Partagez cet article
Annonce

Quelque part, d’une manière ou d’une autre, quelqu’un fait une bonne chose pour vous. 

Vous ne le remarquerez peut-être même pas. Mais quelqu’un compense nos excès, atténue la dureté du monde, nivelle la vie par le haut. Quelqu’un dirige la compassion divine dans un geste de simple gentillesse, affectueusement. Quelqu’un avec un cœur généreux et des mains actives. Oui il y a, quelque part, quelqu’un qui pense à vous avec tendresse.

Annonce

Soudain, il y a une brève sensation de calme. Un doux silence au milieu du chaos, un contrecoup imprévu dans la ruée, l’été dans la tempête, la trêve dans la guerre. Un sentiment inattendu et inexplicable que tout va bien se passer. Ce n’est rien. C’est juste quelqu’un, quelque part, qui fait quelque chose de beau pour nous.

La grand-mère qui se souvient avec une grande nostalgie quand nous étions petits. Des parents qui parlent de nous avec affection même aux étrangers. D’anciens professeurs qui nous comparent en silence à leurs élèves d’aujourd’hui, presque en disant « ahh… c’était un élève brillant » ou « c’était la belle époque ».

Image crédits : Pixabay

L’ami lointain qui regarde un vieux film et nous rappelle dans un silence douloureux, meurtri par des souvenirs de l’époque où nous étions jeunes et proches, avec un immense sourire dans nos yeux qui pleurent. Les bonnes âmes qui nous bénissent derrière notre dos. Les créatures justes qui nous donnent leur parole et tiennent leurs promesses, les chiens et les chats qui nous offrent leur ventre en guise de fête. Ces gens qui nous aiment sans rien d’autre.

Quand quelqu’un nous fait quelque chose de beau, le monde se met à briller. 

Nous avons tous le droit de recevoir des câlins et le devoir de les redistribuer. De la traversée du monde en partageant la beauté et en offrant la décence jusqu’à finalement atteindre les bras qui nous correspondent et l’étreinte dans laquelle nous nous adaptons.

Annonce

La beauté est la matière première de tout artisanat honnête. C’est ce qui reste et ce qu’il nous reste. Aux chanteuses et chanteurs, actrices et acteurs et artistes de toutes sortes, quelqu’un dans l’obscurité du public déchaîne ses applaudissements ému par la foi et la joie sans être vu, et prouve combien il est beau de rendre à ceux qui nous donnent.

Aux ouvriers et aux médecins, aux gardes de nuit et aux secrétaires, aux peintres et cuisiniers, aux juges et aux maçons, aux charpentiers et aux sportifs et à tout le monde sous le ciel, il doit y avoir de la gratitude et du réconfort avant, pendant et après.

Il doit y avoir de la beauté dans chaque « merci« , « s’il vous plaît », « oui » et autres gentillesse essentielles qui attendent ceux qui les disent.

Et quiconque les dit est quelqu’un qui fait quelque chose de beau par simple gentillesse d’ouvrir les bras. Aux arrêts de bus, dans la circulation arrêtée, dans les salles d’attente ou dans la solitude d’une pièce sombre, nous attendons tous un petit geste de tendresse. Alors, pour finir, nous comprenons enfin notre responsabilité de faire et de diffuser la beauté, notre office le plus puissant et le plus sublime dans cette vie.

Je nous souhaite tout le bonheur du monde