Le côté obscur des empathes que vous voyez rarement

de | 19 décembre 2016

 

côté obscur des empathes

Le côté obscur des empathes

Image crédit spasique.com

Le côté obscur des empathes que vous voyez rarement

Les empathes sont généralement connus comme étant les guérisseurs du monde. Ceux dont les sens sont vraiment très développés – ceux qui arrivent non seulement à percevoir les différents types d’énergie, mais qui arrivent également à les ressentir, et à les éprouver.

Les personnes qui ne sont pas empathes pourraient penser que cette capacité à pouvoir ressentir ce que l’autre ressent est un don, mais si vous pouvez convaincre un empathe de parler de son don, il vous dira probablement que ce n’est pas toujours simple. En fait, avoir ce don n’est pas du tout amusant.

En raison de leur don, beaucoup de gens comptent sur les empathes pour avoir du soutien. Les empathes sont toujours dignes de confiance étant donné qu’ils procurent généralement aux autres un sentiment de sécurité. Et bien que l’empathe soit capable de gérer les émotions des autres, il éprouve notamment beaucoup de stress à cause de cela.

Le côté obscur de l’empathie se présente sous la forme de deux voix discordantes dans votre tête qui rugissent constamment de façon aléatoire. Ressentant constamment à la fois le bien et le mal, le négatif et le positif, au point de vous sentir désemparé.

Les empathes sont plus sensibles aux énergies négatives de la vie. Leur capacité intense à ressentir les choses ne leur permet pas de faire obtusion aux maux profondément enracinés dans le monde. Leur compréhension profonde de la conception du monde et de son fonctionnement suffit à les troubler et à les attrister. Ce qu’ils ne peuvent pas comprendre, c’est pourquoi ce type d’énergie existe initialement, vu qu’il fait souffrir tant de personnes.

Le côté obscur de l’empathie concerne la fatigue constante à cause de toutes les énergies absorbées. Mais cela est à peine perceptible. Car l’empathe n’ose habituellement jamais s’effondrer ou perdre son sang-froid. Il observe tranquillement, reconnaît et ressent.

Comme tout le monde, les empathes veulent être aimés et acceptés tels qu’ils sont. Mais il est fréquent de voir que, c’est leur générosité et leur gentillesse qui mettent à risque qu’on se serve d’eux, particulièrement par ceux qui ne savent que prendre, sans jamais donner en retour. Les empathes sont des vrais « généreux », ils sont prêts à tout moment à faire preuve de bonté envers les personnes dans le besoin.

Le côté obscur de l’empathie est de ne pas savoir que le fait d’être aussi désintéressé fait peser une lourde charge sur soi-même.

Même l’empathe qui reconnaît la nature pénible de son désintéressement choisit souvent de l’ignorer, étant donné que porter ce poids est plus significatif que de le laisser peser sur quelqu’un d’autre.

Le côté obscur d’être un empathe, c’est de savoir que vous négligez volontairement à la fois votre corps et votre esprit pour le bien des autres.

Une négligence qui prend de l’ampleur au fil du temps, provoquant finalement le besoin de se remettre en question une fois de plus – une chose que les gens mettent généralement en pratique que lorsqu’ils se sentent complètement perdus.

côté obscur des empathes

Le côté obscur des empathes

Le côté obscur de l’empathie est que même quand il s’agit de tomber amoureux, ils ne le sont jamais entièrement. Les empathes ne sont tout simplement pas capables de donner leur cœur entièrement à quelqu’un d’autre. Ils savent que s’ils étaient menés à le faire, l’intensité de cette passion serait très probablement trop dure à gérer.

C’est pourquoi ils gardent souvent un jardin secret caché du reste du monde. Ils restent toujours sur leurs gardes par nécessité, même s’ils aimeraient parfois lâcher-prise et succomber à un amour écrasant.

Le côté obscur de l’empathie est une guerre constante qui se livre à l’intérieur. La guerre qu’ils mènent contre la tristesse, les ténèbres et le côté triste d’eux-mêmes tente toujours de se manifester et de les conduire à l’autodestruction.

La seule solution pour combattre cette tendance est d’apprendre à distinguer les émotions qui leur sont propres des énergies émotionnelles qui viennent de l’extérieur. Les empathes ont besoin de gens qui comprennent qui ils sont, des gens qui savent parler et qui savent aussi écouter.

Les empathes doivent être en mesure de laisser tomber le mur qu’ils ont construit autour de leurs sentiments afin de pouvoir laisser leur Moi empathique mener une bonne voie.

Sinon, les empathes seront à jamais destinés à combattre une guerre sans fin en eux-mêmes.

Le côté obscur des empathes: h/t The Minds Journal

53 réflexions au sujet de « Le côté obscur des empathes que vous voyez rarement »

  1. N.

    Bonjour.

    On parle de plus en plus des Empathes sur divers sites.

    Je vous propose quelques réflexions récentes.

    Et si les Empathes étaient présents afin d’équilibrer naturellement, voire inconsciemment, les énergies impliquées dans toutes les relations ?
    Je me dis régulièrement que nos relations de toutes natures ne sont pas le fruit des hasards de la vie.
    Pourquoi ces quelques centaines de rencontres-là sur 7 milliards d’êtres humains ?
    Les relations de toutes natures d’un Empathe ne sont pas le fruit des hasards de la vie.

    Nous sommes dans une période de l’histoire, au sein de laquelle bien des valeurs et des comportements sont déstabilisés.
    Les aspects sombres des êtres sont encore maintenus en latence: les règles du contrat social.
    Et dernièrement, j’ai supposé que c’était grâce aux Empathes. Ils et elles sont partout.
    La simple présence d’un Empathe calme les jeux de pouvoirs dans le relationnel, afin qu’ils ne deviennent ni violents ni haineux. Une sorte de airbag de ces émotions-là.
    Un véritable Empathe n’est pas dans les jeux de pouvoirs: victime, bourreau, sauveur. Ou, il ou elle les refuse.

    Sauf que, maintenant, l’histoire s’accélère. Un Empathe ne peut plus assurer. Sa présence est sollicitée de plus en plus. Les gens ont tellement été habitués à ce qu’un Empathe s’amène dans leurs problématiques avec la vie.
    Pas forcément comme un guérisseur, ou comme un métier de relation d’aides à autrui. Cà peut être bêtement un coup de téléphone, une envie d’être quelque part, une circonstance banale où un demandeur étale soudain ses malheurs, car en confiance même avec un inconnu.

    C’est dès lors les fatigues chroniques…..l’épuisement, etc… Et stop, je reste à la maison. Je me régénère avec mes outils.
    Mais même à la maison, isolé d’autrui par survie, l’Empathe est intuitivement réceptif aux appels d’autrui. Cà passe au travers des murs, dirais-je !

    Les Empathes étaient présents afin d’équilibrer naturellement, voire inconsciemment, les énergies impliquées dans toutes les relations.
    Là, ce « job » devraient se terminer.

    C’est maintenant à chaque être d’assumer leurs aspects sombres, et entr’eux.
    Cette idée est aussi venue: le fameux effet boomerang serait en cours.
    Toutes les pensées, toutes les émotions, toutes les paroles, toutes les actions émises et équilibrées par les Empathes retourneraient aux expéditeurs.

    Les Empathes auraient autre chose à faire: VIVRE.

    Répondre
    1. francesca Fanara

      C vraiment ça, j ai pu aussi le constater !! Maintenant, il est temps de vivre …. pour soi, ça dure depuis un bon moment déjà et c tant mieux ! Il a bien fallu un fameux triage qui s est fait naturellement jusqu à ce que je comprenne le pourquoi, ce pourquoi est exactement ce que vous exprimez ds votre récit ! Mercii

      Répondre
      1. Marie

        merci aussi pour cette mise en écrit, c’est une synchronicité de lire votre article aujourdh’ui.
        je suis aussi dans un tournant où je m’autorise parfois à prendre du temps pour moi à dire non.
        à vivre, à me libérer. Ce n’est pas non plus un hasard si cela coïncide avec les premières jours de printemps, la renaissance.

        Belle journée printanière

        Répondre
        1. yann

          ouahhh…
          je ne sais pas comment voujs arrivez a ecrirfe ce que voujs ressentez ou a l’expliquer..
          Je peux juste ecfrire que je ne suis pas fou,juste bcompletement perdu et fatigué…
          Merci a ESM pour leur site ,je viens de le decoujvrir aujourdhui…
          Je serai ravi de rencontrfer dans le 06 edes personnes comme moi dites Empathe..
          Une chose est sur c apres tout ce que j’ai vecu et vu durant mon enfance et jusqu’à maintenant je ne suis pas cinglé et ce site arrive a mettre des mots et les expliques pour des personne qui vive comme moi

          Répondre
    2. Jean

      Tout à fait cela, en ce moment je me trouve en arrêt, parce que fatiguée, empathie consciente depuis ma plus tendre enfance

      Répondre
    3. Jérémie Bourassa

      Personnellement majoritaire j’ai rêver des années avant à chacune des personnes que j’ai aidé ou que j’avais à essayer de leur ouvrir les yeux afin de rendre leur vie meilleur, mais aujourd’hui la majorité des gens ont peur de ce que sa implique de vraiment vouloir être heureux. Il y a toujours l’étape qui fait ressortir certaine douleur avant de ne plus les avoirs. Ce n’est pas plus difficile pour nous. C’est devenu plus difficile aux autres de dépasser leurs peur ou leurs refoulement. Les gens sont tellement habituer d’être manipuler ou utiliser ou autres par des personnes qui utilise parfois les méthodes des Empathes afin d’avoir les personnes qu’ils veulent que lorsqu’un Empathes arrive pour de vrai ils finissent par le mettre dans la même catégorie que ceux qui les ont manipuler au par avant. Quand une personne est ouverte réellement le processus ce fait assez rapidement et personnellement sa vaux tout les maux que sa peux nous causer de simplement voir le sourir et ressentir le bonheur réel dans le cœur des autres. Suffit d’apprendre en dire stop à nous même lorsque nous laissons les énergies négatives parler à notre place pour ne pas les laisser nous assombrir. C’est plus simple que sa en a l’air d’être Empathe, mais parfois nous aussi ont à besoin d’un autre afin de nous aidé à revenir sur notre chemin qu’ont à quitter comme les autres. Même un guide peu ce perdre si il ne fait pas attention.

      Répondre
    4. M-C N-H

      Tout à fait d’accord avec cette conclusion. A chacun de découvrir le vrai sens de la vie, l’essence de la vie. Du latin essentia (« nature d’une chose »), du verbe esse. Terme de philosophie et de théologie. Ce qui est, ce qui existe.

      Répondre
    1. Bap's

      Pourquoi combattre? Avez vous déjà ressenti une personne comme si vous étiez elle mais en restant vous même en parallèle?
      C’est une horreur à vivre, à ressentir!!! A déchiffrer de plus. Et c’est impossible de dire *oh non j’ai pas envie et pouf ça s’arrête!* Que neni…
      Imaginez vous pouvoir ressentir plus d’une dizaine de personnes en même temps, les interactions entre elles mais également avec vous même: vous devenez fou!!!
      Vous pouvez accueillir autant que bon vous semble non, ça ne s’arrête pas!!! C’est une capacité innée. Essayez donc de ne par regarder alors que vos yeux fonctionnent, mettez un de vos sens sur off, vous ne tenez pas longtemps, c’est inné.
      Et si en plus, de par nature vous avez bon coeur à aider les autres, ils vous bouffent, vous drainent de tout ce qu’ils peuvent prendre: temps en premier, émotions, énergie. Savoir poser des limites est indispensable mais ces même limites vous tiennent à l’écart et vous isolent. C’est presque le seul moyen de se protéger.
      Et dans une relation, quelle qu’elle soit, où est la limite entre l’autre et vous? ce qui lui appartient et ce qui vient de vous? Vous ne pouvez le savoir que si vous connaissez on ne peut mieux.
      Je ne le souhaiterais pas à mon pire ennemis!!!
      Et je le vis depuis toujours, c’est une capacité magnifique mais une « malédiction » à vivre!

      Répondre
      1. carmen

        Je suis comme vous , je pense que c’est une malédiction plus qu’un don, j’en suis à m’isoler de plus en plus car je n’arrive pas à séparer ce qui ne vient pas de moi, ressentir continuellement cette souffrance des autres … comment arrêter cela ? comment se préserver ? je ne sais pas et j’ai l’impression que plus le temps passe et plus les ondes négatives envahissent le monde et ma tête et mon coeur … je ressens plus d’ondes négatives que positives .. j’aimerais ne plus ressentir tout cela mais je ne sais comment faire , s »isoler du monde est le seul moyen pour se préserver un minimum mais cela n’est pas suffisant pour empêcher toutes ses ondes de nous atteindre ..

        Répondre
        1. Lu

          Bonjour, votre texte m’a interpellé, je suis empathe,magnétiseuse depuis peu, car, étant moi aussi envahie d’ondes négatives en quasi permanence, je retrouve mon rôle originel en soignant. C’est le seul moyen que j’ai pour me rappeler que d’être empathe est un don,et c’est tellement agréable de pouvoir soulager des maux!. Nous sommes des êtres purs à l’origine,et, malgré que le monde est au plus mal et difficile pour nous, nous avons encore notre place. C’est très difficile, épuisant,et ça peut rendre fou,c vrai, mais c’est en nous. En tout cas, c’est rassurant de rencontrer des personnes qui me ressemblent !

          Répondre
      2. Anna

        Voilà c’est ça ; merci .. c’est épuisant .. je ne sais pas pour vous mais j’ai beaucoup de mal à trouver le sommeil 🙁

        Répondre
  2. adama Ouattara

    Je suis empathe et je confirme tout ce qui est dit.
    Mais laisser tomber les barrière émotionnelles est plus dur qu’il n’y parrait, on deviens vulnérable et toutes les émotions qu’on niait nous envahissent au point de pouvoir nous écraser.

    Répondre
  3. Sea

    Mais parlez pour vous de vos côtes sombre chacun es différent ! Unique. Stop les cases formatage manipulation

    Répondre
  4. Sea

    Ils font du harcèlement moral c psys la c pas bien de jugez il save mm pas de quoi il parle

    Répondre
  5. Flora

    Bonsoir,
    Etant moi-même une empathe, j’ai pu vivre au cours de ma vie plusieurs états. Je vais donc parler de mes expériences. Je ne prétends pas que c’est pour tout le monde la même chose, bien au contraire. Les expériences en tant qu’empathe sont variées.
    J’ai actuellement 23 ans. Cela fait des années que je sais que je suis une empathe mais avant je me suis posée de nombreuses questions :
    – Ne suis-je pas juste hypersensible ?
    – Pourquoi est-ce qu’il m’arrive de pleurer, d’être en colère ou même de rire sans savoir pourquoi ?
    – Comment se fait-il que même lorsque je suis seule, j’ai l’impression d’être entourée d’émotions ?
    – Est-ce que ces émotions sont les miennes ?
    – Qu’est-ce qui me met dans cet état ?
    Je vous épargne la liste interminable de question.

    Quand j’étais petite, j’étais toujours seule. Je n’arrivais pas à m’intégrer. Pourtant j’allais vers les autres, j’essayais de les comprendre, de faire comme eux… d’être normale. Mais je n’ai jamais réussi. J’ai passé ma maternelle à me faire frapper sans savoir pourquoi, à rester près des institutrices et à dormir. Je dormais partout et à n’importe quel moment. Comme ça. A trois ans, c’est difficile de savoir ce qu’il se passe quand personne ne vous guide ne serait-ce que pour se blinder.

    Puis la primaire est arrivée. C’était encore pire. Tantôt acceptée puis brutalement rejetée quand les querelles d’amis se terminaient par mon écoute et mes « conseils » je me suis retrouvée plus seule que je ne l’avais jamais été jusqu’à présent. C’était dur de ne trouver encore une fois, sa place nulle part. Comme si, je n’étais pas de la même espèce. J’ai fais des bêtises pour me faire accepter, la pitre mais rien ne fonctionnait, du moins durablement. Seules ma place de 5ème roue du carrosse fonctionnait. C’était dur. Très dur. Car je n’avais pas de véritables amis. Sans compter que je pleurais souvent et dormais continuellement. Chaque année les professeurs appelaient mes parents et chaque année, ils répondaient la même chose. Que je dormais beaucoup la nuit, m’endormais même entre deux bouchées lors des repas mais que rien n’avait été décelé par les médecins et que la seule chose à faire était de me laisser dormir. Malgré ma fatigue, j’étais très sportive.

    Au collège, les choses ont empirés car les sentiments telles que l’amour, la haine et le doute ont commencé à peser dans la balance. Je n’arrive pas à savoir pourquoi j’avais toutes ces émotions en moi, qui semblaient ne pas être les miennes. Je m’isolais beaucoup par moment et à d’autres, j’étais très sociable. J’aimais observer les personnes seules et former des groupes. Cependant, je ne trouvais aucune attache dans chacun d’eux. Comme si une barrière me refusait l’entrée. Comme si je n’avais pas le droit de faire parti de ces groupes. J’ai continué à me faire frappé. Le sport est devenu moins important. Et je me suis renfermée dans l’écriture et le monde imaginaire que je m’étais créé, enfin d’après les autres. Cela m’a toujours tenue perplexe. Etait-ce moi où les autres ne voyaient pas le monde comme moi je le voyais ?

    Le lycée m’a fais découvrir une nouvelle torture. Une torture mentale. Les premières années, on m’a humiliée publiquement sans se poser de question. Ma sensibilité et mon empathie ont tellement joué contre moi, que je n’arrivais même plus à savoir si ce que je faisais était bien ou mal. Je fondais régulièrement en larme, sans en savoir la cause. Je sentais la frustration me gagner. Et surtout je passais à mille et une émotions et sentiments par jours. Je n’arrivais à rien dans les lycées trop grands. Même à l’autre bout de l’établissement, je sentais les autres. J’ai commencé à faire des crises de somnambulisme, réveillant tout le monde en entrant dans chaque chambre et déambulant dans les couloirs. Plus les années passaient, moins j’arrivais à contrôler tout ça.

    La fac a été plus ou moins bénéfique dans le sens ou je m’étais tellement isolée physiquement du monde que je ne ressentais que les émotions à travers les écrits ou les coups de fil. Cependant, j’avais la sensation d’être incomplète, perdue et n’avoir aucune maitrise de mes émotions. J’ai commencé la méditation, le tai chi. Et j’ai continué à développer le magnétisme dont je me servais pour aider mes amis à distance.

    Je sais que je ne peux pas bloquer mon empathie ou du moins que temporairement car lorsque je lutte pour ne pas ressentir ce que les autres ressentent, j’ai l’impression que je ne fais pas ce que je dois faire. De plus, sans mon empathie, je ne peux plus magnétiser.

    J’invite les autres empathes à faire part de leurs expériences. Mais sachez qu’être empathe, ça ne se décide pas.

    Répondre
    1. Camille

      Bonjour Flora,
      je ne sait pas si tu verras mon message car cela fait quelques jours que tu l’a posté mais je me reconnais totalement dans ta description et j’ai également 23 ans. Mais contrairement à toi, c’est une très récente découverte, et je me demandais si tu aimerais échanger afin de m’éclairer un peu ^^

      Merci d’avance, Camille.

      Répondre
      1. Paquita.

        Bonjour je m’appelle Paquita et je me reconnais en vous j’ai 52 ans la seule chose à faire c’est laisser venir les émotions laisser-faire n’essayez pas de les contrôler vous apprendrez avec le temps pour trouver une porte de secours où vous vous pourrez déverser ses émotions par exemple moi quand c’est trop fort je pleure je me mets devant un miroir et je pleure pour la colère fait du sport ou autre chose ne vous découragez pas jevous souhaite bon courage plein de belles choses et ayez confiance en vous

        Répondre
        1. DIEZ BEATRICE

          Paquita bonjour
          J ai moi aussi la cinquantaine ,et j avoue qu avec le temps on arrive a mieux gérer les émotions ,mais cela reste difficile ,de les mettre de cotés…
          Toutes les descriptions faites ici ainsi que l article parle de comment est l empathe ,mais comment faire pour métriser les émotions qui arrive jusqu a nous….
          Depuis des années maintenant j essais de ne pas ressentir les autres….trop dur de ne pas ecouter ou comprendre l autre sans prendre ses émotions….
          Hé bien ! mon exercice a moi ,avant de me retrouver parmi d autre et de finir par souffrir a la fin ,je me motive de bonnes conditions avant ….en me mettant déjà dans ma bulle d isolement comme je l appelle…..,je me dis que rien ne m atteindra aujourd hui ,que ce que je ressentirais ne seront pas mes émotions ,mais celle des autres…..que dé que je me suis levé ce matin ,j ai analysé mon reveil et mon propre ressenti pour qu ainsi je sache distinguer si ses émotions sont miennes ou les leurs …..
          Certe il m arrive encore de pleurer pour rien,de me mettre en colere sans savoir ….mais c ma vie qui est ainsi ,moi ,je dis que cela peut nous servir si l on sais vraiment faire tres attention a tous ses détails que nous sommes presque les seuls a voir et a ressentir…
          Cette empathie m a bcp servit a observer d avantage ,a écouter plus en profondeur , a vouloir me mêler plus aux autres pour comprendre et vivre les émotions et leurs situations ,ce qui a développé chez moi cette envie d analyser et la curiosité de décrire certain fait et ressenti de l autre avant meme qu il me raconte……Comme une sorte de clairvoyance…….J espere avoir était utile a certains…..

          Répondre
    2. jopae

      Bonjour,

      J’ai 23 ans également et je me reconnais totalement dans ce que tu dis, si tu veux qu’on échange contacte moi.

      Répondre
    3. Valérie Houle

      Je me reconnais dans la façon de chaque empathe d’écrire… C en une partiel assez complète de mes mots.
      Surtout de voir votre vécu d’âge…j’en ai 32 et je me revoie comme si c’était ce matin, à écrire et ou en pensée torturé de milles positif et milles onde négatif, ou même un entre deux…. Autant j’aurais voulu entendre les même écrit il y a quelques années …que là de les lire me donne un coup de fouette brutal mêmes si joyeux, il es douloureux et doux de se voir à travers d’autres iddentique alors qu’on se sait seule à le vivre…

      Répondre
  6. fabre daniel

    étant un empath je confirme tout ce qui est dit, j’en apprends même sur moi, c’est très vrai qu’on ne peut pas aimé a 100%, le poids
    serais trop lourd, et on se laisserais dominer et emporter par cette trop grande émotion.

    Répondre
  7. Florian

    Camille et Flora moi j’ai 20ans et je suis sur d’être comme vous maintenant, la seul solution que j’ai trouver c’est d’aimer la vie sous tout ces angles, d’avoir soif d’apprendre et lorsqu’on ne peut rien apporté tampis et lorsque l’on n’a pas le bon feeling tampis. J’espère t’avoir aidé aussi Daniel ^^
    Sinon je suis extrêmement intéressé par ta capacité à magnetiser ?! 🙂

    Répondre
  8. Luna

    Oh my God!!! Je viens de comprendre ce que je suis!!! Je ressens tout! Même les petites variations d’humeur des autres. Je suis la fille souriante qui aide et écoute tout le monde et qui en retour est rarement entendue ou juste même écoutée. Heureusement j’ai des amies qui sont sincères et qui sont là pour moi mais je ne vais pas toujours vers elles car je ne souhaite pas être un fardeau… alors que moi je porte le fardeau de toutes les personnes qui m’entourent!!!

    D’ailleurs depuis la semaine passée, je suis en arrêt de travail car j’ai décidé d’écouter mes besoins. Mais je me bat contre le sentiment de malaise et je me dis que je suis pathétique que j’aurais pu continuer… et il y a mon conjoint qui ne comprend rien de ce qui se passe… j’ai l’impression d’être consciente d’un monde, d’une réalité que peu d’êtres humains ont conscience.

    Prisonnière de sa vie et de son don!!!

    Répondre
    1. Johanne

      Je vis la même chose que vous Luna, sauf que moi je n’ai pas d’amies…Alors c’est lourd à porter, la joie de vivre n’y est plus pour moi et je n’en vois pas la fin. J’aimerais bien être ailleurs et nulle part, être libre…

      Répondre
  9. Bibi

    Bonsoir,
    Je suis empathe depuis quelques années mais je viens juste de découvrir ce que j’étais réellement. J’ai pu mettre un nom sur ce que je pensais être de la folie. C’est rassurant de savoir que ce n’était pas le cas et surtout que je n’étais pas la seule. Je suis tombé amoureuse il y à un an, et je ne savais pas encore qui j’étais vraiment. Eh bien, comme il a été dit plus haut, je l’ai aimé à 100% à un point que je devenais comme lui, sa façon de parler, son attitude, sa méchanceté (caché) et j’en passe. Et il s’avère que cette homme m’a utilisé comme bon lui semblait, je l’aimais tellement que j’étais toujours disponible, à n’importe qu’elle heure.
    Je ne me reconnaissais plus, mon fort caractère est passé à la soumise, parce que je l’aimais comme c’est pas permis.
    Cette homme aimait beaucoup les femmes, plusieurs fois je lui ai dit que c’était fini, mais il attendait quelques jours pour me rappeler et moi je retournais vers lui parc que ce n’était pas possible pour moi de le laisser avec son mal être, je le ressentais et j’étais moi même très mal.
    Cela a duré des mois, j’ai tout essayé pour qu’il me laisse et qu’il soit en paix afin que moi aussi je le sois.
    Mais pendant tous ces mois, de subir ces agissements, la douleur personnel (pas la sienne), tout cela s’accumulant, m’ont permis de m’endurcir et de rejeter la douleur que je ressentais de lui.
    Ce n’est pas évident d’aimer quand on est empathe, car l’on ressent tout, mais vraiment tout, et je peux vous assurer qu’il faut avoir le coeur et le mental bien costaud pour supporter la douleur.
    Mais le bon côté de la chose, c’est tout simplement merveilleux d’aimer et être aimé, car avec les ressentis qu’on a, on est en total fusion.
    Cette expérience m’a beaucoup appris de l’empathie, de moi même et des erreurs à ne plus commettre.

    J’ai essayé de résumer au mieux parce que je pense pouvoir écrire un roman, 😉

    J’espère que cela éclairera certains.

    Au plaisir

    Répondre
    1. Delorme Carole

      Merci pour tous vos témoignages,ca aide à comprendre pourquoi on ne fonctionne pas comme les autres, oui bibi,c’est difficile de quitter des relations toxiques car on ressent le mal être des autres, on est en connexion télépathique et c’est d’autant plus dur que quand la peine vient de nous,on peut agir dessus, alors que lorsque qu’elle ne nous appartient pas, on en est prisonnier,c’est ce que les autres ne comprennent pas quand ils voient notre incapacité à quitter des relations toxiques ou à agir sur nos humeurs

      Répondre
      1. Jean

        Tout à fait cela, en ce moment je me trouve en arrêt, parce que fatiguée, empathie consciente depuis ma plus tendre enfance . J ai 56 ans je m en sort en relativisent

        Répondre
  10. Biberon

    Le nombre de conneries que ce site peut publier est ahurissant !
    Un empathe ne perçoit pas et ne ressent pas les émotions que les autres ressentent. C’est physiquement impossible.
    Et vos théories sciento-metaphysiques sont puériles et risibles.
    Par contre un empathe, a génétiquement une prédisposition à ressentir toutes sortes de stimulis de manière exagérée à travers ces 5 sens.
    C’est ce qu’on appelle dans le milieu scientifique, une « hypersensibilité ».
    Le mot empathe est un mot fourre tout qui est devenu un effet de mode. Ça fait bien vue d’utiliser ce mot.
    Ridicule !
    Hypersensibilité est et restera le plus adéquat.

    Cordialement,

    Un hypersensible,

    Répondre
    1. Christine

      Christine.
      Effectivement le mot hypersensibilité est plus approprié.
      Il juste important de préciser que tout ceci vient de notre mental et surtout de notre insconcient.
      Nous pouvons changer di nous le souhaitons et donc nous libérer de cette hypersensibilité.
      Comment ? En reprenant le pouvoir dur notre insconcient.
      Par exemple en faisant des séances d’hypnose pour reprendre notre vie en main et en effaçant les disques durs enregistrés dans notre insconcient depuis notre création.
      Il y a aussi d’autres techniques.
      Vous serez ainsi libérés de cette hypersensibilité et vous pourrez prendre soin de bous et vivrez dans l’amour de l’autre sans être émotionnellement touche par ce qui ne vous appartient pas.
      Belle journée
      Christine

      Répondre
    2. Anne Veilleux

      Le côté obscur de l’empathie est une guerre constante qui se livre à l’intérieur. La guerre qu’ils mènent contre la tristesse, les ténèbres et le côté triste d’eux-mêmes tente toujours de se manifester et de les conduire à l’autodestruction. – See more at: http://www.espritsciencemetaphysiques.com/cote-obscur-des-empathes.html#sthash.xx4Qy0ZS.dpuf Commentaire : En fait c’est l’extension et non une autodestruction. L’évolution est souvent caractérisé par la fin d’un perception extrasensorielle pour en apprécier une plus élargie et c’est ce que le côté sombre apporte ( extension ) . Une extension de l’empathie et une plus grande conscience. Il faut comprendre les effets de cette expension sur le mental humain c’est une charge difficile à soutenir souvent par de nombreux dérangements physiques ou phychologique ( C’est comme porter des souliers neufs …) mais ne pas voir comme négatif.

      Répondre
  11. Michel Winchesters

    Bonjour a tous…. je serais très bref du moin je vais essayer…

    Je suis un empathe… je les toujours été…
    Cependant J,ai une vision différente de tout ceci..
    Je vois le fait d’etre empathe a la fois un don…
    oui un don merveilleux dieu sais que j,ai pu en aider des personne jusqu’a maintenant…
    le fait de les aider me libere a chaque fois d’un poids immense…

    Mais je le vois aussi a la fois malédiction
    je suis fatiguer épuiser de me poser des question..
    de toujours devoir me focaliser sur ce que moi je ressent
    de me faire questionner.. de me faire mentir alors que dsl mais tu ne peut me mentir je le sais que ces pas vrai… je le ressent

    bref une médaille a toujours deux coter
    je vis bien maintenant depuis que je sais mieux comment gèrer tout ceci

    alors a tout les empathe de ce monde..
    selon moi et ces une opinion personelle
    voyez tout ceci comme un cadeau..
    et comme tout cadeau qui se mérite prennez s’en soin..

    P.S Nom de famille fictif je ne veux juste pas divulguer le mien dsl

    Répondre
  12. Feunek

    C’est une malédiction, mais aussi une bénédiction..! Comment rester dans le bien ? Je garde à l’esprit que chacun arrivera à le trouver, à force d’efforts. Ce n’est pas écrit dans les livres d’écoles.

    En Suède et autres pays nordiques est enseigné l’empathie.

    Répondre
  13. Oukhouya

    J’en suis hein aussi sa c’est réveille ou je m’en suis rendu compte sa maintenant un peu plus de trois c très dur de gérer tout sa sa fait mal au corp et surtout beaucoup de fatigue emotionel com psicologie comme phisique c dur de pouvoir sentir les douleurs des gens comme pour les douleurs qu’on n’a nous même surtout que j’ai d’autres faculté ou don acote de cette enpathie je peut guérir aussi les gens comme la nature je peut faire passer les esprits de la terre à l’o delà etc

    Répondre
  14. Boujou

    Oui comment faire pour juguler ce flot d’énergie magnétique ? Comme si il fallait trouver le canal Bleue des énergies bleues. Comme les pouvoirs d’Élisa dans la Reine des neiges à Harrendel en Norvège. ..
    J’ai 37 ans et découvre ces pouvoirs ….. incroyables
    !!!!!!!
    Mais comment faire pour qu’ils nous laissent tranquilles ????,??

    Répondre
  15. Ruth

    Je viens de lire cet article et les larmes me sont montées tellement j’ai l’impression qu’on m’a décrite.
    C’est bon de savoir qu’il y en a d’autres.
    Je connaissais évidemment le mot « empathie » mais je n’avais jamais entendu parles des « empathes »
    Savez-vous s’il existe un groupe de discussion, de rencontres, d’échanges?
    J’aimerais beaucoup pouvoir échanger avec des personnes qui regardent dans la même direction… ou depuis la même fenêtre… ou……
    A très bientôt j’espère….

    Répondre
  16. Glace vanille

    Je me reconnais dans tout cela. J’ai tant tenté de me relaxer par des séances de méditation, consommer de magnésium croyant que cette fatigue constante était dû à manque de magnésium. Par contre, les endroits comme les monastères seraient idéals pour les empathes. Car, seuls les endroits où règnent en permanence des énergies mélioratives pour nous sauront nous aider à ne pas nous auto-détruire.

    Répondre
  17. Fufu

    Je ne suis pas à 100% d’accord avec la personne qui rejette la différence entre hypersensibles et empathes.

    D’après moi, il y en a une, et de taille: les empathes sont tout sauf hypersensibles, dans le sens où ils n’extériorisent que très rarement le trop-plein d’émotions accumulées.
    En ce sens, les empathes sont extrèmement forts: ils ne pleurnichent jamais, ne sont pas des drama-queen, ne tirent jamais la couverture victimaire à eux, et ne se permettent pas de prétendre pouvoir sauver tout le monde non plus. Bref, ils n’ont pas d’ego ou presque, contrairement aux hypersensibles qui prennent tout pour eux et se sentent attaqués tout le temps.

    Comme dit précédemment dans certains commentaires, les empathes ont un rôle social très important, ils absorbent les tensions. Certes cela peut faire du mal à un hypersensible, mais en effet un empathe va savoir faire la part des choses entre ses propres émotions et celles que quelqu’un lui refourgue pour se décharger.

    J’ai 35 ans et ça m’a pris une petite dizaine d’années pour comprendre ça. Bien sûr on passe par des moments où on ne sait plus qui on est vraiment, en fait ce qui reste le plus difficile comme vous disiez c’est de poser ses propres limites et se faire respecter, car la tentation d’une forme de dévotion masochiste est forte. C’est tout le chalenge de l’empathe: surfer sur cette ligne ténue entre ces deux aspects: aider autrui et vivre pour soi-même, suivre ses propres envies et rêves. Comme l’empathe est plutôt un « suiveur » qu’un leader, c’est compliqué.

    Mais le truc cool, c’est que notre rôle est aussi parfois de donner l’exemple aux vampires émotionnels (aucun jugement ici dans ce terme, promis): on donne, on donne, et puis un moment on se mure dans notre monde pour se protéger. c’est là qu’un vrai toxique -style pervers narcissique- cherchera simplement une proie plus disponible. Mais le reste des gens se trouveront confrontés à leurs systèmes egotistes et ceux qui ont un poil d’intelligence reviendront d’eux même et apprendront à nous donner à leur tour.

    Il y a donc espoir pour nous a ne pas rester seuls à vie au risque de se faire cramer les ailes. Mais c’est vrai que l’empathe est toujours plus ou moins sur sa réserve, même en amour, ce qui lui permet aussi de rebondir aisément, pas parce qu’il s’en fiche, mais pour continuer à partager. Donc paradoxalement l’empathe est ultra-social alors que bien souvent très introverti…

    En effet dans ce cas (dans tous les cas d’ailleurs) les pratiques de respiration, méditation etc, aident énormément. Prendre soin de soi est vraiment le maitre mot: se ressourcer pour mieux aider, un peu comme on remplit et vide un vase. Un numérologue m’a parlé d’Alchimiste, si quelqu’un a des infos sur cet aspect des empathes, je prends!

    Répondre
  18. Felix Leloup

    Bonjour , je m’appelle Félix , j’ai 22ans . Felix Leloup sur fb , si certains veulent partager .
    Tres sociable d apparence mais tres solitaire d interieur , je me cache souvent . Comme dans mon enfance ou j etai mis de côté, a l ecole comme à la famille .
    ACCEPTEZ et ressentez LA DOULEUR présente sur cette terre ?. Cela donne beaucoup de force et de volonté . Votre estomac est comme un temple pour purifier tout ces tourments . La douleur y est forte , spécialement en ce moment pour moi . ACCeptez la , respirez y , ressentez la . Et demandez pardon , utilisez Hoponopono ou autre système qui vous plait  » Je suis désolé, pardonne moi s ilteplai , merci , je t aime  » .
    A 21ans j ai passé le niveau 1 de Reiki et la j ai decouvert les enseignement de Maitre Zhi Gang Sha .
    C est un moyen de me canaliser et de m apaiser , ces livres sont un trésor pour l’humanité .
    J ai compris autre chose hier .
    Les empathes sont bloqués tres souvent au niveau emotionel du fait de leur hypersensibilité . Vous Voyez le monde ? tel qu il est simplement , alors n oubliez pas de rire avec les autres . Ne vous enfermez pas pour autant , il est comme sa et les gens sont comme sa . Ils sont vicieux souvent mais si vous les acceptez une chose changera , en vous , VOUS SEREZ LIBRES , de leur tourments car vous ne chercherez plus a les controler ou modifier . Si vous leur rendez leur responsabilités les douleurs dans le cou et les épaules s en iront .
    Je vous souhaite une excellente journée sur cette Terre ? en pleine transFORTmation .

    Répondre
  19. Vale

    Bonjour et merci pour cet article. Je me suis trop reconnue et me demande si c’est une bonne nouvelle?
    J’ai cinquante bientôt et j apprends encore a vivre avec cette hypersensibilité. Je suis psychothérapeute et c est encore difficile pour moi de ne pas me faire « manger « par mes patients dont je ressens toute les souffrances et le mal être. Alors j’essaye de l exprimer dans dautres es formes l!art ( la peinture le chant la cuisine…) mais je pense que pour le conjoint ce n est pas facile car il voit nos émotions tellement nous envahir. Mais aujourd’hui j’ai cette capacité a me relever plus facilement. C est important de trouver des lieux de ressourcement comme les monastères. La solitude permet le recentrage. Alors profitons-en mais aussi tout ce qui permet d’être incarné. Aujourd’hui aussi je dirais attention a ce que vous mangez. Bien se nourrir me paraît aujourd’hui primordiale. Prier si on est croyant. Tout ce qui favorise le bien être et par exemple les massages

    Répondre
  20. Sain

    Bonjour, je suis un hypersensible ou empathe pour certains…
    Je vis dans la douleur car je vis reclus et je suis dans l’éternelle combat contre la solitude… qui me ronge…
    Chaque fois que je rencontre quelqu’un j’idealise le fait du couple s’aimant réciproquement commes des fous mais à chaque fois je me casse la gueule…
    Je ressent que souffrances autours de moi et ca me fatigue… d’où ce combat de tout les jours…
    J’ai 40 ans et j’aimerais trouver quelqu’un comme moi… mais c’est difficile… j’en suis à penser des fois à m’enfuir sur une île déserte et faire ma vie car trop difficile ici face à l’incompréhension de ce monde pris dans les tenailles des financiers…
    Durant ma vie j’ai été pompiers puis j’ai aider les gens dans le besoin mais en faisant cela je me suis autodetruit au point de sombrer dans la dépression et devenir sdf pendant 4 ans… la je commence à peine à remonter la pente je suis maître nageur sauveteur mais la seule chose je pense qui pourrait me sauver moi et de trouver la bonne personne a qui je pourrais dire je t’aime sans soucis…
    Bref , je m’égare peut-être mais voila je sais pas si c’est le meilleur endroit pour en parler alors j’essaie…

    Répondre
  21. La Gazelle

    A la lecture de l’article, je comprend mieux mon besoin de rester cloîtrer chez moi pendant quelques temps. Au début j’ai pensé à un début de dépression mais je me sentais tellement bien chez moi que j’ai éliminé cette hypothèse. la réponse est plus un grand besoin de me ressourcer. aujourd’hui je me sens mieux. Je prend régulièrement un temps pour moi, m’isoler du monde.

    Répondre
  22. genevieve

    Emphate depuis toujours,
    J’ai fini par apprendre, comprendre et accepter que c’est une vie de solitude.
    Mon travaille de Pab me comble énormément. J’ai la chance de sentir les gens et de pouvoir aider. Ma vie n’aurais aucun sense autrement. Je suis fière de qui je suis et j’en suis heureuse. C’est un cadeau du ciel. Peu importe si cest un don, ou une facon detre ou si cest grace a notre éducation, je suis comme je suis , j’essaie de respecter mes limites le plus possible, d’aller m’energiser le plus possible en forêt…par contre;
    A tout les deux ans je tombe en arrêt de travail. Épuisé et dépressive. Probleme de santee, trouble alimentaire, fibromyalgie …. c’est le prix à payer mais ça en vaux la peine . J’ai parfois honte de ce côté…

    Répondre
    1. Habiba

      Bonjour Geneviève, effectivement c est le prix à payer et c est un don de Dieu tout simplement.Moi même je suis une emphate et je souffre depuis mon enfance , toujours prête à aider autruis au final quand c est moi je dois gérer tout!! épuisant, destruction,tristesse et malgré qu ont ce protègent ont ressent l appel des gens de leurs douleurs malgré que parfois ônt veut ce posé 😉. Courage Geneviève bise Amicalement,et si tu veux dialoguer je serai dispo pour te répondre.😘

      Répondre
    2. dominique dufresne

      Moi,je suis en train de suivre une therapie psycho corporelle intégrée,parce que les muscles de mes jambes étaient devenus extremement raides du au stress.C est merveilleux,je découvre des choses étonnantes de ma vie,de mon enfance,qui vont m aider a gérer tout ca.Pour moi,la clef est la…Apprendre a bien se connaitre,soi,soi,soiJe prends une pause et m accorde du temps pour moi, pour une fois.Je me soigne.Et j ai découvert que ma mere est une perverse narcissique,et mon frere également.Quelle aubaine pour eux…Jai été élevé a donner,a me sacrifier pour les autres.En plus,je les adorais,j aurais tout donné pour ne plus ressentir leur souffrance..Mais les vampires prennent tout et ne vous laisse rien.Ils ne seront jamais rassasiés,ils auront toujours soif…Leur but,c est de nous détruire…,ils ne peuvent supporter de nous voir heureux.IL FAUT A TOUT PRIX APPRENDRE A LEUR DIRE NON.Il est essentiel d apprendre a se passer en premier,c est la premiere responsabilité d un empatheApprendre a s aimer quoi.Ma thérapeute m a meme affirmé que d ici 1an,je pourrais avoir une relation amoureuse…On verra si je suis rétablie.J ai 61 ans,au cours des années,je suis passée de dépendante affective a co-dépendante affective,et j ose espérer vivre des relations plus saines désormais.Tout ca pour dire,qu il faut selon moi,se donner a soi ce que l on a donner longtemps aux autres,arreter de vivre par procuration,et VIVRE sa VIE. faire un ménage du passé me fait le plus grand bien,et me fera apprécier mon intelligence hors du commun.

      Répondre
  23. LAURENCE

    Bonjour à tous,

    Merci pour vos témoignages et partages.
    J’ai un furieux doute d’être en partie « empathe »… Comme si un petit point s’était éclairé. Pour l’instant ça ne change rien à la fatigue écrasante qui rythme ma vie, mais cette petite lumière est là maintenant.

    Bonne journée à tous,

    Laurence

    Répondre
  24. galy

    je recherchais du cote maladie et je me retrouve dans se texte
    comment peu t on en sortir ? et avoir une vie a nous pleine .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *