in

Je te pardonne non pas parce que tu mérites le pardon, mais parce que je mérite la paix

Partagez cet article
Annonce

pardonne pardon

Je te pardonne non pas parce que tu mérites le pardon, mais parce que je mérite la paix

« Le pardon est la plus grande forme d’amour.

Il faut une personne forte pour dire « désolée » et une personne encore plus forte pour pardonner… ».

Annonce

Je te pardonne, mais j’ai aussi tiré une leçon de vie. Je ne te détesterai pas, non, mais je ne serais plus proche de toi, car je ne te laisserai plus l’occasion de me faire du mal.

Je ne veux pas que mon pardon me fasse paraître naïf.

Je te pardonne non pas parce que tu mérites d’être pardonné, mais parce que je mérite simplement la paix.


Il existe deux types de pardon :

femme lune
Image crédit : Shutterstock / Pixabay

-Le premier type de pardon est lorsque vous pardonnez à l’autre et que vous lui donnez une seconde chance.

– Le deuxième type de pardon est lorsque vous pardonnez à l’autre mais que vous choisissez de poursuivre votre chemin sans lui/elle.

Eh bien, cette fois je décide de tourner le dos à la douleur … de continuer … seul!

Annonce

Je te pardonne, mais cela ne veut pas dire que j’accepte ton comportement ou que je te fais confiance.

Je te pardonne pour moi, parce que je veux retrouver ma vie, parce que je dois passer à autre chose.

pardonne pardon
Depositphotos

Ce n’est pas parce que je t’ai pardonné que cela signifie que j’accepte ce que tu as fait; cela signifie tout simplement que je suis en paix avec ça.

Je ne le laisserai plus jamais contrôler ma vie. Je me reprends en main.

J’ai choisi de briser les chaînes qui me gravitaient vers le bas, et je tourne à présent le dos au passé. Je choisis de ne pas regarder en arrière, parce qu’il n’y a rien qu’on puisse y faire.

Je ne polluerai plus mon cœur avec de l’amertume, de la peur, de la méfiance ou de la colère.

Je te pardonne parce que la haine est juste une autre façon de te retenir, et ta place n’est plus ici désormais.

Annonce

Je ne savais pas à quel point j’étais fort jusqu’à ce que j’ai dû pardonner quelqu’un qui ne regrettait pas ce qu’il avait fait et accepter des excuses que je n’ai jamais reçu.

Une personne faible n’aurait jamais pu faire cela.

Parfois, « Vous ne savez jamais à quel point vous êtes forts jusqu’au jour ou être fort reste votre seule option. »

En fin de compte, je voudrais te dire « Merci pour cette expérience », car il est évident que c’était une leçon que j’avais besoin d’apprendre.

Il fallait que je réalise que je suis la personne qui devrait m’être la plus importante.

Voir aussi : 5 choses à retenir si vous souhaitez être plus en phase avec sens intérieur

Article connexe : 5 choses à retenir si vous souhaitez être plus en phase avec sens intérieur

Annonce

Publié par Jean-Charles R

À propos de l’auteur: j'aime la nature et l'écologie mais je m'intéresse aussi à la psychologie et la spiritualité, je pense que tout est lié. Je suis arrivé dans l’équipe d’ESM en 2016 après avoir étudié en Angleterre et passé plusieurs années en Australie . Depuis toujours, je suis soucieux de la nature et de mon impact sur l’environnement. Ainsi, par le biais d’informations, j’essaie de contribuer à l’amélioration de l’environnement et de jouer un rôle dans l’éveil des consciences afin de rendre le monde un peu meilleur chaque jour.

28 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. J´aime visiter ce site et j´y apprend des choses intéressantes en ce qui concerne la spiritualité et l´éveil, mais je trouve lamentable que le masculin soit pratiquement toujours utilisé pour représenter le négatif, le mauvais. Les exemples pullulent et si les auteurs de ces textes sont de bonne foi alors ils le reconnaîtront aisément car c´est la réalité de ce site. Ce sont des comportements « obsolètes » et qui sont a l´opposé des enseignements que propose ce site..
    Un exemple dans ce texte? Voila:
    -> « Je ne le laisserai plus jamais contrôler ma vie. Je me reprends en main. »
    Femmes et hommes éveillés refusons les stéréotypes qui emprisonnent nos esprits et façonnent nos comportements.
    A bonne entendeur, salut.
    Que la paix et l´amour vous accompagne.

    • A l’école, en grammaire, on ne vous a pas appris que le masculin englobe le féminin? Cela deviendrait très compliqué de toujours écrire « Je ne le (la) laisserai…. » Remarquez, ils auraient aussi pu écrire: « Je ne TE laisserai ….. » qui aurait englobé autant le féminin que le masculin. Mais quand on est rendu à analyser chacune des phrases d’un article afin de faire ce genre de commentaire, je trouve qu’il y a un manque de jugement. Vous n’avez qu’à faire la traduction dans votre tête….

      • Gregoire, je lis vos mots et je suis d’accord avec vous. Nicholina, je lis vos mots et je suis d’accord avec vous. Je vous pardonne tous les deux de vous etre sentis incompris.

  2. Exactement! Pardonnez mais n’oubliez pas, la vie est trop courte pour vous enquiquinez avec des gens qui tentent de vous mettre des bâtons dans les roues, qui vous salissent juste pour se valoriser eux, au regard des autres. L’être humain est relativement mauvais, faites attention à qui entre dans votre vie, surtout à ceux qui sont prêt à tout pour avoir des infos sur vous, pour mieux s’en servir contre vous ou pour se mettre en compétition avec vous. Ce comportement là n’est pas normal et doit vous mettre la puce à l’oreille.

  3. La phrase exacte est: « C’est PAS parce que…. » Il est vrai que ce n’est pas une très bonne tournure de phrase mais tout de même il y a le « PAS » Relisez bien

  4. J’ai beaucoup aimé votre écrit , mais la vie n’est pas aussi facile comme vous la suggérée . Lorsque on vie au quotidien avec des ignorants des indefferents . Cela influence sur nous et nous oblige à resentire de la haine envers eux ,surtout lorsque on est on contacte perpétuel avec ces créatures . Merci

  5. Hey….vous devriez plutôt essayer de retenir quelque chose de ces écrits au lieu de critiquer l orthographe….ce serait plus enrichissant pour vous!

  6. Ce texte dit pas mal de choses intéressantes, notamment sur le détachement et la prise un main de sa vie et donc sortir d’un rôle de victime dans lequel il est si facile de s’enfermer bien chez hais.
    Il rejoint par la un des messages des Accords Toltèque

    Cependant son positionnement général est tinté d’un certain sentiment de supériorité auquel je n’hadere pas.
    Je suis bon/fort/libre et l’autre « Ne mérite pas d’être pardonné »
    Wouahou !
    1) je pense que tout le monde (bien sûr !) mérite d’être pardonné, et
    2) qui suis-je, moi pour juger que l’un de mes prochains ne mériterait pas mon pardon ???

    Je vous invite par exemple à lire ou à relire le Prophète de Khalil Gibran

    « Alors seulement vous saurez que l’homme droit et le déchu sont un seul homme debout dans le crépuscule, entre la nuit de son moi-nain et le jour de son moi-divin.
    Et que la clef de voûte du temple n’est pas plus haute que la pierre la plus profonde de ses fondations. »

    Très bonne soirée et au plaisir de vous lire
    Yves

    • Je vais un peu dans la même direction que Yves : il me semble qu’il y a un ton trop accentué sur l’opposition moi ¦¦ les autres.
      Le pardon dépasse ce moi-ego, qui fait appel à une justice et réclame réparation, reconnaissance, vengeance pour s’ouvrir à une dimension qui dépasse cette justice pour aller vers un mieux plus large, plus vaste, dans lequel le « je » fait aussi partie du « nous ».

      La phrase de conclusion « Il fallait que je réalise que je suis la personne qui devrait m’être la plus importante. » me semble tour particulièrement discutable, dans ce contexte.

  7. Je suis d accord avec « je te pardon mais je ne suis pas naive je te pardon mais j oublirais Jamais et des fois on trouve Millie excuse pour qu on puisse continuer ça veux pas dire qu’ on n accepte mais on essaye d arranger les choses parce qu on peut pas tourner le dos facilement d un seul coup

  8. Après trois ans de relation ou j’ai tout donné, où je t’ai surpris par deux fois tenter de coucher avec ton ex, plus d’une dizaine de fois où tu as demandé des pauses parce que soi disant tu ne savais plus où tu en étais, je m’en vais , j’ai enfin compris que tu ne changerais jamais mon amour. Tu aimes plaire, séduire , et surtout garder un contact avec cet ex aux 50 copines en plus de toi que tu espères changer. Au final, je vous souhaite bien du plaisir.
    Je te pardonne et te remercie pour cette leçon de vie.

  9. Intéressant. Même si personnellement je ne suis pas d’accord et je vais tenter d’expliquer pourquoi.
    Comme mes prédécesseurs, la tendance égocentrique que j’ai l’impression de lire dans ce texte me gène.
    De plus et surtout, à mon sens, pardonner et s’écarter/ne pas oublier, ce n’est pas pardonner. Le pardon n’a pas de rancune.
    Il faut tenter de débarrasser son cœur de la « haine ambiante ».
    Essayer de se mettre à la place de l’autre, car « l’autre, c’est nous ». Développer son *empathie*. Probablement la chose la plus importante sur cette Terre avec l’Amour et l’amitié.
    Et aussi tenter de communiquer/discuter pour comprendre et partager si besoin ses « blessures » avec l’autre.
    Pourquoi l’autre nous a blessé(e)/déçu(e)/trahie ?
    Qu’aurions nous fait à sa place, avec son histoire, ses tensions du moment, ses blessures, ses incompréhensions ?
    Difficile tout ça, je suis la première personne à le reconnaître, mais c’est le travail de toute une vie.
    De là viendra le pardon véritable, à mes yeux.
    Car le pardon, c’est l’acceptation. L’acceptation de nos différences et de nos similitudes entre être humains, l’acceptation que personne n’est à l’abri d’une erreur, d’un faux pas, d’avoir emprunté le mauvais chemin, d’avoir été au mauvais endroit au mauvais moment, de n’avoir pas compris, d’avoir mal interprété.
    Attention, je ne dis pas qu’il faut tout pardonner et aveuglément.
    Il faut aussi parfois accepter de ne pas pardonner. De dire certaines vérités pas toujours agréable à entendre et à dire, si nécessaire et si l’occasion s’y prête, et d’oser séparer son chemin sans remord, au moins un temps, pour tenter de faire mûrir tout ça dans la tête de chacun(e).
    Si ça ne mûri pas ou très lentement, tant pis, ou tant mieux.
    Le destin est riche en surprise, qui sait si un jour ces deux destins ne se croiseront pas à nouveau ?

  10. je pardonne ceux qui donne leurs avis et je pardonne ceux qui pardonne même quand il le faut pas 😀 son bien être vaut bien mieux que d’être têtue

  11. Personnellement, je crois qu’au dessus du pardon, il y a la pitié. Tu me fais du mal, je sais que c’est parce que tu souffres, je te pardonne et j’ai pitié car je sais que tu te fais du mal à toi même en définitive.

  12. c’est bien facile tout ça; on peut pas passer comme ça à autre chose; et en meme temps je m’en veux de n’avoir rien vu, d’avoir trouver toujours des excuses. oui, l’empathie est une jolie chose, mais elle fait terriblement souffrir car je suis une empathe et en plus une indigo si certains connaissent le concept. meme si je lui pardonne comme vous dites, je trouverais pas la paix. ça ne fait que faire grandir mes blessures d’abandon, de rejet, d’humiliation.

  13. Je crois avoir tout un karma qui me poursuit depuis toujours
    Je demande pardon pour mon ancienne vie pour que cette vie soit meilleur
    Merci

  14. Merci pour ce texte. Il raisonne profondément en moi. Je pourrais dire que je suis arrivée ici par hasard mais je pense au contraire qu’il n’y avait pas meilleur moment pour que j’accède à cette lecture. Alors je pense qu’il s’agit surtout d’un formidable exemple de synchronicité.

  15. Je laisse le pardon à Dieu ou au karma.
    Moi j’ai cessé de pardonner.
    Ce qu’on m’a fait, ça prendra des années pour que je le digère.
    Et ça m’a rendue moins conne, moins n’ai e, car finalement les gens et la société c’est de la merde. Des gens égocentriques, malhonnêtes, individualistes. La seule chose que je retiendrai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voici comment détecter un cas de «gasligthing» ou «enfumage»

femmes empathes

Pourquoi les femmes empathes ont souvent plus de mal à trouver le bon partenaire