitions très développées et vitesse d’analyse et de réflexion hors norme, ce qui fait que nous sommes beaucoup moins propices au fait de nous faire « avoir » par les autres et à nous retrouver dans des situations que nous n’aurions pas vues venir

– Créativité et imagination exacerbées, ce qui fait que nous ne nous ennuyons jamais et la vie pour nous est un cocktail de possibilités infinies. Les personnes hypersensibles deviennent souvent de grands artistes, écrivains, créateurs, inventeurs, et visionnaires en tous genre. Leur sensibilité et leur imagination mixées, leur permettent de changer le monde.

– Nous sommes des personnes avec un très bon « fond », étant de profonds empathiques, nous ne pouvons faire aux autres ce que nous n’aimerions pas qu’ils nous fassent (comme nous pouvons ressentir la douleur des autres). Nous voulons au contraire aider les plus faibles, et toujours défendre les injustices.

– L’on ne s’ennuie pas avec nous, puisque nos émotions ne sont pas toujours les mêmes, nous avons de l’enthousiasme très fort, mais aussi de la tristesse très forte, des colères très fortes, en clair, la routine émotionnelle n’existe pas chez les hypersensibles (couplée à notre imagination débordante)

– Nous sommes propices à l’apprentissage permanent, et à la remise en question, ce qui fait que nous sommes des personnes en constante évolution (comparé à ceux qui sont « moins sensibles » mais qui au final restent les mêmes toute leur vie).

2) Se protéger des lieux, personnes et circonstances qui peuvent nous toucher

Connaissant notre hypersensibilité, il est impératif de se protéger. Le monde ne changera pas du jour au lendemain, c’est donc à nous de nous y adapter en sélectionnant avec attention tout ce que nous faisons, les endroits où nous allons, ce que nous regardons et les gens que nous fréquentons.

L’hypersensible a besoin d’être dans des environnements positifs, sereins et sains. Il doit éviter les milieux stressants et compétitifs. Il en va de même pour les personnes qu’il fréquente, car il détecte toute mauvaise intention ou émotion négative chez les autres. L’hypersensible a souvent besoin de solitude et n’aime pas être dans les endroits trop peuplés. Il devra donc respecter cela pour se protéger et conserver son bien-être et ce n’est aucunement un acte égoïste mais au contraire un grand acte d’amour propre et de respect de soi.

Cela ne veut pas dire que l’hypersensible doit vivre dans une bulle coupée du monde et en ignorer les problèmes. Il doit se connaître assez pour comprendre ce qu’il peut regarder, faire, et qui il peut fréquenter sans devenir ensuite trop déstabilisé par ses émotions. Un exemple :

Je suis hypersensible, par conséquent regarder des images de maltraitance animale provoque en moi une telle violence et tristesse que je peux difficilement regarder ces images sans en être bouleversée. Je décide donc de ne pas trop m’exposer à ces images.

Mais, de l’autre côté, cela ne veut pas dire que je ne vais rien faire pour que les choses évoluent. Au contraire, j’utilise ce que je ressens comme force, pour un changement positif dans le monde en sensibilisant les autres sur ces sujets et en étant moi-même actrice de ce changement.

3) Utiliser son hypersensibilité comme force

Un peu comme dans le point numéro 1, rendez-vous bien compte de la force qu’est votre hypersensibilité. Si vous êtes nés avec ces facultés (oui, ce sont selon des facultés que d’autres n’ont pas), alors, autant les utiliser. L’hypersensible a besoin de se réaliser (puisqu’il a besoin de sens dans sa vie) donc c’est en s’investissant dans une grande cause, ou dans un travail qui correspondra avec sa passion, et en se concen­trant régulièrement sur une activité qui lui plaît (artis­tique, physique, spirituelle…), qu’il développera sa confiance en lui et qu’il deviendra moins sensible aux critiques.

Aujourd’hui je me rend compte par exemple à quel point mon hypersensibilité est une force puisqu’elle me permet de comprendre mes clients à un niveau très élevé, d’être touchée par de nombreuses causes dans le monde et d’avoir ainsi la volonté de faire quelque chose pour que cela évolue. Une personne non sensible ne développera à l’inverse pas l’envie de contribuer à changer les choses qui ne vont pas dans ce monde, ni ne sera apte à aider profondément les autres, étant dépourvue d’empathie.

4) Pratiquer la méditation et toute activité visant à donner plus de sérénité et de paix intérieure

L’hypersensible à besoin de se vider régulièrement la tête, et également de toutes les émotions ingurgitées pendant la journée (les siennes ou celles des autres puisque c’est une éponge). La méditation est un excellent moyen de dissiper tout cela. L’activité physique aussi, la musique, l’art, et pratiquement tout activité qui permet en fait à l’esprit de s’évader et à ne plus penser. Se détacher de l’opinion des autres est aussi un must pour l’hypersensible. Puisque les hyperémotifs encore une fois ne constituent que 15 à 20% de la population, nous pouvons parfois nous sentir très seuls. Mais encore une fois, il faut tourner cela comme une force et se rappeler de tous les avantages que notre hypersensibilité présente.

5) Comprendre que rien n’est hasard et que si vous êtes hypersensibles, c’est qu’il y a une raison

Si tout le monde était atteint d’hypersensibilité, alors il n’y aurait pas de chirurgiens, de pompiers, de policiers, d’infirmiers…

Mais si personne ne l’était, alors il n’y aurait pas d’artistes, de révolutionnaires, de chanteurs, d’écrivains, de psychologues, de bénévoles en tous genres, de créateurs de refuges… Il faut de tout pour faire un monde et si vous êtes hypersensibles, c’est qu’il y a une bonne raison à cela. Il vous suffit d’utiliser cette hypersensibilité pour le bon métier, et d’être entouré des bonnes personnes qui sauront reconnaitre cela en vous comme étant une qualité et l’honorer.

Conclusion

Vivre dans ce monde violent, dur, et souvent sans conscience peut être extrêmement difficile pour une personne hypersensible. Plusieurs fois, on peut même se demander ce que l’on fait là, à quoi bon continuer, puisque tout cela n’a pas de sens. Mais dans ce monde, rien n’est hasard. Même si cela peut être difficile à comprendre d’un point de vue « terrestre », à l’échelle de l’univers, tout a sa place, et tout est parfait. Si une personne nait « hypersensible » (au même titre que d’autres caractéristiques qui pourraient le différencier des autres ou lui apporter des challenges supplémentaires), c’est qu’il y a une bonne raison derrière tout cela. Le tout est de trouver laquelle.

Qu’est ce qui vous procure le plus de joie dans la vie ? Réfléchissez à vos passions et trouvez comment allier votre sensibilité et votre passion, pour ainsi donner naissance à une activité qui vous donnera votre place dans le monde et vous fera réaliser que tout cela n’était vraiment pas un hasard, que c’était bien votre destinée, et que tout cela était vraiment parfait, pour ce que vous étiez sensés accomplir et apporter à ce monde.

Les êtres hypersensibles sont souvent, en plus, des personnes ayant des « missions de vie » plus importantes que d’autres, avec donc des challenges plus conséquents. Apprendre à aimer et à honorer son hypersensibilité est la chose la plus importante, pour enfin pouvoir offrir au monde les choses extraordinaires qu’elle peut nous permettre de créer.

« Par Laura Marie »
« Cet article a été écrit par Laura Marie, tiré de son site personnel dont voici la source originale : (avec le lien complet vers l’article original).

Comment Vivre dans ce Monde Lorsque l’on est Hypersensible?

48 réflexions au sujet de « Vivre dans ce Monde Lorsque l’on est Hypersensible ? »

  1. REYNAUD Alexandre

    Ceci fut pour moi très intéressants et je t’en remercie. Cela m’intéresserai de pouvoir vous contactez, vous disposez de mon adresse email .

    Répondre
  2. Manon Dupont

    Enfin j’ai des réponses à mes questionnements. Un gros merci, cette lecture m’a réellement apportée du soulagement!

    Répondre
  3. Aurélien Sailler

    L’amalgame fait dans cet article entre l’hypersensibilité (intolérance à la lumière,etc.) qui est un phénomène médical et l’hypersensibilité est tout à fait infondé même si les deux phénomènes existent, ils ne sont pas nécessairement liés.

    Répondre
    1. Jérémy

      C’est simplement une caractéristique parmi tant d’autre et non un amalgame…. conscientisez votre lecture pour mieux comprendre cet article

      Répondre
  4. Fantomon

    Salut, toutes les caractéristiques du surdoué et de l’hypersensible me correspondent, d’ailleurs j’ai un ThQI et j’ai su lire et compter à deux ans, je pleure très souvent rien que pour un résultat sportif ou la météo, et j’ai les sens très développés. J’entends des choses que les gens se disent alors qu’ils pensent que je n’entends pas, le bruit me gêne, je ressens facilement l’agressivité surtout en parole, je change d’émotions facilement et de centres d’intérêts, les odeurs peuvent me faire vomir instantanément, je n’aime pas les habits je m’habille le moins possible (T shirt léger, short d’été, sandales), une éraflure me fait mal deux semaines, je vois tous les insectes autour de moi que les autres ne voient pas, et je ne peux manger que certaines choses car le goût si un truc ne me plaît pas je me sens malade. Etc… Je suis végé depuis ma petite enfance. Et j’ai pas mal de créativité mais je manque de confiance en moi.
    Tu peux me contacter à mon mail, je peins, j’écris et j’ai un site météo très complet. On me compare parfois à De Vinci.

    Répondre
  5. ange89

    Cela à été un déclancheur pour moi Je me reconnais
    et j’aimerais vous poser une question à ce sujet
    Etant donné que sommes differnts des autres
    Est ce que les gens le ressentes aussi
    Je vous pose cette question ;
    , car j’ai l’impression que les gens me fuient je perds tous le monde quand je fait la connaissance d’un ami ou une copine lis me fuient sans explication je panique un peu je me dis que je ne suis pas comme les autres et les gens s’en aperçoivent
    Merci de me répondre J’ai besoin d’aide

    Répondre
    1. Nathalie

      Bonjour Ange89,
      Votre remarque de faire fuir les autres me fait vous écrire, si cela peut vous aider…
      Je suis aussi une hypersensible et j’ai eu parfois le sentiment que certaines personnes pouvaient effectivement m’éviter après avoir frayé avec moi. J’ai compris qu’il s’agissait peut-être de cette faculté que nous avons de « sentir » les gens intuitivement et la capacité à démasquer leurs faux-semblant.
      Comme nous devinons le dessous de leurs pensées, émotions, etc., et qu’ils ne peuvent pas nous leurrer, notre intuition fonctionne très bien pour saisir leurs incohérences. Je finis par comprendre qu’ils le sentent et qu’être mis au jour leur est désagréable… d’où leur évitement par rapport à notre personne.
      Quant à moi, je fuis les gens « incohérents » qui se mentent à eux-mêmes, je suis mal à l’aise avec de telles personnes.
      J’espère que cela peut vous apporter un certain éclairage,

      Répondre
  6. Bel Rebel

    OOOooh,que c’est TOUT » moi ça….enfin, l’explication à mon k.
    Merci mil fois Laura Marie,je vous aime!
    Bisous!

    Répondre
  7. qwertyu

    Bonjour,

    Il y a un livre a ce sujet,  »Trop intelligent pour etre heureux, l’adulte surdoue » de Jeanne Siaud-Facchin, edition Odile Jacob. Si vous etes concernes par cette description d’hypersensibilite, je vous conseille la lecture de ce livre qui traite de ce sujet et l’approfondit. Ecrit par une psychologue specialiste des hypersensibles/surdoues. Tres instructif 🙂 (par contre, vous parlez d’une faculte innee, moi je me demande, si l’ON ne LE DEVIENT pas plutot, en etant sollicite tres jeune pour jouer (inconsciemment) un role de psy ou de mediateur avec des parents souffrant d’une pathologie (coleriques, violents, immatures etc. ?)

    Répondre
    1. Nathalie

      Je confirme votre point de vue – qui n’engage que moi : acquis plus qu’inné à mon avis.
      Nous avons sans doute des prédispositions à être plus sensibles que la moyenne mais il me semble qu’une enfance « particulière » a contribué à développer cette hypersensibilité (environnement « dangereux » où tous nos sens sont éveillés pour capter les moindres changements d’humeur – avec les risques de « dangerosité » pour nous enfants – et nous en protéger + repli dans notre monde imaginaire pour « survivre », etc.).

      Répondre
  8. Nolwenn

    Bonjour ,
    pour répondre a ange 89 …. étant hypersensible et travaillant dans un milieu aux nombreux confits de personnel … les autres réalisent en général vite que nous sommes différents mais ils e comprennent pas . cela peut vite les effrayer . d’ou le fait qu’ils nous évitent . savoir qu’on fréquente quelqu’un a qui on ne pourra rien cacher niveau émotion : c n’est pas simple à gérer . A nous l’avantage de ressentir leur état d’âme et de réagir en fonction . faire le clown pour leur changer les idées , trouver des paroles apaisantes ou réconfortantes …. ou s’éloigner lorsqu’on sent que l’autre préfère la solitude ….
    Nous protéger, apprendre à nous connaitre et avancer notre chemin . Epurer notre négatif ( et même positif ) autrement dit notre karma , addombrer notre âme pour être en lien avec l’univers, l’au-delà et continuer notre évolution …. notre hypersensibilité nous permet de travailler sur nous plus en profondeur et ainsi d’aller beaucoup plus loin . les raisons, les pourquoi du comment nous viennent au fur et à mesure de nos progrès , nos découvertes et nos compréhensions . et c’est passionnant !

    Répondre
  9. Marlène

    oui, hypersensible et Haut potentiel: très lié! bien sur, méditer et aussi pratiquer des techniques corporelles qui « ancrent, enracinent », arts martiaux, Qi Gong…les asiatiques savent cela depuis bien longtemps! et le Qi Gong, pour ma part m’a vraiment aidé (je pratique la méditation depuis ma tendre enfance et du Yoga). Cela m’a permis d’être « moins éponge » et de monter en énergie. Mon travail utilise cette capacité « d’être l’autre » à chaque instant, bien pratique pour soigner dans toutes les dimensions de l’être! Cette sensibilité et créativité est une chance, quand on sait se mettre « on off », et ne pas être soumis à ses émotions et celles des autres. Un vrai travail sur soi, profond s’impose.
    Belle journée

    Répondre
  10. nadège

    Bonjour,

    Merci pour ce bel article. Salutaire.

    J’ai longtemps (10 ans) été responsable d’une association pour les enfants précoces – environ 250 sur la Haute-Savoie dans les années 1990/2000
    Quelques petites constatations :
    Des mômes merveilleux, qui avaient juste besoin et envie d’être aimés.
    Mais « repérés » et « pointés » dès leur plus jeune âge par les copains, ils étaient mis à l’écart et crevaient de solitude ; parallèlement, ils ne pouvaient de ce fait développer les codes et outils qui permettent d’entrer en relation, et le fossé se creusait. L’adulte étant construit par les briques de l’enfance…
    Je crois qu’on nous a imposé une forme de handicap, il faudra faire sans, le reste de notre vie. (moins flagrant au-dessous des 130 de QI, tranche des leaders : là, une belle intelligence est encore un atout.)
    Pour mieux comprendre cela, à l’inverse, j’ai reçu le temps d’un été un gamin de 8 ans, confié par un orphelinat de Dunkerque. Difficile, caractériel, encoprésique et tous les présiques qu’on veut. A cause de cela, Greg n’avait jamais été accueilli durablement dans aucune famille. Cependant, d’une façon magique, ayant grandi dans le groupe, où que nous l’emmenions, parc ou plage, il y avait aussitôt des grappes d’enfants autour de lui.

    Au-delà de ce handicap des codes et outils, il me semble qu’il y a un hiatus profond entre notre regard, qui nous donne envie de changer et faire évoluer le monde, et le monde, qui lui, n’a pas très envie de se mettre en question ?
    Les gens veulent juste qu’on leur dise qu’ils sont les plus beaux, les plus forts et qu’ils ont bien raison…
    Donc, on dérange. On nous devine même si on ne dit rien…
    Ne pas oublier que toute société est vouée à la conservation de l’espèce et la pérennité. Elle ne DOIT rien accepter de ce qui peut compromettre son équilibre. Tout ce qui est susceptible de l’interroger est détecté comme une menace.
    Boucs émissaires, moutons noirs, tous derrière moi !

    Reste encore le problème de la « cible ».
    Les japonais disent joliment : « c’est sur le clou qui dépasse que le marteau tombe »
    Empathique : je m’adresse à toi parce que je sais que tu vas me comprendre.
    Mais au quotidien ça donne un peu « je te refile mes poubelles parce que tu es en mesure de les gérer ». D’où, souvent, des phénomènes de harcèlement moral et autres : tu me comprends tellement bien que tu ne me feras pas de mal en retour, tu ne te défendras pas (ou pas tout de suite), alors je peux tout me permettre.

    Oui, d’abord, avant tout, comprendre enfin que l’on n’a pas « quelque chose qui ne va pas » : juste quelque chose de différent dans une société normative.
    Faire la paix avec soi-même, couper les étiquettes des vêtements dès qu’on les achète.
    Apprendre à dire non, malgré cet immense besoin d’amour, sans croire que ce « non » va compromettre nos chances d’être aimé et que tous les oui sont le prix à payer pour cela.

    Ah, une dernière chose : c’était vrai pour moi, vrai pour la plupart des gosses de notre association.
    Je suis aussi convaincue que le « don », en réalité des neurones qui se multiplient et se connectent un peu plus et un peu plus vite, se développe, ainsi que je l’ai lu plus haut, en réponse à une situation familiale difficile. La seule chance de survie pour l’enfant vulnérable est de comprendre de toute urgence ce qui pose problème : une mère suicidaire, des parents qui ne s’entendent pas, un deuil, que sais-je ?

    Et puis voilà. Les années passent. A vif.
    Un jour vous tombez sur la personne de votre vie, vous vous sentez aimé pour ce que vous êtes, et vous, qui dérangiez tant en vivant dans un monde plus vaste, vous découvrez que vous n’en connaissiez qu’une toute petite partie. Un autre hémisphère, au-delà, des planètes, au-delà : des galaxies, et puis derrière ? Vous pouvez prendre votre baluchon -ou pas-, et y aller : vous ne risquez plus rien, puisque l’autre est là.

    C’est ce que je vous souhaite à tous, du fond du coeur.

    Répondre
  11. FROMONT-WARROT Hélène

    Bonjour,
    Je vous reçois 5 sur 5. Présentant moi-même les mêmes caractéristiques, je me suis penchée sur la question pour accompagner les surdoués ou précoces ou neuro-droitiers.
    Vous pouvez trouver plus d’info sur mon site internet, notamment mon mémoire de fin de formation sur l’accompagnement de ces personnes.
    Belle journée !

    Répondre
  12. Mila

    Ah ! c’est tout moi !
    je ne m’étais jamais vue comme « hypersensible » !
    j’ai vu un psy qq mois suite à une maladie et il m’a dit que je l’étais
    Moi, je ne le vis pas mal, je suis comme je suis et au contraire ça me plait de vivre les choses avec passion
    Par contre face à des événements durs oú violents, il faut savoir les exprimer, pour ne pas tomber malade … je crois 🙂

    Merci pour l’article !

    Répondre
  13. Do

    Bonjour,
    Tout ce que vous proclamez me parle tellement chaque jours, et je suis ravi de trouver un article pareille par ‘hasard’ avec autant de details sur mes emotions quotidiennes.

    Il est vrai qu’il a tres peu de gens dans ce cas la, et on se sent vite seul en particuliers lorsqu’on habite dans une mégalopole .
    Certe, certaines personnes sont plus ouvertes que d’autres a la naissance, mais je ne suis pas d’accord sur le fait qu’il n’y est qu’une parties des gens qui ont cela en eux et non le reste du monde.
    Nous avons tous a la naissance cette force interieur qui nous poussera a nous surpasser spirituellement.

    Ce chemin de vie que nous nous sommes tracer et qu’il ne tien qu’a nous seul de decouvrir.
    Avoir des parents spirituellement évoluée nous donne une sorte de cadeau a la naissance c’est vrai,
    mais nous avons tout la possibilité de nous connecter au monde et developer tout nos sens au dessus du cinquième

    Nous sommes le monde et l’univers

    Rayonnement sur vos jours

    Répondre
  14. DomBea

    Bonjour, article sympa avec beaucoup de détails qui, ma foi sont moi. Je pensais que c’est parce que je suis Bélier, ça correspond bien en général.
    Etant le 4éme enfant d’une fratrie de 7, je suis le seul de mes frères et sœurs à être comme ça. D’où le rejet que je leur inspire. C’est dommage mais je suis un « résilient » de 1ère catégorie. J’ai aussi l’extrême plaisir de vivre depuis mes 16 ans (j’en ai 53 ans) avec la même et unique personne de ma vie, ma femme Béa qui me rends tellement heureux. Elle n’est pas comme moi mais mieux, elle me comprends.

    Répondre
  15. Pascale-Nancy

    Bonjour,

    Merci pour l’article qui est très instructif. Je pense par contre que, comme l’écrive certaines personnes dans les commentaires, nous le devenons par les circonstances de la vie. Il se peut que certains aient une prédisposition peut-être mais certaines situations familiales où autres nous obligent à devenir plus sensibles aux émotions pour nous adapter plus rapidement.

    J’aimerais bien savoir quel est l’Artiste qui a fait le tableau de votre banderole que je trouve superbe. Merci.

    Répondre
  16. Nicole Locas

    Ce que je viens de lire est incroyable , je me reconnais à 99% . J,ai toujours pensé que j,étais ;a côté du normal. Les gens ne me comprennent pas quand je parle . Moi je hyperémotive, hypersensible , les descriptions me faisaient peurs tant que je me vois..
    merci de partager, je me sens on peu plus (normal) facon de dire
    Nicole

    Répondre
  17. Nevenka

    Merci pour ce merveilleux article. Je me reconnais parfaitement dans ce que je viens de lire. Ce que j’aimerais savoir, si cela est possible, existe-t-il un ou plusieurs métiers correspondant à une personne plus qu’hypersensible?

    Répondre
  18. Ophélie

    … merci …
    j’en ai les larmes aux yeux, mais j’ai encore quand même pas mal de questions qui me trône dans la tête …
    j’ai quand même deja l’impression d’être moins seule, et ça fais du bien :), même si c’est dure pour avancer, …
    j’essaye de me dé-taché de cette douleur qui m entraîne…
    Belle soirée papilloneuse au caramel beurre fondu de chocolat noisettes et petit nuage au lait turquoise 🙂

    Répondre
    1. Trenel

      J’aimerai faire ta connaissance ophelie tu a l’air d’avoir une personnalité passionnante et j’aime ton originalité j’aime les gens qui amène de la poésie dans leur vie 🙂

      Répondre
  19. Nab

    Merci pour l’article, pas appris grand chose de nouveau mais lire des trucs de mes semblables me fait du bien..
    On est différents, et c’est vraiment, vraiment, une force, un pouvoir. Il faut juste faire vraiment attention à nos environnements…

    Répondre
  20. BADOUARD

    Bonsoir, je me retrouve dans tout ce que je viens de lire, aussi bien l’article que les commentaires. Je ne sais pas si je peux me considérer comme surdouée.. j’ai toujours échoué à l’école. Non par le fait que je n’apprenne pas (je passais des heures à essayer de retenir la moindre ligne) mais surtout par peur de l’échec, de l’examen, de la feuille blanche !
    Toutefois, je ne cesse d’apprendre sur absolument tout ce qui m’entoure dans tous les domaines les plus insolites…
    Je crois que cette hypersensibilité est apparue suite à de très grands traumatismes durant l’enfance.
    Pour ma part, je vis mal ce « don » car effectivement mes propres réactions me font peur (colère, larmes etc) et cette perpétuelle énorme empathie me joue bien des tours, je suis attirée par des personnes qui profitent de ma gentillesse, j’ai vraiment besoin de rendre ce monde meilleur et maintenant j’ai tendance à me replier sur moi pour éviter de souffrir.

    Merci de faire partie de gens pas trop anormaux alors

    Répondre
  21. Nathalie

    Bonsoir
    wow ca me soulage tellement d’avoir lu le texte et tout vos commentaires! J’en ai les larmes aux yeux moi aussi! je me sentais tellement seule dans cette hypersensibilité! il y a pleins de chose qui me rejoint, comme les gens qui nous fuient ça me rend très triste et on se pose tellement de questions! Je vais m’aimer beaucoup plus maintenant! Et Ophélie c’est tellement mignon la dernière phrase que tu as écrite! 🙂 Bonne nuit beaux rêves!

    Répondre
  22. téréza

    bonjour , très belle description et des commentaires très riches. Alors si l’hypersensibilité est bien anormal (en dehors des normes) est-ce une maladie, le résultat d’un traumatisme ou d’avoir été exposé enfant à des adultes immatures, ou bien tout simplement une sensibilité meilleure (plus performante) et en avance sur son temps ? Tous les humains du futur seront peut-être ainsi. Après tout la sensibilité de l’humanité ne cesse d’évoluer et rares sont ceux qui supporteraient des choses banales il n’y a pas si longtemps ( se distraire d’une exécution publique, se faire arracher une dent sans anesthésie.)
    En tout cas une chose est sure : si tout le monde était hypersensible nous n’aurions pas de torture, de sévices, de viol….
    Les hypersensible adoucissent l’humanité: qu’ils en soit ici remercié.

    Répondre
  23. Nathalie

    Je savais que j’étais comme cela ayant beaucoup lu là dessus, ce qui fait que je suis aussi une personne très intense dans tous surtout au niveau des sentiments quand j’aime bien une personne, je pourrais donner tout pour son bien être. J’ai tendance à très et très souvent m’oublier pour faire passer les autres que j’aime avant moi. Il est effectivement difficile de vivre cela car les gens ont très souvent tendance à voir un défaut dans ce que nous sommes et que nous dégageons.

    Répondre
  24. GOOSSENS NATHALIE

    Comme vous tous ici plus haut, je me suis retrouvée complètement dans ce descriptif. J’en suis bouleversée d’autant plus que je suis diagnostiquée Bipolaire depuis 6 ans….
    J’en viens à me poser cette question : Suis-je « uniquement  »
    Hypersensible ou suis-je bipolaire ?
    Peut-être ne suis-je PAS bipolaire ?
    Peut-être suis-je les deux ?
    Je me sens complètement perdue.
    Cela remet toute ma vie en question.
    Peut-être pourrais-je arrêter la prise de tous ces médicaments qui ne m’apportent aucun résultats ?
    Comment savoir ?
    Une chose est certaine, c’est que je suis bien hypersensible. Aucun doute possible. Pour le reste, je vais m’atteler à chercher des réponses le plus rapidement possible.
    Vos commentaires m’ont fait du bien aussi.
    J’ai adoré aussi ta dernière phrase Ophélie ?
    Belle journée à tous et toutes, à chacun et à chacune ?

    Répondre
  25. étiquette vêtement coton satin et polyester

    Bonjour,

    Merci pour cet article qui m’a permis de confirmer ma pensée sur l’hypersensibilité.
    Je voulais faire part de mon expérience concernant les étiquettes de vêtements.
    J’ai eu plusieurs fois des « allergies » avec des étiquettes en satin et polyester et pendant longtemps, j’ai arraché chaque étiquette ! Puis un jour, je n’ai plus ressenti aucune gène. A ce moment , j’ai pensé que mon allergie n’ en était pas une. C’était plutôt une vue de l’esprit, de la sensibilité exacerbée. Comme une petite obsession qui n’a rien de grave mais qui reste… cela correspondait à une période pénible de ma vie et je suis heureux d’avoir dépassé ça aujourd’hui. Ce qui me gène le plus aujourd’hui dans mon hypersensibilité c’est les micro-ondes !

    encore merci pour cet article à bientôt.

    Répondre
  26. DIJOUX

    Je lis cet article pour mieux comprendre ma petite-fille de 5 ans qui est hypersensible et je m’aperçois qu’à 70 %, je ressens les mêmes choses. Y’a-t-il des degrés dans l’hypersensibilité ou est-elle mois exacerbée avec l’âge ? ( J’ai 58 ans )

    Répondre
  27. Lemaire

    Je viens comme d’autres de découvrir mon hypersensibilité, je ne sais pas si je suis surdouée car je réfléchis toujours très vite à des sujets difficiles et suis en revanche bloquée devant des choses très simples à comprendre pour tout le monde ( j’ai un fils qui a été diagnostiqué précoce. … Un rapport avec maman ?. … ). En effet les moindres bruits m’agressent, les odeurs c’est difficiles, les étiquettes me pourrissent la vie, la douleur humaine et animale insoutenables !
    J’ai géré 110 salariés dans le domaine de la santé avec lequel je n’ai eu que très rarement de problème et je tombe sur un nouveau patron ( pervers narcissique en 2014 ) qui m’a « tuée  » car je suis aujourd’hui en burn out !
    Je pense comprendre qu’il a bien profité de cette hypersensibilité….
    Merciiii pour cet article et tous vos témoignages ?

    Répondre
    1. gwen

      bonjour ,
      je me reconnais a 100% ds ces temoignages. je viens de vivre la meme difficile experience profesionnelle que toi. difficile de se reconstriire et reprendre confiance en soi apres une telle personne. j echangerais av plaisir. par ailleurs existe t il des groupes ou communautes sur les reseaux ou en reel pr discuter se conseiller se coacher entre nous ? belle soiree a vous.

      Répondre
  28. Romain

    Merci. Comme certaines personnes ce texte m’a permit de me reconnaître et de m’identifier sur quasiment tous les points. J’ai juste un petit soucis. J’en ai vraiment assez de ressentir toutes ces émotions car je n’arrive plus à les évacuer quoi que je fasse. C’est vraiment pas facile de vivre avec ça quand comme moi, on ne sait pas gérer. Mais ça me donne quand même du baume au coeur de voir que je suis pas « fou :). Cordialement.

    Répondre
  29. martinez adrien

    comme tous ici, c ‘est moi, c’est tout moi cette description…

    j’avais jusqu ici jamais trouver/chercher de témoignage sur le sujet, mais je vois que je suis loin d ‘etre seul.

    personellement , je métais autodiagnostiqué hypersensible il y a pas mal de temps deja ,j ai 37 ans, mais là,ça confirme.

    je gere tout ça plutot bien, pas toujours facile, mais ces facultées sont avec le temps ,plus devenu des alliées que des soucis…

    apprendre aussi a ce proteger ,a force de dérouillé, fait parti du travail pour bien vivre ça.

    j’ai également comme vous un Q.I élevé, et des test psi recommandé par l ANPE a lépoque ,j avais 25 ans ,mon effectivement confirmé que j’avais un cerveau qui tournait plutot trés fort (largement superieur à la moyenne,comme il disent).
    il m avait donné des test en raisonement verbale,visualisation dans l espace,raisonement numérique,raisonement logique, et quelques autres dont je ne me souvient plus…
    pour chacun j’etais noté « largement superieur à la moyenne »,sauf un domaine,dont je ne me souviens plus,(la mémoire vraisemblablement) ou j’étais « seulement » superieur à la moyenne,et non pas » » largement…
    je ressens ,et c est peut etre ça le plus dure a gerer ,une empathie trés/trop forte.
    j’ai l’impression d’etre dans le corps des gens et de ressentir ce qu’ils ressentent…je pleure devant des trucs tout con, mais ou l’emotion me submerge, a m en faire rire tout seul quelques fois tellement c’est naif…
    charles inlgals peut me faire pleurer si il a perdu sa fille aveugle dans la foret et qu il la cherche malgré le froid et la pluie…et oui,quand je pleure sur ce genre de truc…j en ri en meme temps…
    je pleure devant les trucs comme nouvelle star, ou the voice…
    des fois parce que les voix me font vibrer….d ailleurs ,en general,quand j ai pleurer sur un artiste,il s avere que c est un qui fini loin dans le jeux…mais je pleure aussi de voir les tete des proches de ceux qui chante ,et de savoir tout ce qui peuvent penser a ce moment là…ça me défonce littéralement d ‘émotions…
    je sais trés souvent des choses avant qu’elles n arrivent, et sait ce que des gens ont dit ,sans avoir été là lorsqu ils le disaient,par simple déduction j’imagine…je sait pas expliquer,mais je sais…au fond de moi je sais…et bien souvent c ‘est juste…
    point de vue imagination,pour exemple,,mes different prof de francais ,de la 6eme a la 3 eme,on toujours lu mes redaction au autres classes car disait t il ,d une imagination débordante…
    j’ai un placard rempli de papiers griffonnés d’inventions ,qui pour la plupart ne sortiront jamais,quelques fois par manque de moyen pour mettre une invention sur le marché,mais le plus souvent,parce que la suite de m interresse pas,inventer ,j aime,trouver comment faire pour que ca marche,j aime,mais une fois que j ai trouver tout ca,je me demotive par la partie qui suit et ne m interresse pas,le porte a porte pour trouver l argent,la pub,les contrats ….tout ces trucs que j imagine chiant…me découragent…
    en faire ,je suis bon tant que ça m interresse, mais ne mene pas une idee au bout par manque de niac je suppose, fainéantise, je ne sais pas…

    pour ma part ,je pense que hypersensibilité et intelligence élevé vont de paires et sont indissociables.
    ainsi, j ‘invite ceux qui ce pensent hypersensible à faire des test d intelligence ,vous pourriez bien vous surprendre…et le faite de le savoir ,ensuite,vous ne verrez plus votre vie de la meme façon, vous saurez pourquoi vous vous sentez different, et en faire ,c est pas mal….
    bref,j arrete de m étaller, si vous souhaitez échanger d avantage,n hésitez pas…

    et donc si je peut aider ceux que ça géne, je dirais qu ‘en apprenant a vivre avec et à gerer ça, c est un super outils…il fait que des fois n peut ce sentir un peu seul, mail il fait aussi que l’on capte le monde au pus juste,au plus vrai, et cette clair-voyance nous empeche bien souvent de faire des mauvais choix…

    a.m78@hotmail.fr

    Répondre
  30. Johanne

    Merci pour ces écrits. Un vrai miroir !! Enfin savoir qui nous sommes et pourquoi telles situations dans le passé. Dans la cinquantaine maintenant, j’aurais aimé savoir le nom de ma « différence » dans mon jeune âge. S’accepter et vivre avec tout ce beau bagage a été très ardus. Après cette lecture, je m’aime Plus.

    Répondre
  31. Anne-laure

    Bonjour !

    Je me suis retrouvée dans ce descriptif mais il y a un gros mais pour moi, je suis hypersensible à la météo (XXL) et cela se traduit par de nombreux troubles neurovégétatifs et de très grandes fatigues. Je dépens à 100% de la météo et ne peut plus faire de projet. J’ai 57 ans et ce phénomène a bcp progressé au fil des années. Il faut dire que j’ai traversé de nombreux difficultés dans ma vie.

    Bref, je ne trouve rien de charmant dans l’hypersensiblité ….

    Si vous avez des idées…. je prends !

    Répondre
  32. RAMPON

    Bonjour, je m’appelle Patricia. Je suis très heureuse d’avoir pu vous lire. Je souffre en effet d’hypersensibilité. Je dis je souffre car c’est devenu un véritable enfer. J’ai le coeur serré très souvent. J’ai mal de la souffrance des autres qui bien souvent m’empêche de vivre, de dormir. J’ai le cerveau en ébulition constamment sans repos jamais. J’ai beaucoup de mal à me concentrer car trop de choses me tourmentent et ça n’est qu’un petit échantillon de ce que je vis au jour le jour. Voilà. Ammicalement, Patricia

    Répondre
    1. Anne-laure

      Bonjour Patricia, Je comprends votre souffrance. Personnellement j’essaie de me protéger du malheur des autres, car les conséquences de mon hypersensibilité sont suffisamment lourdes à porter. Je connais aussi l’aspect « cerveau en ébullition » et je pensais acheter l’ouvrage de Mme Petitcolin « ces gens qui pensent trop ! » (je ne suis pas sûre du titre). J’ai l’impression de passer ma vie à me protéger de tout. Bon courage,
      Anne-Laure

      Répondre
  33. Luc T

    Merci pour ce beau partage, je me reconnais parfaitement dans tes écrits et le cheminement avec moi-même dans la connaissance de soi. J’ai longtemps pensé que mon hypersensibilité était une malédiction dans ma vie mais aujourd’hui je sais que c’est une bénédiction !!! 🙂

    Répondre
  34. mor46ti32

    Bonjour à vous tous,

    Merci pour ce merveilleux article et les réponses/partages, me reconnaissant dans tout ces points, j’avoue qu’il est quelque peut salutaire en se moment avec toutes les galères qui me tiennent.
    En ce moment, je n’arrive plus a méditer et ça m’épuise mentalement tout les jours, j’en suis au stade ou tout est noir et c’est très frustrant. Ma copine a beaucoup de mal a me comprendre et ça donne des situations plutôt horrible a vivre quant elle me lance une réflexion le matin mais que je suis toujours dessus le soir.
    Je suis fumeur mais même ça, cela ne m’aide plus vraiment a arrêter mon cerveau de gamberger tout les jours/nuits. je dors de moins en moins et , en plus de ça, je sais que je tourne au ralenti quand j’ai fumé, ce qui m’énerve encore plus.
    C’est paradoxal j’utilise mes émotions constamment pour régir ma vie mais seule la colère prend le dessus en ce moment, si bien que j’en vient a prendre un rdv chez un psy afin de remettre l’ordre que je ne connais plus.
    Je sais ce que je suis mais j’ai toujours autant de mal a vivre avec

    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *