Une nouvelle recherche révèle que se plaindre vous rend littéralement malade et vous tue à petit feu

de | 15 avril 2016

se plaindre

Image Crédit :upliftconnect.com

Une nouvelle recherche révèle que se plaindre vous rend littéralement malade et vous tue à petit feu

Tout le monde le fait à un moment ou un autre, mais jusqu’à quel point la plainte est-elle bonne pour la santé? On pourrait la considérer comme une simple décharge de frustration et la justifier comme un moyen nécessaire pour rester sain d’esprit.

La personne moyenne se plaint au moins une fois par minute au cours d’une conversation.

Etant donné que nous faisons tous l’expérience de la négativité ou de situations non désirées dans notre vie, c’est un terrain d’entente sûr lequel nous pouvons tous nous identifier.

En fin de compte, rien ne change vraiment grâce à nos plaintes ou tous les sentiments et pensées négatifs que nous dissipons et qui finissent par nous affaiblir.

Axés à l’origine sur le négatif comme un moyen de survie, nous aurions tendance à être plus en accord avec ce que nous ne voulons pas ou apprécier de le changer (d’y apporter un changement). Plus nous posons notre regard sur quelque chose qui peut être blessant, plus nous sommes programmés pour être sur nos gardes.

Se plaindre est une façon de reconnaître un problème sans essayer de le régler. Cela alimente le problème avec plus d’énergie et crée plus de stress. Les plaintes sont à égalité avec le tabagisme lorsqu’il s’agit de notre système de soins de santé.

Le stress causé par le fait de se plaindre endommage constamment les neurones dans l’hippocampe et altère sa capacité à créer de nouveaux neurones ou des chemins neuronaux. L’hippocampe est la partie du cerveau utilisée pour résoudre les problèmes et le fonctionnement cognitif.

Lorsque vous écoutez quelqu’un d’autre se plaindre cela vous affecte de la même manière que si c’était vous-même qui vous plaigniez. Voici quelques façons de limiter les effets de la plainte.

se plaindre

Définissez la plainte, suivez sa fréquence et prenez conscience à chaque fois que vous vous plaignez et pourquoi vous le faites

Une plainte et une constatation sont différentes dans le sens où l’une est une déclaration et l’autre est un sentiment ou une opinion jointe à la déclaration. « Il fait vraiment chaud à l’extérieur » est une observation. Elle devient une plainte lorsque vous y ajoutez « Il fait vraiment chaud à l’extérieur, et je commence en avoir marre ».

Soyez attentif lorsque vous annoncez une plainte et jusqu’à quel point vous le faites. Vous pouvez le faire devant votre écran ou même en vous parlant à vous-même. Comprendre à quel point cela est un vrai problème est une première étape.

Prenez vos distances avec les pleurnicheurs incorrigibles

Maintenant que vous savez à quel point il est nuisible d’être entouré de personnes qui se plaignent constamment. Si vous êtes coincé dans une situation ou un lieu, essayez d’être proactif et productif vis à vis des problèmes, et proposez des solutions.

Transformez la plainte en quelque chose d’autre

Par exemple avec des déclarations positives telles que, « Je n’aime pas conduire pour aller au travail, mais je suis reconnaissant d’avoir un emploi ». Ne laissez pas vos paroles finir sur une note négative.
Une autre excellente façon de le faire est par le changement, le « Je dois aller au travail » peut être remplacé par, « J’ai la chance d’aller travailler aujourd’hui ».

Une des meilleures façons de retirer les déclarations négatives dans votre vie est en retirant de vos phrases le mot « Je » ou « Moi ». Faites ce que vous avez à faire mais évitez de tirer l’attention sur vous-même si vous ne parvenez pas à être positif.

Sources

  1. http://www.inc.com/jessica-stillman/complaining-rewires-your-brain-for-negativity-science-says.html
  2. https://www.psychologytoday.com/blog/the-athletes-way/201301/cortisol-why-the-stress-hormone-is-public-enemy-no-1
  3. http://psychpedia.blogspot.ca/2015/11/the-science-of-happiness-why.html
  4. http://www.apa.org/helpcenter/stress-body.aspx
Sandra Véringa

50 réflexions au sujet de « Une nouvelle recherche révèle que se plaindre vous rend littéralement malade et vous tue à petit feu »

  1. arnold lamberty

    On aime et collectionne cette multitude d’articles dits scientifiques ¸qui nous mettent en garde contre les  »dangers » de la critique du doute et de l’indignation ; acceptez votre place et votre sort et vous vous en porterez à merveille pendant que le vampirisme corportif tout azimut vous saigne tout juste assez pour vous préserver jusqu’à la prochaine saignée; le bien-être et la béatitude reviendront bien assez vite lorsqu’on aura botter du derrière de milliardaires psychopathes. Entretemps baignez dans ces articles bidons qui vous espèrent docile et schizophrène

    Répondre
    1. Domi

      Tout à fait d’accord ! Si on croyait à ces articles bidons, on en serait encore au moyen-âge et avec un gouvernement dictatorial !

      Répondre
      1. Macronade

        Ah parce vous appelez ca autrement que de la dictature ? Peut etre la dictature au suffrage universel alors

        Répondre
    2. bruce lee

      pourquoi tu lis ces articles, si tu n’y vois rien de concrètement évolutif. je travaille, dans un environnement stressant et avec des collègues qui se plaignent sans arrêt, perso ça me casse les pieds. Ensuite c’est une étude et je pense que les personnes qui publient ce genre d’articles sont certainement plus à même de conseiller les gémiards et autres victimes de ces personnes toxiques, que toi à critiquer et juger les personnes qui publient ainsi que ses lecteurs.
      36 ans d’arts martiaux et un seul principe: humilité, abnégation et respect!

      Répondre
    3. Laetitialala

      C’est bien mr Arnold Lamberty vous avez bien compris le propos de l’article et vous nous faites une belle illustration !!!! Hahaha !!!

      Répondre
      1. Marlène

        Laetitialala,

        En quoi ce M. Lamberty a-t-il compris l’article ??? Parce que vous êtes d’accord, probablement puisque vous jouez au professeur en disant « vous avez bien compris », sous-entendu, tout comme moi….

        Ce type de commentaire (qui n’a rien d’une analyse) démontre que les individus qui en sont les auteurs sont binaires, étroits d’esprit, méprisants et manipulateurs…. Pour vous, donc, cesser de se plaindre signifierait accepter de financer des psychopathes milliardaires !! C’est profond et très large comme vision !!
        Entre cesser de geindre et se soumettre il y a un gouffre : on peut au moins arrêter de se plaindre car cela diminue nos propres défenses immunitaires, cela pollue l’entourage, surtout si vous ne faites rien pour vous en sortir mais que vous prenez les autres pour des déversoirs…

        Répondre
        1. Damy

          Marlène,
          Je crois que c’était de l’ironie 😉

          Je suis assez d’accord avec le fond de l’article (même si je désaprouve le titre racoleur, l’article ne mentionnant aucune nouvelle recherche, le titre en devient mensonger), et, à l’attention M. Lamberty, ne pas se plaindre ne signifie pas « ne pas agir », bien au contraire : souvent, quand une situation ne nous convient pas, on a le choix entre se plaindre (et donc se focaliser sur le problème) ou agir (et se focaliser sur les solutions), et les deux sont assez peu compatibles 😉

          Répondre
    4. onibaba

      le truc que j’ai constaté , c’est lorsque j’ai un petit problème banal ou grave voir meme insignifiant la réaction en pensées du genre putain de merde, c’est que de la dobe…. diminue grave le courage pour faire face. J’ai l’impression de que ce problème est beaucoup plus lourd a porter. Comme si j’abdiquais et me laissé diriger par ces sentiments de … Le fait de changer mes réactions d’abord les sentiments que m’inspirent les petits blèmes, me demande beaucoup plus d’énergie et c’est un des freins . Je suis tombé sur une doc sur le triangle de Carpman ( étude sur les raisons et méthode de résolution des conflits Persecuteur, Persécuté et sauveur) Pour ceux qui sont en milieu hostile: petit pics dans les discutions, mauvaise ambiance de groupe etc.. moi ca m’a permis entre autre de ne pas entrer dans les jeux des sous entendus, du malaise que bcp transfert dans leurs relations et de rester leger donc de beaucoup moins me fatiguer a repondre a des sous entendus ou.. que les personnes souvent ne calcul meme pas. Mais etre noyé dans des mauvaises ambiances et tout et tous j’étais dedans et pour en sortir j’ai du changer ma culture donc études , littérature, arts, sports et de fait j’étais, dans ces activités, avec des gens bcp plus positifs . Bref je pense que l’article dit des trucs qui sont constatables au niveau individuel et on une part de vérité mais est bidon dans le sens ou les astuces et trucs pour les remèdes sont tres loin de sufir .

      Répondre
    5. Isa

      Est ce que tout va bien dans le meilleur des mondes ? Non, cessons de nous mentir à nous même en faisant comme si tout était parfait. Après, râler contre tout n’est pas une solution non plus ! Tout est question d’équilibre et de modération peut être ?

      Répondre
  2. arnold lamberty

    Et peut-on mentionner la mievrerie et représentation sommaire du couple céleste dont la femme ici baisse docilement les yeux en reconnaissance de son maître et en soumission à son impératif ; mais si mais si j’exagères à peine.

    Répondre
    1. Le Mezec Quentin

      cet article est juste. Il faut juste le lire pour le côté scientifique qu’il apporte, et votre réponse n’est pas adaptée à son contenu. La pensée négative annule. Elle détruit un individu. La pensée positive construit. Un homme peut se détruire par la plainte, en ce sens, que la plainte provoque des charges éléctriques négatives dans le cerveau, et peut à peu détruisent les circuits positifs qui sont créés.

      Répondre
      1. Marlène

        Merci Quentin Le Mezec pour votre réponse, vous êtes plutôt bienveillant face au mépris !

        Restez constructif ! ça fait du bien et c’est inspirant…

        Répondre
    2. Marlène

      Monsieur Lamberty,

      Vos propos montrent combien vous n’êtes pas ouvert et probablement toujours prêt à dégainer lorsqu’il s’agit de montrer aux autres combien ils sont stupides, crédules et dénués de sens critique…
      Votre vision « d’une femme baissant docilement les yeux en reconnaissance de son maître et en soumission à son impératif » est l’illustration de ce que vous dénoncez chez les autres et elle est presque comique tant elle est caricaturale et sans réel rapport avec dessin ! Quel serait ici l’impératif de l’homme ? En quoi est-elle soumise ? Auriez-vous un sérieux problème de relation avec les femmes ??
      Prenez la peine d’approfondir votre vision intérieure du couple, vous qui fustigez justement ceux qui, selon elle bien sûr, n’ont pas le sens critique assez développé et sont prêts à être des moutons !!
      Pourtant il est clair que vous aimeriez bien que ces mêmes moutons se rangent à votre façon de voir les choses et vous approuvent, réalisant leur grossière erreur d’avoir lu cet article et de lui avoir accordé un peu de crédit, passant ainsi de la soumission à une étude à une soumission plus logique et rationnelle car elle vous serait destinée !!
      Si ces articles vous débectent, ne les lisez pas, et si vous voulez « éclairer » les autres, ne les méprisez pas !

      Répondre
  3. Solenn Laure

    Très bon article qui amène à porter son attention sur les habitudes de notre mental, surtout.
    Observer , prendre du recul, sortir de la fatalité et passer au choix, à l’action choisie. µMerci

    Répondre
  4. mascaux

    Continuez donc à vous plaindre !! On n’a pas dit qu’il fallait se laisser faire mais juste ne pas focaliser sur le négatif et en même temps polluer tout le monde ! autant profiter de la vie sinon ça n’a pas de sens

    Répondre
  5. Cael

    Arnold Lamberty,
    Comment espérez-vous « botter du derrière de milliardaires psychopathes » si les personnes qui vous entourent sont toutes dépressives et sans entrain?
    Sans même parler de la véracité scientifique de l’article en question, il est évident que se plaindre n’a jamais résolu un problème et plombe le moral.
    Il ne s’agit donc pas « de la critique du doute et de l’indignation », il s’agit de la résignation et de l’affirmation de son impuissance via le fait de se plaindre. Et si on gardait notre esprit critique, mais qu’à la place de se plaindre des problèmes, on s’en tenait juste à des constatations neutres et/ou à des propositions de solutions?
    « J’ai chaud, ça me saoule » -> Ne fait du bien à personne, pas même à la personne qui parle.
    « J’ai chaud, je vais enlever mon gilet » ->Neutre, ne plombe pas l’enthousiasme de ceux qui nous entourent.
    « J’ai chaud, viens on se motive pour refaire l’isolation de la maison durant mes congés? » -> Constatation + Proposition d’une solution.
    Il me semble que c’est cela, le propos de l’article. Et non pas de nous dire « Acceptez tout et n’importe quoi sans broncher. »
    C’est bien de voir les choses négatives.
    Mais c’est le fait de macérer dedans sans rien faire et en enfonçant les autres qui crée le genre de climat morose favorisant le champ d’action des dits « milliardaires psychopathes »: ceux qui profitent du besoin de consommer pour compenser la négativité ambiante, par exemple, sans parler du business pharmaceutique avec les antidépresseurs & Co.
    Et je ne vois pas le rapport entre l’article et votre deuxième commentaire décrivant une image assez abjecte d’une relation de couple.

    Répondre
    1. Domi

      Cael.

      Ah oui voilà ! Cela me parle plus. J’aime cette réflexion :

      Oui, ne pas faire l’autruche, ne pas être « bisounours » ,
      être RÉALISTE et voir comment fonctionne le système, la société. Voir le positif, et le négatif : les injustices, les
      aberrations, etc, etc, etc la liste est longue………
      Nous avons le droit de nous plaindre, d’exprimer nos idées, nos sentiments, et ressentiments, d’être mécontents,
      même en colère, ……… mais il est préférable de ne pas se complaire dans nos plaintes et nos colères. – AGIR ! –

      Même si ce n’est pas toujours évident ! Un exemple parmi TANT d’autres : ceux qui sont contre les pesticides sont toujours obligés de les subir malgré toutes les demandes et pétitions pour les supprimer…… « Le pot de terre contre le pot de fer » ! …….. n’est-ce pas décourageant ?!…..
      Quand AGIR n’est plus suffisant que faut-il faire ?!……

      Voilà pourquoi beaucoup de personnes sont découragées et se plaignent.

      AGIR nous permet de commencer à ne plus subir, et si nous devenons de plus en plus nombreux à AGIR les choses changeront inévitablement ! L’UNION FAIT LA FORCE !
      Les peuples de la planète forment un GRAND nombre.
      Les « milliardaires psychopathes », les lobbies, les élites, ceux qui tirent les ficelles du monde,…. etc….. sont bien moins nombreux que tous les peuples réunis ! Si nous nous unissons tous et AGISSONS, le monde peut changer ! J’en suis certain. L’ UNION FAIT LA FORCE !

      Répondre
      1. ANGELINA

        Super analyse.j ‘suis d’accord à 100:100. .la plainte sans action ne sert à rien si ce n’est à si complaire.

        Répondre
    2. Domi

      Cael.
      Cael.

      J’ai remis mon commentaire pour plus de clarté.
      Ah oui voilà ! Cela me parle plus. J’aime cette réflexion :
      « C’est bien de voir les choses négatives. Mais c’est le fait de macérer dedans sans rien faire
      et en enfonçant les autres qui crée le genre de climat morose favorisant le champ d’action
      des dits « milliardaires psychopathes » …. »

      Oui, ne pas faire l’autruche, ne pas être « bisounours » — tout le monde il est beau
      tout le monde il est gentil — , être RÉALISTE et voir comment fonctionne le système,
      la société. Voir le positif, et le négatif : les injustices, les aberrations, etc, etc, etc…….
      la liste est longue………
      Nous avons le droit de nous plaindre, d’exprimer nos idées, nos sentiments, et ressentiments,
      d’être mécontents, même en colère, ……… mais il est préférable de ne pas se complaire
      dans nos plaintes et nos colères. – AGIR ! –

      Même si ce n’est pas toujours évident ! Un exemple parmi TANT d’autres : ceux qui sont
      contre les pesticides sont toujours obligés de les subir malgré toutes les demandes et
      pétitions pour les supprimer…… « Le pot de terre contre le pot de fer » ! ……..
      n’est-ce pas décourageant ?!…..
      Quand AGIR n’est plus suffisant que faut-il faire ?!……

      Voilà pourquoi beaucoup de personnes sont découragées et se plaignent.

      AGIR nous permet de commencer à ne plus subir, et si nous devenons de plus en plus
      nombreux à AGIR les choses changeront inévitablement ! L’UNION FAIT LA FORCE !
      Les peuples de la planète forment un GRAND nombre.
      Les « milliardaires psychopathes », les lobbies, les élites, ceux qui tirent les ficelles du monde,….
      etc….. sont bien moins nombreux que tous les peuples réunis !
      Si nous nous unissons tous et AGISSONS, le monde peut changer ! J’en suis certain.
      L’ UNION FAIT LA FORCE !

      Répondre
    3. Marlène

      Cael,

      Le cynisme et le mépris de certains sont assez hallucinants… c’est pourquoi, j’apprécie d’autant plus votre intervention, merci !

      Je suis moins tolérante que vous sur les interventions hautaines et condescendantes, je vous tire mon chapeau pour votre maîtrise face à ce que je ressens comme de la bêtise, de l’orgueil, du dédain, ou tout ça à la fois !!

      Répondre
  6. buzz

    Cael, vous avez tout à fait raison. La nature des gens, l’article en parle, ce serait lié à un héritage psychique(bio-chimique) de l’Homme de la préhistoire. La plupart, ils aiment le négatif, cela rassure sur le fait d’être toujours vivant.
    Ou on peut dire, la peur du positif, éviter le « tout va bien » pour se dire j’avais raison.
    Cette troisième guerre mondiale, ou appelons là comme nous voulons, ne fera que rendre plus fort les extrêmes : les gens de nature positive le seront encore plus et inversement.

    Répondre
  7. dhondt

    je me plains depuis des annéees, un ado qui ne veut pas manger correctement, moi fibromyalgique, et seule avec, pas d’homme à la maison, je vais bientôt mourir, je serai tranquille

    Répondre
  8. Lily

    Jai faite un acv voila 3 ans et demi je travaillais à mon compte. Je n’avais pas d’assurance j’avais des réer je n’avais un peu de côté j’ai tout dépenser … la peur de ne plus jamais pouvoir m’acheter rien … je comprend que l’énergie venais de moi .ces se que je fesais qui comptais plus.

    Répondre
  9. Jeff

    TOTALEMENT FAUX !! LA PREUVE .. Raler et-se plaindre augmente l esp-rance de vie !! http://www.demotivateur.fr/article-buzz/r-ler-et-se-plaindre-augmente-l-esp-rance-de-vie-c-est-prouv-j-en-connais-qui-vont-tre-contents–1843

    DONC SVP CESSEZ DE RACONTER N IMPORTE QUOI …………… avec vos articles et vos titres honteux et mythomane,…. Ou EST L’ALTERNATIVE AUX MEDIAS CLASSIQUES AVEC VOTRE SITE ??? J EN VOIS AUCUNE !! VOUS RALYEZ TOUT ET N’IMPORTE QUOI !!
    VOUS ETES MEMES PIRE CAR VOUS RELAYEZ ENORMEMENT DE FAUX

    Répondre
    1. Claire C.

      Bonjour, désolé mais nos sources sont plus récentes que l’article que vous citez. C’est pour cela qu’il est indiqué une nouvelle étude.

      Répondre
  10. rochdi

    être positif c est donner aux autres et aider .être négatif c est attendre de la vie des autres des miracles. voila la différence.l article je crois met l accent sur le fait de voir les bons choses qu on possède et dire merci de les avoir.tous les jours .et non pas de voir le coté vide du verre.toujours en manque.je vis dans un pays dictature ou tout s arrache avec larmes et amertumes ou les gens sont constamment au prise avec les corrompus.mais ça n empêche pas qu il y a des gens heureux avec le minimum qu ils possèdent.il y a la prière ,le travail bien fait, soigner ses parents,entretenir la famille, aider les voisins; avoir les bons amis.même comme vous dites au moyen age et dictature on peut vivre heureux avec les choses simples et ne pas toujours râler et se plaindre en restant vigilant devant les dictatures et corrompus..je crois même dans un pays riche serviable je serai malheureux si je m en fiche de remercier la la providence des bienfaits et remercier les parents et la famille.

    Répondre
  11. L. Pingault

    Un article-plainte qui souligne le négatif. et propose des voies vers un esprit positif. Mais tout est équilibre se plaindre peut aboutir, comme la parabole de la prière: si un casse-pieds m’empêche de dormir par ses plaintes incessantes j’y accederai pour avoir la paix. Allways ask, you risk only à YES

    Répondre
  12. la

    C’est bien beau tout ça, mais l’homme n’est pas fait pour travailler… les exemples sont vraiment pas terribles…

    Répondre
  13. Punkmusic

    Ouais c’est ça en fait : laisser les gens râler de leur côté, les abandonner en se disant qu’on va finir comme eux au lieu d’essayer de les aider sans forcément se rendre compte du parcours différent de chacun, faire comme si la vie était « toute blanche » ou « toute noire » et ne faire aucune nuance, les « gentils », les « méchants » hein….les mecs réveillez-vous : dans la vie y a du négatif, ok on en échappe que rarement et ça ne fait pas de bien, mais d’une part tout garder pour soi n’est pas forcément une bonne chose (et encore, il faut savoir garder son jardin secret), et de l’autre BEAUCOUP DE GENS QUE VOUS NOMMEZ « NEGATIFS » EN SOUFFRENT et inciter à les abandonner ne fera qu’alimenter ce cercle vicieux : ils se sentent mal, on les abandonne, ils se sentent encore mal….C’est vrai qu’on doit faire des efforts par nous-même, car personne n’est à l’abri d’une souffrance, mais ce n’est pas en incitant au chacun pour soi que ça va forcément aider certaines personnes (et croyez-moi, je sais de quoi je parle)….mais merci les mecs de vous faire exister et de vous faire du pognon sur la crédulité de nombreux « débiles mentaux » qui vous suivent : la société vous en sera reconnaissante !

    Répondre
  14. Dom

    mais c’est vrai qu’il nous a saoûlé la majorité du temps . les optimistes vivent qd même bcp mieux !

    Répondre
  15. Dom

    Et ma tante qui ne s’est jamais plainte, toujours optimiste malgré le dc de son mari assez tôt, d’un de ses fils, de sa belle-fille, toujours optimiste va quand à elle fêter ses … 97 ans, née en 20 !

    Répondre
  16. ANGELINA

    Touta fait d’accord!!! se plaindre sans agir cré un sentiment d’impuissance et cré du stress

    Répondre
  17. Vera icon

    Les mots que l’on dit touchent notre corps et l’esprit des autres. C’est réel ! Cultiver le positif rend joyeux, c’est communicatif !
    Oui on peut changer le monde par notre bonne humeur !
    Y a qu’à voir la morosité ambiante de tout un peuple en ce moment autour des élections et autres informations.
    Un exemple : on peut être fâché à un moment, il suffit que quelqu’un arrive à nous faire rire pour que nous ne puissions plus faire semblant d’être fâché ! Le corps et l’esprit sont lié ! Alors oui ! cultivons une manière de s’exprimer positive, le seul moyen de changer ce monde dans lequel on nous tient avec la peur !

    Répondre
  18. sophrophil

    C’est rigolo vos chamailleries, cela dénote d’un positivisme autre que dans les nuages, vous réagissez à vos émotions.
    Regardez vous vous plaindre devant votre miroir, et que voyez vous? rien qui change à vos habitudes, par contre apprenez à plus vous plaindre et vous trouverez que le monde va changer autour de vous.
    L’énergie que vous développerez ne sera pas la même, et oui, se plaindre stimule les amygdales cérébelleuses qui est le centre de
    l’anxiété, par contre positivé stimule le cortex insulaire qui lui est le centre de l’empathie, de la joie…..
    Alors réagissez et médité sérieusement à ces sujets, cela portera probablement ses fruits.

    Répondre
  19. Rivière

    Pas besoin d’étude Pour savoir cela c’est tout à fait vrais je le dit souvent aux autres que l’on doit profiter de ce que l’on a se lamenter nous met mal à l’aise nous rend nerveux nous stress on a l’impression de s’étouffer nous vivons dans un monde trop speed on veut tout et tout de suite il faut savoir mettre un frein à tous cela prendre le temps de respirer et accepter de vivre avec nos acquis avoir des projets à long terme pour nous aider à avancer pleurer sur son sort ne changera rien au problème mais détruira nôtre état de santé
    La vie est ce que l’on en fait alors apprenons à vivre avec ce que l’on a construit et arrêtons de nous plaindre

    Répondre
    1. Thérèse Bernier

      Tout à fait d’accord avec vous. La reconnaissance : Si je prends le temps de remercier l’  » UNIVERS  » pour tous les bienfaits qu’il me donne, il ne me restera plus de temps pour me plaindre. Notre attitude , notre facon d’agir, de réagir face aux événements de la vie , les pensées que nous entretenons dans notre esprit y sont pour beaucoup dans le maintien de notre santé physique et mentale ( plus que la nourriture que nous inguérons). Des gens sont d’éternels plaignards, toujours insatisfait , à la recherche du bonheur qu’ils croient pouvoir trouver dans les possessions matérielles, les plaisirs éphémères, l’abus , la consommation à outrance (sexe, alcool, drogue , nourriture , etc….) . Ils éprouveront toujours un manque, un grand vide, un besoin constant d’avoir ceci, cela et pourtant r ien de tout cela ne saura comblé leur  » vide intérieur « . Le bonheur, le bien-être réside en nous, dans notre  » ETRE « , et non dans notre  » paraître  » (qui somme toute ne fait que nourrir notre « égo). Il est tout à justifiable de vouloir s’assurer d’une vie comfortable car * ventre affamé n’a pas d’oreilles *, mais il y a des limites . Des gens ont peu et sont très heureux, souriant, morde dans la vie alors que d’autres très bien-nantis sont toujours mécontent, insatisfait. D’ailleurs c’est un fait que le plus haut taux de suicide est dans les pays riches et industrialisés. Il y a de quoi se questionner.

      Répondre
  20. LePouvoirauPeuple

    Texte ne prenant pas en compte les effets/conséquences psychologiques de pervertion narcissique par exemple…

    Répondre
  21. lilou berthoud

    un remède à tout cela ? allez dans un atelier d’art et remplossrz-vous d’activité créatrice … si vous vous critiquez et n’êtes pas satisfait, vous ne pouvez que vous regarder en face et finir par vous apprécier !! La relation aux autres en sera embellie et votre cerveau fonctionnera très bien !!

    Répondre
  22. Christel

    C’est plus facile à dire aux autres positivé mais moins facile à appliquer pour soi-même. Mais l’important et que si vous avez de vrais amis ou une famille qui vous aime, ils vous diront j’étais dans le même angrenage que toi exemple victime de ma gentillesse et vampiriser. Mais il n’y a que nous même qui avons la clé. A force on comprend que notre plainte est entendu et nous changeons car je les vécu et cela rends malade entraîne encore plus d’anxiété et le silence et la gratitude de ne pas être dans un pays du tiers monde qu’il y a plus malheureux. Vous prier pour ceux qui souffrent et vous remercier dieu ou l’univers d’avoir un toit sur la tête. Et la joie revient quand on a constaté cela. Envoyé vos prière méditation pour que la terre aille mieux que l’industrie n’epuise pas les ressources vitales et s’il y a des gens aux placer qui ont le courage de faire avancer cela avec l’unité et la fougue des peuples qui suivent cela ne serai que du positif.

    Répondre
  23. Robert Locatelli

    Je ne vais pas me plaindre de ce que je lis ici, car je culpabiliserais de me plaindre mais simplement dire que je suis fatigué de ces articles . L’homme est hombre et lumière et avec humilité essayons (moi y compris) d’accepter que nous n’avons pas tous le même rytme ainsi quand certains sont dans la phase sombre heureusement d’autres sont dans la phase lumineuse.et que la roue tounre: Crise et victoire c’est le processus de toute croissance organique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *