Partagez cet article
Annonce

Méditation de l'étreinte

La « méditation de l’étreinte » ou « méditation câlin » expliqué par Thich Nhat Hanh

« Lorsque nous nous étreignons, nos cœurs se connectent et nous savons que nous ne sommes pas des êtres séparés. »

« Je vous embrasse de tout mon cœur », a écrit Albert Camus dans sa belle lettre de gratitude à son professeur d’enfance peu de temps après avoir remporté un prix Nobel. 

S’enlacer de tout son cœur est peut-être le plus grand acte de reconnaissance et d’appréciation qui soit. Le faire physiquement, en plus des mots, est le cadeau ultime de notre humanité partagée. Et pourtant malgré cette vérité, ou peut-être précisément à cause d’elle ; à cause de son énormité, nous nous offrons rarement ce cadeau.

Annonce

Comment accomplir cet acte ultime de générosité, c’est ce que le légendaire moine bouddhiste zen, enseignant et militant pour la paix Thich Nhat Hanh (né le 11 octobre 1926) explore dans comment aimer , sa méditation lumineuse sur l’art de « l’inter-être ». . « 

« La spiritualité ne signifie pas une croyance aveugle en un enseignement spirituel », écrit Nhat Hanh. « La spiritualité est une pratique qui apporte soulagement, communication et transformation. » 

L’une des formes les plus transformatrices de la spiritualité est la communication elle-même, dans son apparence la plus sincère – la bravoure intime de se laisser voir , de se connecter avec nos frères humains avec la vulnérabilité nécessaire pour vivre à cœur ouvert.

À la fin des années 1960, Nhat Hanh a inventé – de la manière la plus naturelle et la plus inopinée – une pratique simple qui apporte une forme incarnée à la communion et à la compréhension mutuelle au cœur de cette intimité spirituelle. 

Annonce

Avec sa communication chaleureuse caractéristique, il raconte :

En 1966, une amie m’a conduit à l’aéroport d’Atlanta. Quand nous nous sommes dit au revoir, elle m’a demandé :

Est-ce que cela se fait de serrer un moine bouddhiste dans ses bras? Dans mon pays, nous n’avons pas l’habitude de montrer nos sentiments de cette façon, mais je me suis dit :

En tant que maître zen, cela ne devrait pas me poser trop de problèmes. 

Alors j’ai dit : « Pourquoi pas ? » et elle m’a serré dans ses bras, mais je n’étais pas vraiment détendu. Dans l’avion, j’ai décidé que si je voulais travailler avec des amis occidentaux, je devrais apprendre à mieux connaître leur culture.

Pour surmonter cette barrière culturelle de la communication, Nhat Hanh a conçu une fusion de l’Est et de l’Ouest fournissant un langage humain universel dont tout le monde a besoin – une pratique qu’il a appelée « La méditation de l’étreinte« , qui, en exigeant que nous soyons désarmés de tous nos cynismes chroniques, semble au début très maladroite mais s’épanouit en quelque chose de profondément gratifiant :

Pour la pratiquer correctement, vous devez vraiment serrer dans vos bras la personne que vous tenez.  Il ne s’agit pas de faire « comme si » et de donner à l’autre trois petites tapes dans le dos pour lui faire croire que vous êtes là. Dans l’étreinte, vous êtes vraiment présents. Vous tenez l’autre dans vos bras en respirant consciemment et vous lui offrez tout votre être -corps, coeur et esprit. 

Annonce

La méditation de l’étreinte est une pratique de pleine conscience. « J’inspire, je sais que cet être cher est dans mes bras, vivant. J’expire, et je sais combien elle m’est précieuse. En respirant profondément de cette façon, en tenant la personne que vous aimez, l’énergie de vos soins et de votre appréciation pénétrera cette personne et elle sera nourrie et éclora comme une fleur.

Au cœur de la méditation de l’étreinte, souligne Nhat Hanh, se trouvent les principes zen fondamentaux d’interconnexion et d’« inter-être », les uns avec les autres ainsi qu’avec l’univers. 

Avec la grande simplicité et la sincérité des écrits Zen, il considère à la fois les récompenses interpersonnelles et intrapersonnelles de la pratique :

Lorsque nous nous étreignons, nos cœurs se connectent et nous savons que nous ne sommes pas des êtres séparés. 

Serrer l’autre dans ses bras avec pleine conscience et concentration peut apporter la réconciliation, la guérison, la compréhension et beaucoup de bonheur. La pratique des câlins conscients a aidé beaucoup de gens à se réconcilier – pères et fils, mères et filles, amis et amis, et tant d’autres.

Mais au-delà de l’action elle-même, l’engagement le plus important – une intention de présence absolue avec l’autre et avec la vitalité éphémère du moment, qui est peut-être la tâche la plus difficile mais la plus nécessaire pour notre survie spirituelle dans le monde moderne. 

Annonce

Nhat Hanh décrit à la fois les fondements philosophiques et les étapes pratiques pour maîtriser cet art délicat de maintenir l’intégrité de l’autre tout en habitant pleinement ce moment de l’existence :

Image crédit : Pixabay

Le câlin est une pratique profonde; vous devez être totalement présent pour le faire correctement. Quand je bois un verre d’eau, je m’investis à cent pour cent pour le boire. 

Vous pouvez vous entraîner à vivre ainsi chaque instant de votre quotidien. Avant de vous étreindre, tenez-vous face à face pendant que vous suivez votre respiration et établissez votre vraie présence. 

Ensuite, ouvrez vos bras et serrez votre bien-aimé. 

Lors de la première inspiration et expiration, prenez conscience que vous et votre bien-aimé êtes tous les deux vivants ; avec la deuxième inspiration et expiration, pensez à l’endroit où vous serez tous les deux dans trois cents ans ; et avec la troisième inspiration et expiration, soyez conscients de la chance que vous avez d’être tous les deux encore en vie.

Lorsque vous vous étreignez de cette façon, l’autre personne devient réelle et vivante. 

Vous n’avez pas besoin d’attendre que l’un de vous parte en voyage ; vous pouvez vous enlacer n’importe quand et recevoir la chaleur et la stabilité de votre ami dans le moment présent.

Annonce