«Violence et cruauté, souffrances», le coût réel des vestes Canada Goose

de | 17 avril 2014

« Violence et cruauté, souffrances indicibles & déni collectif », le coût réel des vestes Canada Goose

vestes Canada Goose (2)

Avec des ventes qui devraient atteindre 30 millions de dollars à la fin de l’année, la marque Canada Goose s’est forgée une excellente réputation dans l’industrie des vêtements d’hiver.

On a vu des célébrités du monde entier porter ce manteau hors de prix, y compris Meg Ryan, Kate Upton, Andrew Garfield, et Emma Stone.Même le politicien canadien Justin Trudeau et sa famille ont été photographiés portant la veste sur une carte de Noël en famille l’année dernière.

Mais le prix de ce manteau populaire est à glacer le sang, ce que de nombreux groupes de défense des animaux dénoncent d’arrache-pied .

vestes Canada Goose (3)

vestes Canada Goose (4)

Supermodel Kate Upton poses at the launch party of the Sports Illustrated's 2013 Swimsuit issue in New York

L’année dernière, une vidéo décourageante a gagné en popularité sur le web qui a exposé l’abominable vérité qui se cache derrière la production des vestes Canada Goose. Pour ceux qui ne connaissent pas, il y a une épaisse fourrure de coyote au bord de la capuche.

Selon  des militants des droits des animaux, derrière chaque capuche en fourrure et doudoune se cache une dure réalité des coyotes piégés qu’on laisse souffrir dans la nature.

Lindsay Rajt la directrice des campagnes de People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) ( en français : pour un traitement éthique des animaux ) a déclaré au DailyMail : Canada Goose utilise exclusivement de la fourrure de coyote sur les capuches de ses manteaux et ces animaux sont piégés d’une façon très cruelle. »

La société a déclaré publiquement que le piégeage du coyote est selon un porte-parole de l’entreprise « un mode de vie depuis des centaines d’années. » : « Le piégeage des animaux à fourrure est strictement réglementé par les départements provinciaux et territoriaux du Canada. Nous achetons les fourrures à des trappeurs canadiens certifiés, nos fourrures ne proviennent jamais de fermes d’élevage ou d’animaux en voie de disparition. »

Le coût réel des vestes Canada Goose :

Pourtant PETA estime que l’entreprise évite une vérité apparente. Lindsay Rajt a dit : « La référence de la société aux normes de l’AIHTS (Accord sur les normes de piégeage sans cruauté) n’a pas de sens et c’est une façon d’apaiser et de faire taire les gens qui ont des préoccupations légitimes. »

« Les pièges à mâchoire sont encore légaux au Canada. Les mères rongeront leurs membres pour rejoindre leurs petits. Les animaux peuvent rester piégés pendant des jours avant que le trappeur vienne et les trouve, ils sont effrayés et affamés et souffrent pendant ce temps. Et ensuite ils sont matraqués ou étranglés à mort ou abattus. »

PETA a lancé un appel pour que l’entreprise arrête d’utiliser de la vraie fourrure de coyote en faveur de la fausse fourrure, ainsi que le duvet.

« En outre, nous demandons que Canada Goose opte pour la technologie de synthèse révolutionnaire comme celle récemment mise au point par The North Face, Thermoball, qui imite et offre une meilleure souplesse », a déclaré Rajt.

PETA a indiqué qu’ils avaient essayé plusieurs fois d’entrer en contact avec la société canadienne, mais en vain. En réponse à cette déclaration, un porte-parole de Canada Goose a dit au DailyMail « Nous avons correspondu à plusieurs reprises avec PETA et il est rapidement devenu évident qu’ils n’étaient pas intéressés par une conversation constructive. »

Le président de Canada Goose Danni Reiss est un fervent partisan de ses produits, il explique dans une vidéo, « Nous utilisons de la fourrure de coyote pour différentes raisons. La principale raison est que la fourrure de coyote tient beaucoup plus chaud que n’importe quel tissu synthétique. »

En réponse aux accusation de PETA, Reiss a déclaré, « Nous comprenons les préoccupations de PETA et nous respectons que les gens choisissent de ne pas porter de vraie fourrure, cependant, nous savons que PETA ne respecte pas notre éthique, une autre conversation avec cette association ne serait pas productive. »

Mais Rajt n’accepte pas l’attitude de Reiss, « Je ne crois pas du tout que la moitié des gens qui portent ces manteaux comprennent ce qu’implique réellement leur fabrication. Et je ne pense pas qu’ils feraient le même choix si on les informait. »

To match Analysis CANADA-NICHE/

Conclusions

Peut-être qu’une partie du problème est que beaucoup de gens ne voient tout simplement pas le lien réel entre la fourrure sur leurs vestes et l’animal qui a beaucoup souffert pour en arriver là. Si davantage de gens comprenaient pleinement le processus, est-ce qu’ils achèteraient quand même ces vestes ?

Comment l’a mentionné Rajt, il existe des alternatives qu’ont pourrait utiliser à la place de la fourrure de coyote et du duvet. Nous avons simplement besoin que plus de gens soient conscients de cela et qu’ils expriment leurs inquiétudes à la société.

Avec l’entreprise qui s’internationalise, la croissance attendue dans les prochaines années est exponentielle. Mais cette augmentation du chiffre d’affaires provient de la mort de plus en plus d’animaux sans défense. Voter avec votre argent ne pourrait pas être plus puissant dans ce genre de situation.

S’il vous plaît aidez-nous à diffuser cette prise de conscience pour protéger ces magnifiques animaux. Beaucoup d’amour.

Source « Violence et cruauté, souffrances indicibles & déni collectif », le coût réel des vestes Canada Goose :Daily Mail

 

Sandra Véringa

66 réflexions au sujet de « «Violence et cruauté, souffrances», le coût réel des vestes Canada Goose »

  1. Georges

    Bon….et s’il mettent toute leurs fourrures et isolant en synthétique les membres de la PETA vont être bien content!! Mais que va-t-il arriver par la suite!!?? Ça va être le tour des environnementeurs de se plaindre! Donc une roue sans fin! D’ailleurs, les coyotes c’est pas eux qui déciment les populations de chevreuils?? Je crois que dans un sens il rendent service a la nature!

    Répondre
    1. Nina

      Mr Georges, ce que les gens comme vous ne comprennent pas c’est qu’il y a une logique a la nature. Chaque animal est le prédateur d’un autre et si un vient a disparaitre c’est toute la chaine alimentaire qui est touché.
      Prolifération a foison en sera la plus grosse.
      Chaque animal, végétal et autre a un rôle bien défini dans la nature. La nature est intelligente et organisé. Chaque chose a sa place, son role, sa vie.
      Qui de nous peut dire ils souffrent pas, on en a pas besoin, faut les exterminer ?
      En 50 ans on a décimé 50% des espèce.
      Y a des animaux qui n’existeront plus jamais, ils ont disparu
      L’humain a besoin de tous ces animaux même les microscopique pour suvivre

      Donc oui c’est notre role pour nos enfants et futurs génération et nous même de faire le maximum pour qu’ils vivent plus ou moins avec de l oxygène et de quoi vivre.

      Personnellement je pourrais dire a mes petits enfants, lorsqu’ils me regarderont avec les yeux rond en voyant que la terre n’est que poussiere , que j’ai fait ce que j’ai pu !

      Répondre
      1. mainville

        félicitation pour votre commentaire ,plus de gens devrait comprendre et surtout croire ce que vous venez de dire!

        Répondre
      2. chris

        ça me fait rire jaune ces débats pseudo-philisophiques, il n’y a même pas à polémiquer, mais juste à se dire pour qui se prends-on??? les animaux n’ont pas à être utilisés par l’être humain, ni à souffrir pour une capuche en poil, non mais sérieusement, il y des matières simples qui font le même effet! après réussir à comprendre qu’on puisse avoir du plaisir à porter des cadavres, ma foi, certainement un manque de connaissances pour beaucoup, alors continuons à montrer, à provoquer parce qu’il le faut!!! ce n’est pas un sujet de débat, c’est une réalité, nous sommes la pire espèce, qui ne peut s’empêcher de faire du mal aux plus faibles, à se servir de tout pour son petit nombril, je suis en colère de constater qu’on puisse débattre sur le sujet, les animaux se foutent pas mal de nous, qu’on leur foutent la paix!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        Répondre
    2. GRU-BERGER

      @Georges :
      Hormis le fait que les coyotes ne se sont développés qu’à cause de la disparition de leurs principaux prédateurs, les loups, je ne pense pas qu’ils soient responsables de la disparition des chevreuils !!!!!
      On discute ici surtout de la manière tellement HUMAINE de les tuer, c’est à dire CRUELLEMENT, sans se fatiguer, sans gloire aucune, avec quelques pièges à mâchoire, qui, au passage, piègent bien d’autres animaux!!!

      Répondre
      1. DAVID MARIE-FRANCE

        Que de cruauté envers les coyotes et autres animaux et tout cela pour leur fourrure, pour que certaines personnes star ou autres « friqués » puissent se pavaner avec manteaux ou autres. qU4ILS F

        Répondre
    3. mehoui

      L’humain aussi détruit tous et tue n’importe qui, pourquoi pas en éliminer quelque un!!

      Répondre
    4. stef

      Mr Georges,
      Viens je vais te faire courir et te tirer dessus ,on verra après,ensuite je mettrai un piège autour de la main,on verra si tu tiens les même propos !!!! Imbecile

      Répondre
    5. Tisha

      tu dit de la vrai merde toi c’est abuser ! Le coyote il est sur terre pour y vivre sa vie tranquillement tout simplement ! Maintenant tu manges de la viande lui aussi il est carnivore donc il mange ce qu’il trouve chevreuil, mouton … donc non ils rendent service à personne c’est fis de pute ! tu trouve ça normal de torturer un animal pour faire un manteau de merde ??? comme si la capuche ça tenais chaud déjà ! Maintenant ta froid tu met plusieurs pulls et fin de l’histoire ! C’est plutôt à certains humains qu’ils faudraient faire du mal et de la torture ça nous ferai beaucoup plus de place !!!!

      Répondre
    6. Perrine

      Ce qui rendrait encore plus service à la nature, c’est de vous supprimer. LA, vous rendrez un grand service
      à l’humanité, vraiment ! Parce que, pour lire ce genre de connerie ça me dépasse.
      Con d’humain de merde.
      « D’ailleurs, les coyotes c’est pas eux qui déciment les populations de chevreuils?? Je crois que dans un sens il rendent service a la nature! » SANS DECONNER ??? putain.

      Répondre
  2. Lucie

    Les normes de piégeage établies au Canada pousse vraiment le piégeage sans cruauté. Non seulement ça, mais le piégeage est encadré de règlements très strictes concernant les méthodes de capture, les pièges utiliser et tout le reste. Les piégeurs sont OBLIGÉS D’ALLER vérifier leur piège a patte, à tous les jours, qui est alors impossible qu’un coyote reste pris dans sont piège plusieurs jours avant d’être trouvés. Non seulement ça, mais les coyotes, ont en retrouve tellement en nature que cela cause un problème pour la faune environnante, comme par exemple le cerf de virginie. Ce n’est pas rare qu’un coyote se nourrit de chevreuil l’hiver, spécialement lorsqu’il y a beaucoup de neige et les chevreuils sont limités à leurs sentiers existants. Le piègeage du coyote devient alors une GESTION. C’est le surplus de population qui est piéger. De plus, les humains ont tellement changés le territoire/forêt naturel, rapetisser les endroits sans ville, habitations ou activitées humaines que c’est nécessaire de gérer la faune. Qui viens au fait que capturer des coyote, pour la fourrure, en même temps de gérer les populations, devient bénéfique pour tout le monde. Et non seulement ça, mais le manteau synthétique que la plus part des gens au Canada vont porter, est fait à base de pétrole, ce qui cause des dizaines de fois plus de pollution à produire que le manteau naturel de fourrure. Puis en plus de tout cas, la fourrure est une ressource renouvelable! Elle peut être recycler dans une multitude d’autres produit. Pour jouer l’avocat du diable, mangez-vous de la viande d’épicerie? la façon dont ces vaches, poules, cochon sont traités/abattus/piqués aux stéroïdes ou tout autre produits qu’on ne connais meme pas, tant qu’à moi, ça c’est horrible. Bon voilà, je pense avoir fait mon point.

    Répondre
    1. GRU-BERGER

      @Lucie :
      chez vous, ce sont les coyotes, chez nous les sangliers…la différence, c’est le mode de « régulation »!
      Comment pouvez-vous dire que le piégage est une manière normale de réguler un surplus de population!
      Vous imaginez le piège à mâchoire qui décide : » tiens, un cerf, je ne fonctionne pas, tiens un coyote, je fonctionne »!? ce mode de régulation, même s’il est comme vous dites « réglementé » (??), reste odieux!
      Vous croyez vraiment que les trappeurs suivent les réglementations à la lettre? qu’en plein hiver, avec 2 m¨tres de neige, ils vont aller relever leurs pièges!…Il faut descendre de votre nuage et quitter le monde des Bisounours!
      Ici, sur terre, ces gens n’ont aucun respect pour les animaux qu’ils tuent!
      Nous nous battons pour que les animaux d’abattage soient tués dans des conditions dignes, que les poulets ne soient plus en batteries, que les cochons ne soient pas engraissés exagérément.
      mais surtout, si on regarde bien, la fourrure placée en bordure de capuchon sur ces fameuse vestes, ne sert STRICTEMENT À RIEN!!! c’est purement décoratif!
      Vous devez tuer des coyotes, soit, (quoique je suis persuadée qu’il y a d’autres solutions car les animaux ont cette intelligence de s’auto-réguler)!
      Alors, ayez la décence de les abattre proprement, et s’il faut utiliser leurs fourrures, afin qu’ils ne soient pas morts pour rien, faites-en des couvertures pour réchauffer les sans-abris!
      Tous vos beaux discours sont vides de sens!

      Répondre
      1. Lucie

        Premièrement, JAMAIS un cerf ne se ferait prendre dans un piège a patte de coyote. Les coyotes sont attirés par les leurres et appâts. Le cerf est une bête intelligente et craintive et n’iras pas mettre sont nez partout. Puis peut être que dans votre ville vous n’avez pas entendus parler de motoneiges et de raquettes à neiges, mais les 2 mètres de neiges comme vous dites, ne limites les piégeurs aucunement. Ce n’est pas de la neige qui vas les arrêter de sortir dehors, au contraire.

        C’est ignorant de dire que les piégeurs ne respectent pas les animaux qu’ils tuent. Sortez de votre ville et peut être vous comprendrez le terme gestion. Ne basez pas vos connaissance de piégeage sur le médias. Allez chercher les informations là où elles sont véritable. Justement, dût aux médias, les piégeurs RESPECTES les réglementation pour ne pas se faire retirer ce privilège de trapper.

        Répondre
        1. vinc

          tellement d’accord avec toi.. chaque fois que je lis un de ces articles je suis découragé à quel c’est plein d’information erroné…. la chasse et le piégeage sont très réglementer et très stricte. arrêtons de croire qu’on démolie tout svp..

          Répondre
        2. Helen

          Lucie, moi je ne demeure pas en ville, je suis très souvent en forêt (au moins une centaine de jours par année en pleine forêt) et je peux vous affirmer que c’est vrai que les règles de piégeage si strictes soient-elles ne sont pas respectées du tout. Je pense que c’est vous-même qui devriez aller vérifier sur le terrain ce qui se passe réellement. Pensez-vous que le piégeur qui demeure à 200 kilomètres de son lot de piégeage et ce n’est pas rare, va relever ses pièges à chaque jour. C’est une chose que je vois régulièrement. Les règles existent bien mais personne pour les faire respecter. Et même si tu portes plainte, manque d’effectif pour aller constater sur le terrain. Alors oui ces animaux souffrent et je ne parle pas seulement des coyotes mais tous les animaux qui ont une fourrure à valeur lucrative. Où l’homme met les pieds, la nature souffre et ce, dans tous les domaines !

          Répondre
      2. Jonathan

        C’est la que la désinformation entre en jeu.. il est vrais que le piège fonctionne pour tous les animaux mais pour trapper le coyote il faut l’apatter et ce qui attire les coyotes repousse les cerf, ce qui réduit grandement les risques de prises accidentelles de plus les coyotes plus petits peuvent emprunter des sentiers impraticables pour les cerf, c’est ces endroits dont les trappeurs se servent car les prises accidentelles comme les cerf se doivent d’être déclarées aux agents de la faune et etc.. du coup pas pur souci d’efficacité les trappeurs s’arrangent pour éviter ce genre de prises point. Aussi pour un souci de rentabilité les abattages propres et sans souffrances sont priorisé, quand la bête meure rapidement, elle ne souffre pas et ne se débat pas alors la fourrure est intacte et vendable… s’amuser a faire souffrir la bête réduit sa valeur, car une peau déchirée et où des bouts de fourrures sont absents (même des bleus sur la peau) ne se vend pas. Alors tant que la qualité de la peau est garante de son prix ( ce qui ne changera pas ) le capitalisme protège ces bêtes de la maltraitance abusive (simplement les jeter laisse au contraire place à une cruauté sans borne).

        De plus c’est effectivement une façon de réguler inévitable, car en milieu rural les coyotes peuvent être un rel fléau lorsqu’il rodent trop proche des maisons (pas sur que si ton chien se fait égorger par un coyote (qui lui n’applique pas du tout des méthodes abattages éthiques ) tu dirais encore pauvre créature innocente… Du coup si le piégeage est abolis cet bêtes seront simplement abattues a bout portant puis jetées incognito par les gens a qui elles posent des problèmes ce qui est une façon beaucoup moins sure (très peu de gens sont des snipers émérites) alors ce qui augmente grandement le risque de blessure abattage accidentels et etc … car une balle perdue ça voyage loin… Et disons le … que le coyote finisse aux vidanges, à crever blessé dans les bois ou blessé à vie ça pas plus d’étique…

        Morale de l’histoire, pouvoir me payer un canada Goose je ne me ferai pas de cas de conscience puisque mon manteau serait orné de coyote de qualité donc abattus rapidement et d’une façon minimisant au maximum les assauts corporels en plus son abattage à peut être sauvé la vie d’une dizaine d’agneaux bio élevé sans cruauté …. . Les animaux mort a cause de la déforestation pour les sables bitumineux d’ Alberta eux ne finirons jamais sur un manteau et on n’en parlera jamais, Du coup pour faire de la fausse fourrure il faux aussi faire couler beaucoup de sang et pas seulement celui de prédateurs

        Répondre
        1. Elode

          Alors pour toi le piégeage sa fait pas souffrir l’animal ? Alors essaye et tu vas voir pour reguler il y a la chasse (appart la chasse a cour..) mon pere et chasseurs il tue ( chevreuil , sangliers, faisan , lièvres ) pour reguler il ne les fait pas souffrir il ne sont pas pieger ont les abats une balle ou deux grand max …. mais le piégeage même si l’animal reste 1 2 h avec il souffre … une fourrures synthetique ? La laine de mouton …. sa existe le duvet d’animaux de certain tuer a la chasse pas avec un piege jai un gilet en poil de lievre très doux tuer normalement pas avec ces piége immonde si pour toi le piégeage ces reguler et bah t un conn*rd désolée mais faire souffrir un animal ces limite chez moi alors reste dans tes idées qu’ils n y a pas de bavures dans le piégeage la chasse il y en a aussi malheureusement mais elle reste comme même « humaine » par rapport au piège regarde la video tu as vu de t propre yeux et entendu la souffrance de ces animaux.

          Répondre
    2. ptitgris

      hello Lucie (fer) ,ouah dis donc!! super message de soutien aux barbares.Mais ca prend pas ou plus….que dirais tu de faire partie de la population humaine en surplus? mais ne t’inquiète pas,il y a une tres bonne gestion du massacre.
      on te laissera souffrir solidement attaché mais pas trop longtemps, avant le retour du regulateur de population humaine en surplus,tu seras a la solde de toutes agressions gratuites et perverses de tes semblables .
      ptitgris de la constellation xyz ,nous apprecions fortement la peau humaine pour la fabrication de nos combinaisons spatiales,mais surtout les peaux jeunes… Oui celles de vos enfants,que nous depouillons lorsque vous êtes pris au piège devant vos yeux pour que votre peau soit gorgée d’enzimes de terreur (ca joue sur la qualité que nous recherchons) .Nous suivons le règlement mais il y a parfois quelques écarts (eh oui business oblige,faut être rentable).On pourrait se passer de peaux humaines grace a nos nouvelles technologies mais les anciens sont nostalgique de la première version de la combinaison.Alors on continue,encore et toujours jusqu’au dernier humain en surplus.on va se faire un max d’argent car il y a beaucoup de surplus sur cette planete 😉

      Répondre
      1. Nakata

        C’est dommage de n’en rester qu’a vos fantasmes, les grands méchants, créatures de Satan et les anges préservateurs comme vous… Avant tout, je suis pour le respect de la nature, le respect de la vie et crois en la non-violence. Pourtant les trappeurs ne me dérangent pas. J’en ai rencontré un quand je suis allé au Canada. Certains sur cette page sont trappeurs il me semble et vous l’ont déjà dis mais j’insiste.
        Le but du piégeage c’est pas de faire de l’argent ou du commerce, l’entreprise qui vends les fourrures ne commandent pas X fourrures et ensuite ont les trouves, non. Ce sont les trappeurs qui gèrent leurs territoires qui déterminent le nombre de prélèvements. Des années ça peut être 3, d’autres 1, des années 0… Ensuite le trappeur revends ses fourrures a des grossistes et ce sont ces grossistes qui fournissent les fourrures aux entreprises. Au final le coyote n’est pas chasser pour sa fourrure, mais puisqu’il faut réguler, autant revendre sa peau plutôt que de la laisser pourrir.
        Ensuite ces trappeurs ne sont pas n’importent qui, ils sont reconnu par l’état et possède tout un tas d’obligations et de règles a suivre. Renseignes toi déjà sur ce règlement avant d’émettre des condamnations. Car les pièges sont relevés tous les jours, les pièges conformes aujourd’hui sont conçu pour minimiser la souffrance des animaux, ils ne se rongent plus les pâtes comme on peut nous le faire croire. Tu vas me dire que minimiser ce n’est pas suffisant, qu’on devrait ne pas tuer du tout.
        Je ne sais pas qui a dit que les animaux se régulent eux même, mais en Hollande on a interdis la chasse a l’oie et a une autre espèce que j’ai oublié. Génial, plus de chasse ! Quelques années plus tard c’était la catastrophe, surpopulation, maladies, ravages de culture et perturbation de la faune environnante. La solution ? Ils ont dues y aller avec des bâtons et battre les oies, les massacrer, prendre les œufs dans les nids, les casser, les percer, bref, un véritable holocauste. (Je t’invite a chercher les sources si tu veut en savoir plus sur ce fait). Donc ne rien faire n’est pas possible, et a choisir entre le massacre massif et cruel d’animaux a n’importe quel période la vie et de l’année, ou la mort de quelques individus pendant une courte période de l’année qui respecte les reproductions, le sevrage des petits etc… Le choix est quand même assez rapide a faire.
        Après on adhère ou pas, mais acheter ou pas un manteau en fourrure ne fera pas moins de victimes parmi les coyotes ni ne préservera la planète de sa perte.
        Enfin, si vous sortez de se cadre, il est probable que vous parliez non pas de trappeurs mais de braconniers, qui eux ne respectent ni règle ni saison ni régulation. Faire l’amalgame entre les deux revient a confondre musulman et jihadiste, mais vous n’êtes pas ce genre de personne ?

        Si vous souhaiter, car je sent que vous n’êtes pas la pour comprendre mais pour être contre quelque chose, tournez vous du coté des éléphants, des requins, ou de ces animaux qui eux vraiment sont tués pour le commerce, qui sont vraiment en voie d’extinction et qui ne sont protéger par aucun règlement comme c’est le cas au Canada. L’urgence est vraiment la !

        Répondre
      2. suzie dargis

        Il faut cesser toute cruauté envers les animaux…Nous n`avons plus besoin de les SAIGNER pour se réchauffer..il y a tellement de possibilités de nos jours…Je boycotte GOOSE ..Plus besoin d`AFFICHER VOTRE STANDING SOCIAL..en portant GOOSE ,..Vous AFFICHER VOTRE APPUI À LA CRUAUTÉ.

        Répondre
    3. Laurent

      c’est cruel et horrible !!!!….je suis d’accord avec Lucie,les poules ,cochons et le foie gras etc….

      et GRU-Berger a raison aussi!!les fourrures servent strictement à rien!!!à part se faire remarquer !!!hein les pète-cul!!!!j’avoue je mange comme tout le monde de la nourriture issue des abattoirs qui font souffrir ces animaux!mais voilà je fais de mon mieux,càd j’essaie d’être un amour avec la nature comme par exemple je suis gentil avec les animaux et n’hésite pas à donne rà manger aux chats errants quand j’en croises et même les insectes je ne les tue ppas!je les piège lol et je les relache dehors …voilà : »(…on ne pourra pas changer ce monde de merde (excusez-moi pour l’expression) mais on peut améliorer et essayer de faire changer les lois….allez peace and love à tout le monde bisous

      Répondre
    4. jm

      je pense que tu as raison: un coup d’œil sur Google et j’ai trouvé des PDF du gouvernement Canadien (Québec) où je vois que tout est bien encadré…. a priori.
      Mais…. pourquoi toujours montrer nos voisins du doigt alors que l’on ne vaut pas mieux ?? Dans le journal annuel de mon village, il y a toujours le bilan du nombre de renards piégés alors que l’on connait pas trop les conditions et que pas mal d’autres animaux se retrouvent coincés dans ces pièges (chien on relache… chat BAM y’en a plus… ç’est aussi un autre aspect de la campagne et de la chasse, un autre débat) mais chez nous, qui s’insurge contre cela ?? ç’est …. normal!

      Répondre
    5. Fernand

      Être contre les manteaux synthétiques me paraît ridicule. c’est comme affirmer être contre tout ce qui nous entoure. Chez vous il n’y a pas de plastique ni vêtements synthétiques dans votre garde-robe? Si vous êtes contre les dérivés du pétrole vous ne voyagez surement pas en voiture sinon vous encouragez le pétrole et ses dérivés et, comble de malheur, les manteaux Canada Goose sont en partie faits de matériaux synthétiques. D’ailleurs si on parle d’environnement pensons à tous les produits chimiques utilisés pour traiter la fourrure dont le cyanure, à la fin c’est plus très écologique. Moi non plus je ne suis pas pour une augmentation de notre consommation de pétrole, bien au contraire, mais je crois qu’une réduction de notre consommation doit passer par autre chose que la fourrure. Il faut se tourner vers de nouvelles technologies respectueuses de l’environnement. D’ailleurs présentement on développe de nouveaux tissus synthétiques à partir de plastique recyclé, très belle idée non? On produisit également du cuire végétal fait avec des restants de feuilles d’ananas. Comme quoi il n’y a pas juste la fourrure qui peut être renouvelable, encourageons donc les bonnes idées. Une chose est sure S.V.P. de grâce cessez de vous cacher derrière l’environnement pour justifier le massacre des animaux sauvages et votre goût pour la fourrure et le trappage. Les solutions se trouvent ailleurs. Si la fausse fourrure est polluante et la vraie et cruelle alors bonne nouvelle on n’a besoin de ni une ni l’autre sur un capuchon pour rester au chaud. De toute façon une garniture de fourrure sur un capuchon de manteau ce n’est pas ça qui tient au chaud c’est une simple décoration cruelle et inutile, juste à mettre une tuque (fait de laine fabriquée à partir de plastique recyclé) ça respire et c’est chaud.

      Répondre
    6. La delfa carmelo

      Enfin quelqu’un qui réfléchi avant d’écrire . Un très bon point pour vous Lucie, il y a bien des ignorants près à chialer pour tout et pour rien…
      Combien y a t’il d’enfants et de femmes battus , de peuples opprimés, mais pour ca vous ne faites rien c’est bien trop dangereux, plus facile de chialer derrière son clavier quand on est ignorant!!!

      Répondre
    7. Jessica

      Je ne suis pas nécessairement d’accord avec votre opinion, mais j’aime beaucoup votre question. Je suis végétarienne et je comprend que tout le monde ne souhaite pas ne plus manger de viande, mais les encourage à Prendre conscience des traitements subis par les animaux d’élevage et à ne plus consommer de viande d’épicerie. Parfois, les gens défendent ce qui leur est facile de défendre !

      Répondre
  3. Monique Treppe

    Ignoble, scandaleux.barbare, cruel, il n’y a pas de mots…!!! Rien ne justifie de telles souffrances !

    Répondre
    1. kathy

      non l homme n est pas la plus grande erreur de la nature…! au contraire…!mais il a juste la stupidité de ne pas savoir a quoi il sert sur sur notre si belle planete…sortons de l animalité.. de l avidité…de l ignorance…redevenons plus humain…

      Répondre
  4. Desiderius

    Je vois que sur ces posts, certains font fis du droit à vivre de n’importe quelle créature vivante, et que pour orner seulement leur « canada goose » (juste pour orner, car ce n’est même pas indispensable), et dire: « j’ai de la vraie fourrure » à leur petits égos, ils sont prêts à torturer et tuer, ou en tout cas à laisser d’autres le faire pour eux, ce qui ne change rien à leur responsabilité. De plus, où est le rapport entre tuer un animal pour se nourrir, et le faire juste pour mettre sa peau autour de la tête ? Il est vraiment plus que temps que les gens prennent enfin conscience que les animaux ne sont pas des objets, que le droit à « la tradition » n’est souvent qu’un acte barbare qui se cache sous des aspects légaux, mais qu’en définitive il n’y a derrière que du business et de la cruauté.

    Répondre
  5. Eric L

    Article biaisé par Sandra Veringa qui ne comprend rien à rien parce qu’elle n’aime pas la fourrure et qu’elle déteste les trappeurs

    Canada Goose achète ses fourrures auprès des Encans de fourrure d’Amérique du Nord (NAFA), anciennement la Compagnie de la Baie d’Hudson. Nous n’achetons que de la fourrure de coyote du Canada et seulement auprès de trappeurs agréés, dont les pratiques sont surveillées de très près par la NAFA. De plus, tous les trappeurs sont assujettis à la réglementation des ministères provinciaux et territoriaux de la Faune afin de préserver les espèces et de veiller à ce que les animaux soient capturés sans cruauté. En fait, le Canada est le chef de file mondial en matière de piégeage SANS CRUAUTÉ. Les conclusions de recherches menées au pays ont servi de fondement scientifique à l’Accord sur les normes internationales de piégeage sans cruauté (ANIPSC), qui établit les normes sur l’approbation et l’homologation des dispositifs de piégeage d’animaux.

    Répondre
  6. VANHOUTTE Claudine

    Comment peut-on faire cela à de si beaux animaux!!!!!
    Ces gens-là, si je peux les appelés ces gens-là, on devrait les mettre à la peine capitale!
    La nature a le droit de vivre quelque soit l’espèce, la race!!!!
    C’est trop horrible, il n’y a même pas de mots pour décrire ce que je ressens tellement que mes sentiments sont forts.

    Répondre
  7. Karine Ka

    Surtout que la Kate Upton est carrement a poil en dessous alors l’argument que « les poils de coyotes tiennent plus chaud » … Elle n’a qu’ a se vetir si elle a froid, en string sur la banquise. N ‘importe quoi.

    Répondre
  8. Olivier

    Le combat contre la fourrure n’est toujours pas terminé, c’est triste, d’autant plus que ses prometteurs ont repris du poil de la bête…

    Répondre
  9. RomanJeremie

    Tous les jours en Syrie et en Irak des êtres humains sont persécutés, meurent et vous vous préoccupez davantage du sort des animaux.

    Répondre
    1. Timmy

      Bien dit… C’est absolument ignoble ce qui se passe là-bas et personne s’en offusque… Ça me laisse sans voix… Comment peut-on être cruel à ce point?

      Répondre
  10. Lucas

    Mais arrêtez un peu sérieux c’est pathétique de voir des réactions comme celle là … Arrêtez de mettre du duvet dans les vestes Canada Goose, mais ça serait honteux, c’est ce qui fait le charme de cette veste. Le duvet est tellement chaud sérieux. Et de ce qui est des coyotes, je pense qu’il y a beaucoup plus important dans ce monde, comme les djihadistes, alors fermez la un peu.

    Répondre
  11. Guillaume

    Amoureux de la nature, élevé à la campagne, mon père m’a emmené très jeune à la chasse et appris ses codes . Ils chassait comme le faisait son père et son grand-père et bien d’autres avant eux, avec tout le respect qu’on doit a un animal, que l’on a attiré, abattu et dont on s’est nourris.

    Tout comme vous les images de cette vidéo ne me font pas sourire mais la régulation est nécessaire pour certaines espèces et n’oubliez pas que nous sommes des prédateurs, ce qui nous a emmené à la place que nous occupons actuellement.

    Je m’adresse à tout ceux qui diabolisent la chasse et les chasseurs, n’étant pas chasseur moi-même, ne portant pas de fourrure autour du coup.

    Imaginez le cas ou vos chers supermarchés ne vous délivre plus vos aliments, que vous ne puissiez plus nourrir vos enfants, que vous soyez affamés. Si ce jour arrivait, vous seriez incapable de subvenir à vos besoin ni ceux des votres. Incapable de chasser, car élevés au grain tels des animaux de ferme, vous seriez amenés à faire resurgir ce comportement de prédateur qui est enfouis au fond de vous, cet instinct de survie. Vous ne respecteriez plus vos belles paroles et feriez pire encore … vous deviendriez des charognards, des voleurs, des assassins sans foi ni loi tuant votre voisin pour lui subtiliser sa pitance.

    Je ne cautionne pas la manière dont sont tués ces superbes coyotes, ni même le port de la fourrure.
    Juste pour vous dire que vous me faites bien rire à taper vos messages incendiaires sur vos Iphone en réponse à Julie . Julie est la seule a avoir essayé de vous ouvrir un peu les yeux, vous qui ne consultez que vos écrans.

    Rappelez vous que nous sommes tous des animaux, sauvages, pour certains, mais des bêtes de somme pour la grande majorité. Votre intolérance et votre ignorance me répugne.

    Répondre
    1. Fernand

      Malheureusement Guillaume ces images de cette vidéo n’ont absolument rien à voir avec la chasse de subsistance.

      Je crois qu’il est faux de croire, et je vous cite, que nous sommes des prédateurs, ce qui nous a emmené à la place que nous occupons actuellement. Si nous sommes rendus où on est c’est simplement parce qu’on a eu les capacités intellectuelles de s’adapter à différents environnements et d’innover face à différentes situations. N’oubliez pas que c’est grâce à l’agriculture et non a la chasse que nos grandes civilisations ont émergé. Vous devriez peut-être lire un peu sur la préhistoire, la paléontologie et l’évolution avant de dire n’importe quoi. C’est beaucoup plus complexe que d’avancer que nous sommes des prédateurs. Ce n’est pas parce que tuer des animaux nous a permis de survire qu’on se doit de continuer. Nous nous sommes aussi cannibalisé pendant 800 000 mille ans pour survivre; est-ce que ça nous autorise encore à le faire aujourd’hui car on l’a toujours fait? J’espère bien que non. Pendant 3000 ans les esclaves ont servi à bâtir nos civilisations, (même si une certaine forme existe illégalement encore aujourd’hui) est-ce que ça nous autorise encore aujourd’hui à posséder des esclaves légalement sous prétexte que cela a toujours existé et que ça nous a été utile? J’espère encore que non. Tout ça pour dire que l’argument cliché du « on l’a toujours fait, et ça nous a été utile », ne tient pas la route et ça ne garantit en aucun cas que ces pratiques soient moralement acceptables aujourd’hui. Votre exemple sur la survie est absurde. Ce n’est pas parce que dans un monde apocalyptique où tuer pour notre survie est justifiable que ça rend acceptable le fait de tuer dans notre société moderne ou on ne manque de rien. Les gens dont l’avion s’est écrasé dans les alpes et qui ont dû manger les cadavres de leurs congénères tués par l’accident l’ont fait pour survivre et ça ne les autorisent pas à continuer de le faire au retour dans la civilisation. Ce n’est pas parce que j’ai le droit de tuer par légitime défense que ça me donne le droit de le faire en toute impunité comme bon me semble. Pareil pour les animaux, ce n’est pas parce qu’on peut en tuer pour survivre que ça nous autorise à le faire quand on manque absolument pas de rien et que notre vie n’est pas menacée.

      Répondre
  12. Tony Straat

    Il y a une chose que je trouve dérangeant. Du fait que je trappe et que je chasse, je trouve que la vidéo n’a aucun rapport avec la vaie trappe et la vraie chasse. La trappe est un art et la chasse aussi. Je trouve très hypocrite de dire que la chasse est cruelle, mais que le steak que vous mangez ne l’est pas. La vache qui a été tué a été égorgée vive, elle a bien plus souffert que le cerf qui s’est pris une balle en plein coeur (la mort est instantanée). Vive l’hypocrisie!

    Ps: se reseigner sur les vidéos avant de les poster. (compilation de trappe par des barbares et de chasse pas des connards qui ne savent pas chasser!)

    Répondre
    1. Tony Straat

      De plus, les pièges à patte ne sont plus majoritairement utilisé, les trappeurs favorisent l’usage des conniebear (piège qui brise la nuque, donc mort instantanée).

      Répondre
    2. Manon

      Je suis d’accord que la vache qui est égorgé que c,est plus cruel que la chasse et surtout que tout le long de la vie de ces animaux porc boeuf poulet ect sont élevé de façon mécanique et productif … ils n’ont pas de respect pour leur vie…. au moins les animaux des bois sont dans la nature… Mais je trouve ca horrible de tuer des animaux pour le look (fourrure) et de de façon si cruel pauvre bêtes . Je leur souhaite une loi du retour a ces etres sans CONSCIENCE . (karma).

      Répondre
  13. rich

    Premièrement, le piège Victor ou a mâchoires n’est plus légal au Québec depuis plus de 30 ans, deuxièmement le coyote (pas le loup) existe au Canada que depuis les années 70 à cause du réchauffement climatique, ils viennent de nos voisins du sud les USA, troisièmement, n’oublions pas que nous les humains sommes des prédateurs depuis toujours sauf pour les citadins.

    Répondre
  14. Lydie

    De plus en plus nombreux sur cette terre à ne plus supporter, à avoir honte , à souffrir réellement pour les espèces animales , à comprendre et cerner ce profit maître et roi au détriment de toute empathie.
    L’animal est innocence, tout comme un enfant, fragile et incapable de se défendre face à la sophistication des pièges et autres moyens de tortures …
    mais moi, je ne saisis pas ce qui constitue celui qui abat, qui torture, qui dépece un animal vivant, qui matraque ou déplume des oies vivantes comme les doudounes Moncler … en Asie on défonce les chiens les uns après les autres pour en faire des gants et des ceintures, on explose encore les crânes des phoques sur l’immaculé banquise, on fait vivre des porcs, des poules, des vaches, des oies qu’on gavent de saloperies sans qu’ils puissent se déployer tant ils sont réduit au confinement sans voir le jour durant leurs courtes vies, on les bourrent d’antibiotiques pour qu’il crèvent au moment opportun … je ne saisis pas de quel étoffe sont fait ces petites mains qui font le sale boulot.
    Je les imaginent précaires , socialement démunis , je leur cherchent excuses ou raisons, quelque chose de mort déjà en eux, comme une part anesthésiée, atrophiée et privée d’empathie, guidé par la nécessité de leur survie et capable de faire endurer le pire à l’autre…
    Je tente de comprendre ce qui fabrique l’homme insensible , qui prend du plaisir à la souffrance qu’il occasionne, qui se délecte de la douleur qu’il provoque …
    j’essaie de saisir peut être pour moins souffrir de ma sensibilité qui me conditionne à aimer inconditionnellement tout animal et à ne pouvoir le supporter dans ma chair et tout mon être.
    J’essaie de comprendre les rouages de cette mécanique mortifère, son origine, son entretien, sa production, ses slogans, ses masques …
    Je tente d’appréhender celui dont l’esprit maniguance son profit sur ces marchés, de découvrir qui en profitent, qui paient des hommes pour attenter atrocement à ces vies .
    Ceux dont la frivolité et l’inconscience se parent ou se goinfrent tout en sachant ou en ignorant. Ceux qui consomment l’oeuvre et le produit d’une des pires bassesses de l’humanité en fermant les yeux ou en toute indifférence …
    Le temps passe et je ne supporte plus d’ingurgiter des produits issus de systéme industriel intensif, je ne peux plus avaler gloutonnement tout ce qu’on me donne sans penser à ce que l’on fait, et à comment c’est fait.
    Il y a dire de tout et de partout, y compris de soi même !
    Il n’y a pas d’échelle de valeur ni de baréme entre la souffrance humaine et animale…
    En parallèle, Il y a des gens attristés par ce monde, peut être plus faibles que ceux régnent … ces gens là, ils sont nombreux, ils s’informent et transmettent, ils s’assemblent se rassemblent et n’admettent plus.
    Parler pour ceux qui n’ont pas de mots, ceux qu’on exploitent, ceux qui hurlent de douleurs et dont les cris de souffrance n’ont pas valeur à être entendu, cela commence peut être par là pour moi d’aider le monde à aller mieux.
    Modifier mes comportements, dénoncer ces agissements , informer, sensibiliser, contourner et trouver d’autres options …

    Notre responsabilité ce serait peut être de ne pas trop déglinguer le monde , on y vit bordel !

    Répondre
  15. Fernand

    Le trappage est réglementé… baliverne! Sur papier oui mais dans la vraie vie on a de la difficulté à faire respecter les règles dans les abattoirs alors imaginez dans des grandes étendues de terres où il n’y a presque personne. Tout ça ne sert qu’à donner bonne conscience à l’acheteur et des arguments injustifiables aux trappeurs. Sans oublier que la perception de violence engendrée envers un animal est très différente pour une personne qui tue que pour une autre qui ne tue jamais. Quand ton métier consiste à tuer des animaux tu t’endurcis et tu te fermes à la souffrance de l’autre, tu ne vois plus ça de la même façon, la fin justifie les moyens. Pour toi il n’y a rien là, tu ne vois plus la cruauté de ton geste et tu te convaincs à coup d’arguments bidons que tu rends service et que tu’es utile mais pourtant le geste est très cruel en soi injustifiable. Et ce n’est pas parce qu’on améliore et réglemente quelque chose que c’est moralement plus acceptable par la suite. Même si les règlements sont suivi à la lettre jamais cela ne pourra justifier la cruauté du geste.

    Pour ce qui est de l’argument de la régulation des populations d’animaux sauvages. Si on prend en considération que les prédateurs s’autorégulent en fonction du nombre de proies le problème n’est pas qu’il y est un manque de proie pour nos prédateurs mais plutôt pour nos chasseurs. Trop de prédateurs dans un secteur égal pas assez de proies pour les chasseurs ou des prédateurs qui dérangent les fermiers ou certains villages; toujours la peur qui nous gère. Lorsqu’on pense qu’il pourrait y avoir un manque de proies, au lieu d’éliminer les prédateurs il faudrait peut-être interdire la chasse (de loisir bien évidements non de subsistance). Trouver d’autres moyens de vivre et d’intervenir pacifiquement dans la nature. D’ailleurs plusieurs organisations y travaillent et trouvent des solutions géniales qui fonctionnent mais bon ça ne rapporte pas d’argent. Il ne faut surtout pas oublier que si le gouvernement tolère une telle violence et intrusion dans la nature c’est seulement parce que le lobby de la chasse et du trappage rapporte de l’argent et pour continuer à faire de l’argent et pratiquer leurs loisirs ou leur métier le lobby des chasseurs, trappeurs et le gouvernement ont tous intérêt à nous convaincre que tout ça est utile pour la bonne gestion de nos forêts.

    C’est à nous de dire non à ce carnage de la nature et des animaux sauvages et de refuser le port de la fourrure d’élevage/trappage. Oui certains métiers seront appelés à disparaître! Le métier de marchand d’esclave a bien disparu et personne ne le pleure. On a le potentiel d’inventer et de créer de nouveaux métiers, de nouvelles matières, une nouvelle économie qui respecte la nature, les humains et les animaux et de faire avancer moralement nos sociétés. Tout ça commence au moment de passer à la caisse donc pensons avant de mettre dans le panier. Cela ne réglera pas tous les problèmes mais en éliminer un très facile à enrayer comme la fourrure ce n’est pas de trop. Il faut faire avancer les causes humaines et animales parallèlement ne pas négliger ni une ni l’autre. C’est de cette façon qu’on fait évoluer une société pour le mieux. On a intérêt à vivre en engendrant le moins de souffrance possible. La compassion est surement l’une des plus belles qualités de l’homme alors n’ayons pas peur de l’utiliser. Et si certains nous font du chantage émotif en nous disant que le trappage va se poursuivre même si on cesse d’acheter de la fourrure et que cette fourrure va être gaspillée alors moi je suis persuadé que quand il n’y aura plus d’argent à faire avec ça le trappage va disparaître assez vite.

    APFA: http://furbearerdefenders.com/
    Pacific Wild: http://pacificwild.org/

    Répondre
  16. cgr

    C’est bien beau de vouloir « informer » les gens avec des vidéos « chocs », longues de plusieurs minutes où on voit des animaux souffrir et se faire tuer. C’est bien joli tout ça, mais comme toujours pour avoir ces images, une équipe de tournage ou au moins 1 caméraman est témoin direct et filme la souffrance de ces pauvres bêtes. Cette brave personne reste plantée en face de l’animal, sachant très bien que celui ci à peur, est affamé, assoiffé, souffre et est sur le point d’être abattu de façon barbare, mais reste tout de même passif et se contente de filmer pour recevoir sa paye. Les associations de défense des animaux sont nombreuses et je pense qu’une personne normalement constituée ne reste pas simple spectateur de cette barbarie, remplis sa carte mémoire d’image et de hurlements, et tourne les talons comme si de rien était. Ces reportages sont tout aussi scandaleux que les actes des trappeurs en eux mêmes. Au final les animaux souffrent et se font tuer de la même façon, qu’ils passent sur YouTube où non. L’information est hypocrite et tout aussi abjecte. A bon entendeur

    Répondre
  17. Dominic

    Le coyote est aucunement en voie de disparition donc calmer vous avec l’extinction de l’univers la chasse et le trapage et totalement legal aimer vous mieux tuer les coyote et les laisser pourrire ou bien utiliser leurs fourrure pour en faire quelque chose d’utile et de plus les pieges qui se referme ne sont plus l’egal et utiliser au quebec pour la trap il y a tres tres longtemp verifier vos source avant de post des choses merci bon soir

    Répondre
  18. Fortier

    …pas notre éthique, une autre conversation avec cette association (PETA) ne serait pas productive. »

    Amen.

    Répondre
  19. Walter

    Je ne certifie pas avoir le vérité infuse et dispenser l’avis le plus objectif qui soit.

    Mais il faut bien prendre en compte plusieurs point dans tous ce joyeux bordel (parce qu’il n’y a pas d’autres mots).

    Le fait est que nous savons depuis désormais bien longtemps que aucun matériaux synthétique n’équivaut au duvet utilisé dans les parkas et doudounes des diverses marques disponibles. La fourrure de coyote, quant à elle, permet une filtration du froid des plus optimale lorsque la capuche est utilisée en situation extrême.
    Donc premier point ; le synthétique c’est de la merde (excusez mon langage fleuri, je trouve cela plus explicite).

    Et c’est doublement de la merde, pour la simple et excellente raison que les fibres synthétiques sont faites sur une base pétrochimique (pétrole ? Ça vous parle ? Ce n’est pas ce qu’il y a de plus healthy pour la planète n’est ce pas ?).
    Donc au lieu de les « faire souffrir » on les tue à petit feu, en remarquant des dégénérescences, des problèmes respiratoires, des rejets de sang.

    Triplement merdique du fait que ces merdes sont faites dans des pays à bas coup, donc n’aident pas réellement à l’épanouissement de l’ouvrier chinois, indien ou pakistanais qui n’a rien demandée d’autre que de se nourrir ne serait ce qu’une fois par jour. Donc il est mal payé, il respire des vapeurs toxiques ou une merde du genre et le poisson qu’il mange le soir a baigné dans une rivière merveilleusement polluée par les déchets de cette même usine qui l’emploie. Alors qu’il aurait pu continuer à faire des kimonos pour son voisin tranquillou dans sa cambrousse.

    Puis il faut qu’on se le dise, ça fait des milliers d’années qu’on se vêtit avec des matériaux naturels, qu’on se nourrit de produits naturels, que l’on a apprit à transformer pour les rendre plus performants (cuisson pour la nourriture, tannage pour le cuir, etc…).
    Maintenant on nous fait bouffer du sucre plus-raffiné-tu-meurs, on nous fout sur le dos des merdes en plastiques… Et des connards prônent le tout-naturel en voulant nous faire bouffer des légumes crus (alors que la cuisson des aliments a permis à notre cerveau de se développer) mais nous faire porter des merdes encore plus plastifiées.

    Je suis végétarien hein, enfin la majorité du temps. Tout comme j’ai arrêté l’alcool, je me suis posé de questions et à ce moment je me suis dit que se priver tout bonnement de quelque chose est con. Je préfère désormais me boire un vrai alcool de temps en temps, manger un steak une fois par an (bah il faut bien manger le truc qui était sous le cuir que je porte, hein les végies 😉 ).
    Mais bref, la majorité du temps, je bouffe de la lentille quoi.
    Il faut arrêter d’être extrême dans tout ce que l’on fait. Certains trucs sont mauvais donc on arrête de les consommer (dédicace au sucre), mais le reste peu se consommer de façon raisonnée, à ce moment tout roule.

    Bon puis concernant les trappeurs, oui il y en a sûrement des profondément dérangés, mais globalement, ces personnes ne souhaitent pas nuire à la nature, ils la respectent. Alors l’analogie avec les ouvriers d’abattoirs est très malvenue, eux sont dans une usine, coupé du lien naturel et font ça à la chaîne, donc (volontairement ou non) on perd son humanité, du moins dans cette tâche.

    Qu’on se le dise aussi, les coyotes ce sont les lapins en France ou les Kangourous en Australie, ça pullule, donc cette entreprise (qui doit faire du profit et donc vendre et donc produire) utilise leur fourrures.
    Et qu’on ne me dise pas que c’est l’homme qui à crée ce dérèglement, c’est faux, les races s’éteignent et prolifèrent, qu’on soit là ou pas.

    Mais tout ça n’arriverait pas si on régulait la vente de ce genre de produits et que les doudounes avec capuches à fourrure étaient destinés au habitants de régions froides. Mais non, il fallait qu’on en fasse un produit mode et là, ça me dépasse, je n’ai pas d’argument sur cette volonté insatiable de nouveauté.

    Bon au final, j’ai conscience que ce n’est que ma vérité, donc ma solution serait : allez vivre là ou les doudounes ne sont pas nécessaires, à la limite les manteaux en laine, la tonte n’est pas néfaste à l’épanouissement de notre cher mouton (même si, oui, il y en a qui le font de façon négative et font des croisement et tout et tout…).

    Au fond, ne consommez plus, vivez. Achetez n’est pas consommer, vous pouvez acheter de façon responsable et avec du plaisir, achetez moins, mieux et même si vous n’avez pas trop d’argent alors achetez du H&M et du Top Budget et économisez pour avoir mieux, petit à petit.

    Répondre
  20. Angel Xp

    A la lecture de cette article peu consistant, l’ envie de m’ acheter et offrir à mes amis la nouvelle collection de Canada GOOSE me démange.

    Répondre
  21. Camille

    Il y a des gens qui méritent des claques, vous comprenez quand on vous parle ?! Ça sert à quoi de tuer des pauvres animaux pour un contour de capuche ?! Franchement tuer pour décorer un manteau autant prendre du synthétique ! Et ceux qui disent qu’ils ne sont pas en voie de disparition et alors les coyotes vous ont demandé quelque chose ?!!! Et ceux qui parlent du cochon et touts autres animaux que l’on mange eux c’est la vie !! Le coyote n’est pas tué pour être mangé mais pour leur fourrure et en faire un putain de contour de capuche ! Ceux qui ne sont pas d’accord on va vous piéger avec un piège et ensuite vous tuer pour récupérer vos cheveux c’est la même chose bande d’imbéciles !!

    Répondre
  22. Vernis

    La nature se régule elle même pas besoin de piège! Les animaux vivent selon la loi de la nature et nous n’avons pas à nous en occuper. Le premier prédateur c’est l’homme, il est destructeur et ne respecte rien c’est un sauvage!

    Répondre
  23. Anna

    On a beau tous débattre aujourd hui :
    Demain,
    80 % d entre vous irons à monoprix ou aldi acheter de la viande de poulet ( et dieu sait par quoi il est passé, rien à voir avec un animal de ferme ! )
    Vous irez chez h&m c vrai c pas cher
    Et le verre dans la poubelle verte ( ben fait trop froid pour aller au verre)
    Et ah j achete ma petite portion de fromage individuelle plein de papier plastique autour.

    Le vrai problème c est que l homme ne se satisfait plus d un manteau, de nourriture saine et de respect envers l environnement on veut tout et plus encore. Si vous voulez vraiment protéger les animeaux regardez déjà dans votre assiette c est la qu est la vrai cruauté.

    Je ne suis pas végétarienne et j ai beaucoup de respect pour ceux qui le sont et je m oblige de jours en jours à le devenir car manger un pauvre animal qui a souffert c est accepter sa souffrance. Tout comme je ne suis pas contre manger un poule de ferme qui a vécu et dont je connais l origine. Il faut faire la part des choses chacun peut faire un effort petit à petit.

    Dans certains pays il fait tellement froid que les matières synthetiques ne suffisent pas. Il n y a pas de mal à mettre du duvet dans un manteau dont l animal à été tué et mangé ( ma grand mère faisait ses couettes en duvet et il n y avait pas besoin de chauffage pour se réchauffer)

    Ce qui est scandaleux c est qu aujourd hui on vende ce genre de manteaux dans des pays où la fourrure devient un atout de beauté. Ces gens n ont aucune considération pour l animal. La chasse devient malheureusement ( et a cause de l homme ) une obligation dans certains endroits mais la vente de ses fourrures devrait être interdite à l etranger car on peut s en passer en France.

    Et les médias… C une autre histoire

    Répondre
    1. Walter

      Ce que tu dis est plein de vérité et très simplement dit, ça fait plaisir à voir 🙂

      Répondre
  24. mel

    De toute facon il y a deux problemes
    1. On tue des animaux pour notre confort (habitude ancestrale)
    2. On tue des animaux de maniere cruelle

    La question est sur quoi agit on?
    Sur le probleme 1. c est ideal mais pour l heure excessivement difficile si on se base sur la mentalite humaine concernant le monde animal vu comme une ressource
    Sur le probleme 2. La on peut agir concretement. Il y a toujours un travail de regulation a faire en fonction des lieux d habitation de l homme donc pour la regulation, ok mettons qu’on tue mais à la seule condition que ce soit ethique et la il faut que la societe se bouge…pour edicter ce qui est acceptable et ethique tout en etant viable economiquement

    Je suis pour la sensibilisation mais il faut aussi rester objectifs sur les buts a atteindre…a vouloir trop on obtient rien !

    Répondre
  25. Gromit

    Tu m’as vu en selfie avec ma veste en poils de vraies bêtes ?
    Hein ? … Quoi ? … La souffrance de qui ?………… Ben, ils souffrent plus, vu qu’ils sont morts !
    Et puis mon selfie il est beau quand même ! C’est ça l’important, j’peux l’mettre sur facebook !
    Le plus beau kéké c’est quand même moi !… Grave !… Kif à donf !… Zizi tout dur !
    Bon, c’est pas tout ça… J’ai faim. Y’a-t-il un McDo dans le coin ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *