in

« La blessure est l’endroit par lequel la lumière entre en vous. » – Rumi

Partagez cet article
Annonce

La blessure

« La blessure est l’endroit par lequel la lumière entre en vous ». Même si la phrase du poète Rumi est courte, sa signification mène à de profondes réflexions.

En tant qu’êtres humains, naturellement, nous avons tendance à rechercher une vie hédoniste, nous entourant de toutes sortes de plaisirs, comme le bien-être, bien manger et bien boire, satisfaire les désirs de la chair, de l’ego et de la possession de biens matériels. Certains essayent de se sentir importants, privilégiés et heureux à tout prix.

Annonce

Si notre nature cherche ce qui nous rend heureux, comment pouvons-nous être reconnaissants de ce qui fait mal? Nous fuyons la souffrance. Presque personne, sain d’ esprit , ne veut une situation qui cause de la douleur.

Quand nous y réfléchissons, il y a beaucoup de sagesse et de vérité dans la phrase de Rumi, et nous pouvons chercher à savoir comment cela se matérialise dans nos vies.

Nous cherchons à grandir et à évoluer à mesure que nous mûrissons. 

  • Mais combien d’entre nous réfléchissent à ce que signifie réellement ce chemin? 
  • Quel est le prix que vous payez pour recevoir la lumière? 
  • Et devenir lumière?

Tout le monde vit avec des blessures. Et elles sont tellement douloureuses pour ceux qui les portent, qu’elles sont presque toujours cachées et déguisées, pendant qu’elles sont là: brûlantes et vivantes comme un doigt qui vient d’être brûlé.

Personne ne veut perdre un être cher, comme aucun être humain ne veut subir la violence, l’humiliation ou la privation. Mais c’est la douleur qui nous apporte la lumière. 

Annonce

De quelle manière? Qu’est-ce que ça veut dire?

La joie et le bonheur nous laissent dans une zone de confort , physique, émotionnel et psychologique, ne nous incitant pas à réfléchir profondément à la vie. La douleur de la perte, du traumatisme ou de la culpabilité, par contre, nous amène à revivre la douleur encore et encore, en réfléchissant à nos erreurs et à quel moment le chemin qui a conduit à cette fin aurait pu être évité.

Celui qui fait l’erreur reflète l’erreur. Celui qui frappe célèbre le coup et passe à autre chose. L’erreur nous fait stagner au même endroit, jusqu’à ce que nous apprenions la leçon qui doit être apprise.

La blessure
Image crédits : Pixabay

Une vie pleine de joie et sans problèmes n’existe pas, mais si elle existait, elle ne permettrait pas de grandir. Quand on va bien, on ne ressent pas le besoin de réfléchir, de changer et de transformer une situation en une autre. Si je ressens du plaisir, qu’est-ce qui changerait cette situation? Cependant, si je ressens de la douleur, je ferai tout pour sortir de ce moment. Même si cela fait mal, à un moment donné, je serai obligé de faire face à mes propres démons, mes propres erreurs, pour échapper à la souffrance. Et ainsi la lumière sera faite.

Annonce

C’est la douleur qui nous transforme, qui nous fait grandir et nous renforce, peu importe d’où elle vient: la trahison de quelqu’un que l’on aime, l’absence de père ou de mère, l’abandon, le rejet ou la culpabilité d’avoir blessé quelqu’un: le poids de ses propres imperfections. Nous sommes des humains, des êtres errants, à la recherche de quelque chose de plus grand, d’un mode de vie avec moins de douleur et de petitesse.

Et le beau paradoxe est celui-ci: ce n’est qu’en affrontant la douleur que nous apprenons à vivre avec elle main dans la main. Et après cela, nous trouvons que c’est une belle leçon de vie.

La douleur, lorsqu’elle est réellement confrontée, est capable de devenir légère, par le pouvoir efficace de transformation qu’elle possède. La douleur nous transforme, nous éloigne. C’est à travers elle que nous cessons d’être des êtres humains ignorants, pour devenir des personnes au-dessus de la superficialité d’une existence banale.

Il est difficile de s’imaginer désirer la douleur ou la souffrance, mais cela vaut la peine de prendre conscience, au moins, que c’est grâce à elle que nous devenons de meilleurs êtres.

Un livre qui m’a fait pleurer était un recueil de lettres de Mère Teresa de Calcutta à certains de ses supérieurs de l’église («Viens, sois ma lumière»). Mon émotion n’était pas due à la beauté du livre ou à son contenu, mais à la compassion pour la souffrance d’une personne aussi noble.

Annonce

Mère Teresa portait secrètement la douleur et la culpabilité du doute de sa propre foi. Le poids qu’elle portait était si grand et si caché, que personne n’aurait pu l’imaginer sans la publication de ces lettres. La douleur de son doute et la profonde culpabilité qui pesait sur ses épaules faisaient d’elle la lumière qu’elle était dans ce monde.

Aucun de nous n’est à l’abri de la douleur. Naturellement, nous essaierons d’éviter toute souffrance, jusqu’à ce que l’on comprenne réellement qu’elle fait partie de quelque chose de plus grand et de bénéfique, même si cela semble contraire à ce que notre nature recherche.

Seule la conscience de la beauté existant dans la douleur et dans les ombres de nos propres histoires transformera nos blessures en lumière, en plus de ce que nous sommes.

Que toute notre douleur soit accueillie avec courage, nous transformant en des êtres plus proches que ce que nos âmes prétendent. Souhaitons la lumière! Même si pour cela, nous devons d’abord affronter les ténèbres les plus redoutées.

Découvrez également : 6 leçons de vie que tout le monde peut apprendre de Mère Teresa

Annonce

Publié par Sandra Véringa

J’ai rejoint l’équipe ESM en 2014. Il y a beaucoup de choses qui se passent sur la planète qui vont à l’encontre de mes valeurs, j’ai voulu faire de mon mieux pour jouer un rôle dans la création de changements. Depuis que je travaille pour ESM, il y a eu de grands changements dans ma vie et j’espère pouvoir sensibiliser et faire changer la mentalité de notre société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

horoscope

Horoscope du Vendredi 15 janvier 2021

cerveau sain

Un neuropsychologue dit: la base d’un cerveau sain est la gentillesse