11 choses que les gens ne réalisent pas que vous faites parce que vous êtes une personne de nature à faire plaisir.

de | 11 avril 2017

 

faire plaisir

11 choses que les gens ne réalisent pas que vous faites parce que vous êtes une personne de nature à faire plaisir.

Image crédit : www.shutterstock.com

11 choses que les gens ne réalisent pas que vous faites parce que vous êtes une personne de nature à faire plaisir.

La plupart du temps les personnes de nature à faire plaisir ou gentilles sont mal perçues dans notre société. On les assimile vite à des personnes faibles et sans caractère, alors que ce sont des personnes serviables, avec un bon fond et sensibles. Et souvent les gens qui sont trop  » gentils » sont ceux qui souffrent le plus.

Être gentil n’est pas un manque de caractère mais un signe de respect.

Soyez gentil. Vous ne savez jamais quand le peu de bonté que vous montrez va changer la vie de quelqu’un, ou la vôtre. -Kirsty Coventry

1. Vous ne savez pas comment couper les ponts avec quelqu’un.

Vous ne savez pas comment abandonner les personnes toxiques dans votre vie, par peur de blesser leurs sentiments ou qu’ils vous haïssent. Vous préférez continuer à les supporter plutôt que de savoir que quelqu’un dans votre entourage qui vous déteste.

2. Vous vous excusez littéralement pour tout.

Votre phrase la plus utilisée est: je suis désolé. Vous vous excusez pour tout dans votre vie, même lorsque ce n’est pas nécessairement de votre faute. Vous vous sentez mal à l’aise à l’idée que les personnes autour de vous se sentent mal vis-à-vis d’eux-mêmes, alors vous vous en attribuez une grosse part de responsabilité et vous culpabilisez de ce que vous auriez pu faire.

3. Vous ne savez pas comment dire « non ».

Vous ne dites jamais non. Même si vous avez la grippe, vous vous rendez toujours au travail. Même lorsque vous êtes épuisé et que vous manquez de sommeil, vous prendrez toujours le temps de sortir avec vos amis. Vous prenez votre mal en patience juste pour rendre vos proches heureux.

4. Vous ne prenez pas assez de temps pour vous.

Etant donné que vous vous sentez obligé de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour satisfaire vos proches, vous avez tendance à oublier de prendre du temps pour vous. Vous prenez rarement un jour de congé pour vous détendre et profiter de votre propre compagnie. Vous êtes toujours en déplacement, sans jamais reprendre pleinement votre souffle. Vous appréciez les personnes qui sont dans votre vie plus que vous ne vous appréciez vous-même.

5. Vous retenez des rancoeurs du passé.

Vous avez tendance à vous accrocher à des situations passées que vous auriez voulu cependant éviter, mais auxquelles vous vous étiez laissé faire parce que vous êtes une bonne personne et qu’on vous avait dit de le faire. Vous gardez ces expériences en mémoire et gardez beaucoup de colère contre les personnes qui ont profité de votre gentillesse.

6. Les gens profitent souvent de vous.

Vos amis et votre famille peuvent parfois profiter de vous parce qu’ils savent que vous ferez littéralement n’importe quoi pour eux. Cependant, si vos amis vous pressent de faire des choses avec lesquelles vous vous sentez mal à l’aise, vous ne mettrez pas en péril votre bien-être simplement pour entretenir des liens d’amitié.

7. Certaines personnes pensent que vous êtes faible.

Certaines personnes ne comprennent pas pourquoi vous en faites autant pour les autres et pourquoi vous êtes si attentionné. Ils ne comprennent pas que cela vous procure un immense plaisir de donner le sourire aux autres, et ils ne comprennent pas comment une personne saine d’esprit peut mettre ses propres sentiments de côté pour d’autres personnes.

8. Vous ne savez pas comment être égoïste.

Vous ne savez pas comment prendre des décisions vous-même ou poursuivre ce qui vous convient si d’autres personnes ne sont pas d’accord avec cela. Vous vous sentez très mal à l’aise avec le fait de faire des choses avec lesquelles d’autres personnes sont en désaccord, surtout si ce sont des personnes qui vous sont chères. Vous préférez être un réconfort pour elles, plutôt que de poursuivre ce que voulez et ce dont vous avez besoin.

9. Vous préférez vous blesser vous-même plutôt que blesser quelqu’un d’autre.

Avant de faire une déclaration ou de mettre en pratique quoi que ce soit, vous vous dites: «  Que penseraient mes amis? ». Qu’est ce que ressentiraient mes proches? Au lieu de prendre une décision basée sur vos propres sentiments, vous la prenez pratiquement en fonction des autres.

10. Vous vous accrochez à des amitiés et à des relations passées, même si elles ne vous apportent aucune satisfaction.

Vous gardez un oeil sur tous vos ex et vos anciennes connaissances parce que vous ne voulez pas les décevoir ou leur faire de la peine. En réalité, vous ne faites qu’aggraver votre état, ce qui pourrait poser davantage d’angoisse et des problèmes dans le futur. Vous devez les laisser partir.

11. Vous êtes un expert dans les analyses trop poussées.

Il n’y a rien qui échappe à votre analyse. Vous ne pouvez vous en empêcher, mais avant de faire quoi que ce soit, vous demandez toujours l’avis de vos proches, car vous voulez aussi faire un choix qui leur convient. C’est toujours au sujet de leurs sentiments et de leur bien-être. C’est toujours ce qui convient aux autres. Et jamais ce qui convient directement à vous ou vos besoins.

Si vous avez le choix entre être juste et gentil, soyez gentil, vous serez toujours juste.

Source vous êtes une personne de nature à faire plaisir : thoughtcatalog.com

 

9 réflexions au sujet de « 11 choses que les gens ne réalisent pas que vous faites parce que vous êtes une personne de nature à faire plaisir. »

  1. Jeffrey Tourigny

    Je n’aime pas cet article parce qu’il extrapole en présumant que la personne est une victime de sa condition humaine, citant point négatif sur point négatif…

    Je crois qu’il est parfaitement possible de rester authentique à sa nature gentille et altruiste tout en se trantant soi-même avec le même respect. Pour cela il faut simplement se regarder soit-même à la troisième personne. On EST quelqu’un, et donc les r`gles qu’on applique aux autres, on doit aussi les appliquer à nous-même.

    Il faut simplement que la personne trouve des raison d’y voir sa propre force, et je crois pas que c’est en s’exprimant comme si être gentil étant un problème personnel que ca va aider… :/

    Répondre
  2. Monique Gilbert

    Je me reconnais très bien, on dirait qu’on parle de moi. À part 2 ou 3 petites exceptions, c’est tout moi.
    Je voudrais maintenant m’adresser à Jeffrey, au contraire de ce que tu dit, je me reconnais très bien et j’en suis vraiment fière. Je ne me suis jamais aimée, je ne me trouvais que des défauts, et je ne m’aimais pas, souvent, je me lamentais sur mon sort. Je jouais à la victime avec moi-même.
    Maintenant, je sais que je fais pleins de belles choses pour les autres. Et ma mission de vie est d’aider les autres donc je pensais que je ne faisais rien dans ce sens. En plus, je commence à m’aimer et à prendre confiance en moi et à me faire confiance. Si ça fait rire quelqu’un et bien tant mieux j’aide encore une personne à être heureuse. Et que je suis probablement unique en mon genre. J’en suis vraiment ravie. Merci à la personne qui a écrit ce texte qui me fait encore grandir.

    Répondre
  3. tomtom

    pour moi ,etre gentil c aimer et respecter son prochain ,avoir envie de le connaitre et de ne pas avoir de barriere envers les gens
    etres humain ,pas etres singe

    Répondre
  4. Cadichon

    Cet article pue la Vérité. Pour qu’on arrive à m’écrire, j’ai été forcément espionné! Quant à ceux qui pensent autrefois, je les invite à être vraiment gentils et ils verront pourquoi leur croyance actuelle ne change rien en la réalité de cet article mais je dois leur dire aussi c’est Tant mieux pour eux de garder leur présente façon de penser. Être gentil, rès fois ça tué et n’était-ce le fait qu’on se sent bien qu’en professant cet état à l’endroit des aimé, je disais qu’il n’y à aucune intérêt à l’être pas même la justice. Car ceux ou celle qu’on sert ne tergiverse point à se passer de nous Quand l’intérêt y est. Elle changent de cause Elle change de chose. Elle se métamorphose alors que nous, on souffrir même de ne plus pouvait servir. ! Bravos à l’auteur de particle et je lui pardonne de m’avoir parfaitement espionné.

    Répondre
  5. Chahid

    C’ es t bien tout sa, vous nous rappellez ce qu’on sait deja et cekon fait au quotidien , ce serait encore mieux si vous nous dites comment sortir de tout sa ou comment le controllé parce que en vous lisant on realise le coté pathetique de la chose , nous sommes comme des marionnettes au fait parce que tout simplement nous sommes gentille et voulons toujours faire plaisir même quand cela va contre notre propre volonté. Vous décriez le mal sans apporter une solution et cela crée une certaine colère…

    Répondre
  6. 999manu999

    Face à cet article, je constate que c’est tout à fait moi.

    Et pour ma part, j’en souffre

    Répondre
  7. Nah

    La gentillesse est tout simplement un état de reconnaissance de l’autre, une marque de respect, je pense que c’est tout à fait naturel de respecter quelqu’un qu’on aime, non
    En fait, je dirais carrément que c’est tout à fait humain, rien de plus
    Triste pour ceux qui ont perdu la connexion en leur coeur, qui se sont déshumanisé parce que trop blessés, devenus faibles, et, mais quel plaisir de faire plaisir à quelqu’un qu’on aime, et si on aime l’humanité, n’est-ce pas tout simplement parce qu’on sait voir la profondeur du coeur de l’autre, car, on ne voit en l’autre que ce que l’on a en nous 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *