A l’intérieur d’un cerveau anxieux: comment l’angoisse change votre perception de la réalité

de | 27 juin 2016

anxieux

A l’intérieur d’un cerveau anxieux: comment l’angoisse change votre perception de la réalité

La peur et l’anxiété ont des conséquences énormes sur l’esprit, le corps et notre perception du monde. Lorsque nous ressentons une angoisse, il est fréquent de commettre des erreurs que nous regretterons plus tard. Même que nous pensons que nous aurions peut-être dû agir différemment à l’époque, en fin de compte, nous devons nous rappeler que nous ne percevons pas le monde avec précision lorsque nous sommes dans cet état précaire de survie.

Pour expliquer brièvement ce que j’entends par là, je voudrais vous faire part des résultats d’une étude publiée dans la revue Current Biology. Cette étude a révélé que les personnes qui sont aux prises avec un trouble anxieux généralisé vont percevoir les choses ou les personnes inoffensives comme des menaces au niveau inconscient. Cela pousse malheureusement souvent la personne anxieuse à tout percevoir à travers la peur.

« L’anxiété est un état mental de trouble et d’agitation, avec un sentiment d’insécurité indéfinissable, une peur sans objet. »

Si vous avez déjà été aux prises avec la peur ou l’anxiété, alors vous savez à quel point cette pente peut être glissante, et que sans tous les éléments nécessaires pour favoriser un rééquilibrage, vous pouvez rapidement devenir intenable et finir par vous sentir déprimé.

Les gens anxieux ont tendance à se faire du souci lorsqu’il n’y a « aucune raison de s’en faire ».

Le trouble d’anxiété généralisée (TAG) est la forme la plus courante de détresse qui est cliniquement reconnue dans le domaine de la psychologie.

Selon google, le TAG est officiellement défini comme:

« Le TAG est un trouble psychologique caractérisé par un état d’anxiété excessif ou disproportionné qui est associé aux événements de la vie, tels que le travail, les relations sociales, la perte d’emploi ou le divorce. »

« Le TAG est un état extrêmement inquiétant d’anxiété permanent et de préoccupation excessive, durant au moins six mois. Il s’agit d’une inquiétude excessive de tous les moments de la vie quotidienne (professionnelle, familiale, affective, sociale) qui peut pousser une personne à avoir des difficultés à contrôler cette inquiétude importante. »

Sauf que:

Fondamentalement, l’anxiété est une conséquence ou un symptôme associé à la conception de notre société. Nous avons créé des modes de vie stricts, des emplois et des conditions sociales dans le but de maintenir une sorte d’harmonie constante. Nous en venons à nous sentir émotionnellement déconnectés sur le plan collectif et existons dans un système qui nous opprime au final.

Il y a beaucoup de choses pour lesquelles nous devons nous inquiéter…et ainsi va le monde.

Mais si nous pensons de façon rigide et sans nuance, il devient inconsciemment facile de classer les choses non sécuritaires et même les choses sécuritaires comme dangereuses.

Ceci engendre généralement des enjeux tels que le racisme, le sexisme, le nationalisme, et n’importe quelle autre forme de mentalité de confrontation.

Ces comportements axés sur l’angoisse ont fait remarquer aux chercheurs qu’il est essentiel d’avoir l’approche de réflexion: « mieux vaut prévenir que guérir ». Afin de mieux survivre dans ce monde, nos cerveaux sont naturellement programmés pour accorder une attention bien plus grande aux stimuli négatifs ou aux choses qui nous effrayent dans nos environnements.

Alors que nous pouvons apprendre à établir les circuits de nos cerveaux avec la méditation, il est tout à fait logique que tant de gens soient si focalisés sur la peur.

shutterstock_114300748

Comment les scientifiques ont su que la surgénéralisation était le problème

Les recherches ont été effectuées sur 28 personnes chez qui on avait diagnostiqué un TAG et 16 autres qui ne présentaient pas d’antécédents d’anxiété lors de l’étude.

Cette étude particulière a effectivement deux différents éléments en elle.

Tout d’abord, elle consistait à former les gens à être en mesure de faire la différence entre 3 tonalités. La première tonalité était positive et menait à une récompense financière, la seconde tonalité représentait un résultat négatif où la personne venait à perdre de l’argent, et la dernière tonalité était neutre et rien ne se passerait.

La deuxième partie de l’étude était l’étape de la mise à l’essai où chaque sujet entendait 15 sons différents et devait appuyer sur un bouton s’il reconnaissait le son. Si le sujet avait la bonne réponse alors il gagnait de l’argent, mais s’il se trompait alors on lui retirait un peu d’argent.

Perdre et gagner de l’argent est un déclencheur émotionnel chez les gens, donc c’est rapidement devenu une évidence lorsqu’il s’agissait de savoir qui parmi les sujets souffrait d’anxiété, et ainsi constituer 2 groupes de personnes. Les personnes qui ne ne souffraient pas d’anxiété avaient tendance à supposer que la plupart des tonalités étaient nouvelles et restaient tranquillement assises à attendre jusqu’à ce qu’elles en reconnaissent un.

Ce que les chercheurs ont remarqué tout de suite était que les personnes prédisposées à l’anxiété avaient tendance à avoir la gâchette un peu facile et portaient un jugement sur leur mémoire en supposant avoir entendu plusieurs fois auparavant les 15 tonalités présentées. Dans le cerveau anxieux une personne percevrait toutes les nouvelles tonalités comme étant pertinentes et penserait qu’il s’agit là d’une surgénéralisation.

motion-1303885_960_720

Les testeurs ont également eu recours à l’imagerie du cerveau pendant la phase de test afin de pouvoir voir ce qui se passait vraiment à l’intérieur. Les différences dans l’activité cérébrale étaient considérables parmi les deux groupes. Alors que les individus plus sereins démontraient une activité cérébrale relativement normale, les personnes souffrant d’anxiété avaient des signes d’une activité partout dans leur cerveau, y compris dans les zones du cerveau responsables de l’inquiétude et de la peur.

« Nous avons démontré que chez les patients souffrant d’anxiété, la plasticité neuronale fonctionnelle est induite par l’expérience naturelle dans le cerveau, même après que l’expérience a pris fin », a déclaré l’auteur Rony Paz dans un communiqué de presse.

« Ces changements de plasticité neuronale se produisent dans les circuits primaires qui par la suite interviennent comme réponse à un nombre de stimuli externes, ce qui entraîne une incapacité à distinguer le stimulus initialement éprouvé et un nouveau stimulus comparable. Par conséquent, les patients anxieux réagissent émotionnellement aussi à ce genre de nouveaux stimuli, ce qui génère de l’inquiétude même dans de nouvelles situations qui sont apparemment sans importance. Surtout, ils n’ont aucun contrôle sur cela, car il s’agit d’une incapacité à faire un choix. »

En ayant un esprit extrêmement généralisé et hyper vigilant, ce qui est une chose fréquente chez les personnes présentant des troubles associés à l’angoisse, cette caractéristique peut être utile en cas de danger et de survie, mais reste généralement un fardeau en ce qui concerne la vie quotidienne. Mais le fait est que, la plupart de notre vie quotidienne n’est pas très dangereuse.

  • Les traits dus à l’anxiété peuvent être tout à fait normaux, et même être bénéfiques sur le plan évolutif », dit Rony Paz. « Pourtant, un événement émotionnel, même mineur, peut parfois induire des changements dans le cerveau qui pourraient conduire directement à l’anxiété. »

Si la peur change réellement toute notre perception de la vie, alors peut-être que si nous voulons créer un monde meilleur pour tout le monde nous devons commencer par aider les gens à surmonter leur anxiété.

Que pensez-vous de cette étude? Est-ce qu’un esprit ouvert peut faire une différence dans notre capacité à percevoir le monde qui nous entoure? Dites nous ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous.

Sources en bleu dans l’article et – cell.com – mentalfloss.com

Sandra Véringa

6 réflexions au sujet de « A l’intérieur d’un cerveau anxieux: comment l’angoisse change votre perception de la réalité »

  1. stéphane flibotte

    C’est une étude intéressante. Je crois qu’il y a beaucoup à dire sur le rapport des gens et des personnes anxieuses à l’argent, ce qui n’a pas été mentionné. Le stress est pire quand il y a de l’argent, à perdre ou à gagner, en jeu.

    Répondre
  2. Anna

    C’est les pensée négatif qui crée le anxiété, il es apportant de prendre conscience de notre anxiété, ainsi on peu les diriger ses penses vers des penses positifs en pensent à qqch de agréable

    Répondre
  3. CARDILE Thomas

    Je pense que cette étude est judicieuse , mais l anxiété éprouvé par les personnes n’est pas toujours liée à l’argent , certains traumatismes surtout ceux de l’enfance peuvent avoir un effet sur l’anxiété general d’une personne , avoir peur que les mauvais schémas réapparaissent nous ramener souvent a les réitérer inconsciemment..

    Répondre
    1. Grau

      Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis. Je souffre d’anxiété depuis l’enfance, j’ai des images mon grand frère qui me viole. Et aussi l’éducation que j’ai reçut ne m’a pas aidée. A l’école on me disait que je n’y arriverait jamais, on m’a frappée, tiré les cheveux. Et cela a l’école primaire. Comment croire en soi et comment s’aimer si on nous dévalorise. En plus toute ma famille souffre d’anxiété, génétique aussi ? Bonne journée

      Répondre
  4. Cattin Virginie

    Cattin Virginie
    Je trouve , cette étude très intéressante . Ou même très anxieuse , je me retrouve tout à fait dans ce texte . Je pense que l enfance et que l éducation qu on a eu peu influencer notre vie surtout en avançant dans l age les angoisses reaparaissent dur dif les combat très

    Répondre
  5. Martin

    Très intéressant comme étude mais les faits sont là. Il es primordiale de se créer un équilibre du corp et l esprit .Pour se protéger des coups de la vie .Ou le biens et l argent valent plus qu une personnes. Nous sommes des personnes hypersensible qui gravite autour d une société modeller pour assouvir des caprices d élite des temps modernes ! Donc se protéger de cette plaie nous aides à survivre .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *