Partagez cet article
Annonce

jour de ma mort

Étrange? Pas tellement. Si après avoir lu ce texte vous pensez être toujours en vie, tant mieux!

Sinon, il est bon de repenser s’il y a encore un souffle de vie en moi. Je vais vous dire comment tout cela s’est passé.

Annonce

Mon premier épisode de mort s’est produit lorsque j’ai cru qu’il y avait des vies plus importantes et plus précieuses que la mienne. Le plus étrange, c’est que je l’ai appelé humilité. Je n’ai jamais pensé à la possibilité d’un abandon de soi.

Je suis mort un peu plus le jour où j’ai cru en une vie idéale, stable, sûre et confortable.

J’ai commencé à ne pas savoir comment gérer les changements. Ils m’ont terrifié.

Puis il y a eu d’autres morts. Je me souviens que j’ai commencé à perdre des secondes précieuses de vie quotidienne, depuis que j’ai commencé à consulter mes peurs au lieu de mon cœur. Dès lors, j’ai commencé à souffrir plus vite et à être possédé par une succession de petites morts.

Je suis mort le jour où mes lèvres ont dit non. 

Pendant que mon cœur criait, oui! Je suis mort le jour où j’ai abandonné un projet à la moitié par manque de discipline. 

Annonce

Je suis mort le jour où je me suis abandonné à la paresse. Le jour où j’ai décidé d’être ignorant, boulimique, cruel, égoïste et inhumain avec moi-même. Vous pensez que vous ne décidez pas de ces choses? Je suis désolé. Mais si ! 

éviter les déceptions

Chaque fois que vous échangez une vie saine contre des dépendances, de la gourmandise, de l’inactivité physique, des drogues et de l’aliénation intellectuelle, émotionnelle, spirituelle, culturelle ou financière, vous faites un choix entre vivre et mourir.

Je suis mort le jour où j’ai décidé d’être dans une mauvaise relation, juste pour ne pas être seul. 

Plus tard, j’ai réalisé que j’échangeais l’affection contre la commodité et l’amour contre l’amertume. Je suis mort de nouveau, le jour où j’ai abandonné mes rêves pour un amour supposé. J’ai confondu la relation avec la possession et la jalousie avec la passion.

Annonce

Je suis mort le jour où j’ai cru à la critique des gens cruels. 

moments de solitude

Le pire d’entre eux? Moi-même. Je suis mort le jour où je suis devenu esclave de mon indécision. Le jour où j’ai prêté plus d’attention à mes rides qu’à mes sourires. 

Annonce

Je suis mort le jour où j’ai envié, comméré et diffamé. Je n’avais même pas réalisé à quel point j’étais devenu un vampire du bonheur des autres. Je suis mort le jour où j’ai cru que le prix était plus important que la valeur. Je suis mort le jour où je suis devenu compétitif et aveugle à la beauté de l’unicité humaine.

Je suis mort le jour de mon départ aujourd’hui pour demain. 

moments de solitude

Voulez-vous connaître le plus étrange? Demain n’est pas arrivé. C’était vide … Pas d’histoire, de musique ou de couleur. Je ne suis pas mort de causes naturelles. J’ai été assassiné tous les jours. Les raisons de ces abandons étaient une succession d’excuses et de malentendus. Mais il s’agissait toujours de décisions.

Le plus ironique de tout cela?

Les gens qui vivent bien n’ont pas peur de la vraie mort.

Ceux qui vivent mal souffrent de cela, même s’ils sont déjà morts. C’est celui à qui je dis au revoir.

Signé,

Le courage / Jean Charles