Je ne serai jamais une femme qui rentre dans la norme

de | 28 novembre 2015

dans la norme2

Je ne serai jamais une femme qui rentre dans la norme

 

Je préfère me retrouver en plein air, me promener sur une route non revêtue, porter mon regard sur la pleine lune avec une bouteille de vin rouge dans mes mains.

Je préfère avoir des enfants quand bon me semble, et non parce que la société l’attend davantage ou l’exige.

Je préfère me retirer dans un hamac sur la plage pendant six mois, et tremper ma plume au service de mon âme.

Je préfère être extrêmement fauchée par moments, plutôt que d’être mariée à un travail dont je n’arrive plus à payer l’hypothèque, et qui s’accroche à moi comme un hameçon.

Je préfère posséder des moments, que des investissements.

Je préfère manger seule, plutôt que d’être assise avec des femmes futiles.

Je préfère nager nue dans la bioluminescence, avec la lumière provenant des lucioles se projetant sur mes cheveux, ma poitrine, et le long de mon dos.

Je préfère faire le poirier toute nue sous le clair de lune lorsque personne ne regarde que de choisir des robes de demoiselle d’honneur.

Je boirais plutôt une bouteille de rhum de sept ans remplie de sable, sentir une légère odeur de fumée et de cendres que de rester assise lors d’une cérémonie religieuse pesante.

Je préfère apprendre de la vie que d’accumuler une montagne de dettes, dans un bureau.

Je boirais l’océan, encore et encore, afin de célébrer le fait d’être vivante.

Je préfère que mon amour soit défini par l’amour lui-même, ni plus ni moins.

Je n’ai pas besoin d’un anneau à mon doigt pour prouver que je suis amoureuse.

Je préfère prendre le bus, que de dépenser de l’argent inutilement à m’enfermer dans des quartiers où l’on se crée des murs et où l’on s’isole de la société. M’asseoir à côté d’une chèvre, écouter du Raggaeton et manger une mangue verte avec du sucre ou du sel, emballée dans un sachet et vendue dans un sac en plastique par une femme qui fait son petit business dans le quartier.

Je n’ai nul besoin d’un diplôme pour prouver que je suis intelligente.

Je n’ai pas besoin de posséder un bout de terre avec quelques morceaux de bois dessus pour avoir le sentiment de réussir. Personne n’est réellement propriétaire de terrains de toute façon – mais nous pensons l’être.

Mon compte épargne a très peu à voir avec ma richesse.

Je préfère étaler mon derrière comme une lionne chaque matin et profiter de chaque coin de mon lit vide.

J’opterai pour un travail que j’aime et la liberté au lieu d’un travail découlant des régimes complémentaires de pension, sans aucun doute.

Je ne travaillerai pas sans relâche pour ne vivre que lorsque mon corps sera vieux et fatigué.

Les stocks sont pour les personnes qui reçoivent de l’argent en se désossant pour l’argent.

Personne ne devrait avoir des enfants selon l’idéal, car il n’y a pas de date d’expiration pour cela.

Je ne vais pas boire ces anciennes formules de boissons Kool Aid dont la formule a été modifiée pour formater le mental de la société actuelle, non je ne le ferai pas!

Je ne vais pas suivre les procédures voulues et obtenir les agréments requis des formalités administratives, et enchainer une chasse au trésor – une route que beaucoup de gens entretiennent.

Si nous devons établir des jalons – le mien sera mesuré par la quantité de joie que j’ai recueillie à la fin de chaque journée et le nombre de fois dans cette vie où j’ai vraiment, et profondément, ouvert mon cœur…

…Que j’ai cherché, que j’ai vu, que j’ai aimé, et que je me suis réalisée.

Janne Robinson

Sandra Véringa

63 réflexions au sujet de « Je ne serai jamais une femme qui rentre dans la norme »

  1. NF

    Avoir des enfants quand bon lui semble ?
    Mais encore ? Attendre jusqu’à 40 ou 45 ans pour faire son premier enfant ?
    Mais c’est trop tard, là. Si c’est un choix délibéré et conscient de faire des enfants aussi tard,
    il y a des mots pour qualifier ce genre de personne et de mentalité. Mais la politesse la plus élémentaire m’empêche de les écrire ici.

    Pas besoin d’un diplôme pour prouver l’intelligence ?
    Non, en effet. Mais pour trouver un travail qui soit dignement rémunérateur ? Si.

    Se dire « rebelle », c’est « bien », mais attention à ne pas se faire rattrapper par la réalité de ce monde.

    Répondre
    1. KG

      Un texte et un état d’esprit magnifique, qui sont parfaitement en accord avec ce que je pense. 🙂 Puisse-t’il un jour pouvoir rencontrer une personne comme ça.

      Répondre
        1. Laly Jordan

          Joli texte mais pas faire des enfants à 60 ans non plus!!! C’est mieux ne pas les avoir et profiter bien de tout ce qu’elle écrit…. laisser un enfant orphelin par choix!? c’est très très très égoïste!!!!!…. après ce qu’on fait avec nôtre vie ça n’incombe a personne !

          Répondre
    2. Geneviève Pelletier

      Lorsqu’on s’attarde sur une seule phrase pour y trouver l’objection obscure et rationnel d’un commentaire pour étouffer le reste de véracité qui s’étale dans ce texte c’est que tu as bien peu compris de la vie KG…
      Je te souhaite tout de même un jour de savoir goûter la beauté dans l’imperfection et l’équilibre entre l’esprit bohème et le rationnel du quotidien.

      Signée : Ancienne bohème et désormais mère de 3 enfants et universitaire routinière accomplie puisque rien N,est impossible , que chaque chose vient en son temps et que le bonheur réside en l’Équilibre en soi-même…

      Répondre
      1. Audry Créature

        Enfaite je suis un homme 🙂 au cas vous pensez que…enfin bref vive la liberté !!!

        Répondre
      2. Coco

        Je suis assez d’accord avec cette analyse 😉 quand on trouve l’amour de sa vie alors parfois un anneau est beau et représente un lien merveilleux aussi 🙂 a chacun son bonheur… L’essentiel est de ne pas se juger les unes les autres.. La vie est BEAU c’est ce qu’une amie australienne nous avait proclamé après plusieurs pints de bière ….c’était il y a 25 ans pendant un tour d’Irlande en vélo mémorable réalisé avec une amie…depuis maman de trois ados dont l’un d’entre eux est infirme moteur cérébral je savoure d’avoir réalisé un rêve et à présent d’être propriétaire pour adopter notre maison à son handicap…la vie se charge de nous donner des missions mais dans min coeur je reste rebelle 😉 for ever

        Répondre
    3. Audry Créature

      La réalité de ce monde c’est que ton boulot, ta maison, tes jolie enfants, ta belle caisse, tes ami(e)s etc… Un jour en traverse un autre, tu te lève et tu n’as plus rien au mieux tu te réveille pas on t’enterre et une autre personne reprend ton boulot, ta maison, ta belle caisse etc… rien n’est acquis alors OUI c’est bien la stabilité mental, physique et financière mais un diplôme n’est pas une garantie d’immortalité.

      Répondre
    4. Alice

      NF : Non de dieu quelle réponse ! J’hallucine. Ma mère m’a eu à 37 ans, et j’en suis très heureuse. Je vois pas ce que ça peut te foutre qu’elle ai un enfant quand bon lui semble, je ne pense pas que se soit ton putain de problème, après si ce n’est pas ce que tu ferais je peux le concevoir. Mais de là à critiquer le fait qu’elle ai un enfant tard, si c’est ce qu’elle veut ! Ca va loin là.

      La seule vraie politesse est si tu avais eu l’amabilité de te restreindre à écrire ce commentaire.

      Répondre
    5. Emma

      @NF : Avoir des enfants n’est pas une obligation, si on n’est pas prête à 30 ou même 40 ans où est le problème ?
      Et si la réalité de ce monde n’est pas la mienne alors tant pis, mais au moins je serai en paix avec moi-même…

      Répondre
      1. Christine

        J’ai eu mon 3iem enfant à l’age de 37 ans, et alors? je suis bien heureuse de ne plus être dans les normes depuis presque 7 ans. Bravo pour ce très beau texte

        Répondre
    6. Eve

      Oui effectivement ya un mot …. jugement !!! Même si elle décide d’avoir un enfant à 40 ans … et à ce je comprend avec sa copine ( mais ça c’est tellement secondaire ) qu’est-ce qu’on en a à foutre ??? Si l’enfant est heureux et de plus le parent l’est n’est ce pas ce que une famille mérite ??!?!

      Répondre
      1. Sylvia la Rouge

        Ben oui, j’ai eu mon fils à 40 ans après une vie de baroude, une de mes amies a eu sa fille a 45 ans, et alors???

        Répondre
    7. Victor

      Bonjour 🙂

      Mais encore ? Attendre jusqu’à 40 ou 45 ans pour faire son premier enfant ?
      Mais c’est trop tard, là.

      => Ah bon ? Pourquoi ? Y a t’il une loi universelle qui dit qu’avoir un enfant tard c’est « trop tard » ?

      Si c’est un choix délibéré et conscient de faire des enfants aussi tard,
      il y a des mots pour qualifier ce genre de personne et de mentalité.

      => Ah bon ? on parle de quels mots exactement ?

      Mais la politesse la plus élémentaire m’empêche de les écrire ici.

      => Non c’est pas la politesse, c’est la morale et la « bonne pensée », version « moi j’ai la vérité, j’ai tout compris et je me retiens de pas te l’écraser dans la gueule, petite, parce que t’es trop conne pour la comprendre. Moi je suis quelqu’un de digne et d’expérimenté. »

      Pas besoin d’un diplôme pour prouver l’intelligence ?
      Non, en effet. Mais pour trouver un travail qui soit dignement rémunérateur ? Si.

      => Je n’ai aucun diplôme et je gagne très bien ma vie en ayant monté ma propre activité de thérapeute.

      Se dire « rebelle », c’est « bien »,

      => Attention, là, la morale arrive ! Le « moi je sais », va se faire entendre… TIN TIN TINTIN :

      mais attention à ne pas se faire rattrapper par la réalité de ce monde.

      Traduction : « Ecoute petite, tes belles histoires c’est mignon, mais réveille-toi avec tes conneries. » Sous-entendu : « écoutes-moi, moi je sais. » J’applaudis. Bravo.
      Et puis… on parle de quoi là au juste ? Une réalité figée et vieille dans laquelle l’être humain est un rouage d’un système plus grand que lui et où sa plus grande espérance de vie, c’est d’être un pièce bien huilée pour la mécanique de l’ensemble de la machine ? En somme, un système dans lequel l’être humain est plus proche du robot que du vivant ? Et puis la « réalité », franchement… ! Comment est-il possible d’asséner des grandes phrases pareilles « la réalité de ce monde » ?!
      S’il vous plaît, illuminez-moi, j’espère que vous aurez une réponse à cette question que se sont posées tous les philosophes, les scientifiques et les mystiques de tous les temps. Donnez-moi la clé que vous avez l’air d’avoir !

      Pour finir je dirais ceci : il est facile d’écraser les autres avec SA réalité, (c’est de l’extrêmisme – au passage – ), il est beaucoup plus ardu de comprendre la leur sans vouloir la rectifier. Ca demande du courage…

      Et j’ai choisi de ne pas le faire dans votre message en vous contredisant plutôt qu’en vous comprenant, mais, j’en avais besoin !
      Je vous remercie donc de m’avoir permis de me lâcher et vous souhaite une excellente journée.

      Répondre
      1. sandrine40-67

        Qqu’un a dit plus haut….
        J’aimerais rencontrer une femme comme ça ? moi…… je souhaiterais la rajouter a mes amis.
        Quand a toi Victor…. AUSSI.
        Bien écrit bien pensé…. J’adore cette réponse claire et tellement pertinente ❤
        Dans ce monde on a perdu la liberté d’expression er la plupart sont rentrés dans un système de jugements….
        Laissons donc chacun vivre à sa guise…. Sans être obligé de se mettre dans une case pour ci, un tiroir pour ça, en fait prison comportementale des moutons de Panurge ?
        Certains pourraient lire les accords toltèques ❤
        Tout mon amour ❤

        Répondre
        1. Farah

          Les quatre accord toltėques devraient être lus et pratiqués par tous et ce genre de discutions n’aurait pas lieu…avec amour Farah

          Répondre
    8. j'adore

      NF ou bien tu le fais exprès ou bien t’as rien compris à la vie de cette femme, qui visiblement n’est pas du tout comparable avec la tienne. Elle a choisie de vivre pour elle à sa manière et comme elle l’entend plutôt que d’exister pour les autres, et ça visiblement tu semble vraiment pas le comprendre.
      Ya aussi un mot pour une personne qui a travail (du latin tripalium, instrument de torture…) bien rémunéré, ce mot c’est mouton, ou mougeon, un mix du 1er et de pigeon. L’argent ne contribue nullement à apporter des expériences de vie enrichissantes

      Répondre
    9. maylie

      ce n’est pas être rebelle,c’est être tout simplement,comprends le sens du texte sans juger sens du texte,ne pas être un mouton…

      Répondre
    10. Clemence

      Bonjour,

      On peut tout a fait combiner la realite de ce monde et la reverie sans etre une simple ado rebelle =)
      Je vis ainsi depuis 5 ans maintenant et ou que j’aille, je trouve du travail, bien remunere, dans des domaines completement differents. L’annee derniere je conduisais des chiens de traineaux en Norvege. Aujourd’hui je suis barmaid et veilleuse de nuit dans un hotel.
      Alors oui jai un diplome, mais j’ai rencontre des gens avec uniquement un bac qui avaient des super boulots.
      C’est bien que vous n’ayez pas ose qualifier les personnes de 40 ans qui decident davoir leur premier enfant par politesse. C’est bien de ne pas entrer dans le jugement =) Pourquoi l’enfant aurait il une plus ou moins bonne vie ? Mieux vaut avoir un enfant quand bon me semble plutot que de l’avoir trop jeune et de lui inculquer mes incertitudes par rapport a la vie =)

      Bonne journee a vous tous !

      Répondre
    11. martinez

      ou …toi je te sens frustrée et jalouse des gens qui vivent comme bon leur semble!!!mais rassure toi tu n est pas seule….

      Répondre
    12. Akira

      Il est des pays où la validation des compétences et des connaissances ne passent pas forcément par les diplômes. C’est particulier à la France. Quant à faire un enfant à 40 ans, pourquoi pas si c’est un libre choix? Si çà n’a pas été possible avant? A partir du moment où ce n’est pas contre nature, je ne vois pas où est le problème

      Répondre
    13. Johanne

      Que de jugements ! Que de mépris ! Qui es-tu toi, pour critiquer, juger sermonner ? De plus, non seulement tu argumentes mais tu sembles détenir la science infuse…

      (( Se dire « rebelle », c’est « bien », mais attention à ne pas se faire rattraper par la réalité de ce monde )) Se dire REBELLE en fait c’est absolument TOUT ce que tu n’es pas. Incapable de t’affranchir et de t’afficher dans tes propres convictions, tu t’inclines afin de te fondre dans la masse et avoir le sentiment d’être conforme, et surtout de plaire… tu préfères te diluer et ce, même au risque de perdre ta propre essence. C’est plus tranquille, rassurant… enfin, c’est ce que tu crois mais il n’en est rien. Quoique tu fasses, quoique tu dises, il y aura toujours quelqu’un pour te critiquer, pour te dénigrer ! Alors…

      Être rebelle, marginale nécessite audace et courage… Se libérer de la pensée unique, du jugement des autres ! Affirmer ma pensée et revendiquer mes idées est sans aucun doute mon plus bel accomplissement sur le plan humain car je me permets d’être ! Je rend hommage à la femme que je suis. Je célèbre mon unicité ! ?

      Répondre
    14. Mary

      Justement elle ne cherche pas un « travail rémunérateur » !..elle cherche à faire ce qu’elle aime!…et si c’est rémunérateur alors tant mieux!…c’est sa liberté d’Etre quelle prône et non son « avoir »….justement la « réalité » de ce monde n’est que du formatage!…elle veut s’en éloigner…elle a raison la plupart des êtres humains sont des « moutons » c’est pour cela que le monde ne tourne par rond! pas assez de personnes qui raisonnent par elles-mêmes et se posent les bonnes questions!…ce n’est pas parce que une erreur se propage et se multiplie qu’elle devient une vérité….(Gandhi)?…..

      Répondre
    15. MC Linepunch

      Visiblement la réalité de ce monde vous a déjà complètement happé vous. Ou alors vous n’avez rien compris à ce qui est décrit ici….. Et pour ça aussi il y a des mots que la bienséance m’empêche d’utiliser pour vous qualifier !! 😉

      Répondre
    16. Gaëlle

      Pourquoi avoir besoin d’un travail dignement rémunérateur si on a besoin de peu pour vivre ? Pour être reconnu en tant que tel et pour briller en société ?
      la réalité du monde nous rattrape lorsque l’on se résigne à vivre ce que l’on cherche à nous faire croire comme bon pour nous. Chacun est libre de choisir son mode de vie. Chacun à le droit penser et de dire sa vision de la vie.

      Répondre
    17. KoWa

      Ma grand-mère à eu mon père à 43 ans 🙂 dans les années 50 et il s’en porte très bien ! Lui-même père de mon demi-frère à 51 ans et pareil, il en est admiratif … À bon entendeur, salut !

      Répondre
  2. HAMELIN

    Marre de la pensée unique, pensons marginal !! (Le Pied de la Pompe)
    Bravo pour cette belle leçon de vie … Et que chacun s’y mette, ce n’est pas en jugeant, l’esprit cloisonné par le bien-pensant et toutes ces règles qu’on nous impose, toujours plus restrictives de liberté …
    Quel monde allons nous laisser à nos enfants et/ou ceux des autres ?? Un esclavagisme moderne : bosse, paye, ne réfléchis surtout pas, bouffe nos informations triées sur le volet, subis nos règles ET CREVES !!
    Alors NON !! Je refuse de me soumettre et invite au contraire au soulèvement !!
    VIVE LA LIBERTE, DE PENSER ET D’AGIR !!!!!!

    Répondre
  3. Anne Gordon Chilliard

    T’as rien compris NF, tu vois c’est avec des gens comme toi qu’il ne fait pas bon vivre, esprit etrique…

    Répondre
  4. Audry Créature

    J’oublié les truc sur l’acool à poile sur la plage etc… je trouve que c’est tout pourri mais pour les diplômes et la liberté de pensé vivre selon son choix j’suis d’accord le reste j’men fiche. Re-bisous

    Répondre
  5. Judy

    Oui femmes rebelles! Ce qu’elle dit est vrai! Et ceux qui disent le contraire, tant pis, ils sont incapable de trouver qui ils sont et vont prendre des tites pillules pour soigner leur dépressions ! C plus facile de faire comme tout le monde, ont se fait pas juger.mais yen a pas de bonnes façons de faire , ont choisi ce que l’on veux être , et être comme tout le monde n’est pas synonyme de faire les bons choix. Faire ses propres choix,, vivre comme on a envie si c’est ça être rebelles alors j’aime mieux être rebelle . Pis rebelle ou non la réalité est la même , la perception qu’on en fait est différente!

    Répondre
  6. Clem

    Je crois que NF n’a pas dû lire réellement cet article.
    Vivre en ayant un travail « bien rémunéré » ne fait définitivement pas partie de nos préoccupations. L’argent ne fait en rien le bonheur.
    Il s’agit ici d’ouvrir son esprit et d’aspirer à d’autres préoccupations que la routine du métro, boulot, dodo qui ne nous apporte rien.
    Bref que ta vie doit être ennuyeuse! Ouvre les yeux ! 🙂

    Répondre
  7. Dame Sil

    Je serais bien triste si je vivais la vie de cette personne, je n’y vois qu’une anarchiste solitaire. Ne se sent-on pas inutile ? Vide de sens ? Seule ? Et vous trouvez ça marginal ? Hors norme ? La plupart des femmes (et de surcroit adolescentes) que j’ai côtoyées se revendiquaient de cette état d’esprit. Tous différent, mais de la même façon. Dommage.
    Je précise que j’ai un certain confort acquis avec un de ces diplômes qui ne définissent en rien mon intelligence mais mes connaissances, que mon quotidien se définit par une envie de partage et de compassion qu’avoir un travail ou un gentil mari n’entrave en rien, que l’argent est pour moi un moyen parmi d’autres et non un but. Ce n’est pas en rejetant le monde qui nous entoure qu’il deviendra plus beau, c’est uniquement en changeant de perspective.

    Répondre
    1. Louky

      Dame Sil votre choix de vie vous correspond? tant mieux… celle qui a écrit ce texte ne veut en rien vous faire changer de vie , elle expose SA vision à ELLE de la vie.. que cela ne vous conviennent pas soit mais en quoi cela est vide de sens ? pour qui pour vous ? pour elle non! une anarchiste solitaire? qu’en savez vous? la route qu’elle suit est peut être peuplée d’amis et elle choisi de se réserver de moment en tête à tête avec elle même..
      J’ai atteint le demi siècle et suite à certains écueils je me suis sérieusement posée la question du sens à ma vie..Et j’ai soudain réalisé que de vivre ce que les autre attendait d’une vie « normale » soit une job relativement bien payée, une maison hypothéquée, des possessions matérielles etc, ça ne m’apportait absolument pas le bonheur .. j’ai réalisé que les 2/3 de mon salaire me servait uniquement à payer pour aller encore plus travailler (auto, assurance, hypothèque, uniforme d’hôpital, stationnement, taxes etc..) On nous vends du rêve de bonheur par procuration, et on nous dit d’attendre la retraite pour vivre… quand on y arrive enfin c’est souvent cassé par la vie et le travail, plus capable de profiter des beaux jours.. retraite de misère juste à peine suffisante pour manger , se vêtir et se loger. avoir travailler toute une vie pour engraisser les 1% ….. j’ai changé tout mon mode de vie, vendu ma moitié de la maison à mon ex et sa nouvelle compagne, quitter mon emploi en milieu hospitalier, et pris la route. ..et enfin le bonheur, enfin la santé retrouvée , la solitude oui mais c’est ressourçant d’être capable de bien s’entendre avec soi avant de pouvoir s’entendre avec d’autre! et à voyager seule on rencontre plus de gens qu’à vivre sédentaire….enfin la liberté de vivre comme bon me semble! la route (plus de maison mon van westfalia seulement, tout ce que je possède encore y est ) besoin de travailler seulement quelques semaines par an (pur vida) et j’ai plus de richesse qu’avant! le sud en hiver! d’auberge de jeunesse en camping, l’été sur la route avec ma maison à roue, de lacs en rivières , de bord de mer à la montagne, au gré de mes envies … les récoltes , pour manger et continuer la route mais dehors sous le soleil , dehors ou est la vie ! travailler pour vivre pas vivre pour travailler! .. et les rencontres!!! .. les jeunes que je croise sur ma route sont bien plus ouverts que nous l’étions , ils vous semblent anarchiste ? tant mieux! vivre hors du cadre : out of the box! c’est peut être la seule alternative pour que demain soit une nouvelle réalité plus solidaire, plus équitable, pour que le partage du monde devienne un monde de partage! .. c’est devenu, à mon sens, la seule vraie vie ..mais ça c’est ma vision à moi la gauchiste -écolo-altermondialiste-locavore simplissite-minimaliste- anarchiste que je suis devenue depuis 2 ans …
      la joie et le soleil qui vivent en moi m’ont redonné la santé et rajeunie..alors si ce que cette fille vit vous dérange c’est très bien : on avance seulement quand on est dérangé !!

      Répondre
      1. karine

        bravo!
        changer de vie est une forme de courage, que peu de gens ont….
        c’est aussi la liberté….!
        je suis admirative car moi je n’ai pas franchi le cap….le franchirais je un jour?
        pourtant j’épouse toutes ces idées.
        bonne route!

        Répondre
      2. didi

        Magnifique changement de vie, félicitation d’avoir eu ce courage! La vrai liberté à mes yeux, échapper à cette société de consommation, plus de pression sociale ni aucune contrainte.
        Bonne continuation à vous

        Répondre
      3. j'adore

        Merci Louky, je n’ai pas besoin de faire de réponse, tu as tout dit 😉

        Répondre
      4. katalane

        magnifique texte et explication! vous êtes une femme admirable et je suis heureuse pour vous que votre esprti ce soit ouvert même à 50 ans. peu importe l’âge ,le plus important c’est que vous l’ayez ouvert.
        soyez heureuse et épanouie

        Répondre
      5. My Lê

        Louky, merci pour ton témoignage et me donne de la joie. En effet, à la 2ème moitié de la quarantaine, je viens de prendre des dispositions pour quitter le travail fin juin 2016 pour vivre, VIVRE vraiment. Je partage entièrement « ta » vérité.

        Répondre
      6. P'tite nana

        J’adore tout votre argumentaire c’est tellement ce que je pense de la vie je suis certainement plus jeune que vous puisque je n’ai que 38 ans mais qu’est-ce que ça peut m’inspirer c’est ça que je veux vivre vous avez raison la vraie vie est là où on ne l’attend pas

        Répondre
      7. Farah

        Haha Louky tu pourrais être mon âme sœur….tu m’as touché …
        Donc voici pour toi, un écrit spontané :

        Que le soleil te réchauffe le cœur,
        la brise te raffraichit dans la chaleur,
        que tes rêves s’emplissent de magie,
        que toujours en rose tu vois la vie,
        Que le chemin sois ta demeur,
        Qu’il emplisse tout ton cœur,
        Que tel le sage qui voyage,
        Vers de plus verts pâturages,
        Sans se soucier du lendemain,
        Va comme lui un peu plus loin,
        Et touche ton être profondément,
        En dégustant chaque moment.

        With love,

        Farah

        Répondre
  8. Jenny

    Très beau texte dans lequel je me retrouve.
    Pourquoi rentrer dans un moule qui ne nous convient pas et être des moutons, je ne vois pas l’intérêt de ressembler à tout le monde et de perdre son identité.
    Je travaille sur moi depuis 2 mois et je n’es jamais été aussi heureuse et vivante même si j’ai des fins de mois difficiles mais tant qu’on a des supers amis et de famille où et le pb

    Répondre
  9. Eve

    Tout est dit rien à ajouter excepté que je suis membre de ce club et wow 😉

    Répondre
  10. cyrielle

    Quel est le titre du livre dont est extrait cet article svp?
    Merci. 🙂

    Répondre
  11. Amélie

    Mouais, ce que vous préférez représente ce que 90% des femmes préfère. Donc ce point du vu là, vous êtes dans la norme ?

    Répondre
    1. My Lê

      Amélie, fais-tu partie des 10% ?
      Quand bien même ce serait vrai ce que tu dis, sur les 90%, combien ont « sauté le pas » ton avis ? Ou encore : es-tu sûre que la société consumériste (qui te consume à petit feu) est conçu pour satisfaire ces 90% de femmes ?
      Je sais, il y a beaucoup de questions mais tu m’inspires !

      Répondre
  12. Carinne Morin

    Merci de nous partager ton si beau texte. Son essence est venu directement se relier à mon diapazon. On comprend tous à chacun différemmennt l’étât de ton Être que tu livré avec transparence. Merci …. ça m’a permise de me recentrer sur mon Être qui parfois oublie que j’ai le droit d’être différente. Que j:ai pas à avoir les mêmes valeurs que la Normeet de pas m’en culpabilisé et que je ne suis pas seul 😉 Juste Bravo

    Répondre
  13. LeBonMars

    En fait, c’est écris par une casos’. Etre libre, oui, vouloir faire ce qu’on veut, oui. Mais quoi qu’on en dise, il faut de toute façon travailler pour survivre, dans n’importe quel société, n’importe quel modèle économique, n’importe quel politique et dans n’importe quel espèce. Cet article est tellement stéréotypé (dans les deux sens; le cassos de l’un, le mouton de l’autre) que c’en est ridicule. Les gens veulent se sentir différent, mais ils imposent leur manière d’être et au final, les plus originales sont celles qui se respèctent, respèctent les autres, trouvent du travail (études ou non), peuvent être fières de fonder une famille, etc. C’est beau ce qui est écrit, si c’est écrit par un enfant de 8 ans. Mais le monde bouge, ton pain va pas apparaitre seul dans ta main. Même si tu veux une vie simple, sur les routes, sans attache. Il faut manger, et pour manger il faut bosser. (Cultiver ses propres légumes en est un) et au final, qu’est-ce que tu y gagnes a part de la pseudo fiertè ridicule, et un concept du « bonheur » qui t’es propre mais très limité ? Rien. Je travaillé, mais en CDD. Je vie près de ma famille. J’aime les voyages. Je ne vote pas. J’aime être a poil dans la nature. J’aime être seul, de temps en temps. Et alors, est-ce que j’ai envie d’imposer mon mode de vie a tout le monde ? Je peux prendre des vacances quand je veux, voir ceux a qui je tient, voyager, je n’ai pas envie de crédibiliser les hommes politiques dans leurs démarches tant mensongères qu’envahissantes. Je fume, je bois, je vais au ciné, je fais ce que je veux. Etre libre c’est pas forcement aller a l’exact opposé de ce que la société veut t’imposer. C’est choisir par toi même ce qui est bien et ce qui ne te plait pas dans ce que l’on te propose. Et trouver des solutions. Sans les imposer aux autres, auquel cas tu deviens un pseudo politicien, tombé aussi bas que les autres.

    Répondre
  14. Gygy

    Pourquoi on se donne le droit de critiquer tous et personne. Vivons comme bien nous semble mais toujours respectant la vie qui nous entoure. Sans faire aux autres ce que nous voulons pas qu’on nous fasse.

    Répondre
  15. Alexiane d'adopte un autostoppeur

    Un texte tres bien ecrit dans lequel je me retrouve totalement, la route c’est ma vie et ma vie est sur la route je la trace comme je le souhaite quand je le souhaite au gres des aventures que la vie m’apporte

    merci pour ce texte
    Alexiane (adopte un autostoppeur)

    Répondre
  16. UFL

    Plutôt conventionnel comme type de personnes.Nous sommes en 2017.
    Mais pensez vous vraiment? Dites vous ce que vous pensez et faites vous ce que vous dites???

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *